Une personne atteinte de myopathie appelle l’AFM-Téléthon à cesser de financer les expériences sur des animaux

Servane Barbot souffre de dystrophie musculaire des ceintures depuis près de 25 ans. Dans cette interview donnée pour PETA, elle dénonce publiquement la cruauté et l’inefficacité des tests sur les chiens pour la recherche censée guérir la myopathie, et elle appelle l’AFM-Téléthon à rediriger son soutien à la recherche sans animaux exclusivement.

Le bilan est accablant : des décennies de recherches sur cette maladie ne sont pas parvenues à donner le jour à un traitement capable de la faire reculer chez l’humain, tout en ayant causé la torture de milliers d’animaux, qui ont été privés de liberté, rendus malades et tués.

La myopathie regroupe un ensemble de maladies qui touchent les muscles. L’une des formes de myopathie est la dystrophie musculaire, caractérisée par une dégénérescence progressive des cellules musculaires. Il existe différents types de dystrophies musculaires, la plus commune étant la dystrophie musculaire de Duchenne. Il est déplorable que des humains souffrent de cette maladie douloureuse et dégénérative ; cependant ils ne bénéficient aucunement de la recherche sur les chiens, qui retarde les progrès médicaux car chaque espèce est différente et que les résultats se transposent mal d’une espèce à l’autre. Tous ces moyens, ce temps et cette énergie seraient mieux employés à financer des méthodes de test sans animaux et pertinentes pour les humains. 

L’agonie des chiens myopathes

En 2016, PETA a rendu publiques des images – confiées par l’association Animal Testing –révélant le calvaire vécu par les chiens qui subissent des tests financés par l’AFM-Téléthon au laboratoire de neurobiologie de l’École nationale vétérinaire d’Alfort.

On y voit de jeunes chiens reproduits spécifiquement pour qu’ils développent la dystrophie musculaire, une des formes de myopathie. Ils sont pris d’une dégradation musculaire handicapante, douloureuse et inéluctable, et ils ont des difficultés à marcher, à respirer et à déglutir. La vidéo montre notamment un chien dont la gueule est couverte de vomi et un autre qui bave car les muscles de sa mâchoire sont en train de lâcher. Certains chiens sont nourris au moyen d’un tube qui débouche dans leur estomac.

Les membres du personnel du laboratoire ont reconnu que certains chiens finissent par être complètement paralysés avant d’avoir atteint l’âge de 6 mois, et que la moitié d’entre eux meurent après une atroce agonie avant l’âge de 10 mois.

Un membre de l’équipe du laboratoire reconnaît que le fait de montrer la souffrance subie par ces chiens suffirait à faire perdre la sympathie et le soutien financier dont l’AFM Téléthon jouit auprès du grand public. Ils savent très bien qu’ils perdraient leurs financements si le public voyait l’état des chiens.

Aucune espèce animale n’est un modèle biologique fiable pour une autre

Les résultats de l’expérimentation animale ne sont pas transposables aux humains, ni d’une espèce animale à une autre. Il est important de souligner que la dystrophie musculaire chez le chien n’est pas analogue à celle qui touche l’humain. Par exemple, 20 à 30 % des chiots dystrophiques nouveau-nés meurent à cause d’un problème de diaphragme, chose que l’on ne constate pas chez les nouveau-nés humains. Les patients humains ne présentent pas de retard de croissance comme c’est le cas des chiens ; les chiens ne perdent pas toujours la capacité de marcher alors que c’est le cas des humains. Les anomalies neurocognitives observées chez les patients humains n’ont pas non plus été représentées de manière satisfaisante par les modèles canins.

Le niveau de souffrance et de détresse infligé aux chiens de l’École nationale vétérinaire d’Alfort est tel que l’on se demande pourquoi ces expériences se poursuivent, alors même qu’elles n’ont que très peu contribué au développement d’un traitement clinique. Le premier Téléthon date de 1987, et malgré les décennies d’expériences sur les chiens, des personnes continuent de souffrir de la dystrophie musculaire de Duchenne.

Heureusement, la biotechnologie moderne fait progresser rapidement la recherche, et des méthodes in vitro de pointe qui sont pertinentes pour l’humain sont utilisées pour améliorer et rationaliser le développement de traitements.

Par exemple, les scientifiques ont récemment utilisé une technologie sophistiquée pour restaurer la fonction de la protéine dystrophine dans des cellules humaines provenant de patients atteints de la dystrophie musculaire de Duchenne, une découverte qui pourrait permettre de traiter jusqu’à 60 % de la population atteinte de cette maladie. Les chercheurs trouvent des moyens de cultiver du tissu musculaire humain fonctionnel afin qu’il puisse être transplanté chez des patients malades pour restaurer la fonction musculaire ou être utilisé pour tester de nouveaux médicaments potentiels. En outre, les scientifiques ont récemment mis au point une « langue sur puce » qui utilise les cellules souches musculaires de patients atteints de la dystrophie musculaire pour recréer du tissu musculaire humain sur de minces dispositifs microfluidiques. Grâce à ce modèle, les scientifiques ont pu expliquer en partie pourquoi la régénération musculaire échoue chez ces patients et entraîne une profonde faiblesse musculaire.

Ces jeunes chiens ont besoin que vous agissiez

On essaie de nous faire croire que pour sauver des humains il faut sacrifier des animaux, mais c’est faux. Ces tests sont cruels et inefficaces.

Comme Servane Barbot, prenez la défense de ces chiens et contactez l’AFM-Téléthon en quelques clics pour leur demander de cesser de financer des expériences sur les animaux et de passer à une recherche moderne et éthique, donc sans animaux :

L’article Une personne atteinte de myopathie appelle l’AFM-Téléthon à cesser de financer les expériences sur des animaux est apparu en premier sur PETA France.

Moelleux à la patate douce, aux épices et à l’orange confite (vegan, sans gluten)

Bonjour ! En ce moment, je suis dans une phase expérimentale en cuisine. Avec des loupés, des réussites et des surprises. Ma recette du jour, le moelleux à la patate douce, aux épices et à l’orange confite fait partie des surprises ! Une surprise qui change du pain d’épices. J’avais envie de préparer un gâteau […]

L’article Moelleux à la patate douce, aux épices et à l’orange confite (vegan, sans gluten) est apparu en premier sur Au Vert avec Lili.

PETA, Cruelty Free Europe, Dove, The Body Shop et plus de 450 autres organisations défendent l’interdiction des tests sur les animaux

PETA, Cruelty Free Europe, et plus de 450 entreprises, marques et organisations de protection des animaux – dont Dove, Simple et The Body Shop – ont envoyé une lettre ouverte au Parlement, à la Commission et au Conseil européens. La lettre appelle les législateurs à maintenir les interdictions d’expérimentation animale et de commercialisation des cosmétiques testés sur des animaux prévues par le règlement européen sur les cosmétiques et à ne permettre en aucun cas que des ingrédients cosmétiques soient testés sur des animaux.

Attendez – les tests de produits cosmétiques ne sont-ils pas interdits en Europe ?

En bref, oui. Depuis 2009, les tests sur les animaux pour les ingrédients cosmétiques sont interdits dans l’UE en vertu du règlement sur les cosmétiques. De même, les produits et ingrédients cosmétiques qui s’appuient sur les résultats d’expérimentations animales réalisées après 2013 à des fins d’évaluation de la sécurité ne peuvent être vendus au sein de l’UE.

Pourtant, l’Agence européenne des produits chimiques (ECHA), soutenue par la Commission européenne et la Chambre de recours de l’ECHA, exige de nouveaux tests sur les animaux pour les ingrédients cosmétiques sous le couvert du règlement REACH sur les produits chimiques. Rien qu’au cours des cinq dernières années, des tests nécessitant l’utilisation de plus de 10 000 animaux ont été imposés. Cela contourne complètement l’objectif du règlement sur les cosmétiques – qui est de mettre les cosmétiques sur le marché en toute sécurité sans exiger de tests sur les animaux – et replace les animaux dans les laboratoires.

Pour aggraver les choses, la Commission européenne travaille également sur des projets qui pourraient encore affaiblir le règlement sur les cosmétiques et voir s’inverser les protections durement gagnées pour les animaux qu’il comporte. Cela entraînerait la souffrance de bien plus d’animaux lors de tests cosmétiques cruels et inutiles et limiterait sévèrement la disponibilité des produits et ingrédients commercialisés dans le secteur des cosmétiques sans cruauté.

Nos actions

Le règlement sur les cosmétiques est menacé, et PETA et ses affiliées s’efforcent de le protéger. Nous unissons nos forces à celles d’entreprises, de marques et d’organisations compatissantes pour exiger que plus aucun animal ne souffre pour des produits cosmétiques, une position qui est largement soutenue par le public et exigée par la loi.

La lettre adressée aux autorités de l’UE les blâme pour avoir sapé le règlement sur les cosmétiques et condamné des milliers d’animaux – y compris des rats et des lapins dont certaines sont en gestation – à subir des tests au cours desquels ils sont gavés d’un ingrédient cosmétique avant d’être tués et disséqués.

Comme indiqué dans la lettre, le monde se détourne de l’expérimentation animale. En 2018, le Parlement européen a appelé à l’introduction d’une interdiction mondiale de l’expérimentation des cosmétiques sur les animaux d’ici 2023, et 84 % des personnes interrogées dans le cadre d’une récente enquête mondiale ont déclaré qu’elles n’achèteraient pas un produit cosmétique si elles savaient qu’il avait été testé sur des animaux.

Que pouvez-vous faire pour aider ?

Tester des produits de beauté sur des animaux, c’est moche, point final. Faites votre part en utilisant toujours des produits non testés sur des animaux, et en cas de doute, consultez la base de données internationale de PETA États-Unis sur les entreprises qui font des tests sur les animaux et celles qui n’en font pas.

Aidez-nous à démontrer le pouvoir de l’opposition publique aux tests des cosmétiques sur les animaux : pressez la Commission européenne et l’ECHA de respecter le règlement sur les cosmétiques et d’interdire les tests sur les animaux pour les ingrédients cosmétiques, quelles que soient les circonstances.

L’article PETA, Cruelty Free Europe, Dove, The Body Shop et plus de 450 autres organisations défendent l’interdiction des tests sur les animaux est apparu en premier sur PETA France.

Préparons ensemble vos repas de fêtes !

Et si cette année, vous célébriez Noël en mode végétal, sans gluten ni sucre raffiné… et avec beaucoup de gourmandise et de plaisir ? Retrouvons-nous en cuisine tout le mois de décembre pour préparer votre repas de fêtes. Nous avons déjà démarré les festivités le week-end dernier avec une courge de Noël qui a eu […]

L’article Préparons ensemble vos repas de fêtes ! est apparu en premier sur Au Vert avec Lili.

Grande nouvelle : la tauromachie refusée au patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO !

La tauromachie doit être abolie, non protégée. Et l’UNESCO semble être d’accord. L’organisation a refusé de protéger le massacre ritualisé des taureaux en rejetant une demande de classement de la corrida comme « patrimoine culturel ayant un besoin urgent de protection ».

Tous les ans, une liste est soumise à l’UNESCO pour examen afin de profiter de la protection culturelle, et le lobby de la tauromachie a demandé à y être inscrit pour 2021. Suite à cette annonce, une tempête de plus de 20 000 tweets avec le hashtag #NoTauromaquiaEnUnesco relayée par de nombreuses associations, dont le collectif La Tortura No Es Cultura, Animal Guardians et PETA et ses affiliées, avait appelé la commission à refuser cette candidature – et ces messages ont été entendus !

Si la tauromachie avait été éligible au titre du patrimoine immatériel de l’humanité, cela aurait pratiquement rendu impossible son interdiction dans tous les pays où elle se pratique actuellement : France, Amérique latine, Portugal et Espagne.

La corrida n’est pas de la culture – c’est de la torture

Au cours d’une corrida typique, des hommes montés sur des chevaux aux yeux bandés enfoncent des piques dans les muscles du dos et de la nuque du taureau. Ces graves blessures  altèrent sa capacité à relever la tête et provoquent une perte de sang importante. Le but est ici d’affaiblir le taureau pour qu’il soit « toréable ».

Ensuite, les banderilleros, à pied, font leur apparition et détournent l’attention du taureau en plantant des banderilles – des tiges aux couleurs vives dont l’extrémité est équipée d’un harpon – dans son dos, lui infligeant une immense douleur et affaiblissant davantage l’animal. Pour finir, le matador provoque enfin l’animal épuisé et mourant au cours d’ultimes assauts puis essaie de le tuer avec une épée. S’il manque son coup, un tueur est appelé à la rescousse pour poignarder l’animal.

Le tueur est censé sectionner la moelle épinière, mais cela peut ne pas fonctionner correctement – et c’est d’ailleurs souvent le cas. Le taureau reste alors conscient mais paralysé tandis qu’on l’enchaîne par les cornes et qu’on le traîne hors de l’arène. Parfois, on lui coupe les oreilles en guise de trophée avant qu’il soit emmené.

Environ 40 000 taureaux sont tués violemment chaque année en Europe par l’industrie de la tauromachie, et 250 000 à l’échelle mondiale.

Vers la fin de la tauromachie ?

Cette décision revêt une très grande importance symbolique qui pourrait donner le signal pour que le coup de grâce soit donné à cette industrie barbare. La tauromachie n’a pas sa place dans une société civilisée, et 75 % de la population française en est convaincue.

PETA appelle à reléguer la boucherie en plein air qu’est la corrida aux sombres pages du passé et encourage tous ceux qui s’opposent à cette « tradition » barbare à écrire à l’Union européenne afin qu’elle cesse de subventionner les corridas avec l’argent public :

L’article Grande nouvelle : la tauromachie refusée au patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO ! est apparu en premier sur PETA France.

Episode n°14 : Le besoin de reconnaissance

On entre dans une relation en étant libre d’être soi et en laissant cette même possibilité à l’autre. Bonjour ! Je suis ravie de vous retrouver pour cet épisode numéro 14 de Vert ma Vie ! Ce matin, nous allons discuter d’un sujet qui touche bon nombre d’entre nous, à savoir le besoin de reconnaissance. […]

L’article Episode n°14 : Le besoin de reconnaissance est apparu en premier sur Au Vert avec Lili.

Black Friday pour les lapins – American Vintage ne casse pas que les prix

L’angora est une matière loin d’être douce : des lapins sont enfermés et isolés dans des cages minuscules et dégoûtantes, et les tondeurs arrachent leurs poils à vif ou les tondent violemment. Pour eux, chaque jour est une journée noire.

Contactée et informée par PETA France au sujet de la cruauté inhérente à la production d’angora, la marque française American Vintage n’a pourtant toujours pas pris d’engagement à y renoncer. Les lapins ont encore besoin de vous !

Agissez ce week-end en réalisant une ou plusieurs de ces actions pour aider les lapins maltraités pour des vêtements :

  • Laissez un commentaire à la marque sur ses pages Instagram et Facebook.
  • Envoyez un courriel poli à l’attention du PDG d’American Vintage, Michaël Azoulay, à l’adresse contact@americanvintage-store.com.
  • Du lundi au vendredi de 9h à 17h, vous pouvez appeler les bureaux d’American Vintage au 04 98 07 00 20 pour leur faire part de votre indignation, et leur rappeler que vous ne serez jamais client d’une marque qui refuse de bannir de ses collections une matière pour laquelle des lapins ont souffert et perdu la vie. Cliquez ici si vous avez besoin d’informations.
  • Partagez notre contenu sur l’angora, via e-mail ou sur les réseaux sociaux, et assurez-vous que vos amis et votre famille ont signé notre pétition.

***

Les consommateurs cherchent de plus en plus à acheter des vêtements qui correspondent à leurs principes éthiques et à leur souci du bien-être animal et de l’environnement. Avec la grande variété de matières écologiques disponibles, y compris le coton biologique, le Tencel, le bambou et le chanvre, il est plus facile que jamais de se défaire de l’angora.

Nous comptons sur vous pour aider les lapins – et tous les autres animaux – qui souffrent et meurent pour une mode cruelle.

L’article Black Friday pour les lapins – American Vintage ne casse pas que les prix est apparu en premier sur PETA France.

ASSOCIATION DE PROTECTION ANIMALE BASEE EN ALSACE