Archives de catégorie : BLOG

Journée internationale de la non-violence : un tram marseillais véhicule un message antispéciste

Pour la Journée internationale de la non-violence, des « animaux » ont appelé à la paix et à la compassion à bord d’un tram assez spécial : une rame a été entièrement recouverte par PETA d’une campagne antispéciste qui appellent les passants à vivre végan. Des deux côtés du tram, divers animaux – tels qu’un cochon, un mouton ou une oie – déclarent « Non au spécisme », afin de souligner que cette idéologie, qui postule une fausse supériorité de l’être humain sur les autres animaux pour justifier leur exploitation, doit être mise au défi afin de faire cesser les maltraitances à grande échelle d’êtres sensibles.

La Journée internationale de la non-violence est l’occasion de prendre conscience du calvaire que subissent les animaux voués à finir dans nos assiettes et d’agir en conséquence en devenant végans. Pour appuyer le message, des militants costumés ont pris place à bord du tram, brandissant des pancartes où l’on pouvait lire « Non à la violence : devenez végan ».

La non-violence commence dans notre assiette

Célébrée le 2 octobre, jour d’anniversaire de la naissance de Mahatma Gandhi, la Journée internationale de la non-violence constitue une occasion parfaite pour réaffirmer la pertinence universelle de son principe en faisant des choix quotidiens qui ne causent de souffrance à personne. Chacun de nous peut cesser de soutenir la violence à grande échelle perpétrée à l’encontre des animaux élevés pour leur chair, leur lait ou leurs œufs.

En France, plus de 8 animaux abattus sur 10 sont issus d’élevages intensifs. Dans cette industrie, les femelles sont inséminées de force à plusieurs reprises et leurs bébés leur sont arrachés. Les animaux sont mutilés, enfermés dans des conditions insalubres et des environnements surpeuplés. Puis, alors qu’ils ne sont généralement âgés que de quelques mois, ils subissent un voyage stressant et terrifiant vers l’abattoir, où certains sont tués alors qu’ils sont encore conscients. La non-violence commence dans notre assiette, et la première étape pour vivre de manière pacifique est de rejeter la torture et la mort inhérente à la production de produits issus d’animaux.

Le spécisme crée des distinctions arbitraires

La campagne souligne l’hypocrisie sociétale qui régit notre traitement d’une espèce par rapport à une autre et rappelle que tous ces individus méritent de vivre sans souffrance. Il ne nous viendrait jamais à l’esprit de manger un chaton ou un chiot, mais nous consommons des agneaux et des veaux alors que ces individus sont tout aussi joueurs, affectueux et dignes de notre protection et de notre respect. Les cochons emprisonnés dans les élevages industriels sont entassés dans de mornes enclos en béton où ils ne voient jamais le soleil et les éleveurs leur coupent fréquemment la queue et les dents pour éviter les comportements agressifs engendrés par la frustration et le stress du confinement extrême. S’il s’agissait de chiens, de tels actes seraient pénalement répréhensibles – mais comme il ne s’agit « que » de cochons, nos sociétés ne trouvent rien à redire.

Cette campagne met au défi les distinctions arbitraires et spécistes qui font que nous considérons certaines espèces comme étant précieuses tandis que nous payons des bourreaux pour en torturer et en massacrer d’autres. Cela alors que tous – qu’il s’agisse d’un chien ou d’un cochon – ressentent des émotions et tiennent à leur vie.

Agissez dès maintenant

Avec ce message de compassion envers tous les animaux, PETA appelle toute personne à agir à chaque repas contre les violences faites aux cochons, vaches, poulets et autres animaux exploités pour la nourriture en devenant végane. Ces choix sont une forme de protestation non violente qui fait une vraie différence : à la fois en réduisant les profits des entreprises qui nuisent aux animaux ou les tuent, et en créant un marché en croissance pour les produits sans cruauté.

Démarrez sans attendre en commandant notre « Guide du végan en herbe » gratuit pour y trouver des astuces et renseignements sur une alimentation sans produits animaux, et consultez aussi la rubrique « Vivre végan » de notre site pour en savoir plus sur un mode de vie sans cruauté.

L’article Journée internationale de la non-violence : un tram marseillais véhicule un message antispéciste est apparu en premier sur PETA France.

Episode n°97 : Ne plus s’excuser d’être qui on est

Combien de fois dans la journée vous excusez-vous pour… ? La place que prend votre corps, le choix de vos vêtements, vos maux de ventre ou vos migraines, votre appétit, votre coup d’mou… ?   Dans cet épisode, je vous propose de mettre en lumière les différents domaines dans lesquels vous courbez le dos et baissez […]

L’article Episode n°97 : Ne plus s’excuser d’être qui on est est apparu en premier sur Au Vert avec Lili.

Episode n°96 : Coaching, hypnose… des outils qui changent la vie ! – avec Charlotte Ercilla

Coaching, hypnose… des outils qui changent la vie ! Sauf que des fois, on peut se sentir perdu?e quand il est question de choisir un accompagnement, un livre ou une orientation qui permettra de résoudre ses problèmes, de mieux vivre ses émotions, d’atténuer ses maux, de tisser des relations à la nourriture, à soi et […]

L’article Episode n°96 : Coaching, hypnose… des outils qui changent la vie ! – avec Charlotte Ercilla est apparu en premier sur Au Vert avec Lili.

Kohana : la troisième orque en 18 mois meurt au Loro Parque

Le 15 septembre, l’orque Kohana est morte au Loro Parque sur l’île espagnole de Tenerife. Elle n’avait que 20 ans, soit plusieurs dizaines d’années de moins que son espérance de vie naturelle.

Photo d’illustration

Elle est la troisième orque à mourir dans l’établissement au cours des 18 derniers mois, après Ula, qui n’avait que 2 ans, et Skyla, qui avait 17 ans.

Séparée de sa famille et transportée de SeaWorld Orlando à Loro Parque, Kohana a passé des années confinée dans un bassin en béton dénudé de tout et rempli d’eau traitée chimiquement, où elle a été contrainte d’exécuter des tours dégradants en échange de nourriture pour divertir les humains.

Il est tragique qu’elle n’ait jamais pu connaître le sentiment de liberté et que la mort ait été son seul moyen de trouver la paix. Elle méritait tellement mieux.

Les parcs marins sont des mouroirs pour animaux

Regardez ces images, filmées quelques semaines avant la mort de Kohana, et constatez par vous-même que Loro Parque n’est rien d’autre qu’une prison :

Les orques sont des animaux intelligents et sensibles, mais dans les parcs marins, ils sont utilisés comme des machines à gagner de l’argent, confinés pendant des décennies – en isolement ou en groupes incompatibles – dans des bassins environ 10 000 fois plus petits que leur habitat naturel.

Combien d’autres orques mourront au Loro Parque avant que cette prison aquatique ne soit fermée ?

Restez à l’écart des parcs marins

Soyez un voyageur responsable et tenez-vous à l’écart de toutes les attractions qui emprisonnent des animaux sauvages à des fins de divertissement. Lorsque vous réservez vos vacances, choisissez l’un des nombreux voyagistes qui se sont engagés à ne pas vendre de billets pour cet enfer, comme Thomas Cook, TripAdvisor, Virgin Holidays ou Club Med.

Faites-en plus pour les orques captifs

Il est tout à fait honteux que l’agence de voyage TUI – anciennement Thomson Holidays – continue de profiter de la misère de ces animaux hautement intelligents et sociaux. Envoyez dès maintenant un message à l’entreprise pour lui demander de cesser de promouvoir et de vendre des billets pour SeaWorld :

Capturée au large des côtes néerlandaises puis envoyée à Loro Parque, l’orque Morgan est retenue dans un bassin pitoyablement petit depuis une décennie. Prenez quelques minutes pour écrire au gouvernement espagnol pour lui faire savoir que vous voulez voir Morgan transférée dans un sanctuaire côtier :

L’article Kohana : la troisième orque en 18 mois meurt au Loro Parque est apparu en premier sur PETA France.

Le Club Med s’associe à la chef Chloe Coscarelli pour élargir son offre végane

Club Med s’est associé à la célèbre cheffe végane Chloe Coscarelli pour lancer de nouveaux menus 100 % végétaux dans ses huit centres de villégiature des Caraïbes et du Mexique. La cheffe a dirigé cet été une formation de l’équipe culinaire du Club Med afin de développer et rendre plus attractives les options véganes, en proposant par exemple un bourguignon de betteraves, un tartare de tomate au pesto ou encore de l’avocat grillé avec une vinaigrette grenade et truffe.

PETA avait rencontré les représentants de la société avant la crise du COVID pour discuter des attractions avec animaux et des options véganes, et nous nous réjouissons que nos deux demandes aient contribué à une nouvelle politique sur le bien-être des animaux et un élargissement de l’offre alimentaire.

Plus tôt cette année, le Club Med avait en outre annoncé déployer les produits de viande végétale Beyond Meat dans tous ses hôtels d’Amérique du Nord d’ici fin 2022.

 

Manger végan : un engagement envers les animaux et l’environnement

Les industries de la pêche, de la viande, des œufs et du lait sont responsables de la misère et de la mort prématurée que subissent les poissons, cochons, moutons, vaches, poulets, canards, oies et autres animaux qui souffrent chaque minute de leur courte vie dans les élevages.

Pour le Club Med, ces menus végans s’inscrivent également dans le cadre de ses engagements en matière de développement durable. En effet, en plus de nuire à des milliards d’animaux, l’élevage crée aussi de graves dommages à notre planète. A tel point que selon les Nations Unies, c’est l’« un des deux ou trois facteurs contribuant le plus aux problèmes environnementaux les plus sérieux, à tous niveaux, du local au global ».

Une alimentation végane requiert pour sa production beaucoup moins d’eau qu’un régime alimentaire carné, utilise beaucoup moins de terre, et génère beaucoup moins d’émissions de gaz à effet de serre. En mangeant végan, vous pouvez donc réduire de 73 % votre empreinte carbone liée à votre alimentation, et épargner à près de 200 animaux par an une vie de misère et une mise à mort violente.

Agissez avec votre fourchette

Ne pas manger de viande, de poisson, d’œufs ou de produits laitiers est la façon la plus efficace pour chacun d’agir directement pour protéger notre planète et de rejeter la cruauté quotidienne qui se produit dans les abattoirs et les élevages industriels en France et ailleurs.

Pour vous aider à démarrer, commandez notre « Guide du végan en herbe » gratuit rempli d’astuces et de conseils pour chaque étape de votre parcours.

L’article Le Club Med s’associe à la chef Chloe Coscarelli pour élargir son offre végane est apparu en premier sur PETA France.

À défaut de char à voile, PETA appelle le PSG à devenir 100% végan pour le climat

Interpellée, comme beaucoup, par la réaction de Christophe Galtier et de Kylian Mbappé tournant au ridicule une question sur l’impact écologique de l’équipe, PETA a envoyé une lettre à l’entraîneur. L’association lui propose une solution concrète pour compenser en partie l’empreinte carbone du PSG sur la planète, tout en mettant à bon escient son influence auprès des Français : que les joueurs de l’équipe passent à une alimentation 100 % végétale.

PETA a également écrit aux élus de la ville de Paris et au Parc des Princes pour appeler à ce que le Stade propose enfin des options véganes, pour s’inscrire dans une démarche durable et écologique.

Changeons notre alimentation, pas le climat

Après l’été le plus chaud jamais enregistré en Europe et les rapports alarmants unanimes des experts, il n’est plus possible d’ignorer l’urgence d’agir par tous les moyens contre le dérèglement climatique ravageant notre planète. « En devenant végétalien, l’empreinte carbone de l’alimentation d’un joueur passerait […] de 3.3 tonnes à 1.5 tonnes, et en donnant l’exemple à de nombreux supporters, l’impact serait largement multiplié », écrit PETA dans sa lettre.

En plus de protéger la planète et de sauver des vies animales (près de 200 par an), une alimentation végane est bénéfique à un entraînement physique intense. Les protéines végétales sont riches et variées et forment le carburant parfait pour une forte activité physique, ne contenant pas le cholestérol que l’on trouve dans les produits d’origine animale C’est pourquoi certains des sportifs les plus performants au monde s’y mettent, comme le relate le documentaire à succès The Game Changers.

starmaxinc.com

La révolution végétale est déjà en marche dans le milieu du foot

Les adeptes du ballon rond ne font pas exception et de nombreux footballeurs de haut niveau reconnaissent les bienfaits pour leur performance d’une alimentation sans viande, dont Lionel Messi, Jermain Defoe et Sergio Agüero et certains se passent de tout produit d’origine animale, comme Fabian Delph, Hector Bellerín et Chris Smalling. L’attaquant du PSG, Neymar, était passé à une alimentation végane pour guérir d’une blessure.

La révolution végétale se répand également dans des clubs de football tout entiers. Le Real Madrid a reçu un prix de PETA Royaume-Uni pour sa promotion de repas végans. Le Tottenham Hotspur Football Club a organisé le premier match de football « net zéro » au monde, au cours duquel les fans ont été encouragés à manger végan, et le Liverpool Football Club s’est associé à la société d’alternatives végétales à la viande Quorn pour promouvoir des aliments respectueux de la planète auprès de ses supporters.

Le Paris Saint-Germain est déjà au cœur du changement – PETA lui avait décerné son « prix des Game Changers » en janvier, pour l’installation d’un point de restauration 100 % végan dans sa nouvelle boutique des Champs-Elysées – et l’association lui demande maintenant de poursuivre dans sa lancée, pour la planète, pour la santé de ses joueurs et pour les êtres sensibles exploités pour l’alimentation.

Agissez pour la planète et tous ses habitants

Il y a d’innombrables raisons pour lesquelles de plus en plus de personnes ont banni les produits animaux de leur assiette et ont adopté une alimentation éthique et bonne pour leur santé.

Demandez un « Guide du végan en herbe » gratuit pour vous aider à faire la transition vers une alimentation sans viande ni produits d’origine animale, avec plein de conseils pratiques, d’informations et de recettes.

L’article À défaut de char à voile, PETA appelle le PSG à devenir 100% végan pour le climat est apparu en premier sur PETA France.

Angers appelée à interdire les pubs pour la viande à l’instar de sa ville jumelle Harleem

Alors que la ville de Haarlem aux Pays-Bas fait la une des journaux après avoir décidé d’interdire les publicités sur la viande pour lutter contre le changement climatique, PETA appelle Angers, qui est jumelée avec la ville néerlandaise, à suivre cette excellente initiative.

Dans une lettre envoyée au maire d’Angers, Monsieur Jean-Marc Verchère, l’association souligne que : « les publicités pour le tabac sont aujourd’hui interdites car il est indéniablement irresponsable de promouvoir des produits aussi nocifs – mais rappelons que la viande est elle-même extrêmement néfaste, non seulement pour la planète mais aussi pour la santé des consommateurs, ainsi que les milliards d’animaux sensibles sacrifiés à sa production. »

Manger végan profite à l’environnement, aux humains et aux animaux

Tandis que la crise climatique s’aggrave, il n’a jamais été plus urgent de promouvoir, par tous les moyens, une modification de nos habitudes de consommation pour préserver l’environnement. Et les différents rapports du GIEC sont formels : une réduction à grande échelle, voire un arrêt de la consommation de viande, est un des leviers les plus efficaces dans la lutte contre le dérèglement climatique, plus encore que la diminution de l’usage de la voiture ou de l’avion, car selon certaines estimations, les élevages industriels émettent plus de gaz à effet de serre que tous les moyens de transport réunis.

Selon les Nations Unies, l’élevage d’animaux pour l’alimentation est l’« un des deux ou trois facteurs contribuant le plus aux problèmes environnementaux les plus sérieux, à tous niveaux, du local au global ». Cette industrie utilise environ un tiers des terres émergées de la planète et elle décime des forêts et des prairies, transformant des écosystèmes uniques en pâturages pour animaux. L’élevage bovin par exemple est responsable de 65 % de la déforestation de la forêt vierge amazonienne. La production de viande entraîne par la suite d’autres problèmes tels que l’érosion du sol et la pollution des ressources en eau.

En plus de réduire de 73 % l’empreinte carbone liée à l’alimentation, manger végan épargne en outre à près de 200 animaux par an une vie de misère et une mise à mort violente.

N’attendons pas qu’il soit trop tard

Angers, qui se distingue aujourd’hui par sa spécialisation dans le domaine du végétal (en abritant Végépolys Valley, le premier pôle de compétitivité horticole européen, l’Office communautaire des variétés végétales et Terra Botanica, un parc d’attraction sur le végétal), doit aller plus loin et prendre elle-aussi cet engagement vital pour l’avenir de ses résidents et de tous les habitants de notre planète.

Pour vous aider à démarrer dans l’alimentation végane, commandez notre guide gratuit rempli d’astuces et de conseils pour chaque étape de votre parcours.

L’article Angers appelée à interdire les pubs pour la viande à l’instar de sa ville jumelle Harleem est apparu en premier sur PETA France.

PETA rend hommage à Son Altesse Royale la reine Elizabeth II

La reine Elizabeth II sera pleurée par beaucoup. À PETA, nous nous souviendrons de la plus ancienne monarque du Royaume-Uni non seulement comme d’une personne dévouée à ses chiens – déclarant « mes corgis font partie de la famille » – mais aussi comme d’une personne qui a évolué avec son temps. Si le port de la fourrure n’était pas stigmatisé lorsqu’elle est montée sur le trône, ces dernières années, elle a préféré la bonté à la cruauté en la bannissant de sa garde-robe.

En tant que souveraine d’une nation de défenseurs des animaux, elle a donné son assentiment royal à toute une série de lois de protection des animaux au cours de ses 70 ans de règne – interdisant l’élevage d’animaux à fourrure, la chasse avec des chiens et l’utilisation d’animaux sauvages dans les cirques itinérants.

Plus que tout, la reine Elizabeth II restera dans les mémoires comme une personne qui a vécu au service des valeurs de son peuple. Et si elle n’a pas vécu assez longtemps pour voir la peau d’ours utilisée pour fabriquer les bonnets des gardes royaux remplacée par de la fausse fourrure digne d’un monarque du XXIe siècle, une façon d’honorer son héritage serait que le ministère de la Défense britannique s’engage à faire ce changement. En cette période de transition, une relève (et une modernisation) de la garde – qui empêcherait les ours d’être abattus au Canada – serait l’expression de l’évolution permanente de la monarchie britannique moderne.

Nous espérons que cette nouvelle ère verra également le nouveau souverain du Royaume-Uni, le roi Charles, utiliser son pouvoir et son influence pour faire davantage pour protéger les animaux, qui sont parmi les plus vulnérables de notre société. Il a déjà interdit le foie gras – fabriqué en enfonçant des tuyaux dans la gorge des canards et des oies afin de provoquer un gonflement important du foie – dans sa résidence royale. Il a adopté deux chiens, Bluebell et Bath, au foyer pour chiens et chats de Battersea, inspirant d’innombrables personnes à contribuer à atténuer la crise des animaux sans foyer en choisissant d’adopter et non d’acheter. Et il mange végétarien au moins deux fois par semaine pour réduire son impact sur la crise climatique, une question à laquelle il sensibilise depuis longtemps. Mais il reste encore beaucoup à faire. Interdire les pièges à collets – des dispositifs barbares mis en place pour attraper des prédateurs qui réduiraient les populations de jeunes faisans que les chasseurs souhaitent tirer – du domaine de Sandringham serait un point de départ bienvenu. L’interdiction de la chasse au faisan – considérée à juste titre par la majorité du public comme dépassée et cruelle – doit également être une priorité. Après tout, de nombreux Britanniques attendent de la famille royale qu’elle leur donne l’exemple, et de toutes les qualités à imiter, aucune ne saurait être plus importante que la compassion.

Joignez-vous à nous pour demander au ministère de la Défense britannique d’honorer l’héritage de Sa Majesté en mettant rapidement en service une fausse fourrure d’ours :

L’article PETA rend hommage à Son Altesse Royale la reine Elizabeth II est apparu en premier sur PETA France.

Des clous enfoncés dans la tête de serpents vivants pour des accessoires de mode

PETA Asie a publié des images vidéo montrant comment les serpents sont maltraités et tués en Indonésie afin que leurs peaux puissent être vendues à des marques de mode.

Dans l’abattoir, les employés frappent les pythons à la tête avec un marteau et les suspendent à un échafaudage en enfonçant un clou à travers leur tête dans une planche de bois – tout cela alors que les animaux sont pleinement conscients.

Les images montrent ensuite des employés en train d’insérer des tubes dans la bouche des serpents ou de leur couper la queue et de nouer leurs orifices cloacaux pour les remplir d’eau, car cela facilite le dépeçage des animaux. Ces derniers sont contraints d’endurer tout cela alors qu’ils sont pleinement conscients et qu’ils ne bénéficient d’aucun soulagement de la douleur. Les travailleurs dépècent ensuite les serpents alors qu’ils sont probablement encore vivants.

Les images révèlent des faits horribles

Ces images rappellent des révélations similaires sur les abattoirs indonésiens publiées en 2021, qui ont montré que les serpents utilisés dans l’industrie des peaux exotiques sont gonflés à l’aide d’un compresseur d’air avant d’être écorchés. Ces enquêtes avaient permis d’exposer les pratiques des fournisseurs de LVMH, propriétaire de Louis Vuitton.

Aussi mortelle que la fourrure

De la même manière que la demande humaine de fourrure tue l’animal auquel elle a été volée, l’utilisation de la peau de serpent pour la mode se traduit par une mort douloureuse pour les serpents. Si vous ne voulez pas porter de fourrure, ne portez pas de peaux exotiques.

Les créateurs doivent abandonner les peaux exotiques

Torturer des animaux pour fabriquer des sacs à main ou des bottes est archaïque et inacceptable, surtout lorsque des options véganes haut de gamme sont disponibles. La mode doit être un plaisir, pas un fléau, et il est grand temps que l’industrie de la mode renonce définitivement aux peaux exotiques.

Parmi les créateurs qui ont déjà interdit l’utilisation de peaux exotiques dans leurs collections figurent Mulberry, Victoria Beckham, Chanel et Paul Smith.

Comment vous pouvez aider

N’achetez jamais de peaux exotiques et incitez ces marques à rejoindre la liste croissante des créateurs qui optent pour des alternatives véganes, respectueuses des animaux :

L’article Des clous enfoncés dans la tête de serpents vivants pour des accessoires de mode est apparu en premier sur PETA France.

Episode n°95 : Qu’est-ce qui est possible pour VOUS ?

Dans cet épisode très riche, je vous parle d’incertitude, de la façon dont notre cerveau créé notre futur depuis notre passé, de comment on peut parvenir à transformer sa relation à la nourriture, à son corps et à soi-même en comprenant comment notre système nerveux fonctionne.   Je suis heureuse de partager avec vous ces […]

L’article Episode n°95 : Qu’est-ce qui est possible pour VOUS ? est apparu en premier sur Au Vert avec Lili.