Archives de catégorie : BLOG

La nouvelle loi de protection des animaux du Luxembourg dont la France devrait s’inspirer

Depuis le début du mois, le Luxembourg applique une nouvelle loi sur la protection des animaux qui supplante les lois françaises en la matière. Bien qu’elle n’interdise pas les industries qui font tant souffrir les animaux pour notre alimentation, notre habillement, nos expérimentations ou notre divertissement, elle marque une prise de conscience grandissante de l’importance des droits des animaux et apporte des avancées importantes.

Voyons les principales mesures qu’elle contient.

Des avancées certaines

  • L’abattage doit être fait après étourdissement
  • Toute intervention douloureuse doit être pratiquée sous anesthésie et les amputations sans motifs vétérinaires sont prohibées, ce qui devrait signer la fin de l’épointage des becs de poules et des castrations à vif de porcelets
  • Il est désormais interdit de décerner des animaux à titre de prix, par exemple lors de foires ou de concours
  • Le gavage pour la production de foie gras est interdit
  • La loi n’autorise pas les élevages dont l’objectif principal est de prendre la peau, la fourrure, les plumes ou la laine des animaux
  • La chasse à courre est interdite
  • La vente ou le don de chiens ou de chats dans des commerces, des marchés ou dans la rue est interdite, une mesure qui va dans le bon sens tant les refuges sont déjà pleins d’animaux à adopter
  • La loi demande aux citoyens de porter secours à tout animal « souffrant, blessé ou en danger».

Les avancées potentielles :  un essai à transformer

Le futur dira si certains des nouveaux droits vont être appliqués ou rester théorique, comme c’est le cas en France où les propriétaires d’animaux sont censés les garder dans des conditions compatibles avec leurs « impératifs biologiques » mais les enferment dans des espaces minuscules et inadaptés, dans les élevages intensifs, des zoos et des cirques.

L’article 4 du chapitre 2 de la loi de Luxembourg déclare que :

(1) Toute personne qui détient un animal, qui en a la garde ou qui en prend soin est tenue :

  1. de donner à l’animal l’alimentation, l’abreuvage et les soins appropriés à son espèce et de lui fournir un logement adapté à ses besoins physiologiques, éthologiques et écologiques;

  2. d’éviter de restreindre les besoins naturels d’exercice et de mouvement d’un animal de façon à ce qu’il n’en résulte pour lui des douleurs, des souffrances, des angoisses, des dommages ou des lésions […]

ce qui pourrait annoncer l’interdiction des élevages de poules en batterie, de lapins en cage, de l’enfermement des bovins et les fermes-usines de poulets ou de cochons. Ou rester lettre-morte.

L’article 17 de la loi prévoie des sanctions pénales bien définies pour toutes les infractions à la loi, ce qui la rend plus crédible. Cependant, certaines amendes sont très faibles et donc peu dissuasives. Il serait rentable pour un industriel de payer une hypothétique amende de 25 à 1000 € seulement, et de continuer à enfermer des animaux dans des conditions inadaptées.

Les oubliés de la loi

Les zoos et les cirques pourront toujours détenir et faire du profit aux dépends d’animaux que seul leur environnement naturel peut satisfaire.

Les laboratoires pourront continuer à faire leurs expériences archaïques et cruelles sur les animaux et des tortures qui seraient punies partout ailleurs deviennent légales lorsqu’elles sont infligées par des expérimentateurs.

Ce que peut faire la France, tout de suite

Pour obtenir des avancées dans notre pays, soyons nombreux à signer ces deux pétitions nationales :

Ce que vous pouvez faire

Inutile d’attendre des lois pour venir en aide aux animaux. La meilleure chose que vous puissiez faire, c’est de devenir végan. Demandez gratuitement votre « Guide du végan en herbe » pour commencer.

L’article La nouvelle loi de protection des animaux du Luxembourg dont la France devrait s’inspirer est apparu en premier sur PETA France.

Dans une nouvelle vidéo, Natalie Portman incite à la compassion envers les animaux

Natalie Portman apparaît dans une nouvelle vidéo de PETA rendant hommage à la mémoire d’Isaac Bashevis Singer (1902–1991), ardent défenseur des droits des animaux qui remporta le Prix Nobel de littérature il y a 40 ans.

« Isaac Singer a grandi en Pologne, dans la même région que ma famille », explique l’actrice dans cette vidéo. « Et comme eux, il a fui les horreurs de l’Holocauste. Mais les cruautés dont il a été témoin ont fait de Singer l’un des écrivains les plus édifiants du 20ème siècle. »

Les personnages principaux de ses grands succès littéraires sont des fers de lance de la lutte pour les droits des femmes, des homosexuels et en particulier des droits des animaux.

« Je ne suis pas devenu végétarien pour ma santé, mais pour la santé des poulets » a un jour déclaré l’auteur.

Dans son roman autobiographique Shosha, le célèbre auteur juif a écrit, au sujet des animaux, cette phrase qui restera dans les annales : « Nous faisons subir aux créatures de Dieu, ce que les Nazis nous ont fait subir ». La tribune The Slaughterer, qu’il écrivit pour The New Yorker, relate l’histoire d’un jeune homme qui adore les animaux mais qui est nommé sacrificateur rituel de sa commune. Perturbé par la cruauté de son travail, il s’interroge à propos des origines de la violence.

Isaac Singer écrit ainsi :

« Tant que les êtres humains continuent à répandre le sang d’innocentes créatures, il ne peut y avoir ni paix, ni liberté, ni harmonie. Le massacre et la justice ne peuvent pas coexister. »

« Aujourd’hui, nous sommes nombreux à défendre les animaux, mais ce n’a pas toujours été le cas », explique Natalie Portman, dont la nouvelle vidéo pour PETA est destinée à faire connaître l’héritage d’Isaac Singer aux jeunes générations. « Il y a plusieurs décennies, un homme a exprimé la condition critique des animaux si clairement et hardiment qu’il était impossible pour le monde moderne de l’ignorer. »

Moby a produit la bande-son de la vidéo, qui a été réalisée par le cinéaste Jesse Dylan, dont le père, Bob Dylan, a été inspiré par Isaac Singer dans les années 60.

Défendez les animaux comme Natalie Portman et Isaac Bashevis Singer

Notre nouvelle vidéo se centre sur la contribution d’Isaac Bashevis Singer à la lutte pour le respect des animaux, décrit par Natalie Portman, mais l’actrice elle-même n’est pas en reste. Dans de nombreux entretiens avec la presse elle discrédite certains mythes sur le mode de vie végan et rappelle à ses fans à quel point il est essentiel de considérer les animaux comme les êtres sensibles qu’ils sont et les laisser hors de nos assiettes.

Il est extrêmement simple de suivre l’excellent exemple de ces deux personnalités. Référez-vous à notre Guide du végan en herbe gratuit, il contient des conseils et informations pour faciliter la transition vers un mode de vie sans cruauté envers les animaux.

L’article Dans une nouvelle vidéo, Natalie Portman incite à la compassion envers les animaux est apparu en premier sur PETA France.

Comment lutter contre les abandons pendant les vacances ?

Les grandes vacances, sources de plaisir et de relaxation pour certains, riment avec détresse et solitude pour des milliers d’autres. La France se situe en tête de l’Europe en terme d’abandon – pas de quoi être fier. Sur les 100 000 animaux abandonnés dans le pays chaque année, 60 000 le sont pendant les vacances d’été.

Dans les mois qui vont suivre, d’innombrables animaux seront délaissés par leurs maîtres, qui considèrent leurs vacances plus importantes que la vie de leur chien ou chat et le lien tissé avec ces êtres sensibles et affectueux. Certains arriveront dans un refuge, leur donnant une petite chance d’être adoptés. D’autres seront abandonnés sur la voie publique, sur des aires d’autoroute ou attachés dans des lieux difficiles d’accès, les exposant à la faim, aux collisions avec des voitures et aux maladies.

Chaque été, les refuges déjà surpeuplés tombent en état de crise et peinent à s’occuper de tous leurs pensionnaires, chacun d’eux nécessitant soins, nourriture, attention et promenades.

Cette année, les abandons touchent toute la France, de Quimper à Perpignan :

En Bretagne, les associations locales désespèrent car, comme tous les ans, les abandons de chiens et de chats sont massifs en cette période estivale. Selon la responsable de la SPA de Quimper, la situation est alarmante et ne présente aucune amélioration, comme si le message ne rentrait pas.

« Il faut expliquer au maître qu’un animal n’est pas une peluche. »

Et dans les Pyrénées-Orientales :

« Depuis le mois de juin, que ce soit à Rivesaltes, Torreilles ou Perpignan, les boxes des associations ne cessent de se remplir. »

Rien n’excuse de sacrifier son compagnon pour partir en vacances. Il existe plusieurs solutions faciles et abordables qui permettent de planifier un voyage tout en prenant son animal en compte :

  1. Se renseigner à l’avance

Cela peut paraître simple, mais la meilleure astuce pour des vacances sans tracas (et sans déchirement) est de prévoir d’emmener son animal avec soi. De nombreux hôtels, campings et autres types d’hébergements accueillent les animaux de compagnie, moyennant ou non un petit supplément (renseignez-vous par téléphone ou cochez la case « animaux acceptés » au moment de réserver). Si vous planifiez des vacances au bord de la mer, consultez cette carte des plages où les chiens sont autorisés.

  1. Demandez à ses proches

Il suffit de demander ! Vos proches, collègues ou voisins peuvent être prêts à s’occuper de votre compagnon pendant que vous partez en vacances.

  1. Le gardiennage

De nombreux sites et applications offrent des services de gardiennage d’animaux par des particuliers ou des professionnels. L’inscription est simple et ces services permettent de sélectionner des personnes de confiance dans votre région, qui peuvent garder vos animaux chez vous ou chez elles. Prix moyen par jour : de 8 à 10 euros.

  1. Les pensions pour animaux

Il existe également des pensions ou chenils qui prennent en charge chats, chiens et autres animaux. Bien que les prix peuvent y être un peu plus élevés, ces endroits offrent à votre animal les soins et l’attention qu’il nécessite. Il est préférable de prendre le temps de choisir une pension de qualité, et de s’y rendre à l’avance pour s’assurer que son animal y sera bien pris en charge. Prix moyen par jour : 10 à 15 euros.

En plus d’être cruel, l’abandon est criminel

La législation française défini l’abandon d’un animal de compagnie comme un acte de cruauté passible de deux ans d’emprisonnement et 30 000 euros d’amende (article 521-1 du Code pénal).

L’accueil d’un animal de compagnie demande réflexion 

Cela peut sembler évident, mais il semble important de le rappeler : l’accueil d’un nouveau membre de la famille implique de prendre d’importantes considérations en compte. Un animal demande des ressources financières (nourriture, jouets, frais vétérinaires) et un engagement dans la durée au niveau du temps et de l’organisation de son planning et, bien sûr, de ses vacances. Ce n’est pas une décision qui peut être prise à la légère, au contraire, elle a besoin d’être mûrement réfléchie.

La crise et son remède

Certains refuges deviennent si pleins quand la vague d’animaux abandonnés les assaille en période estivale qu’ils n’ont d’autre choix que de les euthanasier, faute de place et de ressources disponibles. Ainsi des animaux affectueux, doux et en parfaite santé finissent leur vie dans une cage et sont détruits seulement parce que des personnes inconscientes ont acheté un être vivant sur un coup de tête. La faute n’est pas celle des refuges, qui s’acharnent pour accueillir et faire adopter autant d’individus que possible, mais bien celle des consommateurs.

© iStock.com/snb2087

Parmi les solutions vitales à cette problématique d’envergure, l’éducation et la sensibilisation sont prioritaires. Le meilleur moyen de prévenir cette crise est de toujours faire stériliser son animal de compagnie, de promouvoir la stérilisation des chiens et des chats pour éviter de contribuer aux nombres d’individus sans foyer, et de ne jamais acheter d’animaux (que ce soit auprès d’éleveurs, en animalerie ou sur des sites de vente en ligne). Si vous souhaitez accueillir un animal chez vous et que vous êtes certains d’être prêts à vous en occuper pour le restant de ses jours, rendez-vous dans un refuge animalier. Vous sauverez deux vies : celle de l’animal adopté, et celle de celui qui pourra prendre sa place au refuge et avoir une chance de trouver un foyer.

Il n’y a simplement pas assez de familles pour tous les chiens et les chats qui sont mis au monde par les élevages et les animaleries. Et souvent, ces animaux proviennent d’élevages-usines où les reproductrices sont maintenues toute leur courte vie dans des boxes étroits ou dans des caves sombres, font portée sur portée, se voient retirer leur progéniture à un jeune âge et sont tuées ou abandonnées lorsqu’elles ont passé l’âge de « produire » des petits.

Un changement à grande échelle est nécessaire

Les mentalités évoluent vis-à-vis la cause animale mais un changement urgent doit s’opérer au niveau sociétal : Les animaux ne sont pas des objets de consommation, ce sont des êtres sensibles.

Consultez notre liste de conseils pour aidez les animaux abandonnés pendant les vacances :

L’article Comment lutter contre les abandons pendant les vacances ? est apparu en premier sur PETA France.

Les snacks végans à déguster en soutenant les Bleus

Après avoir battu la Belgique en demi-finale, l’équipe de France se retrouve dimanche dans la finale de la Coupe du Monde 2018. Qu’on soit fan de foot en toute saison où qu’on ne devienne supporter qu’une fois tous les quatre ans, une chose est certaine : on peut facilement soutenir son équipe sans soutenir les cruelles industries de la viande, des œufs et des produits laitiers en éliminant les produits provenant d’animaux pour les remplacer par des alternatives véganes.

Voici quelques suggestions d’encas favoris des fans de foot en version végétale pour partager un moment de convivialité sans cruauté.

1. PIZZA

Incontournable plat pour tout fan de ballon rond, la pizza est très facilement véganisable. Qu’on la fasse soi-même où qu’on la commande, il suffit d’y faire fondre du fromage végétal ou de la déguster sans fromage (un filet d’huile d’olive est plus sain et suffit à relever le goût des délicieux légumes qui peuvent la décorer). On peut également y ajouter des simili-viandes : saucisses sans viande, haché végétal ou « peppéroni », par exemple.

Voici 7 idées de garnitures variées et goûteuses.

Lidl propose même depuis peu une pizza végane (au rayon des surgelés, à 1,29 euros seulement).

2. WINGS

Pendant que les adversaires mangent le gazon, pourquoi ne pas se régaler de ces « wings » à base de choux-fleur, saines, simples à préparer et aussi savoureuses que le magnifique doublé du jeune Kylian M’Bappé contre l’Argentine.

3. NUGGETS

Aujourd’hui, les « nuggets » végans sont disponibles dans de nombreux grands supermarchés, mais vous pouvez aussi les faire vous-même !

4. HOT DOGS

Et pour une ambiance gradins, préparez-vous quelques succulents hot-dogs végans (ou galettes-saucisses végétales si vous vous trouvez en Bretagne) à partir de saucisses de soja, de seitan ou de tofu ou même en confectionnant vous-même vos « knacks » sans viande maison.

Pour varier les plaisirs (et les taux de sodium) testez ces hot-dogs de carottes, dont la vraisemblance vous marquera tout autant qu’Antoine Griezmann.

5. BURGERS

Ajoutons ce symbole de la junk food par excellence. Voici une sélection de recettes de burgers maison.

Pour un sandwich plus rapide à préparer, rendez-vous au supermarché armé de notre liste des meilleures alternatives à la viande, et pour quelques astuces pour réussir son barbecue végan, consultez notre article (avec recettes) :

En attendant que vos sandwichs et simili-carnés soient prêts, grignotez gaiement dès le coup d’envoi les innombrables encas qui ne contiennent généralement pas de produits issus de l’exploitation animale (chips, biscuits apéritifs, tortillas et guacamole ou salsa, popcorn, cacahuètes, olives, tomates cerises et autres crudités…)

Pour plus d’inspiration gustative, consultez notre liste d’encas « végans par accident », parfaits à déguster tout en observant son équipe fouler la pelouse depuis le canapé.

6. GLACES

À la mi-temps, rafraîchissez-vous grâce à cette sélection de glaces maintenant disponibles en France (oui, vous avez bien lu, les glaces Ben & Jerry’s véganes ont atterri dans l’Hexagone).

La maltraitance d’êtres sensibles qu’implique nécessairement la production de viande et d’autres produits issus d’animaux est effroyable, inutile et en totale inadéquation avec l’esprit euphorique d’un match. Devenez défenseur des animaux, taclez la cruauté à laquelle il sont soumis lorsqu’exploités pour leur chair et partez sur une trajectoire plus saine et plus écologique en donnant le carton rouge à la viande, aux œufs et au lait.

Les animaux dans les élevages sont confinés, mutilés, séparés de leurs familles et abattus de manière terrifiante et violente. Quoi de moins fair-play ?

via GIPHY

Vous pouvez vous démarquer dès aujourd’hui et devenir un champion pour les animaux en vous engageant à ne pas les consommer. Pour ce faire, plongez-vous dans notre Guide du végan en herbe gratuit qui contient toutes les informations nécessaires à se glisser sans accroche dans un mode de vie sans cruauté.

L’article Les snacks végans à déguster en soutenant les Bleus est apparu en premier sur PETA France.

Pampelune 2018 : une action retentissante organisée en amont du lâcher de taureaux

Aujourd’hui, plus de 100 soutiens de PETA Royaume-Uni et du groupe de protection animale espagnol AnimaNaturalis ont marché au rythme des tambours en direction de la Plaza Consistorial de Pampelune, en Espagne. Armés de panneaux proclamant « Mettez fin aux sanglantes corridas », les manifestants ont donné de la voix afin de protester contre la cruelle course de taureaux organisée chaque année pendant la Feria de San Fermín. Répartis entre « coureurs » et « taureaux », ils ont tiré des fusées rouge sang dans le ciel pour réclamer la fin de la torture et du massacre annuel de taureaux.

Des touristes se rendent à Pampelune chaque été pour y assister aux courses de taureaux, la plupart sans réaliser que chacun des animaux terrifiés qu’ils pourchasseront dans les rues étroites et pavées de la ville seront morts quelques heures plus tard, après avoir été poignardés à mort dans l’arène lors d’une corrida.

Parmi les manifestants figurait Anissa Putois de PETA France, qui explique les raisons de sa participation à l’action :

La centaine de manifestants qui ont fait le déplacement représentent l’immense majorité des personnes qui, en Espagne, en France, et ailleurs, s’opposent vivement à la tauromachie et aux courses de taureaux. Il est grand temps que cette soi-disant « tradition », qui n’est en réalité rien de plus qu’un atroce bain de sang, soit reléguée aux pages les plus sombres des livres d’histoire. »

En France, 74 % de la population française souhaite que la corrida soit interdite, selon un sondage récent, et à Madrid, considéré comme le lieu de naissance de cette « tradition », des milliers de personnes ont défilé en mai pour appeler à la fin de ce carnage. Un sondage récent en Espagne a révélé qu’une écrasante majorité d’Espagnols – 81 % – ne soutiennent pas les corridas et que cette proportion atteint 93 % chez les 16 à 24 ans.



Le vent tourne contre la tauromachie : plus de 100 municipalités en Espagne ont d’ores et déjà interdit les corridas, ainsi que la province des Baléares. Mais à Pampelune, les taureaux sont toujours torturés avec des aiguillons électriques et des bâtons pointus jusqu’à l’arène, où pas moins de huit hommes frappent et piquent chaque animal à coup de dagues et de banderilles pointues jusqu’à ce qu’il ait perdu tant de sang qu’il peine à se tenir debout. Une fois qu’il gît à bout de forces, le matador poignarde l’animal à l’épée, avant qu’un bourreau ne lui sectionne la moelle épinière. De nombreux taureaux sont paralysés mais encore conscients lorsqu’ils sont traînés hors de l’arène à l’aide de chaînes.

PETA et d’autres associations de protection animale luttent depuis longtemps contre le massacre qui a lieu tous les ans à Pampelune. Vous pouvez également agir. Pedro Sánchez, le nouveau premier ministre espagnol, a l’opportunité d’agir pour les animaux en faisant interdire les corridas et les courses de taureaux. Signez notre pétition lui demandant de soutenir une interdiction nationale de ce genre au niveau national.

Signez la pétition

Vous pouvez également contacter les maires des villes françaises qui continuent d’autoriser ces pratiques atroces pour les appeler à y mettre fin :

Contactez les maires

L’article Pampelune 2018 : une action retentissante organisée en amont du lâcher de taureaux est apparu en premier sur PETA France.

Des images révèlent la sanglante réalité des Fêtes de Pampelune

Des photos bouleversantes prises par des militants de l’association espagnole Tras los Muros révèlent la sanglante fin réservée aux taureaux pourchassés durant la Feria de San Fermín qui a lieu chaque été à Pampelune, en Espagne.

Les touristes qui, saouls, participent ou assistent à la course (durant laquelle des taureaux terrorisés sont contraints à force de coup de bâton et de décharges électriques à cavaler dans les rues étroites de la ville) ne réalisent souvent pas comment les festivités se terminent pour ces mêmes animaux, une fin atroce et horrifiante qui a tout d’un véritable cauchemar pour ces êtres innocents.

Les images qui suivent mettent au jour toute l’horreur de ce festival :

ATTENTION : CES IMAGES PEUVENT CHOQUER

Avant le début de l’affrontement, les chevaux se font bander les yeux pour faire en sorte que, pris de terreur, ils ne cherchent pas à s’échapper de l’arène. Ils sont souvent blessés au cours du « spectacle » violent qu’est une corrida.

Un picador à dos de cheval s’apprête à enfoncer une lance en métal dans le dos du taureau. Ces hommes armés entaillent et transpercent la chair de l’animal, afin de freiner son avancée et d’entraver ses mouvements.

Le matador tourmente ensuite le taureau, qui est déjà exténué, blessé et se vide lentement de son sang.

À bout de forces et désespéré, le taureau s’écroule et le matador délivre l’estocade, le dernier coup d’épée censé tuer l’animal, mais qui souvent ne fait que le meurtrir davantage.

Le spectacle est terminé, mais la souffrance du taureau ne l’est pas. Il est traîné au sol par des chaînes, laissant derrière lui une coulée de sang.

Toujours vivant, il gît à terre, saignant à profusion.

Un jeune enfant observe la scène, malgré un récent appel de l’ONU demandant à l’Espagne d’interdire l’accès aux corridas aux moins de 18 ans au nom des droits de l’enfant.

Le taureau est suspendu par une patte, la tête en bas, avant d’être égorgé puis qu’on le laisse lentement se vider du reste de son sang jusqu’à ce que mort s’ensuive.

Voilà la fin qu’a subi cet animal, et celle réservée à d’innombrables autres taureaux, en Espagne et en France, qui seront massacrés de la même manière lente, terrifiante et douloureuse au nom d’une « tradition » que la majeure partie de la population dans ces deux pays ne souhaite pas préserver.

En France, un sondage récent révèle que

74 % de la population souhaite que la corrida soit interdite. Et en Espagne, c’est une écrasante majorité – 81 % – qui ne soutient pas les corridas, une proportion qui atteint 93 % chez les 16 à 24 ans.Tas los Muros

Ce que vous pouvez faire pour les taureaux

Ne participez jamais à une cruelle course de taureaux, n’achetez pas de billets pour les corridas, et incitez tout votre entourage à en faire de même. Signez également notre pétition au Premier Ministre espagnol, lui demandant d’interdire ces événements cruels.

Vous pouvez également contacter les maires des villes taurines ici en France pour leur demander d’agir avec compassion pour les animaux en y prohibant la tauromachie.

L’article Des images révèlent la sanglante réalité des Fêtes de Pampelune est apparu en premier sur PETA France.

Conseils pour protéger les animaux de la chaleur cet été

Les températures grimpent cette semaine, et ce ne sont pas que les humains qui peuvent être amenés à souffrir des grandes chaleurs et des canicules. Celles-ci peuvent même être plus pénible pour nos chats et nos chiens, à cause de leur pelage ainsi que d’autres caractéristiques physiologiques. Contrairement à nous, ces animaux transpirent peu et ont plus de mal à se ventiler.

Voici quelques conseils qui peuvent permettre de les protéger au mieux :

  • Laissez vos chiens à l’intérieur

À la différence des humains, les chiens ne peuvent se refroidir qu’en haletant et en transpirant par leurs coussinets. Les hautes températures peuvent occasionner un coup de chaleur ou des séquelles permanentes et même s’avérer fatales. Offrez leur la possibilité de se mettre sur un sol frais et d’avoir accès à un espace suffisamment frais et aéré ainsi qu’un accès libre à l’eau. Vous pouvez également envisager de les brosser pour retirer leur sous-poil et d’augmenter la part d’aliments humides.

  • Fournissez de l’eau et de l’ombre

Si les animaux doivent être laissés à l’extérieur, il faut leur donner de l’eau à profusion (ils doivent pouvoir s’hydrater souvent et facilement) et suffisamment d’ombre, tout en tenant compte du déplacement du soleil. Même de courtes durées d’exposition directe au soleil sont susceptibles d’entraîner des conséquences graves pour leur santé.

  • Marchez, ne courez pas

Lorsque qu’il fait très chaud et humide, ne faites jamais faire d’exercice à votre chien en le faisant courir à côté de votre vélo ou en l’emmenant courir avec vous. Voulant vous faire plaisir, le chien s’écroulera avant d’abandonner, et il sera alors peut-être déjà trop tard pour le sauver. Promenez plutôt votre chien aux heures de la journée les plus fraîches, soit tôt le matin ou plus tard dans la soirée.

  • Prenez garde aux sols exposés au soleil

Rappelez-vous que quand il fait chaud, le goudron peut chauffer jusqu’à atteindre entre 55 et 80 degrés, ce qui suffit à gravement brûler les pattes d’un animal. Si le goudron vous semble chaud au toucher, il peut causer de douloureuses brûlures aux coussinets de votre chien et même les endommager de manière permanente. Privilégiez l’herbe et éviter si possible les sols chauds, ou attendez qu’ils rafraichissent pour promener votre compagnon.

  • Fournissez de l’eau et de la fraîcheur lors de longs voyages en voiture

En voiture avec vos compagnons, roulez les fenêtres ouvertes ou utilisez l’air climatisé, sans toutefois en abuser, afin d’éviter les chocs thermiques. Lors de longs trajets, arrêtez-vous souvent pour prendre l’air et donner de l’eau à votre animal.

  • Ne laissez jamais un animal dans une voiture en stationnement par temps chaud

Chaque été de nombreux animaux souffrent et meurent quand ils sont négligemment laissés dans une voiture – même garée à l’ombre, les fenêtres entrouvertes, et même si ce « n’est que pour un instant ». Un chien enfermé dans une voiture en stationnement peut mourir d’un coup de chaleur en quelques minutes, y compris lorsque la voiture n’est pas garée au soleil.

Lorsqu’il fait 26 degrés, la température à l’intérieur d’une voiture à l’ombre peut être de 32 degrés, et l’intérieur d’une voiture garée au soleil peut atteindre les 70 degrés en quelques minutes seulement. Les chiens peuvent mourir rapidement si leur température corporelle dépasse les 41 degrés. Cela met en danger leur foie et leur capacité à contrôler leurs muscles, leur cerveau peut être endommagé de manière irréversible et leur cœur peut cesser de battre. Il s’agit là d’une façon de mourir terrifiante et extrêmement douloureuse.

Pour mettre cet avertissement en image, l’actrice italienne Elisabetta Canalis prend la place d’un chien laissé seul dans une voiture lors d’une forte chaleur dans ce clip torride de PETA.

  • Comment aider un chien piégé dans une voiture par temps de chaleur

Si vous apercevez un chien en détresse dans une voiture, relevez le modèle et la couleur du véhicule, ainsi que le numéro de la plaque d’immatriculation et appelez la police, puis essayez de retrouver le propriétaire de la voiture si possible. Assurez-vous que quelqu’un garde un œil sur l’animal pour évaluer l’urgence de la situation.

Si la police n’intervient pas ou n’arrive pas à temps et que la vie du chien semble être en danger imminent, entourez-vous d’un ou plusieurs témoins qui pourront confirmer votre évaluation de la situation, puis entreprenez de libérer l’animal en souffrance du véhicule, transportez-le à l’ombre et attendez l’arrivée de la police.

  • Les symptômes d’un coup de chaleur et comment y remédier

Tout chien présentant un ou plusieurs symptômes d’un coup de chaleur – agitation, halètement rapide ou pénible, vomissements, état léthargique, manque d’appétit ou de coordination – a besoin de soins urgents, sa vie peut basculer en quelques minutes seulement. Vous pouvez tenter de le rafraîchir en lui mettant de l’eau à disposition et en lui appliquant une serviette humide et froide sur la tête et la poitrine, ou bien en l’immergeant progressivement dans de l’eau tiède (jamais glacée). Ensuite, conduisez rapidement l’animal chez un vétérinaire.

Partagez ces informations ; vous pourriez sauver une vie !

L’article Conseils pour protéger les animaux de la chaleur cet été est apparu en premier sur PETA France.

Ce sont les animaux qui ont un réel besoin de protection

La Confédération Française de la Boucherie (CFBCT) a adressé cette semaine une lettre au ministre de l’Intérieur demandant au gouvernement d’intervenir pour « protéger » la profession.

Il serait plus à propos de parler des individus qui ont un réel besoin de protection : les millions de vaches, cochons, poules et autres animaux qui sont confinés, mutilés et massacrés pour finir sur l’étalage des bouchers. Malgré des vidéos d’enquêtes révélant leurs souffrances quotidiennes, ces êtres sensibles continuent de subir des atrocités, desquelles il est véritablement urgent de les protéger.

Nous sommes une association pacifiste, qui prône la non-violence, et nous n’excusons donc aucun acte violent. Cependant, l’impatience vis-à-vis de progrès à grande échelle trop lents à advenir et de la frustration causée par la situation de blocage au niveau législatif, qui motivent ces actes, peuvent se comprendre.

Tous les jours, des porcelets sont arrachés à leurs mères (qui, elles, sont confinées si étroitement qu’elles ne peuvent ni se retourner ni prendre soin de leurs petits) pour se faire castrer, rogner les dents et couper la queue, le tout sans traitement antidouleur.

Cochons à Quimper – L214

Des vaches sont inséminées de force et à répétition, de jeunes agneaux sont suspendus et égorgés, des poulets se font épointer le bec au fer rouge, entassés par milliers dans des hangars puis, à l’abattoir, sont plongés dans un bain électrifié avant d’être tués.

Jo-Anne McArthur / We Animals

Les mœurs et les goûts changent et il est grand temps que ceux qui travaillent dans l’industrie de la chair animale se reconvertissent vers une production alimentaire non-violente, sans cruauté ni cadavres.

Rappelons donc que les véritables victimes de violence dans l’industrie de la viande sont les animaux exploités pour leur chair, et qu’il est urgent de faire cesser la cruauté à leur encontre en faisant la transition vers une alimentation sans produits issus de leur souffrance.

L’article Ce sont les animaux qui ont un réel besoin de protection est apparu en premier sur PETA France.

Victoire pour les lapins : Gucci bannit la laine angora

Encore une excellente nouvelle de la part d’un grand nom de la mode ! Après avoir été contacté par PETA États-Unis, Gucci (qui a bannit la fourrure de ses collections en 2017, suivant plus de 20 ans de protestations de la part de PETA États-Unis) renonce maintenant à l’angora.

Cette décision fait suite à l’enquête diffusée par PETA, révélant que des lapins vivants se font arracher la fourrure dans les élevages producteurs d’angora, tandis que ces animaux terrifiés hurlent de douleur.

La plupart des lapins exploités dans la production d’angora sont étendus et maintenus sur des planches et leur fourrure leur est arrachée par poignées tous les trois mois. D’autres sont ligotés fermement avant que leurs poils ne soient coupés ou tondus, et que leur peau délicate soit meurtrie par les outils pointus utilisés, tandis que, désespérés, ils se débattent pour tenter d’échapper à cette torture.

Gucci rejoint ainsi des centaines d’autres marques, dont La Halle, The Kooples, Calvin Klein, Ralph Lauren, Gap et ASOS, qui se sont engagées à ne plus vendre ni fourrure ni angora après avoir été contactés par PETA ou ses affiliées internationales.

Agissez pour les lapins qui continuent de souffrir

Qu’il soit produit en France, en Chine ou ailleurs, l’angora éthique n’existe pas. Partagez ces informations avec votre entourage pour aider à mettre fin aux souffrances de ces animaux et engagez-vous à ne jamais porter ni acheter de laine angora.

L’article Victoire pour les lapins : Gucci bannit la laine angora est apparu en premier sur PETA France.

Mena Suvari dénonce la cruelle industrie du duvet

Le visage entouré de plumes ensanglantées, l’actrice végane Mena Suvari fait la peau à l’industrie du duvet dans une toute nouvelle campagne pour PETA, qui déclare, « La cruauté, je lui vole dans les plumes. La production de duvet est un supplice pour les canards. N’en achetez pas. »

Mena Suvari vole au secours des oiseaux plumés à vif pour le duvet.

Dans l’entretien vidéo qui accompagne l’affiche, Mena Suvari se rappelle du moment où elle a pris connaissance des souffrances que subissent les oiseaux pour le duvet :

« Je me souviens d’être assise chez moi et de regarder une vidéo montrant des oies se faisant arracher les plumes alors qu’elles étaient encore vivantes, et elles hurlaient, » relate-t-elle. « Et c’était vraiment horrifiant. »

Elle s’est immédiatement débarrassé de ses couettes et oreillers remplies de plumes.

« Je ne pouvais même pas m’imaginer posant la tête sur ses oreillers et m’endormir ce soir-là après avoir vu cette vidéo, » dit-elle.

De nombreuses marques ont déjà renoncé à l’utilisation du duvet, dont Monsoon Accessorize, Topshop, Primark, ASOS, Esprit, Gap Inc. Ces entreprises et bien d’autres ont pris cette excellente décision après avoir appris que les oiseaux exploités par l’industrie sont souvent suspendus la tête en bas ou plaqués à terre par des employés qui arrachent violemment leurs plumes par poignées et recousent leurs blessures hâtivement à l’aiguille, sans aucun traitement antidouleur.

L’enquête diffusée par PETA et tournée dans les élevages producteurs de duvet en Chine (d’où provient 80 pour cent du duvet et des plumes utilisés dans le monde), des employés de l’industrie du duvet laissaient des poussins, oies et canards agoniser lentement. Des oiseaux morts pourrissaient dans des caisses et des bassins ou entassés à l’extérieur comme des déchets.

Mena Suvari s’est précédemment associée à PETA États-Unis pour demander l’interdiction de la production de fourrure en Estonie.

Prêtez, vous aussi, votre voix aux oies

L’article Mena Suvari dénonce la cruelle industrie du duvet est apparu en premier sur PETA France.