Archives de catégorie : BLOG

Episode n°84 : Sport : pour une autre relation au mouvement – avec Camille

Comment mettre le mouvement (réellement) au service de notre bien-être ? C’est à cette question que Camille nous aide à répondre cette semaine. Kiné et sportive « bodypositive » comme elle se nomme sur Instagram @corpsenmouv, Camille nous montre qu’il est possible de bouger son corps aujourd’hui, loin des injonctions et des idées reçues. J’apprécie sa vision, sa pédagogie, […]

L’article Episode n°84 : Sport : pour une autre relation au mouvement – avec Camille est apparu en premier sur Au Vert avec Lili.

Le Parlement néerlandais adopte 8 motions pour mettre fin à l’expérimentation animale

Le Parlement néerlandais a déclaré son soutien à la fin de l’expérimentation animale aux Pays-Bas ! Il a fallu des réunions, une enquête auprès du public, des pétitions signées par des sympathisants des entités PETA, une lettre ouverte signée par 25 scientifiques néerlandais et des propositions de motions, mais PETA Pays-Bas et le conseiller scientifique de PETA Royaume-Uni pour les Pays-Bas ont réussi à persuader le Parlement néerlandais d’accepter une série de motions visant à réduire les tests sur les animaux en laboratoire.

Les animaux utilisés dans les expériences peuvent être isolés dans des cages, traumatisés et soumis à d’horribles douleurs. Au lieu de les traiter comme des êtres intelligents et sensibles, dotés d’émotions et d’une volonté de vivre, les expérimentateurs empoisonnent, mutilent, aveuglent, droguent, brûlent et tuent les animaux pour des tests dont les résultats sont souvent inutiles lorsqu’ils sont appliqués aux humains.

Le Parlement néerlandais a accepté huit motions qui pousseront le pays à prendre des mesures pour réduire le nombre de tests sur les animaux. Les motions pressent le gouvernement de faire ce qui suit :

  1. Créer un plan d’action pour accélérer la transition vers l’innovation sans animaux afin de contribuer à une meilleure recherche, de meilleurs médicaments et une réduction significative du nombre d’animaux utilisés dans les expériences.
  2. Stimuler la poursuite du développement de l’intelligence artificielle pour aider à découvrir rapidement et efficacement des méthodes ne faisant pas appel aux animaux et ainsi garantir le respect de la loi et réduire le nombre d’expériences sur les animaux.
  3. Fixer un calendrier pour mettre fin à l’utilisation d’animaux pour les tests de sécurité et en informer la Chambre des représentants dès que possible.
  4. Élaborer un plan d’action visant à réduire rapidement le nombre d’animaux tués sans avoir été utilisés pour la reproduction ou les tests.
  5. Donner la priorité aux initiatives de financement néerlandaises en faveur de l’innovation sans animaux qui contribuent à une diminution immédiate de l’expérimentation animale.
  6. Déterminer quels domaines de l’expérimentation animale ont une valeur prédictive faible ou nulle et étudier comment éliminer progressivement ces tests.
  7. Intégrer le modèle dit OMA (Onderzoeksvraag, Methode, Analyse) – dans lequel la question de recherche et la méthode la plus efficace, et non l’expérimentation animale, sont centrales – dans le programme de transition pour l’innovation sans utilisation d’animaux.
  8. Résoudre, dans la mesure du possible, les engorgements sur le chemin qui mène du laboratoire à la pratique et faire un rapport annuel à ce sujet à l’Assemblée.

Mais ce n’est pas encore une victoire totale : le gouvernement néerlandais n’a pas honoré son précédent engagement à éliminer progressivement l’expérimentation animale.

Promesses non tenues

En 2016, le gouvernement néerlandais s’était engagé à montrer l’exemple en élaborant un plan visant à éliminer progressivement les tests sur les animaux – mais il n’a pas atteint cet objectif. Depuis 2016, le nombre de procédures sur les animaux a stagné.

Des méthodes innovantes – comme la modélisation informatique, les simulateurs de patients humains de haute technologie, la recherche sur des volontaires humains et les tests in vitro – génèrent des résultats fiables qui peuvent réellement bénéficier aux humains, sans causer de souffrance animale incommensurable.

Prenez la recherche sur les accidents vasculaires cérébraux, par exemple. En 2020, environ 8 800 personnes sont mortes d’un accident vasculaire cérébral aux Pays-Bas. Pourtant, les expériences sur les animaux visant à aider les victimes d’AVC ont un taux d’échec de 100 %. Des traitements plus efficaces sont désespérément nécessaires, mais un temps et des ressources précieux sont gaspillés dans des tests cruels et peu fiables sur des animaux, tandis que les patients restent dans l’attente.

Utilisez votre voix pour aider les animaux

La décision du Parlement néerlandais de passer à une science sans animaux reflète l’évolution de nos sociétés. L’Europe toute entière a elle aussi urgemment besoin d’un plan pour mettre fin à l’expérimentation animale.

Plus de 600 000 citoyens européens ont déjà rejoint l’initiative citoyenne européenne pour mettre fin aux tests sur les animaux en Europe. Nous devons atteindre d’urgence un million de signatures. Si vous êtes un citoyen de l’UE, quel que soit votre lieu de résidence, veuillez signer l’ICE dès maintenant :

Si vous n’êtes pas un citoyen européen ou si vous avez déjà signé, vous pouvez toujours faire entendre votre voix pour les animaux en partageant le lien autant que possible. Chaque signature compte pour les animaux qui souffrent dans des laboratoires.

L’article Le Parlement néerlandais adopte 8 motions pour mettre fin à l’expérimentation animale est apparu en premier sur PETA France.

Des « animaux » dansants demandent au Parlement européen la fin de l’expérimentation animale

Une bande d’ « animaux » costumés a fait du grabuge devant le Parlement européen à Bruxelles au son de la chanson « Don’t Kill the Animals » de Lene Lovich et Nina Hagen.

Les supporteurs de PETA ainsi que les organisations belges GAIA, Animal Rights et bien d’autres ont encouragé les membres du Parlement européen (MEP) à poser avec les « animaux » tout en incitant les spectateurs curieux à signer l’initiative citoyenne européenne (ICE) « Save Cruelty Free Cosmetics », la campagne de PETA demandant à l’Union européenne (UE) d’éliminer progressivement les tests sur les animaux.

Une majorité de citoyens européens sont d’accord que tuer des animaux dans des expériences est archaïque et cruel. PETA appelle toutes ces personnes compatissantes à contribuer à épargner la vie d’animaux sensibles et à orienter la politique de l’UE en signant l’ICE.

Qu’est-ce que l’initiative citoyenne européenne ?

L’ICE appelle les législateurs à réparer la promesse non tenue d’une Europe dans laquelle les animaux ne souffriront plus et ne mourront plus pour des produits cosmétiques. Elle appelle également à la transformation de la réglementation européenne sur les produits chimiques, afin de mettre un terme à l’ajout de nouveaux tests sur les animaux, et à l’établissement d’un plan visant à mettre fin à toutes les expérimentations animales.

Pourquoi les animaux ont-ils besoin de votre signature ?

En 2017, plus de 9 millions de souris, rats, poissons, chiens et autres animaux ont été utilisés pour la première fois dans des expériences cruelles et autres procédures scientifiques dans l’UE.

La majorité de ces tests ne permettent pas de prédire des résultats fiables chez les êtres humains, et pourtant les animaux peuvent légalement être empoisonnés, privés de nourriture, d’eau ou de sommeil, soumis à une détresse psychologique, infectés délibérément par des maladies, soumis à des lésions cérébrales, paralysés, exposés à des irritants pour la peau ou les yeux, brûlés, gazés, gavés, électrocutés, et tués.

Ce que vous pouvez faire

Plus de 600 000 citoyens européens ont déjà rejoint notre campagne contre les expériences sur les animaux. Nous devons de toute urgence atteindre le million de signatures sur notre initiative citoyenne européenne.

Si vous êtes un citoyen de l’UE, quel que soit votre lieu de résidence, veuillez signer l’ICE dès maintenant :

Vous ne devez signer l’initiative qu’une seule fois.

Si vous n’êtes pas un citoyen européen ou si vous avez déjà signé, vous pouvez toujours faire entendre votre voix pour les animaux en partageant l’ICE ! Partagez le lien autant que vous le pouvez et demandez aux autres de faire de même. Chaque signature compte pour les animaux qui souffrent dans des cages pour des expériences inutiles.


L’article Des « animaux » dansants demandent au Parlement européen la fin de l’expérimentation animale est apparu en premier sur PETA France.

Episode n°83 : Pourquoi je ne partage plus ce que je mange sur Instagram

  Pendant près de dix ans, j’ai partagé publiquement le contenu de mes assiettes. Aujourd’hui, je vous explique toutes les raisons pour lesquelles je ne publie plus de contenu food sur les réseaux sociaux. Au-delà de la narration de mon expérience personnelle, je vous propose une réflexion toute personnelle pour vous permettre d’être aligné?es avec vos “pourquoi”, vos valeurs, vos […]

L’article Episode n°83 : Pourquoi je ne partage plus ce que je mange sur Instagram est apparu en premier sur Au Vert avec Lili.

Romy appelle à une UE sans expérimentation animale dans une nouvelle vidéo choc de PETA

Malgré l’engagement d’une interdiction dans l’Union européenne, les animaux souffrent toujours dans des tests de produits cosmétiques. C’est ce que dénonce Romy dans une toute nouvelle vidéo saisissante de PETA, appelant à signer l’initiative citoyenne européenne pour mettre fin à cette pratique. On y voit la youtubeuse se maquiller avec un tube de mascara qui laisse entrevoir la souffrance des souris, rats et lapins qui continuent de subir des tests cosmétiques – cela alors que l’UE s’était engagée à bannir ces cruelles expériences de son territoire.

Vous pensiez que l’expérimentation animale pour les cosmétiques était déjà interdite dans l’UE ?

Les expérimentations sur les animaux pour les produits cosmétiques et leurs ingrédients ont été interdites en Europe en 2009, et une interdiction de la vente de cosmétiques testés sur les animaux est en place depuis 2013. Cependant, cette promesse d’une Europe dans laquelle les animaux ne souffriraient plus ni ne mourraient plus pour des cosmétiques n’a pas été tenue et ces êtres sensibles, y compris des mères gestantes, continuent d’être gavés de force ou forcés d’inhaler des ingrédients pour les cosmétiques.

En effet, l’Agence européenne des produits chimiques (ECHA) exige de nouveaux tests sur les animaux pour certains ingrédients, sous le couvert d’une autre règlementation européenne concernant les produits chimiques, le règlement REACH, même pour des substances qui sont utilisées en toute sécurité depuis des décennies.

Depuis l’interdiction des tests, au moins 63 substances exclusivement utilisées dans les produits cosmétiques ont été testées sur des animaux. Cela peut sembler peu, mais un seul test peut nécessiter l’utilisation de plusieurs centaines d’animaux, et généralement l’agence ne demande pas un seul test pour prouver la sécurité d’une substance, mais plusieurs. Cela signifie que des milliers d’animaux ont déjà souffert et sont morts lors de tests cosmétiques depuis l’interdiction. Et l’ECHA continue de demander que des milliers d’autres animaux soient utilisés dans de tout nouveaux tests.

Aidez-nous à protéger et à renforcer l’interdiction des tests sur les animaux pour les cosmétiques

Les victimes de ces tests douloureux et inutiles sont des souris, des poissons, des rats, des cobayes, des lapins, des chats, des chiens et des singes. L’Europe a besoin de toute urgence d’un plan pour mettre fin à l’expérimentation animale – pour les animaux et pour une meilleure médecine, une meilleure sécurité des produits et une meilleure protection de l’environnement.

C’est pourquoi les entités internationales PETA ont contribué à la création de l’initiative citoyenne européenne (ICE) « Save Cruelty Free Cosmetics » avec plus d’une centaine d’associations de défense des animaux et d’entreprises. Cet instrument officiel permet aux citoyens européens d’avoir leur mot à dire dans le processus législatif de l’UE et de demander que l’interdiction sur les cosmétiques soit maintenue et renforcée pour mettre fin à ces tests. En outre, l’ICE demande aux autorités de ne pas ajouter de nouvelles exigences en matière d’expérimentation animale pour la gestion des produits chimiques et à l’UE de s’engager à mettre fin à toutes les expériences sur les animaux.

Il est impensable que des lapins et des souris continuent à être torturés ici en Europe pour tester des ingrédients reconnus comme étant sûrs depuis des décennies – tout ça pour nos mascaras, nos rouges à lèvres ou nos shampoings. – Romy

Pour aboutir, l’ICE a besoin du soutien de plus d’un million de citoyens européens – c’est pourquoi nous avons besoin que vous nous rejoigniez et ajoutiez votre nom et ceux de vos proches.

L’article Romy appelle à une UE sans expérimentation animale dans une nouvelle vidéo choc de PETA est apparu en premier sur PETA France.

Pourquoi je ne vous “vends” pas un corps de rêve

Alors non, je ne vous « vends » pas un corps de rêve. Effectivement. Je ne vous promets pas un bikini body. Tout simplement parce que je ne crois pas à ce concept qui réduit notre humanité à la plastique (composée de plus en plus de plastique). Je ne vous appâte pas avec la conformité d’un corps […]

L’article Pourquoi je ne vous “vends” pas un corps de rêve est apparu en premier sur Au Vert avec Lili.

12 idées de cadeaux végans pour la fête des Pères

À l’occasion de la fête des Pères, PETA France vous propose une sélection de cadeaux végans, pour gâter celui qui occupe cette place dans votre vie avec des cadeaux respectueux des animaux.

1. Une cravate sans cruauté

Saviez-vous que beaucoup de cravates sont fabriquées à partir de soie, et que cette matière est le plus souvent obtenue en faisant bouillir des milliers de vers à soie alors qu’ils sont encore vivants ? Heureusement, il existe de nombreuses alternatives : avec les cravates de Jaan J, votre papa pourra être élégant sans faire souffrir ces êtres sensibles.

2. Un pinceau de rasage respectueux des blaireaux

En 2018, une enquête de PETA Asie a révélé l’extrême cruauté avec laquelle les blaireaux sont capturés, élevés et abattus pour la fabrication de pinceaux. Optez donc par exemple pour les pinceaux de rasage synthétiques et de très haute qualité de chez Wild Sage & Co.

3. Des cosmétiques végans et non testés sur les animaux

Si vous décidez d’offrir des produits de beauté, n’oubliez pas de vous assurer que leur composition est végane et qu’ils n’ont pas été testés sur des animaux, une pratique particulièrement cruelle et inutile. On vous recommande les parfums mixtes et fabriqués en France par Aimée de Mars.

4. Portefeuille : Ashoka

Un joli portefeuille, solide et durable, reste une valeur sûre pour un cadeau. Ashoka propose une gamme entièrement végane et très élégante, certifiée PETA Approved Vegan : la garantie qu’aucun animal n’a été exploité ou tué pour leur fabrication !

5. Des baskets stylées en matière végane et recyclée

Saviez-vous que le cuir a également un impact désastreux sur la planète et la santé des travailleurs ? Si vous souhaitez offrir à votre papa des baskets tendance sans renoncer à ses valeurs, Ector propose des chaussures fabriquées en France à partir de plastique recyclé.

6. Un livre de cuisine végane

Votre père aime cuisiner de bons petits plats, mais manque d’inspiration pour passer au végétal ? Un beau livre de cuisine lui sera utile ! À PETA France, on raffole des recettes et conseils de Marie Laforêt, et de Ma petite boucherie vegan de Sébastien Kardinal.

7. Une belle montre suisse

Les montres de luxes peuvent elles aussi être véganes et écolos ! La preuve avec Baume, une marque de montres suisses qui mise sur la qualité et le respect de l’environnement, pour un cadeau dont votre père pourra profiter longtemps.

8. Un pull aussi doux pour votre papa que pour les chèvres

Si vous voulez offrir un vêtement doux et chic en cette fête des Pères, n’oubliez pas d’épargner les chèvres, qui sont violemment tondues et abattues dans les industries du mohair et du cachemire. Des alternatives sont aujourd’hui largement disponibles : Mark and Spencer, par exemple, a mis au point le cashmilon™, une matière innovante pour des pulls sans cruauté.

9. Un stylo écolo

Offrez à votre père le parfait accessoire pour l’aider dans sa rédaction de lettres en faveur des animaux : un stylo en bambou, écolo et élégant, livré avec son étui en liège.

10. Des lunettes de soleil qui préservent nos océans

En ce mois de juin, votre père rêve sûrement de belles lunettes de soleil, et il pourra porter avec fierté celles de Sea2see, une marque qui s’est donnée pour mission d’assainir nos océans et de protéger la vie marine en créant des montures fabriquées entièrement en plastique récupéré dans l’océan.

11. Un brunch chez brEATh 

 

Pour la fête des Pères, le mieux, c’est avant tout de passer un moment privilégié avec la personne qui joue ce rôle dans votre vie. Faîtes-lui découvrir les saveurs de la cuisine végane, avec un bon repas au restaurant ou cuisiné par vos soins. Invitez les plus gourmands chez brEATh pour un délicieux brunch !

12. Aidez les animaux !

Pour les pères qui ont déjà tout, et qui rêvent d’un monde plus juste, pourquoi ne pas faire en leur nom un don à l’association de défense des animaux ou le refuge de votre choix ? Certains refuges font parvenir un certificat de parrainage ou « d’adoption », ainsi que des informations de suivi sur l’animal parrainé. Voilà qui rendra votre papa fier de vous !

L’article 12 idées de cadeaux végans pour la fête des Pères est apparu en premier sur PETA France.

Episode n°82 : Les composantes d’une image corporelle positive

Cette semaine, nous parlons des composantes d’une image corporelle positive. Je partage avec vous quelques réflexions au sujet de l’acceptation de son corps et je vous donne des pistes et des outils pour pouvoir avancer sur ce chemin-là, si bien sûr c’est votre souhait. Parce que d’après moi, quand on souhaite retrouver une relation apaisée à la […]

L’article Episode n°82 : Les composantes d’une image corporelle positive est apparu en premier sur Au Vert avec Lili.

Des millions d’animaux pourraient bientôt être empoisonnés dans les laboratoires de l’UE – empêchons cela

Saviez-vous qu’en ce moment même, des mères en gestation peuvent être gavées de produits chimiques toxiques et que leurs bébés peuvent être tués avant même leur naissance, tout cela à cause de la législation européenne sur les produits chimiques et les pesticides ?

De la peinture de votre mur aux composés utilisés pour fabriquer votre téléphone portable, les objets qui nous entourent contiennent des produits chimiques qui ont été testés sur des animaux. Ces tests sont archaïques, peu fiables et cruels.

On estime que des millions d’animaux ont déjà été tués dans le cadre de ces tests, et comme la Commission européenne s’apprête à réviser ses règles et réglementations en matière d’essais chimiques, de nombreux autres animaux vont mourir.

Voici ce qu’on fait subir aux animaux pour les tests chimiques et comment vous pouvez aider à y mettre fin.

Des mères et des bébés à naître tués

Rita* a été forcée de consommer une substance testée tous les jours pendant sa gestation. La veille de la mise-bas, elle et ses trois bébés à naître ont été tués et disséqués.

Pour tester une seule substance, des centaines de mères comme Rita peuvent être tuées. Et ces tests ne sont même pas fiables.

Réfléchissez-y. Les rats comme Rita ne vivent pas plus de deux ans, pendant lesquels ils sont exposés à des doses extrêmement élevées d’un seul produit chimique. Comment un tel test peut-il aborder les effets à long terme des produits chimiques sur les humains – de grands animaux avec une longue durée de vie qui sont exposés à un cocktail de faibles doses de produits chimiques ?

Rita n’avait pas à mourir dans ce test cruel. Les méthodes modernes utilisant des cellules humaines offrent un moyen plus précis de mesurer la nocivité d’une substance pour les bébés en développement.

Prenons l’exemple du test biologique du cancer chez les rongeurs, un test conçu pour déterminer si un produit chimique provoque un cancer chez l’être humain. Dans un seul test, plus de 400 souris ou rats sont forcés d’ingérer ou d’inhaler des produits chimiques tous les jours pendant une période pouvant aller jusqu’à deux ans, puis sont tués pour évaluer les effets de l’exposition chimique. Pourtant, plus de 50 ans de données montrent que ce test n’est pas fiable et ne permet pas de prévoir les réactions chez les humains.

La peau des lapins brûlée par des produits chimiques

Les expérimentateurs ont rasé une partie de la fourrure du dos de Bella* et ont appliqué le produit chimique directement sur sa peau sensible. Ils voulaient vérifier la gravité de la réaction. Une fois ce test angoissant terminé, Bella a été tuée.

Ce test était-il utile ? Pas vraiment. La peau des lapins étant nettement plus perméable que celle des humains, l’utilisation de lapins dans les études d’irritation ou de corrosion conduit à des résultats erronés.

Une comparaison des données issues des tests sur les lapins et des tests sur la peau humaine pour 65 substances a révélé que 45 % des classifications du potentiel d’irritation chimique basées sur les tests sur les animaux étaient incorrectes.

Si les expérimentateurs avaient utilisé des approches non animales au lieu de torturer Bella, ils auraient pu obtenir des résultats d’une précision allant jusqu’à 86 % – bien supérieure à celle des données issues des tests sur les lapins.

Des chiens gavés de pesticides

Un tube a été placé dans la gorge de Barney* afin qu’un produit chimique utilisé dans les pesticides puisse être injecté directement dans son estomac. Cette procédure a été réalisée tous les jours pendant 90 jours, après quoi il a été tué et ses organes disséqués.

Les chiens utilisés dans ces tests peuvent être forcés d’inhaler ou d’ingérer des substances utilisées dans les désherbants, les raticides ou les insecticides. Ils peuvent souffrir de convulsions, d’hémorragies internes ou de lésions organiques et peuvent même mourir au cours de l’expérience. Pour tous les animaux utilisés dans des tests de toxicité cruels, leur tourment dure toute leur vie.

Plus de 2,6 millions d’animaux utilisés dans des tests de toxicité

Rita, Bella et Barney ne sont que trois des millions d’animaux qui ont été tourmentés dans les laboratoires européens pour des tests de toxicité. Les réformes législatives concernant la réglementation des produits chimiques, envisagées dans le cadre de la stratégie de la Commission européenne pour la durabilité dans le domaine des produits chimiques, sont susceptibles d’entraîner de nouveaux tests sur beaucoup plus de souris, cobayes, oiseaux, poissons, grenouilles et autres animaux. Rien ne justifie ces tests.

Avec un investissement adéquat et une conception soignée, l’UE pourrait utiliser des approches non animales pour assurer la meilleure protection de la santé humaine et de l’environnement sans gaspiller de ressources dans un système surchargé et peu fiable qui dépend de la souffrance et de la mort d’animaux.

Il existe de meilleurs moyens de tester les produits chimiques

Les méthodes ne faisant pas appel aux animaux peuvent être plus efficaces et plus pertinentes pour prévoir les effets négatifs potentiels sur la santé humaine et l’environnement.

Des tests sophistiqués utilisant des cellules et des tissus humains, ainsi qu’une modélisation informatique et une analyse des données avancées, nécessitent souvent moins de temps et d’argent que les tests sur les animaux.

Nous avons le pouvoir d’arrêter ces tests – agissez !

Plus de 600 000 citoyens européens ont déjà rejoint notre campagne contre les expériences sur les animaux. Nous devons atteindre d’urgence un million de signatures pour notre initiative citoyenne européenne (ICE).

Si vous êtes un citoyen de l’UE, quel que soit votre lieu de résidence, veuillez signer l’ICE dès maintenant :

Vous ne devez signer l’initiative qu’une seule fois.

Si vous n’êtes pas un citoyen européen ou si vous avez déjà signé, vous pouvez toujours faire entendre votre voix pour les animaux en partageant l’ICE ! Partagez le lien autant que possible et demandez aux autres de faire de même. Chaque signature compte pour les animaux qui souffrent dans des cages dans le cadre d’expériences inutiles.

*Les noms des animaux ont été ajoutés – dans les laboratoires, les animaux ne sont connus que comme un numéro sur une liste de contrôle.

L’article Des millions d’animaux pourraient bientôt être empoisonnés dans les laboratoires de l’UE – empêchons cela est apparu en premier sur PETA France.

Comment célébrer la Journée mondiale de l’environnement ?

Tandis qu’il y a quelques semaines des températures record étaient enregistrées en Inde et au Pakista, allant jusqu’à 51°C à l’ombre, une partie des départements français ont déjà dépassé le seuil d’alerte « sécheresse » et sont soumis à une restriction des usages de l’eau. Le changement climatique ne semble épargner aucun pays, et nous avons tous un rôle à jouer dans la lutte pour garder une planète viable.

Voici pourquoi devenir végan est essentiel pour protéger l’environnement, lutter contre la crise climatique et assurer un avenir meilleur à notre planète :

La consommation de viande alimente la crise climatique

Selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, la production de viande, d’œufs et de produits laitiers représente environ 14,5 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre, ce qui, selon certaines estimations, est supérieur à celui de tous les systèmes de transport du monde.L’organisme affirme également que l’élevage d’animaux à des fins alimentaires est « l’un des deux ou trois facteurs les plus importants contribuant aux problèmes environnementaux les plus graves, à toutes les échelles, du local au mondial ». La situation est si grave que l’ONU appelle à des changements urgents et sans précédent, y compris dans notre alimentation, afin de limiter les dégâts catastrophiques causés par le changement climatique.

Des chercheurs de l’université d’Oxford ont découvert que le fait de devenir végan pourrait réduire de 73 % notre empreinte carbone liée à l’alimentation, ce qui entraînerait une baisse significative des émissions de gaz à effet de serre. L’auteur principal de l’étude, Joseph Poore, a déclaré :

Un régime végan est probablement le moyen le plus important de réduire votre impact sur la planète Terre. […] C’est bien plus important que de réduire vos vols ou d’acheter une voiture électrique.

Les scientifiques s’accordent à dire que tous les aliments d’origine végétale ont une empreinte carbone plus faible que leurs équivalents d’origine animale. Le moyen le plus simple de ralentir immédiatement le changement climatique est donc de devenir végan.

La vie sur Terre

L’exploitation des animaux pour leur lait, leur chair et leurs œufs pousse notre environnement naturel et la vie sur Terre à ses limites. Le rapport Planète vivante 2018 du WWF indique que 60 % des populations d’animaux sauvages ont disparu depuis les années 1970.

Il a identifié la perte d’habitat comme la principale cause d’extinction. En France métropolitaine, 14 % des mammifères, 32 % des oiseaux nicheurs, 24 % des reptiles et 23 % des amphibiens sont menacés, tandis que près de la moitié des terres agricoles sont utilisées pour faire paître des animaux comme les moutons et les vaches, au détriment de la nature.

En dépit de cette crise, l’être humain continue de raser certaines des zones les plus riches en espèces de la planète – notamment les forêts tropicales d’Amérique du Sud – pour faire paître des vaches ou cultiver du soja qui servira à nourrir les vaches, les poulets, les moutons et les cochons dans les élevages. Un tiers de la surface terrestre est utilisé pour l’agriculture animale, mais si nous arrêtions tous de manger de la viande et des produits laitiers, l’utilisation mondiale des terres agricoles pourrait être réduite de 75 %.

Impact hydrique

Comme si la violence envers les animaux et la destruction de l’environnement ne suffisaient pas, l’agriculture animale a également une empreinte hydrique choquante. Les mangeurs de viande sont responsables, en moyenne, de l’utilisation de 15 000 litres d’eau par jour. Alors qu’il faut environ 1 790 litres d’eau pour faire pousser un kilogramme de blé, il faut utiliser plus de cinq fois plus d’eau pour un kilogramme de bœuf. Il faut l’équivalent de 50 baignoires pleines d’eau pour produire un seul steak.

La production de viande n’est pas la seule à gaspiller de l’eau. Produire un litre de lait de vache nécessite 72 % plus d’eau que produire la même quantité de lait de soja. L’utilisation inutile d’une telle quantité d’eau à un rythme aussi alarmant nuit à la planète et à nous-mêmes, mais le fait de devenir végan change radicalement les choses. En mangeant végétal, nous réduisons notre empreinte hydrique de près de 60 %.

Ce que vous pouvez faire pour les animaux et la planète

Nous pouvons tous décrier les ravages de la crise climatique à longueur de journée, mais tant que nous aurons de la viande dans la bouche, c’est du flan.

Ne pas manger de viande, de poisson, d’œufs ou de produits laitiers est la façon la plus efficace pour chacun d’agir directement pour protéger notre planète – et de rejeter la cruauté quotidienne qui se produit dans les abattoirs et les élevages industriels en France et ailleurs.

Pour vous aider à démarrer, commandez un « Guide du végan en herbe » gratuit rempli d’astuces et de conseils pour chaque étape de votre parcours.

L’article Comment célébrer la Journée mondiale de l’environnement ? est apparu en premier sur PETA France.