Episode n°91 : Apercevoir toutes les nuances de gris

Cette semaine, il est question de “tout ou rien”, de perfectionniste, de nuances de gris, de juste milieu…   La restriction ou le “foutu pour foutu”, le dégoût de soi ou l’amour passionnel (que l’on atteint jamais), le sport 7 jours sur 7 ou le Netflix-canapé… N’y a-t-il pourtant pas un entre deux ? C’est ce que je […]

L’article Episode n°91 : Apercevoir toutes les nuances de gris est apparu en premier sur Au Vert avec Lili.

Grande nouvelle ! La semaine de la mode de Copenhague bannit la fourrure

PETA et les fashionistas compatissantes du monde entier se réjouissent de l’annonce de la suppression de la fourrure lors de la semaine de la mode de Copenhague. Cette décision fait suite à une prise de conscience des consommateurs, poussée par les supporters de PETA dans le monde entier qui ont fait monter la pression en soulignant que la fourrure danoise « à haut niveau de bien-être » est une arnaque cruelle et non durable.

Les entités PETA font campagne pour l’interdiction de la fourrure depuis des années, et ont envoyé des lettres aux organisateurs de l’événement, à ses sponsors et à son agence partenaire sur la durabilité. En 2021, le jour de l’ouverture de l’événement, avec Anima International et l’association danoise de défense des animaux Dyrenes Alliance, PETA Royaume-Uni a organisé une manifestation remarquée soulignant que la fourrure est le produit de la mort et n’a pas sa place sur les podiums.

La fourrure est morte

Les visons sont confinés toute leur vie dans des cages minuscules avant d’être tués pour leur fourrure.

Les enquêtes menées dans 26 élevages de visons au Danemark ont révélé la présence d’animaux malades, blessés et morts dans chacun d’entre eux. Certains visons souffraient de morsures massives et non soignées. D’autres avaient perdu des pattes ou des oreilles à la suite de bagarres, qui éclatent inévitablement lorsque ces animaux naturellement solitaires sont forcés de vivre ensemble dans des conditions de promiscuité.



Des cas de COVID-19 ont été découverts dans des élevages de visons au Danemark, en Norvège, en Suède et aux Pays-Bas, ce qui a incité le gouvernement néerlandais à avancer son plan d’interdiction de l’élevage des animaux à fourrure.

Niels Vogensen

L’industrie de la fourrure tue notre planète

La fourrure est traitée avec des produits chimiques tels que le formaldéhyde et le chrome pour l’empêcher de pourrir, ce qui en fait l’un des matériaux les moins durables de la mode. Une étude indépendante a révélé que, par rapport à d’autres matériaux, la fourrure a un impact environnemental plus élevé sur 17 des 18 facteurs testés, notamment sa contribution à la catastrophe climatique et aux émissions toxiques.

Reléguons la fourrure au placard !

Aujourd’hui, la fourrure est aussi morte que les animaux auxquels elle a été volée, et les créateurs du monde entier adoptent des matières véganes durables et innovantes. La semaine de la mode de Copenhague rejoint désormais les semaines de la mode d’Amsterdam, d’Helsinki, d’Oslo et d’autres, ainsi que des marques comme Gucci, Versace, Prada, Valentino, Armani, Chanel et à peu près toutes les autres grandes marques de mode, qui ont déjà interdit la fourrure animale.

L’élevage d’animaux sauvages pour leur fourrure est enfin interdit en France. Cependant, il subsiste dans le pays une dizaine d’élevages de lapins Orylag, élevés et tués pour leur fourrure et leur chair, et une trentaine d’élevages d’autres lapins domestiques pour l’angora. Des milliers d’animaux sont donc encore abattus et dépecés chaque année pour alimenter une mode barbare qui consiste à revêtir la peau et les poils d’un autre être sensible.

L’article Grande nouvelle ! La semaine de la mode de Copenhague bannit la fourrure est apparu en premier sur PETA France.

Jeu video Stray : les développeurs reçoivent le « prix des champions des chats »

En cette Journée internationale du chat, PETA met à l’honneur le studio montpelliérain BlueTwelve Studio, auteur du jeu vidéo à succès Stray. Celui-ci souligne les nombreuses difficultés importantes auxquelles sont confrontés les chats errants et les « chats d’extérieur », tout en illustrant toute la curiosité, l’intelligence, les capacités cognitives impressionnantes et le caractère attachant de nos amis félins.

C’est pour cela que PETA a décerné aux développeurs du jeu un « prix des champions des chats ».

Les chats méritent notre respect et notre protection

Pour un jeu sur un chat sans abri errant dans un monde cyber-punk rempli de robots, Stray dresse un portrait réaliste des aptitudes de ces animaux fascinants, mais aussi des dangers de l’errance féline. En effet, les chats autorisés à vagabonder à l’extérieur peuvent se blesser ou se perdre et sont beaucoup plus susceptibles de tomber malades.

Les maladies contagieuses telles que la rhinotrachéite, le sida félin et la rage sont courantes chez les chats d’extérieur, qui peuvent également subir des perforations, des fractures, des lésions cérébrales ou la perte d’un œil ou d’un membre après avoir été attaqués par d’autres animaux ou renversés par des voitures.

Chaque chat mérite l’amour d’une famille et une vie confortable et en sécurité dans un foyer.

Adoptez – n’achetez jamais !

Des milliers de chats attendent aujourd’hui dans les refuges surpeuplés de France et nous encourageons toute personne prête à accueillir un animal sur le long terme à adopter et à ne jamais acheter en animalerie, auprès d’éleveurs, ni en ligne sur des sites type Le Bon Coin.

Rappelons qu’il est obligatoire de faire identifier son animal et vital pour lutter contre la crise de surpopulation et la saturation des refuges animalier de toujours faire stériliser son animal.

Aidez les chats en quelques clics

Malgré le fait que cela contribue directement à l’abandon, à l’élevage clandestin, aux portées non régulées de chatons qui finiront délaissés ou errants et à la maltraitance animale, le site d’annonces entre particulier Le Bon Coin continue d’autoriser la vente et le troc d’animaux sur son site.

Demandez aux responsable de s’engager dès maintenant à cesser de contribuer à la marchandisation d’êtres vivants et sensibles, qui mène à la souffrance de ces animaux à grande échelle :

L’article Jeu video Stray : les développeurs reçoivent le « prix des champions des chats » est apparu en premier sur PETA France.

Victoire : EGYPTAIR met fin au sinistre transport de singes vers les laboratoires !

EGYPTAIR a cessé de transporter des singes d’Afrique et d’Asie vers des laboratoires aux États-Unis et ailleurs. Cette nouvelle fait suite à une intense campagne de trois mois menée par les entités internationales de PETA.

Nous célébrons cette énorme victoire et l’impact qu’elle aura sur les laboratoires qui font actuellement appel aux sinistres services d’EGYPTAIR.

Une campagne intense menée par les entités PETA

Depuis le début de la campagne il y a trois mois, plus de 100 000 sympathisants des entités PETA ont envoyé des courriels aux responsables d’EGYPTAIR.

Les entités PETA ont organisé des dizaines de manifestations dans le monde entier, à Francfort, Manille, Londres et New York, et ici même en France, dans l’aéroport Charles-de-Gaulle.

PETA États-Unis a également organisé des centaines d’appels téléphoniques et de publicités en ligne, a envoyé des T-shirts et des tasses à café – portant des dessins demandant à la compagnie aérienne de mettre fin aux cruelles expéditions de singes – aux dirigeants d’EGYPTAIR, a écrit à plus de 130 employés de la compagnie, et était en contact avec tous les bureaux de la compagnie aérienne dans le monde.

L’implication du laboratoire d’EGYPTAIR

Des initiés de l’industrie aérienne ont d’abord alerté PETA États-Unis sur une cargaison de 720 macaques transportés par EGYPTAIR du Cambodge à New York le 30 avril 2022. Les archives montrent que la compagnie aérienne a transporté 5 000 singes aux États-Unis depuis mars.

Chaque singe a été arraché à sa famille, jeté dans une boîte exiguë et transporté à travers le monde pour souffrir et mourir dans un laboratoire.

La décision d’EGYPTAIR nous rapproche un peu plus de la fin du trafic de singes destinés à des expériences ratées, à l’ère des méthodes modernes et de pointe comme les organes sur puce.

Une industrie qui s’effondre

En janvier, Kenya Airways a mis fin au transport de singes vers des laboratoires, 24 heures seulement après des discussions avec PETA États-Unis, et en juin, Air France a interdit cette pratique après une campagne de dix ans menée par les entités PETA.

Comment vous pouvez aider

Cette victoire rendra plus difficile l’exploitation des primates par les expérimentateurs, mais tous les animaux de laboratoire ont encore besoin que vous agissiez. Signez notre pétition pour aider à mettre fin à toutes les expériences sur les animaux en Europe :

Les entités PETA se tiennent prêtes à faire campagne contre toute autre compagnie aérienne qui aurait l’intention de faire du profit aux dépens des singes victimes de trafic. Rejoignez notre Réseau militant pour être les premiers à être informés de toute nouvelle pétition, protestation ou nouvelle action en ligne :

L’article Victoire : EGYPTAIR met fin au sinistre transport de singes vers les laboratoires ! est apparu en premier sur PETA France.

Episode n°90 : L’émotion qui nourrit votre relation à la nourriture

Cette semaine, je vous invite à explorer vos émotions qui nourrissent votre relation à la nourriture, à votre corps et à vous-même. Saviez-vous que nos émotions sont des habitudes, de la même manière que nos comportements sont des habitudes ? Pour devenir la personne qui passe à table de manière sereine et qui termine son repas […]

L’article Episode n°90 : L’émotion qui nourrit votre relation à la nourriture est apparu en premier sur Au Vert avec Lili.

Vidéo : découvrez la nouvelle vie de Molly, beagle sauvée d’un laboratoire

Chaque année, des milliers de chiens sont utilisés pour des expériences dans l’UE. La plupart d’entre eux sont des beagles, en raison de la nature douce et confiante de cette race. Molly était l’une d’entre eux, mais il y a 7 ans elle a été sortie d’un laboratoire allemand. Regardez comme elle peut maintenant profiter d’une vraie vie de chien, aimée et choyée !

 

View this post on Instagram

 

A post shared by PETA France (@peta_france)

Cependant, tous ses congénères n’ont pas eu cette chance. Au lieu de recevoir l’amour et l’affection qu’ils méritent, les chiens utilisés dans les laboratoires sont forcés d’inhaler des pesticides, de manger des produits chimiques toxiques ou de se reproduire pour que leur progéniture souffre de maladies débilitantes et douloureuses, avant d’être finalement tuée et disséquée.

Les chiens sont des individus, pas des tubes à essai. Les éprouvettes ne pleurent pas et ne tentent pas désespérément de s’échapper lorsqu’elles sont forcées d’inhaler des pesticides chaque jour, pendant des mois, jusqu’à leur mort.

Vous pouvez aider à mettre fin au cauchemar des chiens et autres animaux

Nous avons besoin d’un million de signatures de personnes compatissantes comme vous avant le 31 août pour aider les chiens et autres animaux dans les laboratoires de l’UE. Si vous êtes un citoyen de l’UE, signez notre initiative citoyenne européenne (ICE) et aidez à protéger les animaux dès maintenant :

Partagez également l’ICE avec vos proches dès aujourd’hui – chaque signature compte !

L’article Vidéo : découvrez la nouvelle vie de Molly, beagle sauvée d’un laboratoire est apparu en premier sur PETA France.

De nouvelles statistiques révèlent que 10,5 millions d’animaux souffrent dans les laboratoires de l’UE

Des statistiques récemment publiées par l’UE révèlent qu’en 2019, plus de 10,5 millions d’animaux ont été utilisés dans des expériences cruelles dans les laboratoires européens.

En apparence, il s’agit d’une réduction de près de 100 000 animaux par rapport à l’année précédente.

Pourtant, la vérité cachée est que des millions d’autres animaux ont été exploités pour la reproduction, puis jetés comme « excédentaires » parce qu’ils n’étaient pas du sexe souhaité ou ne présentaient pas certaines caractéristiques de maladie.

La « vie » en laboratoire

Ces animaux – qui ressentent la douleur et la peur, tout comme nous – ont été empoisonnés ; privés de nourriture, d’eau ou de sommeil ; soumis à une détresse psychologique ; délibérément infectés par des maladies ; soumis à des lésions cérébrales ; paralysés ; puis finalement tués.

Mais comme nous, ils ne veulent pas être enfermés dans la cage d’un laboratoire. Ils veulent être libres.

Les victimes

Parmi les 10,5 millions d’êtres sensibles qui ont fait l’objet d’expériences, on compte 10 203 primates, 20 585 chiens et 3 707 chats.

Les souris, les rats et les poissons représentent la majorité des animaux utilisés dans les expériences, soit plus de 9 millions, car ils sont considérés comme bon marché, jetables et pratiques à garder dans des espaces confinés.

Science de mauvaise qualité et ressources gaspillées

Il est très difficile d’appliquer à l’humain les résultats d’expériences menées sur des animaux, car nous sommes tellement différents – sur le plan physiologique, biochimique, métabolique, etc.

L’expérimentation animale est donc un gaspillage de ressources et doit être remplacée par des méthodes de recherche modernes, humaines et efficaces.

Ce que vous pouvez faire

Chaque citoyen européen peut contribuer à mettre fin à l’expérimentation animale dans l’UE. Il suffit de signer l’initiative citoyenne européenne qui demande une transition vers une science totalement sans animaux.

Nous avons besoin de plus d’un million de signatures avant le 31 août. Si vous êtes un citoyen européen, peu importe où vous viviez, signez maintenant :

Que vous soyez citoyen de l’UE ou non, aidez-nous à diffuser ce message dans le monde entier :

L’article De nouvelles statistiques révèlent que 10,5 millions d’animaux souffrent dans les laboratoires de l’UE est apparu en premier sur PETA France.

Fêtes de Bayonne : la mort et la torture ne sont pas un divertissement

Les fêtes de Bayonne célèbraient cette année leurs 90 ans. Pourtant, certains se seraient bien passé d’assister à la fête, comme les taureaux qui ont été torturés et mis à mort vendredi et samedi derniers dans les arènes de la ville. Se divertir ne devrait jamais coûter la vie d’un être sensible, qui ressent la peur et la douleur, et qui tient à sa vie. Voici pourquoi vous ne devriez pas assister aux courses de vaches et aux corridas à Bayonne ni ailleurs :

Ni un art, ni un sport – la mort et la torture ne sont pas un spectacle

Les fêtes de Bayonne s’inspirent des tristement célèbres fêtes de Pampelune, un festival centré autour d’une course de taureaux, mettant à l’honneur l’immaturité et la cruauté de personnes désœuvrées et alcoolisées en quête d’adrénaline. En Espagne comme en France, l’événement est présenté comme une fête joyeuse, durant laquelle les participants testent leur audace – mais il n’y a rien de courageux ni d’amusant à courir devant des vaches et des taureaux terrifiés et stressés par la foule et le bruit.

Migel/Shuttershock.com

 

Cette année, 12 taureaux ont été jetés en pâture à la cruauté humaine dans les arènes pendant les fêtes de Bayonne. Lors d’une corrida, chaque taureau est condamné. Il est poursuivi à cheval et se fait planter des piques et des banderilles dans le dos et le cou, jusqu’à ce qu’il soit exténué et qu’il ait perdu tant de sang qu’il peine à respirer et à se tenir debout. Le matador entre alors en scène pour tenter de l’achever avec une épée – arme volontairement inadaptée pour mettre fin aux souffrances d’un bovin, aussi il n’est pas rare que le « tueur » rate son coup et transperce les poumons à la place du cœur, et le taureau se noie alors dans son propre sang. Certains taureaux sont encore conscients lorsque leurs oreilles et leur queue sont tranchées et brandies en tant que « trophées », avant d’être traînés par des chaînes hors de l’arène. Ensuite, un autre taureau est conduit vers l’arène et le cycle infernal recommence.

Chaque taureau est un individu sensible, sociable et intelligent, qui ressent la peur et la douleur et tient à sa vie comme nous tenons à la nôtre. Malgré cela ils sont torturés et violemment tués pour « divertir » des spectateurs de moins en moins nombreux. Si l’on faisait subir la moitié des sévices que l’on inflige aux taureaux à des chiens, les bourreaux ne seraient pas applaudis mais jugés et incarcérés, à juste titre. Ce serait d’ailleurs le cas si une loi complaisante n’avait pas introduit en 1951 une exception à la l’article 521-1 du Code pénal punissant les actes de cruautés envers les animaux, rompant ainsi avec l’égalité des citoyens devant la loi.

Ne soutenez pas la mise à mort sanglante des taureaux, ni à Bayonne ni ailleurs

Il n’y a rien de courageux à « combattre », avec l’aide de personnes armées de piques et de lames, un animal désespéré et épuisé, rien d’impressionnant à achever un animal mourant, et rien d’amusant ni de divertissant à observer la mise à mort d’un être sensible qui voulait vivre. La corrida n’est pas un combat, c’est une exécution : les taureaux n’ont aucune chance d’y réchapper et ne se sont pas portés volontaires pour être pourchassés, poignardés et massacrés.

Aujourd’hui, les personnes qui s’obstinent à défendre cette pratique cruelle ne sont plus qu’une toute petite minorité, et la tauromachie ne survit plus que sous perfusion des aides publiques et européennes. Bayonne s’enorgueillie d’être la plus ancienne ville taurine française, mais oublie de préciser à ses contribuables que c’est aussi peut-être celle qui dépense le plus d’argent public dans ce spectacle macabre, puisque cette année encore le conseil municipal a décidé de salarier des toreros et d’acheter des taureaux pour un budget prévisionnel de plus de 900 000 €.

Heureusement, une majorité croissante de citoyens s’opposent de plus en plus fortement à la tauromachie – en France, 77 % de la population souhaite que la corrida soit interdite, selon un sondage IFOP de janvier dernier. Se divertir ne devrait jamais coûter la vie d’un être sensible. Nous appelons donc toute personne tentée de participer aux courses ou aux corridas à Bayonne, à passer leur chemin.

Plus de 700 bovins sont massacrés à l’arme blanche chaque année dans les arènes françaises. Il est temps de faire évoluer nos divertissements et de reléguer la boucherie en plein air qu’est la corrida au passé. Si comme la grande majorité des Français vous êtes favorables à son interdiction, écrivez aux maires de Bayonne et des autres villes dites « taurines » de France pour exiger la fin de ces atroces tueries.

L’article Fêtes de Bayonne : la mort et la torture ne sont pas un divertissement est apparu en premier sur PETA France.

Episode n°89 : (S’)accepter pour mieux changer !

La semaine dernière, j’abordais la notion de changement et je terminais l’épisode en vous expliquant qu’il était important d’apprendre à accepter pour changer. Aujourd’hui, je souhaite approfondir ce concept, notamment parce que je sais qu’il est challengeant pour beaucoup d’entre nous. Accepter, ce n’est pas se résigner. Ce n’est pas baisser les bras. C’est croire que c’est […]

L’article Episode n°89 : (S’)accepter pour mieux changer ! est apparu en premier sur Au Vert avec Lili.

Protestation à Charles-de-Gaulle : PETA demande à EGYPTAIR de cesser le transport de singes

Des militants de PETA France se sont rendus aujourd’hui au terminal d’EGYPTAIR à l’aéroport Paris-Charles-de-Gaulle avec un message important : « La cruauté ne s’envole pas : EGYPTAIR, arrêtez d’expédier des singes ».

Cette action fait suite au lancement d’une campagne par des entités internationales de PETA demandant à EGYPTAIR de suivre l’exemple d’autres compagnies aériennes et de cesser de transporter des singes vers des laboratoires.

Les singes qui survivent à ces voyages exténuants de plusieurs jours dans des soutes et des camions finissent par être mutilés et tués dans des laboratoires américains.

Le transport de primates à des fins d’expérimentation présente un risque grave, potentiellement mortel, pour la santé publique et cause d’immenses souffrances aux animaux. Ces individus hautement sociaux et sensibles sont soit capturés dans la nature, soit élevés en captivité dans des élevages industriels sordides, où beaucoup meurent de blessures et de maladies avant même d’être entassés dans de petites caisses en bois et confinés dans les soutes sombres et terrifiantes d’avions pendant plus de 30 heures.

Dans les laboratoires, les primates peuvent être mutilés, empoisonnés, privés de nourriture et d’eau, immobilisés de force dans des dispositifs de contention, infectés par des maladies douloureuses et mortelles, tourmentés psychologiquement et tués.

La majorité des grandes compagnies aériennes ne transporte plus de primates vers des laboratoires. Pourtant, en trois mois seulement, EGYPTAIR aurait transporté plus de 4 000 d’entre eux.

Les singes ont besoin de votre aide

Grâce aux efforts des entités PETA, d’autres organisations de protection des animaux et de personnes bienveillantes du monde entier, presque toutes les grandes compagnies aériennes du monde ont cessé de transporter des singes vers des laboratoires, dont Air France qui s’est engagée tout récemment

Utilisons à nouveau nos voix pour inciter EGYPTAIR à les rejoindre :

L’article Protestation à Charles-de-Gaulle : PETA demande à EGYPTAIR de cesser le transport de singes est apparu en premier sur PETA France.

ASSOCIATION DE PROTECTION ANIMALE BASEE EN ALSACE