Archives de catégorie : BLOG

Saint-Valentin : les 7 petits secrets de séduction des animaux

cet article a été publié à l'original en provenance de ce site

Chez les diables de Tasmanie, la femelle s’éclipse tout de suite après s’être accouplée !

« La reproduction des diables de Tasmanie est un truc de dingue, et il y a clairement matière à en faire un sujet de téléréalité. La femelle veut le mâle le plus fort et le plus agressif possible, alors elle tranche à sa façon parmi les candidats : si le type est trop timide, elle lui met une raclée, mais s’il est costaud, qu’il la mord et la griffe, elle se laisse tenter. Après qu’ils se soient accouplés, le mâle s’endort tandis que la femelle fait de son mieux pour s’extirper discrètement de la tanière afin d’aller s’accoupler avec un autre tant qu’elle est en chaleur » révèle décrypte le livre La Tortue qui respirait par les fesses (Flammarion).

Chez les paons, le mâle attire la femelle en imitant le cri de l’accouplement

« Lorsqu’ils s’accouplent, les paons mâles émettent un cri bruyant et très particulier. Il leur arrive souvent de pousser ce cri lorsqu’ils sont seuls (…). Des scientifiques de l’université de Duke, aux Etats-Unis, pensent que ces cris permettent de duper les femelles quant au succès de ceux qui les émettent » explique le livre.

Les mouches mâles offrent des cadeaux…

Certaines espèces de mouches offrent aux femelles des cadeaux enrobés d’un cocon de soie. « Ils gagnent du temps : pendant que la femelle déballe le cadeau, ils peuvent s’accoupler plus longtemps ! », illustre l’auteur Jean-Baptiste de Panafieu, qui vient de publier Séduire comme une biche ou comment trouver le bon partenaire (Salamandre). Il y a même certains petits malins qui offrent des paquets vides, afin de profiter gratuitement de la femelle pendant le déballage…

L’albatros est un roi de la danse

En faisant sa parade nuptiale, l’albatros adopte plus de 20 postures différentes. Il émet aussi des cris spécifiques pour choisir sa partenaire. Ces cris particuliers permettront ensuite au couple de se reconnaître à chaque fois.

Le jardinier brun bricole le plus joli nid

Le jardinier brun est un petit oiseau originaire de Papouasie occidentale. Pour séduire les demoiselles, il fabrique un nid magnifique en forme de hutte qu’il décore de fruits à l’entrée. Il y dispose aussi des insectes et des fleurs destinés à attirer la femelle. Mais ce nid ne sert qu’à la parade nuptiale : une fois sa partenaire séduite, il la vire du nid pour en draguer une autre !

Chez les amazones à front blanc, le mâle vomit sur la femelle qu’il cherche à séduire

© DR

« Les amazones à front blanc sont l’un des rares animaux connus qui s’embrassent sur la bouche – si l’on peut dire. Malheureusement pour cette tendre étreinte, le mâle finit par vomir dans la bouche de sa douce » précise La Tortue qui respirait par les fesses (Flammarion). Ce vomissement est en fait un « cadeau » qu’il fait à la femelle car il lui régurgite de la nourriture.

C’est en urinant que les hippopotames séduisent leurs partenaires…

© Pixabay.com

« L’urine est multifonctionnelle chez les hippopotames, qui l’utilisent aussi bien pour marquer leur territoire que pour faire profil bas » décrypte le livre La Tortue qui respirait par les fesses (Flammarion).

Chez les girafes, un comportement similaire existe : les femelles urinent dans la bouche du mâle qui estime si elle est à leur goût ou pas…

>> Partagez cette actu sur Facebook, Twitter et Google +.

Un chasseur jugé pour avoir traîné un chien avec son 4×4 sur des kilomètres

cet article a été publié à l'original en provenance de ce site

Un acte d’une cruauté inouïe. Un chasseur de Saint-Etienne-des-Sorts, dans le Gard, sera jugé (14/02/18) par le tribunal correctionnel de Nîmes pour avoir traîné le chien d’un voisin derrière son pick-up. Si le jeune Rocky se remet doucement de ses blessures, il reste traumatisé par cette épreuve. 
Partagez cette actu sur Facebook, Twitter et Google +
Rappel des faits : le 29 décembre 2017, Éric de Sousa ne retrouve plus dans son jardin son chien âgé de 15 mois. Dans la soirée, un chasseur de 59 ans se présente et prétend l’avoir retrouvé, en état d’agonie. Ensemble, ils vont à la rencontre de l’animal et Éric l’emmène dans une clinique vétérinaire. Le lendemain, une femme confiera que son mari a vu toute la scène et reconnu le véhicule… du chasseur. 

Traîné sur plus de 2 km !

Et la scène en question a de quoi faire frémir. Le chasseur aurait attaché le chien au cou, puis traîné sur plus de 2 kilomètres à l’aide de son 4×4 ! « Le chien présentait des blessures au poitrail, aux coussinets ainsi qu’une plaie ouverte à une cuisse, détaille Maître Isabelle Terrin, l’avocate d’Éric De Sousa. Nous ignorons à ce stade s’il en gardera des séquelles. » Éric ne décolère pas après cet acte odieux : « Je suis furieux après cette histoire insensée, rage-t-il. Le geste est déjà assez horrible comme ça. Mais, en plus, il se fout de vous : rendez-vous compte qu’il est même venu prendre des nouvelles le lendemain. C’est incompréhensible. » Quel cynisme !

Un être « vivant et sensible »

L’auteur présumé des faits a été mis en garde-à-vue après la plainte, déféré devant le parquet et placé sous contrôle judiciaire. Il sera jugé mercredi 14 février 2018 par le tribunal correctionnel de Nîmes. Son expertise psychiatrique n’a pas donné d’éclairage supplémentaire sur cette affaire et son casier judiciaire est vierge. « Le mobile reste un mystère, poursuit l’avocate. J’espère que l’audience va nous permettre de comprendre cet acte de cruauté. » La Fondation 30 Millions d’Amis s’est constituée partie civile et sera présente à l’audience.

 

Les sanctions prévues par la loi doivent être appliquées avec sévérité. Reha HUTIN

« En 2015 nous avons obtenu que l’animal soit enfin reconnu dans le Code civil comme un être vivant et sensible. Il est grand temps que certains en prennent la mesure ! On ne peut impunément faire souffrir un animal de la sorte, réagit Reha Hutin, présidente de la Fondation 30 Millions d’Amis. Les sanctions prévues par la loi doivent être appliquées avec sévérité. »

Rocky, toujours en soins

S’il va mieux aujourd’hui, Rocky doit toujours se faire soigner. « Il a encore une boule à la patte, raconte Éric. Le pauvre adorait sortir et courir. Il ne pense qu’à s’amuser. C’est très dur pour lui de ne pas pouvoir courir. Vous savez, c’est un chien très gentil. Tout le monde l’adore. » Mélanie, la jeune fille d’Éric est encore sous le coup de l’émotion : « De savoir que cette personne nous est venue en aide tout en lui ayant infligé cela, je suis terriblement en colère, lance-t-elle. Nous recevons des messages de soutien tous les jours. Et je tiens à donner des nouvelles de Rocky régulièrement via les réseaux sociaux. »

Le chien traîné par un individu en scooter dans une vidéo insupportable, est en sécurité

cet article a été publié à l'original en provenance de ce site

Les images sont insoutenables mais, heureusement, Gucci est enfin sain et sauf. Le pauvre chien de 3 ans, traîné au sol par un jeune homme en scooter à Bobigny (Seine-Saint-Denis), a été recueilli par la Fondation Assistance aux Animaux, ce jeudi. La scène qui indigne la toile depuis hier daterait d’octobre 2017. L’animal qui semble avoir subi des maltraitances répétées se remet de ses  blessures. « Il présente de nombreuses cicatrices aux pattes et sur le corps, nous détaille la FAAA. Il est très gentil et semble ne pas bien connaître l’extérieur. Il a des problèmes de peau et accuse une maigreur anormale. Cela nous laisse penser qu’il aurait pu avoir subi des sévices. L’enquête le déterminera. » 

« Ces actes barbares ne doivent pas être banalisés »

Gucci se remet doucement de ses blessures. / © FAAA

La vidéo, qui a été initialement postée sur Snapchat avec des smileys comme pour faire rire les abonnés, montre Gucci mis en laisse par un jeune homme. Ce dernier accélère et le chien tombe brutalement se faisant traîner sur la route. Le pauvre chien finit épuisé et les pattes en sang sous les rires du vidéaste. « Ce qui a choqué les internautes, c’est cette volonté manifeste de faire souffrir et cette violence gratuite contre un animal », dénonce Reha Hutin, présidente de la Fondation 30 millions d’Amis. « Notre rôle est de faire en sorte que ces actes barbares ne soient pas banalisés et ne restent pas impunis

La Fondation 30 millions d’Amis, qui a choisi de ne pas relayer la vidéo, a immédiatement porté plainte et s’est constituée partie civile. La police nationale quant à elle confirme que l’individu a été retrouvé et mis en garde à vue. Si les actes de « cruauté et actes de sévices envers un animal domestique, apprivoisé, ou tenu en captivité » sont avérés, l’homme risque deux ans d’emprisonnement et 30 000 euros d’amende. 

>> Partagez cette actu sur Facebook, Twitter et Google +

Ces chiens sont des héros : leur fidélité est inconditionnelle

cet article a été publié à l'original en provenance de ce site

1- Une chienne errante sauve une femme d’une agression

Georgia Bradley et Pepper. © Daily Mail

Les chiens ont un véritable instinct pour nous protéger, qui les pousse à affronter le pire… C’est ce qu’a pu constater une jeune Anglaise partie en vacances en Crète en août 2015. Alors qu’elle est seule sur la plage, elle est abordée par deux hommes qui lui proposent de boire un verre. Lorsqu’elle refuse, ils deviennent violents… jusqu’à ce qu’une chienne abandonnée vienne à la rescousse de la jeune femme ! Cette petite chienne a courageusement fait fuir les deux agresseurs en aboyant méchamment. Grâce à elle, la vacancière est saine et sauve ! Depuis, Georgia l’a adoptée. Elle l’a prénommée Pepper et la belle histoire se poursuit !

2- Les bergers allemands, soldats du feu

Jacques sauvé d’un incendie par son chien. © Photo Hervé Corre / Le Télégramme

« En voyant la fumée, il a sauté sur mon lit pour me réveiller », explique Jacques, un boulanger de la Roche-Maurice (08/11/2017). Grâce à son berger allemand de 2 ans prénommé Loustic, Jacques a pu sortir de son logement avant que les flammes n’envahissent l’habitation. « Les pompiers m’ont dit que s’ils étaient intervenus 15 minutes plus tard, tout aurait brûlé. Car, les flammes étaient déjà en train d’attaquer le sommier de mon lit », assurait le boulanger dans Le Télégramme.

En avril 2010, un berger allemand de 5 ans prénommé Buddy a été salué par la police de l’Alaska pour son intelligence : il a guidé les secours jusqu’au domicile en feu de son maître.

>> Partagez ces incroyables histoires sur Facebook, Twitter et Google +.

3- Ils montrent leur fidélité jusqu’aux portes des hôpitaux

Champi, devant les portes d’un hôpital à Murcie, en Espagne. © Israel Sánchez

Lorsque leur maître est malade, nombre de chiens viennent lui apporter leur soutien jusqu’aux portes des hôpitaux… Ce fut le cas de Maya, une Akita Inu de 2 ans, restée 6 longs jours devant l’hôpital espagnol Elda, à Alicante, à attendre sa maîtresse Sandra (28/08/2016).

Ce fut également le cas de Champi, qui a patienté 2 jours et 2 nuits sans bouger pour attendre son maître de 89 ans à Murcie, dans le sud de l’Espagne.

Cliquez sur la page suivante pour voir les autres histoires.


4- Prêts à tout… pour adopter leur maître !

Gobi, la course de l’adoption en Chine ! © Léonard Dion

Alors que Leonard Dion affronte l’une des courses les plus difficiles au monde dans le désert de Gobi, en Chine en 2016, il a la surprise de trouver un co-équipier un peu spécial… Une petite chienne errante qui a décidé de rejoindre la course aux côtés des coureurs et de les suivre coûte que coûte. En tout, la chienne aura couru plus de 125 km pour rester aux côtés de son ami ! Prénommée Gobi, elle était prête à tout pour apporter du soutien au coureur… et se faire adopter ! Depuis, il l’a faite rapatrier en Écosse.

En 2014, en Équateur, un chien errant avait aussi suivi une équipe d’athlètes suédois et les avait suivis lors de plusieurs épreuves sportives… Sa persévérance avait payé : il a été adopté par l’un d’entre eux.

5- Ils sont présents au-delà de la mort

Découvrez le reportage de l’émission 30 Millions d’Amis sur le chien Capitàn en Argentine.

C’était le thème de l’une des campagnes de sensibilisation de la Fondation 30 Millions d’Amis : un animal n’abandonne jamais. Nombreux sont les chiens à l’avoir démontré en patientant des années sur la tombe de leur maître, comme « Kim l’inconsolable » qui se rendait chaque jour au cimetière en 1976 et qui avait fait l’objet du tout premier reportage de l’émission 30 Millions d’Amis lors de son lancement sur Tf1. En Argentine, le chien Capitàn a patienté de longues années au cimetière, auprès de son maître.

En 2015, des chiens errants qui avaient l’habitude d’être nourris par une femme au Mexique, ont fait le buzz sur les réseaux sociaux en se rendant à ses funérailles ! Un dernier hommage bouleversant à celle qui les choyait…

>> Partagez ces incroyables histoires sur Facebook, Twitter et Google +.

6- Le flair qui sauve une jeune fille en détresse

Eliot, le chien héros à la rescousse d’une adolescente en détresse. © DR

Dans les Bouches-du-Rhône, à Gardanne, Eliot, un croisé labrador/ golden retriever a réussi à sauver la vie d’une jeune fille en 2015 ! Lors d’une balade en forêt, « il est parti en trombe car une odeur l’a attiré hors du chemin, dans les fourrés », témoigne sa maîtresse Danièle.
Au bout d’un certain temps, ses maîtres finissent par le retrouver au son de ses gémissements, allongé auprès d’une jeune femme transie. Elle est aussitôt recouverte d’une veste et les secours sont avertis. Les pompiers constatent qu’elle est en hypothermie et portée disparue depuis la veille. « Jusqu’à ce qu’elle soit transportée à l’hôpital, Eliot est resté couché près d’elle, à geindre doucement », affirme-t-elle.

Cliquez sur la page suivante pour voir les autres histoires.


7- Ils sauvent la vie des plus fragiles

La golden retriever Kelsey retrouve à l’hôpital son maître qu’elle a sauvé. © DR

Aux États-Unis, en 2017, un homme âgé fait une mauvaise chute par -4C° dans la neige. Bloqué au sol, incapable de bouger, il appelle au secours mais personne ne l’entend… à part sa chienne golden retriever de 5 ans, Kelsey. Cette dernière se couche sur son maître et lui lèche le visage et les mains pour le réchauffer durant toute la nuit. Elle ne cessera d’aboyer que lorsque les secours seront intervenus…

En 2014, c’était une petite fille perdue dans une forêt sibérienne qui était retrouvée au bout de 10 jours grâce à son chiot qui avait guidé les secours jusqu’à elle, à 6 kilomètres de son domicile.

>> Partagez ces incroyables histoires sur Facebook, Twitter et Google +.

8- Des chiens qui veillent sur leur maître en difficulté

Le petit chien Tony veille sur son maître qui est inconscient après une chute, en Argentine.

En 2016, Dominique confiait à 30millionsdamis.fr la preuve d’amour exceptionnelle de son vieux chien Argos, adopté dans le cadre de l’opération Doyens de la Fondation 30 Millions d’Amis. Une dizaine de jours après son adoption, alors qu’il est paralysé du train arrière, il surmonte son handicap pour être aux côtés de son maître: « J’étais cloué au lit par une crise d’asthme et une bronchite. Lorsque mon fils est parti au travail, j’ai entendu des pas dans l’escalier. Très inquiet, j’ai appelé mon fils pour savoir si c’était lui qui revenait à la maison mais non… Lorsque la porte de ma chambre s’est ouverte, j’ai vu Argos. Il avait réussi à monter les escaliers ! Il est resté à mes côtés, la tête posée sur le bord du lit, à me veiller pendant 48 heures. Depuis, il n’a jamais pu remonter à l’étage… » révélait Dominique, ému.

Plus récemment, c’est un petit chien errant adopté par un Argentin qui a démontré toute sa reconnaissance. Alors que son maître glisse d’un escabeau et tombe inconscient, son chien Tony se place sur son ventre et n’en bouge plus ! Il tente même de pénétrer dans l’ambulance pour suivre son ami… Heureusement, les deux compères ne sont pas restés longtemps séparés. Jesus ne souffrait que d’un léger traumatisme crânien et a pu sortir rapidement de l’hôpital pour retrouver son fidèle compagnon. 

11 chiens de sécurité retirés d’un squat par la Fondation 30 Millions d’Amis

cet article a été publié à l'original en provenance de ce site

Les photos des chiens détenus dans ce squat à Livry-Gargan.

Et de 2 ! Après avoir secouru des chiens de sécurité en août 2017 maintenus dans un squat à Livry-Gargan (93), la Fondation 30 Millions d’Amis est de nouveau intervenue 6 mois plus tard (01/02/2018).

Des chiots au milieu de leurs excréments

Dans ce squat, les équipes de la Fondation ont retrouvé 6 malheureux chiens : 2 d’entre eux étaient constamment à l’attache et n’avaient ni eau ni croquettes à disposition.
 
« Nous avons trouvé un troisième chien dans une cage de transport où il pouvait à peine se mouvoir… il n’avait pas non plus d’eau ni de nourriture », décrit Arnauld Lhomme, enquêteur à la Fondation 30 Millions d’Amis.
 
Dans une sorte de remise, 2 chiens étaient entreposés dans des caisses grillagées. L’un d’eux avait une trace sur le museau, probablement causée par sa muselière.
 
« Lorsque je me suis approché de l’une des cages, j’ai été saisi par une forte odeur. J’y ai une vu une chienne qui baignait dans ses excréments… et j’ai découvert aussi cinq chiots collés à elle qui devaient avoir à peine 2 semaines… », détaille A. Lhomme.

>> Partagez cette actu sur Facebook, Twitter et Google +

Placés dans notre refuge

La Fondation 30 Millions d’Amis a déposé une nouvelle plainte pour « abandon » à l’encontre des propriétaires des chiens. Les animaux ont été placés au refuge 30 Millions d’Amis de La Tuilerie (77) où ils ont rejoint les 6 chiens déjà saisis en août 2017.

Merci à tous les donateurs de la Fondation sans qui tous ces sauvetages seraient impossibles ! Ne l’oubliez pas, c’est grâce à votre générosité que nous pouvons également venir en aide aux animaux détenus dans des conditions déplorables. Pour continuer nos actions, nous comptons sur vous : faites un don.

Suisse : une université va donner de la cocaïne à des singes !

cet article a été publié à l'original en provenance de ce site

La sombre dynamique des expérimentations animales se poursuit en dépit de la révélation des scandales qui se succèdent. En Suisse, l’Université de Fribourg s’apprête à tester l’administration de cocaïne à des singes afin de « mieux comprendre la toxicomanie et de proposer un traitement chirurgical. » Le but étant de rendre les animaux dépendants à la drogue et tenter de les guérir.
 
L’Université de Fribourg n’en est pas à son coup d’essai puisqu’elle a déjà effectué des tests semblables en 2017 sur 23 singes. Le quotidien helvète Blick précise que les animaux « sont payés en nourriture pour les motiver à participer. » Dans le canton de Zürich, des expériences similaires sont également prévues, le tribunal de la ville ayant donné son feu vert.

Quid de la France ?

Si les expérimentations animales continuent chez nos voisins, c’est aussi le cas en France. Selon les derniers chiffres connus datant de 2015, 1,9 million d’animaux ont été utilisés dans des laboratoires de l’hexagone. La souris est l’animal le plus utilisé par les chercheurs (52,9 %) devant les poissons (22,2 %) et le rat (8,2 %), d’après le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation. Pour rappel, il est interdit d’utiliser un animal s’il existe un modèle alternatif depuis 1986. Par ailleurs, l’Union européenne a interdit les expérimentations animales pour les cosmétiques en 2013. Toutefois, plusieurs manquements aux règlements sont à constater faute de contrôles inopinés suffisants.
 
Aujourd’hui, de nombreuses avancées scientifiques permettent de sortir du modèle animal, rappelle la Fondation 30 Millions d’Amis qui soutient la recherche de méthodes alternatives en finançant le test de toxicité VALITOX. La Fondation réclame également aux instances européennes de mettre fin définitivement aux tests sur animaux ; soutenez cette demande en signant sa pétition.

Pour la fin de l’expérimentation animale >>

Allain Bougrain Dubourg : « L’agression à l’égard des animaux s’apparente à un crime contre l’humanité »

cet article a été publié à l'original en provenance de ce site

30millionsdamis.fr : Pourquoi écrire à la place des animaux ?
Allain Bougrain Dubourg : Depuis longtemps et par bonheur il y a eu de très belles plumes qui se sont exprimées en faveur des animaux et qui ont tenté de les défendre. Je me suis dit qu’il était singulier, nouveau et peut-être davantage constructif, de donner la parole aux animaux pour qu’eux-mêmes plaident leur propre cause à l’égard de ce qui les touche : le taureau au torero, l’ortolan au braconnier, le cochon à l’éleveur…
Alors évidemment, cela conduit à flirter avec l’anthropomorphisme, c’est-à-dire à prêter des sentiments humains aux animaux, puisqu’ils doivent prendre la parole pour finalement se faire entendre des humains. Cela me gênait un peu au départ… mais quand on progresse dans la démarche, on se rend compte que plus on avance dans l’éthologie, plus les comportements des animaux se rapprochent des comportements humains. C’est d’ailleurs toute l’affaire de la sensibilité : on voit que les animaux sont capables de s’accoupler pour le plaisir et pas pour pérenniser l’espèce, de tricher, de mentir, d’aimer, d’être solidaires, d’avoir de la compassion, de rire… toutes choses qui étaient jusqu’à présent censées être réservées aux hommes.
A qui dédiez-vous ce livre ?
Les premiers intéressés sont d’abord les éleveurs en batterie, les toréros et autres braconniers… Mais je m’adresse aussi et surtout aux concitoyens qui, me semble-t-il, ont plus de pouvoir aujourd’hui avec leur mode de consommation qu’avec leur bulletin de vote. Je prends l’exemple des œufs en batterie : on voit bien qu’ils vont être interdits, non pas par la volonté du gouvernement ou des ministres successifs mais justement parce que les ventes s’effondrent par la volonté des consommateurs qui refusent d’être complices d’un élevage inacceptable et contre-nature.
Quel est l’animal dont le sort vous émeut le plus dans cet ouvrage ?
Très honnêtement, ils me bouleversent tous. Ce qui me touche le plus peut-être c’est cette souffrance qui s’installe pour les animaux, avec un détachement et une forme de mépris de notre part. Pour moi, l’agression à l’égard du vivant s’apparente à un crime contre l’humanité. Et c’est d’autant plus inacceptable qu’on pourrait mettre un terme immédiatement à certaines de leurs souffrances. Il est évident que la tauromachie et la chasse à courre peuvent être arrêtées. C’est plus difficile lorsque cela demande des transitions pour les modes d’élevage par exemple.

Lettre des animaux à ceux qui les prennent
pour des bêtes (éditions Les Echappés).

Dans vos lettres, il y a un juste équilibre entre les sentiments exprimés par les animaux que vous retranscrivez et des informations très concrètes. Était-ce voulu de ne pas vous placer uniquement sur le registre de l’émotion ?

Il y avait deux choses qui me paraissaient importantes car en donnant la parole aux animaux, il fallait être extrêmement prudent des interprétations possibles. C’est d’abord d’offrir une littérature documentée : les propos que j’avance au nom des animaux ne sont pas simplement des émotions cumulées mais des faits qui sont actés. Le deuxième point, c’est de montrer qu’on peut – notamment par la conscience et les possibilités d’actions des concitoyens – changer les choses !

À la fin de chaque lettre, vous adressez des demandes aux citoyens. Pour vous, il vaut mieux sensibiliser qu’avoir un discours choc ?

Je crois qu’il faut les deux. Mais pour m’être beaucoup battu, et ce n’est pas terminé, je sais qu’il vaut mieux convaincre que vaincre. C’est plus durable. Il ne faut jamais lâcher prise, toujours être en action voire en réaction et en même temps sensibiliser progressivement.

Après toutes ces années à combattre la maltraitance animale, qu’est-ce qui vous choque toujours autant ?

C’est l’indifférence et le poids des lobbies. On a la capacité, à bien des égards, de changer les choses et on ne le fait pas. Prenons l’exemple des états généraux de l’alimentation : même s’ils ont augmenté les peines pour maltraitance, on est en retrait par rapport au projet initial. Je pense notamment au député Olivier Fallorni qui avait obtenu à l’Assemblée nationale la possibilité de placer des caméras dans les abattoirs. Cela a été rejeté et c’est extrêmement grave. Cela me choque. Il y a des doubles langages : d’un côté on nous dit « oui, on ne peut pas en rester là » puis de l’autre, on a beaucoup de mal à bouger.

Êtes-vous plutôt résigné ou plein d’espoir concernant la situation des animaux ?

Ce que je ressens, c’est que l’on a avec l’animal un rendez-vous historique perpétuellement raté. Tout commence avec les philosophes grecs qui nous invitent déjà à avoir de la compassion. Très peu évoquent les animaux.
Il y a les religions monothéistes où l’on aurait pu penser qu’on intégrerait nos voisins de planète les animaux dans une même compassion et un même esprit de solidarité. Malheureusement, dans les 3 religions, on voit bien que les animaux restent à côté du piédestal sur lequel s’est installé l’Homme.

 

Pour m’être beaucoup battu, je sais qu’il vaut mieux convaincre que vaincre.

Il y a des gens comme Montaigne qui vont écrire des pages admirables au 16e siècle sur la capacité des animaux à percevoir les émotions. Il y a le siècle des Lumières au 18e, où l’on pense sortir de l’obscurantisme avec les scientifiques qui vont nous éclairer mais on fait davantage de classification que de sensibilisation.
Même en mai 68 où l’ambiance est au « Peace and Love » et au retour à la nature, on aurait pu penser que tout à coup, on ouvre notre cœur au monde animal et qu’on refuse la maltraitance.

Je crois qu’on arrive enfin, au début du 21e siècle, à une hypothèse de cohabitation. Auparavant, il y avait une sorte de couvercle sur la marmite : on n’a pas voulu voir les élevages industriels ou on s’accommodait de la tauromachie ou autre. Aujourd’hui, notamment avec les images véhiculées par la Fondation 30 Millions d’Amis, L214 et d’autres associations, on ne peut plus échapper à cette réalité.

Si vous étiez un animal, lequel seriez-vous ?

J’ai toujours eu un faible pour les rapaces. Donc je serais un aigle évidemment.

>> Partagez cette interview sur Facebook, Twitter et Google +.

Des chasseurs suspectés d’avoir criblé de plombs deux chiens

cet article a été publié à l'original en provenance de ce site

Naya est rentrée chez elle criblée de plombs /© Karine Formentin

« Je vis un véritable cauchemar ! » s’effondre Karine Formentin… Elle vient d’emménager dans sa nouvelle maison en Seine-Maritime, et ses deux chiens Naya, un jeune labrador de 7 mois et Yarko, un American staff, se sont éloignés du domicile et se sont perdus dans les bois jouxtant l’habitation. « Je suis immédiatement partie dans la forêt pour retrouver leur trace, raconte la Karine. Toute la famille s’y est mise ! » 

Plusieurs chasseurs aux abords de la maison

48 heures après des recherches désespérées, son conjoint entend un chien pleurer dehors. Il s’agit de Naya, seule, mais avec des plaies au niveau du cou et sur le corps. Un peu plus tard, Yarko est retrouvé totalement apeuré dans un village voisin, lui-aussi blessé. Quand Karine les emmène chez le vétérinaire, le constat est sans appel : ses chiens se sont faits tirer dessus « de face » et vraisemblablement « intentionnellement ». Yarko a été touché par trois projectiles, dont l’un est resté dans le cou. Quant à Naya, elle a du plomb dans tout le corps. « C’était un vrai choc, lâche leur maîtresse. Nous vivons en lisière de forêt et il y a plusieurs chasseurs dans le coin. Je suis évidemment soulagée de les avoir retrouvés, mais très en colère qu’on ait pu leur faire ça ! »

Partagez cette actu sur Facebook, Twitter et Google +.

La Fondation 30 Millions d’Amis partie civile

Karine Formentin a déposé une plainte auprès du commissariat de Bolbec (76) grâce à l’aide du refuge local. « Il ne faut pas laisser passer ça… explique Béatrice Poret, la présidente du refuge bolbécais de protection animale qui met également en cause les chasseurs. L’an dernier, un chat a également été retrouvé criblé de plomb. Il faut en finir avec ses atteintes à nos animaux. » La Fondation 30 Millions d’Amis s’associe à la plainte déposée par la maîtresse de  Naya et Yarko et se constitue partie civile. 

« Pour Naya, ça va beaucoup mieux, rassure Karine. Mais Yarko met plus longtemps à s’en remettre. Il est toujours choqué. C’est une terrible épreuve pour eux… et pour nous ! »

Chandeleur 2018 : comment faire des crêpes sans faire de mal aux animaux ?

cet article a été publié à l'original en provenance de ce site

A l’occasion de la Chandeleur, vous allez être des milliers à cuisiner des crêpes. Salées ou sucrées, elles peuvent tout à fait être préparées avec des ingrédients respectueux du bien-être animal.

Des œufs bien choisis…

0, 1, 2 ou 3 ? Sur les boîtes ou sur les œufs eux-mêmes, figure un chiffre très important qui en dit long sur les conditions d’élevage des poules pondeuses. Placé juste avant les lettres « FR » (pour France, NDLR) le chiffre 0 indique que la poule a été élevée selon les critères de l’agriculture biologique. Le nombre 1 assure que la poule a été élevée en plein air. Quant aux numéros 2 et 3, ils sont à proscrire : ils stipulent que les poules ont été élevées en batterie.
En France, on dénombre 47 millions de poules pondeuses, dont 69 % en cage. Seules 24 % ont accès au plein air et 7 % en élevage au sol. Un environnement particulièrement sordide et des conditions en totale opposition avec les besoins de l’espèce. Or on peut très simplement consommer de façon responsable. En choisissant des œufs dont la mention FR est précédée de 0 ou 1, le consommateur plébiscite le bio et le plein air, tout en rejetant les conditions cruelles, caractéristiques de l’élevage intensif.
>> Partagez cette actu sur Facebook, Twitter et Google +.

… et du lait végétal !

L’industrie laitière est – elle aussi – particulièrement cruelle. Régulièrement inséminées pour donner naissance à des veaux et donc produire du lait, les vaches sont exploitées jusqu’à l’épuisement. Dans les élevages industriels, elles sont confinées dans des bâtiments sans voir le jour ni sortir dans les prés. Elles ne reverront plus leurs veaux et ne fouleront jamais l’herbe de leurs pattes. Lorsqu’elles seront trop vieilles, elles iront à l’abattoir pour que leur viande soit revendue à la consommation.
Il est donc tout à fait possible de remplacer le lait de vache par du lait végétal dans la recette de vos crêpes. Le lait d’amande ou le lait de coco donneront un goût agréable à votre préparation.
Il n y a plus qu’à tester !
>> Découvrir toutes les actions de la Fondation 30 Millions d’Amis en faveur des animaux de ferme.

Gâteau à l’orange, au curcuma et au pavot sans matière grasse (vegan)

Cette recette sera, je pense, la dernière avant mon accouchement ! Elle me donnera de la force pour le jour J. J’ai un gros coup de cœur pour mon gâteau à l’orange, au curcuma et au pavot, sans matière grasse ni sucre raffiné, dont les saveurs viennent adoucir la fraîcheur de l’hiver. Dégusté au coin du feu ou sous un plaid avec une tasse de thé de Noël bien chaud, il constitue une pause toute douce dans la journée. Mon gâteau à l’orange a l’avantage d’être sans matière grasse et donc plus digeste qu’un goûter classique. Son extérieur est de ce fait un peu plus croustillant, mais son intérieur reste bien moelleux. On peut réaliser une version avec ou sans gluten, selon ses tolérances et les farines que l’on a chez soi. On peut également le glacer, si on le souhaite, avec du chocolat ou du lait de coco.

Gâteau à l'orange

Je m’amuse beaucoup en ce moment à créer des desserts sans matière grasse. Pourquoi sans matière grasse ? Pour ma part, il est question de tolérance digestive et non pas de “chasse au gras” comme prônent certains gourous de la diététique. Je ne suis pas dans cette démarche, les acides gras essentiels étant justement… essentiels ! J’ai du mal à digérer le gras cuit, tout simplement. C’est pourquoi je préfère cuire mes légumes à la vapeur par exemple et les arroser d’huile ensuite, ou encore confectionner des gâteaux sans huile, dans la mesure du possible. J’ai réalisé ce gâteau à l’orange, au curcuma et au pavot à plusieurs reprises cet hiver, et c’est pourquoi je peux également vous proposer une version à l’amande et au chocolat qui a beaucoup plu également. On peut ainsi se servir de cette recette comme base à décliner selon les occasions et les envies. Gardez-la précieusement !

Gâteau à l'orange 2

Gâteau à l’orange, au curcuma et au pavot sans matière grasse ni sucre raffiné

Ingrédients pour 6 personnes :

  • 100 g de yaourt au soja
  • 1 c. à soupe de jus de citron jaune ou de vinaigre de cidre
  • 80 g de sirop d’agave ou d’érable
  • 200 ml de jus d’orange
  • Le zeste de 2 oranges bio
  • 210 g de farine (cf. notes)
  • 60 g de poudre d’amande
  • 10 g de poudre levante
  • 1/2 c. à café de bicarbonate alimentaire
  • 1 pincée de sel
  • 1 c. à café de curcuma moulu
  • 1/2 c. à café de cannelle moulue
  • 1 c. à soupe de graines de pavot

Déroulement de la recette :

  1. Dans un saladier, combiner le yaourt au soja, le jus de citron jaune ou le vinaigre de cidre, le sirop d’agave ou d’érable, le jus d’orange ainsi que le zeste des oranges.
  2. Incorporer la farine, la poudre d’amande, la poudre levante, le bicarbonate alimentaire, le sel, le curcuma, la cannelle et les graines de pavot.
  3. Graisser un moule (avec de la margarine, de l’huile de coco, de tournesol ou d’olive) de 16 à 18 cm et y verser la préparation.
  4. Enfourner 35 à 40 minutes à 180°C (th.6). Vérifier la cuisson en piquant le cœur du gâteau avec la lame fine d’un couteau : cette dernière doit ressortir sèche. Le temps de cuisson peut varier en fonction des fours.
  5. Laisser reposer avant de démouler et de découper.

Notes :

  • Pour un gâteau sans gluten, optez pour un mélange de farines sans gluten, comme par exemple : 150 g de farine de riz semi-complet ou complet + 60 g de farine de millet, de quinoa ou de sarrasin, ou encore de fécule de maïs/pomme de terre ou d’arrow-root. Pour une version pauvre en gluten et légère, je vous recommande d’utiliser 210 g de farine de petit-épeautre. Si vous avez un système digestif qui supporte le gluten, une farine d’épeautre T70 sera appréciée. Et puis si jamais vous êtes un(e) inconditionnel(le) de la farine de blé, une farine T65 sera très bien.
  • Optez pour une version cake en versant la préparation dans un petit moule à cake.
  • Troquez l’orange pour du citron ou de la mandarine.
  • Conservation : le gâteau, qui ne contient pas de matière grasse, conserve son moelleux très peu de temps. Aussi, je vous recommande de le manger dans les deux jours, de l’envelopper dans un torchon propre et de le stocker au frais.

Gâteau à l'orange 3

Gâteau orange, curcuma et pavot avec son glaçage au lait de coco, en forme de couronne pour les fêtes (j’ai doublé les quantités)

Variante : Gâteau à l’amande

Ingrédients pour 6 personnes :

  • 100 g de yaourt au soja
  • 1 c. à soupe de jus de citron jaune ou de vinaigre de cidre
  • 80 g de sirop d’agave ou d’érable
  • 200 ml de jus de pommes
  • 210 g de farine (cf. notes)
  • 60 g de poudre d’amande
  • 10 g de poudre levante
  • 1/2 c. à café de bicarbonate alimentaire
  • 1 pincée de sel
  • 1 c. à café d’extrait d’amande amère

Déroulement de la recette :

  1. Dans un saladier, combiner le yaourt au soja, le jus de citron jaune ou le vinaigre de cidre, le sirop d’agave ou d’érable, ainsi que le jus de pommes.
  2. Incorporer la farine, la poudre d’amande, la poudre levante, le bicarbonate alimentaire, le sel et l’extrait d’amande amère.
  3. Graisser un moule (avec de la margarine, de l’huile de coco, de tournesol ou d’olive) de 16 à 18 cm et y verser la préparation.
  4. Enfourner 35 à 40 minutes à 180°C (th.6). Vérifier la cuisson en piquant le cœur du gâteau avec la lame fine d’un couteau : cette dernière doit ressortir sèche. Le temps de cuisson peut varier en fonction des fours.
  5. Laisser reposer avant de démouler et de découper.

Notes :

  • Pour un gâteau sans gluten, optez pour un mélange de farines sans gluten, comme par exemple : 150 g de farine de riz semi-complet ou complet + 60 g de farine de millet, de quinoa ou de sarrasin, ou encore de fécule de maïs/pomme de terre ou d’arrow-root. Pour une version pauvre en gluten et légère, je vous recommande d’utiliser 210 g de farine de petit-épeautre. Si vous avez un système digestif qui supporte le gluten, une farine d’épeautre T70 sera appréciée. Et puis si jamais vous êtes un(e) inconditionnel(le) de la farine de blé, une farine T65 sera très bien.
  • Optez pour une version cake en versant la préparation dans un petit moule à cake.
  • Conservation : le gâteau, qui ne contient pas de matière grasse, conserve son moelleux très peu de temps. Aussi, je vous recommande de le manger dans les deux jours, de l’envelopper dans un torchon propre et de le stocker au frais.

Gâteau à l'orange 4

Gâteau à l’amande et au chocolat en forme de sapin, décoré de super-fruits séchés et de noix de coco râpée

Glaçages recommandés

Au lait de coco

  • 200 g de lait de coco en conserve (celui de la marque bio Organi est parfait)
  • 1 c. à soupe de sirop d’agave ou d’érable
  • 2 c. à soupe de jus d’orange

Méthode :

  1. Placer la conserve de lait de coco au réfrigérateur pendant 4 heures au moins.
  2. Verser la crème solide de coco dans un saladier et ajouter le sirop ainsi que le jus.
  3. Fouettez une à deux minutes.
  4. Répartir le glaçage uniformément sur le gâteau et laisser complètement refroidir, de préférence au frais.

Au chocolat

  • 100 g de chocolat noir à pâtisser
  • 2 c. à soupe de lait végétal au choix

Méthode :

  1. Casser le chocolat en morceaux et le placer dans un bol avec le lait végétal.
  2. Faire chauffer au bain-marie, jusqu’à ce que le chocolat soit fondu.
  3. Bien mélanger la préparation.
  4. Répartir le glaçage uniformément sur le gâteau et laisser complètement refroidir, de préférence au frais.

Notes :

  • Je vous recommande le glaçage au lait de coco pour le gâteau à l’orange et celui au chocolat pour le gâteau à l’amande. Cela étant dit, le chocolat fonctionne très bien avec l’orange également.
  • Vous pouvez également et tout simplement saupoudrer votre gâteau de sucre glace, comme sur la photo.
Print Friendly, PDF & Email