Archives de catégorie : BLOG

Joaquin Phoenix dans une nouvelle vidéo de PETA : rendez vos articles en duvet

En cette période d’après-fêtes, l’acteur oscarisé Joaquin Phoenix prend la parole dans une nouvelle vidéo de PETA afin d’appeler les personnes ayant reçu des doudounes ou des couettes contenant du duvet à les rendre.

La vidéo reprend les images d’une enquête précédemment diffusée par PETA, montrant des travailleurs électrocutant et poignardant des oiseaux au cou, parfois alors qu’ils étaient encore conscients, pour que leurs plumes soient vendues par des marques de renom affublées de la certification « Responsible Down Standard », un label trompeur.

Avec le duvet, la seule « norme » est la souffrance

Lorsque les enquêteurs de PETA Asie sont entrés dans des élevages et des abattoirs au Vietnam qui sont liés à des entreprises qui vendent du duvet dit ‘responsable’ – notamment GAP Inc, GUESS et H&M – ils ont découvert une cruauté indescriptible.

La norme Responsible Down Standard prétend « garantir que le duvet et les plumes ne proviennent pas de chaînes d’approvisionnement où les animaux ont été soumis à un quelconque préjudice inutile ». Mais les observations des enquêteurs de PETA Asie révèlent une histoire très différente : les canards vivent entassés dans des conditions immondes, ils sont violemment manipulés par les employés et sont poignardés à mort, parfois sans étourdissement.

« Le programme Responsible Down Standard est utilisé pour garantir aux clients que le duvet d’oiseaux maltraités ne se retrouve pas dans leurs produits – mais rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité », explique Joaquin Phoenix.

Passez à l’action pour les canards

« La seule façon de mettre fin à cette cruauté et d’épargner les canards est d’arrêter d’acheter des articles contenant des plumes », conclut l’acteur dans la vidéo.

« S’il vous plaît, n’oubliez pas de vérifier les étiquettes, et si elles indiquent ‘duvet’, ou même ‘duvet responsable’, pensez à ces canards et laissez l’article sur son cintre ou sur l’étagère. »

Des entreprises comme Marks & Spencer, H&M, UNIQLO, Gap Inc., Lacoste et Guess ont toutes été identifiées comme destinataires de duvet provenant des fournisseurs certifiés RDS ayant fait l’objet d’une enquête par PETA Asie, et il a été confirmé que toutes ces entreprises s’approvisionnent en plumes au Vietnam.

Pressez ces entreprises d’épargner aux canards une vie de souffrance et une mort violente en mettant fin sans délai à leur utilisation de duvet :

L’article Joaquin Phoenix dans une nouvelle vidéo de PETA : rendez vos articles en duvet est apparu en premier sur PETA France.

L’initiative citoyenne européenne « Save Cruelty Free Cosmetics » validée par plus de 1,2 million de signatures !

L’initiative citoyenne européenne (ICE) « Save Cruelty Free Cosmetics – Commit to a Europe Without Animal Testing » (Sauvons les cosmétiques sans cruauté – Engageons-nous pour une Europe sans expérimentation animale) a dépassé l’objectif de 1 million de signatures validées, avec plus de 1,2 million de déclarations de soutien de citoyens européens.

Aucune autre ICE n’a jamais reçu un tel soutien dans autant de pays différents ! Pour réussir, une ICE doit recueillir au moins un million de signatures validées et atteindre un objectif de signatures minimum dans au moins sept pays européens différents. Cette ICE a atteint l’objectif minimum dans un nombre record de 22 pays différents, ce qui démontre le soutien paneuropéen en faveur de la fin de l’expérimentation animale. Sur les 97 ICE enregistrées au total, seules neuf ont franchi l’étape de la validation.

Ce résultat est remarquable. Merci à tous ceux qui ont signé l’initiative, l’ont partagée avec leurs amis et ont contribué à nous rapprocher de la fin des cruelles expériences sur les animaux !

L’ICE expliquée

Alors que plus de 10 millions d’animaux sont victimes d’expériences dans l’UE chaque année et que de nouvelles technologies non animales sont développées plus rapidement que jamais, le temps du changement est venu.

L’ICE demande le renforcement de l’interdiction européenne de l’expérimentation animale pour les ingrédients cosmétiques, la transition vers des méthodes non animales pour les tests de sécurité chimique, et l’engagement d’un plan visant à éliminer progressivement toutes les expériences sur les animaux.

L’ICE a rassemblé un réseau d’ONG et de multinationales à travers l’Europe. C’est la première fois dans l’histoire qu’un tel nombre d’organisations européennes s’unissent pour aider les animaux de laboratoire.

Les prochaines étapes

La Commission européenne va maintenant rencontrer PETA et d’autres groupes pour répondre aux préoccupations des citoyens. L’initiative fera également l’objet d’une audition publique au Parlement européen avant que la Commission ne réponde officiellement.

L’époque où l’on faisait avaler de force des ingrédients cosmétiques à des animaux sans défense, où l’on faisait contracter intentionnellement des maladies invalidantes et où l’on perçait des trous dans leur crâne doit prendre fin. Il est nécessaire de reconsidérer radicalement la situation au niveau de l’UE afin de soutenir la transition vers une science sans animaux.

Un fort soutien public

L’ICE a été lancée en août 2021 par PETA, Cruelty Free Europe, Eurogroup for Animals, la Coalition européenne pour la fin des expérimentations animales et Humane Society International/Europe, avec le soutien des géants mondiaux de la beauté que sont Dove et The Body Shop. La campagne internationale a été activement promue par une coalition de groupes et de militants de tous les coins d’Europe.

Des centaines de célébrités ont également soutenu la campagne, notamment Paul McCartney, l’humoriste britannique Ricky Gervais, le groupe de heavy metal finlandais Lordi, le journaliste Hugo Clément, les comédiens Raphaël Mezrahi et Monsieur Poulpe ou encore les influenceurs Jeremstar et Romy.

Unilever, une entreprise reconnue par PETA États-Unis comme œuvrant pour un changement de réglementation, et ses 28 marques approuvées par PETA États-Unis – dont TRESemmé et Simple – ont rejoint la lutte, aux côtés de Lush, Herbal Essences et Aussie Hair.

Plusieurs membres du Parlement européen (MEP) ont également exprimé leur soutien :

« Cette initiative citoyenne européenne soutient avec force la demande du Parlement européen de supprimer définitivement l’expérimentation animale. Avec la voix des citoyens ajoutée au chœur, la Commission ne peut ignorer les appels forts pour accélérer la transition vers une science sans animaux. » – Tilly Metz, députée européenne, Groupe des Verts/Alliance libre européenne

 

« Compte tenu de la menace que la stratégie sur les substances chimiques fait peser sur les animaux de laboratoire, cette ICE ne pouvait pas tomber mieux. À partir d’aujourd’hui, aucune expérimentation animale supplémentaire ne doit être demandée pour combler les lacunes en matière d’information sur les produits chimiques. Nous devons passer à des évaluations de la sécurité des produits chimiques plus sûres et plus humaines. » – Sirpa Pietikäinen, députée européenne, Parti populaire européen

 

« Le message des citoyens n’a jamais été aussi clair ou aussi conforme aux voix des scientifiques, de l’industrie, des ONG et des politiciens. Tout le monde comprend qu’un plan visant à éliminer progressivement l’expérimentation animale est une situation gagnant- pour les humains, les autres animaux et l’environnement. La Commission doit maintenant écouter les citoyens et faire en sorte que cela devienne réalité. » – Anja Hazekamp, députée européenne, la Gauche

 

« Les citoyens européens demandent depuis longtemps des cosmétiques non testés. Cette initiative citoyenne européenne est un nouveau rappel à la Commission que les citoyens de l’UE ne resteront pas les bras croisés tant que les lacunes de la législation ne seront pas comblées pour mettre fin à toutes les expérimentations animales dans le secteur des cosmétiques. » – Niels Fuglsang, député européen, Alliance Progressiste des Socialistes et des Démocrates

Aider les animaux dans les laboratoires de l’UE

Cette ICE a pour but de changer le statu quo. Chaque année, plus de 10 millions de chats, chiens, lapins, souris et autres animaux souffrent dans les laboratoires européens.

Ils ressentent tous la douleur et la peur, tout comme les humains. Pourtant, des rongeurs en gestation et leur progéniture sont empoisonnés, tués et disséqués ; des lapins se font brûler la peau avec des produits chimiques ; des chiens sont gavés de pesticides ; et bien d’autres animaux sont tourmentés et tués.

L’expérimentation sans animaux est l’avenir

On estime qu’entre 50 et 89 % de la recherche préclinique n’est pas reproductible, et l’utilisation d’animaux est souvent mise en avant comme un problème grave. Nous devons rediriger les ressources consacrées aux expériences non fiables sur les animaux et investir dans des recherches de qualité supérieure, qui ne les utilisent pas.

Nous avons encore besoin de votre aide

Il s’agit d’une étape sans précédent, mais nous avons encore du travail à faire et nous aurons encore besoin de votre aide à des moments clés de cette campagne.

Continuez d’agir pour les animaux dans les laboratoires en pressant l’entreprise pharmaceutique française Sanofi de cesser le test de quasi-noyade sur des souris :

L’article L’initiative citoyenne européenne « Save Cruelty Free Cosmetics » validée par plus de 1,2 million de signatures ! est apparu en premier sur PETA France.

Célébrez le Nouvel An lunaire en agissant pour les lapins

Quel est le point commun entre Matrix, la RATP, et Jessica Rabbit ? Le lapin ! Et ça tombe bien car, selon le calendrier lunaire chinois, 2023 est son année. Les lapins sont des animaux doux, socialement complexes, intelligents et avec leur propre personnalité. Ils sont si attachants avec leurs longues oreilles et leur queue en pompon qu’ils ont conquis notre imaginaire et sont omniprésents dans notre culture. Pourtant, en ce moment même, ces êtres sensibles sont exploités et tués par millions dans le monde entier pour leur chair, leur fourrure et les expériences horribles dont les résultats sont rarement applicables aux humains.

C’est d’ailleurs à cause de ces multiples formes de maltraitance que le logo de PETA représente un lapin. En cette nouvelle année lunaire, vous pouvez agir pour aider ce bel animal de multiples façons. Continuez à lire pour en savoir plus :

Qui veut la peau de « l’animal aux longues oreilles » ?

Les entités PETA ont révélé à de nombreuses reprises que les animaux utilisés dans l’industrie de la fourrure passent leur vie entière confinés dans des cages immondes avant d’être finalement battus, électrocutés, gazés ou écorchés vifs. Malgré en avoir été informé, Etsy autorise toujours ses utilisateurs à vendre des articles fabriqués à partir de véritable fourrure de lapin. Les articles vendus comprennent des manteaux, des écharpes, des décorations et d’autres accessoires en fourrure de lapin. Appelez Etsy à interdire la vente d’articles en fourrure sur sa plateforme :

Les lapins ne se font pas que « pincer très fort » pour l’angora

Dans les élevages producteurs d’angora, les lapins passent leur vie dans des cages dégoûtantes, sans aménagement ni soins. Ils n’en sortent que pour des épilations violentes, durant lesquelles ils hurlent de terreur et d’agonie pendant qu’ils sont ligotés, fermement maintenus sur une surface de travail, et qu’on leur arrache les poils à pleine poignée, déchirant parfois leur peau délicate. Finalement, après une courte vie de misère, ces lapins finissent violemment tués à l’abattoir.

La meilleure chose que vous puissiez faire pour aider les lapins maltraités pour l’industrie de la mode est de refuser d’acheter de l’angora ou de la fourrure et de demander à votre famille et à vos amis de faire de même. Envoyez également un message au ministre de l’Agriculture pour demander l’interdiction totale de la production de fourrure et d’angora en France :

Quoi d’neuf, docteur, pour les lapins utilisés lors d’expériences ?

Les lapines gestantes sont utilisées dans des tests au cours desquels les expérimentateurs les immobilisent et leur font ingérer de force des produits chimiques afin de déterminer si ces substances peuvent entraîner chez leurs bébés des anomalies à la naissance ou même la mort. Ces mères peuvent souffrir de convulsions, de perte de poids et de fausses couches. À la fin de la grossesse, elles sont tuées, ainsi que leurs bébés à naître.

Veuillez envoyer un message au directeur exécutif de l’Agence européenne des produits chimiques et à la présidente de la Commission européenne pour demander l’arrêt de tous ces tests.

Et bondissez sur les produits cosmétiques végans et non testés sur les animaux, certifiés par PETA.

Suivez le lapin blanc et prenez la pilule verte

Les lapins sont des animaux sociaux, intelligents et vifs, qui vivent en groupes et creusent des terriers pour y élever leurs petits. Pourtant, plus de 99 % des lapins élevés en France pour l’alimentation le sont dans des élevages intensifs, où ils sont entassés dans des cages minuscules, sans accès à l’extérieur, et où ils ne peuvent pas exprimer leurs comportements naturels.

Les animaux ne nous appartiennent pas. Contribuez à épargner une vie de misère et une mort terrifiante aux lapins en adoptant une alimentation végane. Demandez le « Guide du végan en herbe » gratuit de PETA, plein de conseils pratiques, d’informations et des recettes, pour vous aider à faire la transition vers une alimentation sans viande ni produits d’origine animale :

En plus, non seulement manger végan contribue à aider les animaux, mais cela peut également avoir un impact important sur un autre aspect de votre vie, en améliorant votre activité sexuelle.

Ne posez pas un lapin à Roger – adoptez, n’achetez pas

Les personnes qui achètent des lapins sur un coup de tête – une pratique soutenue par la plupart des animaleries et des sites tel que leboncoin qui refuse d’interdire la vente d’animaux – n’ont aucune idée de la quantité de travail et d’engagement nécessaire pour prendre soin de ces animaux sensibles et facilement effrayés, notamment en leur fournissant une alimentation adaptée à leur espèce, un environnement stimulant avec de l’espace pour courir et sauter, et des contrôles vétérinaires réguliers.

Les lapins sont le troisième animal le plus fréquemment abandonné dans les refuges. Toute personne disposant du temps, de l’amour et de l’argent nécessaires pour s’occuper d’un lapin devrait se rendre dans un refuge ou auprès d’un groupe de sauvetage de lapins et sauver une vie en adoptant un lapin (ou de préférence deux car ces animaux bénéficient de la compagnie d’un congénère) qui a besoin d’un bon foyer.

***

Partagez cette page avec vos amis et demandez-leur d’agir eux aussi pour que 2023 soit vraiment l’année des lapins !

L’article Célébrez le Nouvel An lunaire en agissant pour les lapins est apparu en premier sur PETA France.

Bonne nouvelle ! Le projet de construction de la plus grand ferme laitière d’Europe interrompu

Bonne nouvelle ! Le projet de construction de la plus grande ferme laitière est suspendu suite à une nouvelle loi espagnole qui empêche les élevages de détenir plus de 850 vaches, mettant fin aux projets de fermes excédant cette taille dont la construction n’a pas commencé.

Si le projet pour cette méga-ferme à Noviercas, en Espagne, était arrivé à terme, 23 000 vaches et leurs veaux (c’est-à-dire autant d’animaux que l’O2 Arena de Londres peut contenir d’humains) auraient été séquestrés dans des entrepôts sales et bondés, pour que leurs propriétaires puissent exploiter leur corps pour le profit avant de les envoyer à l’abattoir.

Aucun animal ne devrait être prisonnier dans un élevage. Cette nouvelle loi limite leur nombre, mais les individus confinés dans des entrepôts insalubres souffriront toujours. Opter pour le véganisme est le meilleur moyen de les aider.

Nous sommes reconnaissants envers les 40 000 soutiens de PETA qui se sont exprimés pour demander l’abandon de ces plans. Nous remercions aussi l’association espagnole Asociación Hacendera et les résidents de la province de Soria, qui se sont opposés à ces plans horribles à nos côtés.

 

La misère derrière les méga-fermes

Saviez-vous que les vaches ne produisent du lait que pour leurs petits ? Les fermes laitières traitent des mères aimantes comme des machines à lait. Pour s’assurer qu’elles produisent du lait en permanence, elles sont fécondées de force, encore et encore, jusqu’à ce que leur corps soit à bout. Leurs veaux leur sont arrachés sous 36 heures après la mise à bas, provoquant deuil et angoisse pour la mère et son petit. Les vaches mugissent souvent pour appeler leur veau pendant plusieurs jours. Tragiquement, leurs filles subiront le même sort (un cycle infernal de fécondation, mise à bas et séparation), tandis que leurs fils seront abattus ou envoyés à l’étranger pour rejoindre l’horrible industrie du veau.

Les vaches sont élevées pour produire de grandes quantités de lait. Par conséquent, elles souffrent d’inflammation du pis ou mammite, et leur lait contient de hautes doses de pus et de bactéries. Le poids de leur pis et les fécondations et mises à bas répétitives les font maigrir à vue d’œil, et beaucoup souffrent et se mettent à boiter.

Lorsqu’elles ne produisent plus de gros volumes de lait, elles sont envoyées à l’abattoir et tuées.

Voyez l’individu

Les vaches ont une personnalité unique, tout comme nous. Elles développent des amitiés, et même de la rancœur envers leurs semblables. Elles sont très intelligentes : elles peuvent reconnaître une centaine d’autres bovins.

Elles sont propres et aiment être toilettées et s’occuper de leurs petits. Mais dans cette ferme, elles auraient vécu dans la crasse, la peur et la douleur.

Des conséquences environnementales catastrophiques

L’agriculture animale est l’une des principales causes de la catastrophe climatique. Construire de nouveaux élevages, particulièrement de cette taille, aurait donc un impact dévastateur sur l’environnement. Les vaches produisent un volume énorme de méthane, un gaz à effet de serre qui retient trente fois plus de chaleur dans l’atmosphère que le dioxyde de carbone. Il s’agit là d’un facteur considérable du réchauffement climatique.

Cet élevage aurait détruit les réserves d’eau locales en les contaminant avec d’immondes ruissellements agricoles. L’UE a poursuivi l’Espagne en raison de la quantité d’eaux usées du secteur de l’élevage qui s’écoule dans le sol et provoque un dépassement de la limite légale de nitrates. Il a été prouvé que les écoulements de l’agriculture intensive étaient la cause des milliers de poissons qui se sont échoués sur la côte du sud-est de l’Espagne en 2021, provoquant l’effondrement d’écosystèmes aquatiques en raison d’un manque d’oxygène dans l’eau.

Les dangers de la maladie de la vache folle

La maladie de la vache folle, qui trouve son origine dans l’élevage intensif, reste une menace de nos jours. Cette ferme aurait été un terrain de propagation pour la maladie et aurait pu causer une épidémie catastrophique, digne de celle des années 1990 durant laquelle plus de quatre millions de vaches ont été abattues et 178 personnes sont décédées. Nous devons apprendre de ces événements et de la propagation d’autres zoonoses, comme le COVID-19, et empêcher toute construction d’élevage d’animaux.

Aidez les animaux dans les élevages

Ces projets n’existeraient pas en l’absence de demande du public pour le lait de vache. Le meilleur moyen d’empêcher qu’ils voient le jour est donc d’opter pour le véganisme.

Nous continuerons à nous exprimer contre les élevages comme celui-ci. Si vous voulez signer nos prochaines pétitions, inscrivez-vous à la newsletter PETA pour les recevoir en exclusivité. Si vous entendez parler d’un projet d’élevage près de chez vous, veuillez le signaler via notre formulaire de contact dès que possible.

Le projet concernant le premier élevage de pieuvres au monde est encore en cours. Aidez-nous à y mettre fin.

L’article Bonne nouvelle ! Le projet de construction de la plus grand ferme laitière d’Europe interrompu est apparu en premier sur PETA France.

Offre d’emploi : chargé(e) de campagnes, France

Objectif du poste :

Piloter les campagnes et actions de sensibilisation de PETA en France

Supérieur hiérarchique :

Vice-présidente, PETA Foundation

Lieu de travail :

Paris

Principales responsabilités et missions :

  • Gérer les plans de campagne, les priorités, les échéanciers et l’agenda de l’association ;
  • Concevoir, organiser et superviser des événements, des manifestations et d’autres projets de campagne ;
  • Développer et mettre en œuvre des stratégies pour assurer le succès des campagnes de PETA en France, y compris identifier les principales priorités, réaliser des recherches approfondies et analyser les liens, acteurs clés et politiques pertinents au travail de l’association ;
  • Travailler en coopération avec tous les départements de PETA – en particulier les équipes chargées des médias, de la relation avec les entreprises, digitale et célébrités – pour s’assurer que les plans de campagne soient minutieusement exécutés, maximisant leur visibilité publique et leur succès ;
  • Rédiger et réviser les textes relatifs aux campagnes, y compris, mais sans s’y limiter, des lettres, tribunes, textes en ligne, pétitions et informations médias ;
  • Représenter l’organisation lors de prises de parole en public, de débats, auprès des décideurs, des médias et du grand public ;
  • Analyser l’efficacité des campagnes et activités de PETA et proposer des améliorations afin de maximiser leur impact ;
  • Diriger divers projets spéciaux conçus pour informer le public sur les questions de protection animale, y compris des manifestations et autres actions de sensibilisation ;
  • Développer un réseau de militants en identifiant, en recrutant et en communiquant positivement avec les militants existants et potentiels ;
  • Travailler avec l’équipe de production de PETA Foundation aux États-Unis pour commander des affiches, des bannières et de la documentation nouvelles ou mises à jour ;
  • Traduire des textes de l’anglais vers le français ;
  • Voyager, lorsque nécessaire, pour se rendre à des réunions et pour superviser des événements ;
  • S’acquitter de toute autre mission confiée par le supérieur.

Qualifications :

  • Bilingue français-anglais ;
  • Connaissances approfondies des problématiques liées aux droits des animaux en France ;
  • Expérience en tant que militant(e) ;
  • Expérience du travail de campagne ;
  • Compétences en prise de parole en public ;
  • Capacité prouvée à établir des priorités, à respecter plusieurs délais fixés et à travailler avec efficacité sous pression ;
  • Capacité démontrée à se montrer ponctuel(le) et fiable ;
  • Aptitude avérée à communiquer avec une variété de personnes de manière professionnelle, agréable, amicale et positive ;
  • Capacité démontrée à travailler de manière indépendante et efficace avec un minimum de supervision ;
  • Disponibilité à travailler les soirs et les week-ends si nécessaire et de voyager au besoin
  • Adhésion à un mode de vie végan ;
  • Capacité à défendre de façon professionnelle les positions de l’association face à une grande variété d’interlocuteurs ;
  • Engagement envers les objectifs de l’organisation.

L’article Offre d’emploi : chargé(e) de campagnes, France est apparu en premier sur PETA France.

Jeremstar est la « Personnalité de l’année 2022 » de PETA

PETA attribue aujourd’hui le titre de « Personnalité de l’année 2022 » à Jeremstar, vidéaste et influenceur cumulant plus de 6 millions d’abonnés sur les réseaux sociaux, pour le remercier de son engagement courageux auprès de l’association pour défendre les plus vulnérables. L’humoriste à succès a mis sa notoriété au service des animaux à de nombreuses reprises cette année par le biais de plusieurs grandes actions de sensibilisation avec PETA.

Il s’est tenu en janvier devant une boutique Louis Vuitton, les mains ensanglantées et brandissant un « serpent » dépecé pour dénoncer la cruauté des peaux exotiques (ce qu’il avait également fait en octobre 2021, lors de sa première action avec PETA, ciblant Hermès).

En mars, il s’est installé dans une baignoire ensanglantée en plein Paris, pour alerter sur le fait que certains cosmétiques sont encore testés sur les animaux dans l’UE, malgré l’interdiction en vigueur.

Thomas Saïdi

En juillet, il a participé à une vidéo de PETA, aux côtés de M. Poulpe, Stomy Bugsy et Raphaël Mezrahi, pour alerter le publique encore une fois sur le sort des animaux dans les laboratoires. Il a même convié PETA à son illustre soirée d’Halloween, pour mettre en avant, sous forme de costumes, les causes animales qui lui tiennent le plus à cœur, et les a mises à l’honneur sur sa plateforme.

Tout cela durant une période marquée par des prises de paroles contre le cyber-harcèlement, prouvant que l’on peut défendre les animaux tout en soutenant des causes de justice sociale concernant les humains.

Les années précédentes, ce sont Billie Eilish, Hugo Clément, Joaquin Phoenix, Pamela Anderson, Rémi Gaillard et Roger Moore qui ont reçu ce titre honorifique de l’association.

Inspiré ? Passez à l’action !

PETA remercie Jeremstar d’avoir fait preuve d’un engagement sans relâche pour les animaux cette année et d’avoir partagé sa prise de conscience avec ses millions d’abonnés, propageant ainsi le message que les animaux méritent notre compassion. Avec cette mise en lumière des souffrances quotidiennes trop souvent ignorées de millions d’êtres sensibles et vulnérables, il a incité nombre de ses followers à agir en faveur des animaux.

Les personnes souhaitant aider les animaux au quotidien peuvent commencer facilement en commandant un exemplaire du « Guide du végan en herbe » gratuit de PETA :

Enfin si vous souhaitez vous aussi vous engager à nos côtés, rejoignez notre réseau militant :

L’article Jeremstar est la « Personnalité de l’année 2022 » de PETA est apparu en premier sur PETA France.

L’enfer colombien pour les singes : des années d’expérimentations apparemment illégales dévoilées

Des animaux vivant dans leurs propres déchets. Des souris livrées au cannibalisme. Des années d’expériences apparemment illégales sur des singes. Une enquête de PETA États-Unis a mis au jour des preuves choquantes de cruauté dans un laboratoire colombien.

Ce laboratoire fait partie d’un « consortium » appartenant à un couple marié, qui a fondé une de ses entreprises biomédicales en s’installant avec ses trois enfants – tous mineurs, le plus jeune n’ayant que 12 ans à l’époque – comme seuls membres du conseil d’administration. Selon les autorités colombiennes, le couple semble avoir utilisé des singes à des fins expérimentales pendant une décennie sans les autorisations requises et n’a jamais été autorisé à les élever.

Les preuves obtenues à partir de demandes de dossiers publics et les témoignages de 11 anciens employés, recueillis dans le cadre de l’enquête de PETA États-Unis, montrent que des singes capturés dans la nature ont été utilisés pour l’expérimentation et la reproduction dans l’établissement, potentiellement de manière illégale. L’association a également découvert d’horribles violations des lois sur le bien-être animal, des pratiques commerciales douteuses, ainsi que de prétendus travaux scientifiques de mauvaise qualité et des manipulations de données dans deux des entreprises du couple, le Caucaseco Scientific Research Center (Caucaseco) et le Malaria Vaccine and Drug Development Center (MVDC) à Cali, en Colombie.

L’enfer colombien contourne apparemment les exigences concernant l’expérimentation sur les singes

Une inspection effectuée le 24 novembre 2021 par une agence environnementale de l’État a montré que le « centre pour primates » dans lequel les singes étaient enfermés n’était en fait rien d’autre qu’un enclos improvisé constitué d’une clôture en grillage surmontée d’un treillis de construction et recouverte de bâches en plastique.

Il n’y avait pas de fenêtres. Pas de ventilation. Les cages étaient couvertes d’excréments et de moisissures. L’inspecteur a constaté que les singes étaient nourris de croquettes pour chiens trempées dans de l’eau sucrée, et qu’il n’y avait aucune trace d’ajustement de leur régime alimentaire en fonction de leurs besoins individuels ou de leur âge. Selon le rapport d’inspection que PETA États-Unis a obtenu, les singes recevaient un supplément minéral pour humain chaque semaine.

Il n’y avait pas de vétérinaire parmi le personnel et aucun dossier médical n’était réalisé, même si certains singes souffraient de perte de poils et présentaient une posture corporelle anormale.

Il n’y avait qu’une seule pièce pour effectuer les autopsies et les procédures médicales, telles que la suture et le nettoyage des blessures des singes – une pièce qui était probablement à peine utilisée, puisque, selon d’anciens employés, les singes étaient souvent laissés à mourir de leurs blessures infectées. Seuls trois rapports d’autopsie ont été mis à la disposition de l’inspecteur, et aucun d’entre eux n’était signé par un vétérinaire. Bien que les rapports indiquent que les organes et les tissus ont été envoyés pour une analyse pathologique, un employé a affirmé que cela n’a pas eu lieu, car « il n’y a pas de ressources pour faire ce type d’analyse ».


Des témoins racontent…

D’anciens employés dépeignent un tableau morbide des conditions de vie des singes, déclarant, entre autres atrocités, que les animaux étaient souvent exposés aux éléments car le treillis de construction se déplaçait en cas de mauvais temps. Des témoins oculaires ont indiqué que les singes n’étaient pas correctement protégés et que des chats locaux se promenaient librement dans les enclos, exposant les singes à des maladies telles que la toxoplasmose.

Les cages rouillées des singes n’étaient jamais nettoyées, selon les témoins. Les employés se contentaient de rincer les plateaux à l’eau pour éliminer les fèces. La zone sentait fortement l’urine et les excréments. Des rats, des serpents, des cafards et d’autres insectes étaient souvent vus près des enclos, et de hautes herbes l’entouraient.

D’anciens employés rapportent qu’aucun registre n’était tenu pour aucun des singes. Seuls quelques-uns des animaux étaient équipés d’une puce électronique, qui ne contenait qu’un numéro indiquant le sexe de l’animal.

Les témoins ont déclaré qu’il n’y avait aucun moyen de savoir si les singes avaient été utilisés dans des expériences – une information de base.

Des souris réduites au cannibalisme

L’établissement hébergeait également des souris, et d’anciens employés affirment que, les mâles et les femelles n’étant pas séparés, la population de souris a explosé pour atteindre 700 animaux entre l’été et l’automne 2021. En conséquence, jusqu’à 30 souris étaient entassées dans des boîtes conçues pour un maximum de cinq. Les souris n’avaient pas assez d’eau et, selon des témoins, certaines ont eu recours au cannibalisme.

Les propriétaires auraient ordonné que plus de la moitié des souris soient tuées. Selon les déclarations obtenues par PETA États-Unis, en l’absence de protocoles d’euthanasie appropriés, on a demandé aux employés de placer les souris dans un aquarium avec des boules de coton imbibées de chloroforme jusqu’à ce qu’elles s’endorment. Ensuite, selon d’anciens employés, ils tuaient les souris en tirant en même temps sur leur tête et leur queue, ce qui leur brisait la moelle épinière.

De possibles captures illégales de singes

Le dossier des propriétaires concernant l’obtention de l’autorisation nécessaire pour piéger les singes est inégal, ce qui laisse penser qu’il est possible qu’ils les enlèvent illégalement de leurs habitats dans les forêts colombiennes. Selon un ancien employé, « Quand ils ont dit qu’il y avait eu une naissance en captivité, c’était un mensonge. Ce n’était pas qu’un bébé était – c’était qu’un bébé avait été capturé ».

Ce que vous pouvez faire

Cet enfer n’est qu’un exemple de plus de la cruauté et de l’opacité de l’industrie de l’expérimentation animale. Agissez contre tous les tests sur les animaux en signant notre pétition pour soutenir le Research Modernisation Deal de PETA.

L’article L’enfer colombien pour les singes : des années d’expérimentations apparemment illégales dévoilées est apparu en premier sur PETA France.

Excellente nouvelle : Sandro, Maje, Claudie Pierlot et Fursac bannissent le duvet et les plumes !

PETA célèbre un nouvel engagement fort du groupe de mode français SMCP ! En effet après avoir banni la fourrure puis les peaux exotiques, le groupe propriétaire des célèbres marques Sandro, Maje, Claudie Pierlot et Fursac a annoncé à l’association sa décision de ne plus commercialiser d’articles contenant du duvet ou des plumes. C’est une excellente nouvelle pour les oiseaux destinés à être torturés et tués pour leurs plumes.

Les représentants de SMCP l’ont confirmé dans un mail envoyé à PETA : « Notre groupe s’engage à travers ses 4 marques à avoir totalement supprimé les plumes de canard et d’oie d’ici la saison Automne Hiver 2023 » et explique avoir opéré « depuis plusieurs saisons un virage en faveur de matières alternatives permettant entre autres de remplacer la plume et le duvet dans chacune de nos marques ».

Le duvet n’a rien de doux

PETA a diffusé des enquêtes portant sur l’industrie du duvet partout dans le monde, qui dévoilent des pratiques cruelles à toutes les étapes, y compris chez des fournisseurs soi-disant « responsables ». Dans une enquête tournée dans des élevages en Chine (d’où provient 80 % du duvet et des plumes utilisés dans le monde), des ouvriers se tenaient sur les ailes et nuques délicates des oies afin de les empêcher de se débattre pendant qu’ils leur arrachaient les plumes par poignées. Les oiseaux finissaient la peau à vif et ensanglantée.

Une autre enquête réalisée par PETA Asie en 2022 dans des élevages d’oies certifiés Responsible Down Standard (RDS), un programme de certification pour les fournisseurs de duvet, en Russie – qui exporte du duvet vers des pays du monde entier – a révélé que les oies étaient décapitées avec une hache émoussée alors qu’elles étaient pleinement conscientes.

Les certifications internationales, comme le Non Live-Plucked Products Guarantee et le Responsible Down Standard sont là pour rassurer les consommateurs ; pourtant, elles n’empêchent nullement la maltraitance des animaux.

Laissons leurs plumes aux oiseaux

Les articles faits en plumes et en duvet issus d’oiseaux plumés vivants ou après une mort violente sont exportés dans le monde entier pour être vendus à des clients qui ne sont pas au courant de la cruauté en lien avec cette matière. Comme le montrent les enquêtes diffusées par PETA, l’achat d’articles qui contiennent du duvet, même « produit de façon responsable », cautionne directement la souffrance animale.

Le choix du groupe SMCP de cesser de commercialiser des produits contenant des plumes est donc une excellente nouvelle pour les oiseaux qui ne subiront pas un plumage à vif ni un abattage dans des conditions abominables après toute une vie de souffrance.

Nous saluons la décision pleine de compassion de SMCP et appelons les autres marques à suivre ce bel exemple, étant donné que la production de plumes et de duvet est tout aussi cruelle que celle de fourrure, déjà largement délaissée par les acteurs de la mode.

Agissez pour les oies et les canards

Les plumes sont des biens volés aux oiseaux et leur utilisation dans la mode est inutile, cruelle et contraire à l’éthique. Si vous envisagez d’acheter des articles de literie, des oreillers, une doudoune ou un sac de couchage en duvet, rappelez-vous de ces oiseaux qui ont besoin de leurs propres plumes et optez à place pour une alternative sans produits d’origine animale.

Fabriquées à partir de matières naturelles et recyclées, qui, contrairement au duvet, n’accumulent pas la poussière et la moisissure et gardent leur qualité isolante même lorsqu’elles sont humidifiées, des alternatives éthiques, légères et chaudes se développent de plus en plus.

Passez aussi à l’action en appelant la marque de vêtements de sport lululemon – qui continue de se cacher derrière l’insignifiante norme RDS – de cesser de vendre du duvet :

L’article Excellente nouvelle : Sandro, Maje, Claudie Pierlot et Fursac bannissent le duvet et les plumes ! est apparu en premier sur PETA France.