Des militants PETA arrêtés pour avoir perturbé l’AG de LVMH au sujet des peaux exotiques

Aujourd’hui, des militants de PETA ont été arrêtés lors de l’assemblée annuelle de LVMH pour avoir critiqué l’entreprise (propriétaire de Louis Vuitton, Dior et Fendi) en raison de son soutien à une cruauté extrême via la vente de produits en peau d’animaux torturés. Brandissant des pancartes avec le message « LVMH : arrêtez les peaux exotiques » les militantes animalistes ont bruyamment scandé « Honte à LVMH ! » et « Les animaux ne sont pas des vêtements ! » avant d’être emportés par la police.

Qui portez-vous – Louis Vuitton ou un serpent écorché ?

Chaque sac à main en peau de crocodile, chaque paire de chaussures en peau de serpent représente la souffrance extrême d’un animal vulnérable qui ressent la peur et la douleur et ne voulait pas mourir.

Une enquête de PETA Asie dans les abattoirs qui fournissent LVMH en Indonésie montre des serpents gonflés avec de l’eau, frappés au marteau et coupés avec des rasoirs alors qu’ils sont probablement encore conscients. Les entités PETA ont également rendu compte de la manière dont l’industrie de la mode coupe le cou des crocodiles et enfonce des tiges en métal dans leur colonne vertébrale, décapite des lézards encore conscients à la machette et étourdit électriquement des autruches avant de les égorger devant leurs congénères terrifiées.

Depuis 2017, PETA États-Unis – qui possède des actions LVMH – se rend aux assemblées générales annuelles du groupe pour interpeller les responsables et informer les autres actionnaires au sujet de la cruauté qu’engendre l’utilisation continue de peaux exotiques par les marques du groupe de luxe.

LVMH est à la traîne 

De nombreux autres grands créateurs de mode comme Mulberry, Victoria Beckham, Chanel, Burberry, Diane von Furstenberg et Vivienne Westwood ont abandonné l’utilisation de peaux de reptiles ou d’autres animaux sauvages.

Vous pouvez aider !

PETA appelle LVMH à mettre fin à sa vente honteuse de peaux exotiques, mais aussi de fourrure et d’autres peaux d’animaux. Joignez-vous à nous en écrivant aux responsables du groupe en quelques clics :

L’article Des militants PETA arrêtés pour avoir perturbé l’AG de LVMH au sujet des peaux exotiques est apparu en premier sur PETA France.

PETA Asie révèle que le bétail australien est toujours massacré en Indonésie

De nouvelles révélations choquantes de PETA Asie montrent que les employés en Indonésie massacrent toujours des animaux importés d’Australie, alors même que le gouvernement australien a affirmé que cette horrible pratique avait cessé.

En octobre 2023, un enquêteur de PETA Asie a filmé des images montrant deux vaches avec des boucles d’identification australiennes en train de se débattre sur le sol d’un abattoir après avoir été égorgées par des ouvriers. Les deux animaux donnaient encore des coups et l’un d’eux gargouillait alors qu’on les traînait par les pattes sur le sol sal et qu’on les accrochait. L’une des vaches a continué à se débattre jusqu’à ce qu’un ouvrier l’égorge plus profondément.

Des révélations similaires en 2021

En 2021, PETA Asie a enquêté dans sept abattoirs sélectionnés de manière aléatoire, dont certains faisaient partie du système d’assurance qualité de la chaîne d’approvisionnement des exportateurs (ou ESCAS) du gouvernement australien. Les bovins en provenance d’Australie étaient placés dans des boîtes d’étourdissement et les ouvriers leur tiraient dessus à plusieurs reprises à l’aide d’un pistolet d’abattage avant de les égorger. Les ouvriers étourdissaient parfois partiellement – ou même pas du tout – les animaux. Certains étaient simplement jetés dans des boîtes d’étourdissement et égorgés. Un animal paniqué, encore conscient et dont la tête partiellement coupée pendait, se tordait de douleur tandis qu’un ouvrier découpait sa chair et tentait de le décapiter.

Peu a changé depuis l’enquête précédente de PETA Asie. Les exportateurs sont tenus de respecter les normes ESCAS, l’industrie australienne de la viande continue cependant d’expédier des vaches dans des pays où elles sont abattues dans des conditions qui seraient illégales en Australie.

Un échec du gouvernement

Le gouvernement australien n’a rien fait pour mettre fin à cette maltraitance endémique. Bien que le parti travailliste ait promis, lors de sa campagne électorale en 2019, d’éliminer progressivement les exportations de moutons vivants sur une période de cinq ans, le bétail n’était pas inclus et le parti refuse depuis de s’engager sur un calendrier pour aider les moutons. Rien n’a changé.

Une maltraitance répandue partout dans le monde

Les horreurs que l’on voie sur les images filmées par PETA Asie ne sont pas l’apanage de l’Australie. Partout dans le monde, des pays exportent des vaches, des moutons, des cochons et d’autres animaux afin qu’ils soient abattus à l’étranger. Ils sont entassés dans des camions et des bateaux crasseux où ils se languiront des jours durant, parfois même des semaines. Privés de repos et de pauses, ils sont contraints de rester debout dans leurs propres déjections sans quantités d’eau ou de nourriture suffisantes, ce qui entraîne la perte de nombreuses vies. Imaginez devoir rester dans une voiture pendant des semaines.

Les animaux ne survivent souvent pas à ces périples dangereux. En 2022, un bateau a coulé dans la mer Rouge avec 15 000 moutons à son bord. La même année, près de 800 taureaux ont été renvoyés et tués en France après un conflit entre le pays et l’Algérie.

Vous pouvez faire changer les choses

L’industrie de l’exportation d’animaux vivants est celle de la viande et du cuir. Si vous achetez de la viande ou du cuir, vous financez cette cruauté.

Beaucoup blâment les gouvernements et les législateurs, mais nous sommes responsables. Tant que les humains continueront à consommer des produits d’original animale, des individus continueront à être entassés sur des bateaux et à se vider de leur sang sur le sol des abattoirs.

Il y a une manière d’empêcher la cruauté envers les animaux, et c’est d’opter pour le véganisme.

Demandez également au gouvernement australien de mettre fin à ces pratiques atroces dès maintenant :

L’article PETA Asie révèle que le bétail australien est toujours massacré en Indonésie est apparu en premier sur PETA France.

Journée pour les animaux dans les laboratoires : pourquoi est-elle vitale ?

La Journée pour les animaux dans les laboratoires, qui a lieu ce 24 avril, est l’occasion de rendre hommage à tous les animaux qui ont souffert et été tués dans de cruels tests de laboratoires. Malgré un soutien du public en chute libre, l’expérimentation animale continue en France : des milliards de procédures terrifiantes et douloureuses sont effectuées sur ces êtres chaque année. Ces tests sont indéfendables, d’un point de vue moral mais également scientifique, car ils freinent l’avancée de la recherche médicale de diverses manières.

Il est faux de dire que les animaux sont seulement utilisés dans des tests dont le but est de guérir des maladies. Souvent, des scientifiques effectuent des recherches par simple curiosité. Lors d’un test absurde décrit dans un article académique en 2016, des macaques rhésus étaient maintenus en place dans des appareils cruels appelés « chaises de primates » tous les jours pendant jusqu’à six mois afin d’étudier le passe-temps humain des jeux d’argent. Ces singes sans défense étaient contraints à manipuler une manette selon des stimuli visuels sur un écran d’ordinateur et recevaient une gorgée de jus dilué lorsqu’ils exécutaient « correctement » ce qu’on demandait d’eux.

La loi protège peu les animaux dans les laboratoires, ainsi, chaque année en France, des milliards d’entre eux subissent des souffrances inimaginables. Par exemple, lors d’une expérimentation en particulier, des chercheurs bloquaient les artères de lapins, leur provoquant des ulcères partout sur les pattes et leur causant une douleur incessante. Traités comme du matériel de laboratoire jetable, les lapins qui ont survécu à ce protocole ont été tués deux semaines plus tard.

Et à l’abri des regards, des chiens subissent d’immenses souffrances à l’École nationale vétérinaire d’Alfort. Des labradors y sont délibérément élevés de manière à développer la myopathie, une dégradation musculaire handicapante, douloureuse et inéluctable. Celle-ci progresse en s’aggravant depuis leur naissance jusqu’à ce que ces jeunes chiens ne puissent plus marcher, déglutir ni même respirer.

Ces dernières années il est de plus en plus reconnu que les animaux constituent rarement des modèles pertinents pour le corps humain. Des méthodes modernes, dont des tests sophistiqués utilisant des cellules et tissus humains (les méthodes in vitro), des modèles informatiques (parfois appelés modèles in silico), et des essais cliniques avec des volontaires humains, sont bien plus précises et fiables.

Agissez pour les animaux qui souffrent en ce moment-même

Partout dans l’UE, des millions de souris, de lapins, de singes et d’autres animaux subissent toutes sortes de tests qui dépassent parfois l’imagination. Demandez au gouvernement français de s’engager dans une stratégie avec des objectifs clairs pour mettre fin à toute expérimentation animale :

En France des chiens souffrent lors de tests financés par l’AFM-Téléthon qui, malgré plusieurs décennies de recherche, n’ont toujours pas permis de développer une méthode de guérison pour les myopathies. Pressez l’AFM-Téléthon de prendre la bonne décision pour les malades et pour les chiens en cessant de financer l’expérimentation animale et en se tournant à la place vers des méthodes sans animaux et efficaces pour l’humain :

Le laboratoire pharmaceutique français Sanofi a jusqu’à présent refusé de cesser d’utiliser un test inutile de quasi-noyade que la plupart de ses concurrents ont déjà abandonné. Aidez-nous à lui montrer l’importance de suivre le droit chemin :

L’article Journée pour les animaux dans les laboratoires : pourquoi est-elle vitale ? est apparu en premier sur PETA France.

Nouveau décès au Marineland d’Antibes : l’orque Inouk est morte

Le 28 mars 2024 au matin, Inouk est décédé. Il était l’une des trois orques encore emprisonnées à Marineland à Antibes. Sa mort survient quelques mois après celle d’une autre orque, Moana, qui a péri dans les bassins exigus du parc. Dans leur habitat naturel, les orques mâles peuvent vivre jusqu’à 60 ans, mais Inouk est mort a seulement 25 ans.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

One Voice

La vie et la mort d’Inouk

Inouk est né à Marineland en 1999 et y est resté avec sa sœur Wikie et ses deux fils Moana et Keijo. Il a passé toute sa vie en captivité, n’ayant jamais eu l’occasion de nager dans l’océan ou d’échapper à la frustration de ces bassins désolés.

Sa sœur Wikie, qui est toujours enfermée à Marineland, a été la première orque à être contrainte de donner naissance par insémination artificielle. Son bébé, Moana, est mort alors qu’il n’avait que 12 ans.

Les orques n’ont rien à faire en captivité

Dans leur habitat naturel, les orques partagent des liens familiaux complexes et nagent plus de 160 km par jour, mais dans les parcs marins comme Marineland, elles nagent en rond dans des piscines en béton exiguës et sont forcées d’exécuter des numéros dépourvus de sens. Les orques comme Inouk et Moana paient le prix fort pour remplir les poches des propriétaires des parcs. Elles subissent un environnement pénible et une vie privée de stimulation mentale et meurent souvent prématurément de maladies liées au stress.

PETA fait campagne depuis des années pour mettre fin à la captivité des animaux marins à des fins de divertissement. L’association a contacté Marineland à plusieurs reprises pour demander le transfert de ces animaux dans des sanctuaires appropriés, a organisé des manifestations à Antibes et a lancé des campagnes avec des célébrités pour tenter d’obtenir la libération des orques. PETA États-Unis a même acheté des actions de la société mère de Marineland, Parques Reunidos, afin d’influencer l’entreprise.

Le confinement de ces individus intelligents est inacceptable. Bien que Marineland ne puisse pas effacer le mal qu’il a fait à Inouk et Moana, il est encore possible d’arrêter d’exploiter les orques qui y sont encore en les transférant dans un sanctuaire côtier pour leur permettre de faire l’expérience d’un semblant de vie naturelle.

Les orques ont besoin de votre aide

N’achetez jamais de billets pour les parcs marins et dites à votre entourage de rester à l’écart de ces prisons aquatiques.

Aidez-nous également à faire libérer Wikie et Keijo avant qu’ils ne subissent le même sort :

L’article Nouveau décès au Marineland d’Antibes : l’orque Inouk est morte est apparu en premier sur PETA France.

Jésus appelle à la miséricorde pour les taureaux dans une nouvelle campagne de PETA

À l’approche de Pâques et de la Première Rencontre Internationale des Aumôniers et des Prêtres Taurins à Zamora, en Espagne, un message provocateur est apparu dans tout Rome et la ville sainte : une image de Jésus protégeant un taureau d’un matador est accompagnée d’un appel demandant aux prêtres de condamner cette pratique violente.

Stefano Carofei

L’affiche fait partie de la campagne de PETA demandant au pape François de couper les liens de l’Église catholique avec la corrida. Placardée sur une centaine de panneaux publicitaires partout dans la ville, elle fait également la tournée des sites touristiques les plus populaires de Rome (y compris le Vatican) à l’arrière d’un bus de tourisme.

Stefano Carofei

La torture des taureaux ne peut être considérée comme chrétienne

Chaque année, des dizaines de milliers de taureaux sont abattus lors de fêtes taurines partout dans le monde, et beaucoup sont organisées en l’honneur de saints catholiques. Lors de ces événements, des assaillants à cheval enfoncent des lances dans le dos et le cou du taureau avant que d’autres le poignardent avec des banderilles, lui infligeant une douleur aiguë dès qu’il tourne la tête et limitant l’amplitude de ses mouvements. Lorsque le taureau est suffisamment affaibli par la perte de sang, un matador tente de tuer l’animal en lui transperçant les poumons avec une épée. En cas d’échec, il lui tranche la moelle épinière à l’aide d’un couteau. Le taureau est parfois paralysé mais toujours conscient lorsque ses oreilles ou sa queue sont coupées et présentées au matador pour faire office de trophée et son corps est traîné hors de l’arène.

Dans son encyclique Laudato Si’, le pape François a écrit que « toute cruauté sur une quelconque créature est contraire à la dignité humaine ». Dès le 16ème siècle, le pape Pie V, canonisé depuis, a interdit la corrida, qu’il qualifiait de « sanglants et honteux spectacles dignes des démons et non des hommes » et qu’il considérait comme contraire à la « piété et charité chrétienne ». La doctrine de l’Église catholique affirme clairement que les humains ne devraient pas « faire souffrir inutilement les animaux » et « gaspiller leurs vies ». Malgré cela, des prêtres catholiques officient souvent lors de cérémonies religieuses dans des arènes et font office d’aumôniers pour les toreros dans les chapelles qui y sont situées. Certains s’en prennent même aux taureaux dans les arènes, vêtus d’une soutane.

Signez la pétition

L’Église enseigne la compassion envers chaque être vivant et sensible, mais continue de se rendre complice de la persécution et de la torture de taureaux. Toute personne miséricordieuse devrait garder ses distances avec les arènes et le sanglant rituel qui y est pratiqué.

Signez la pétition demandant au pape François, chef de l’Église catholique, de dénoncer publiquement la cruauté de la corrida au nom de l’Église :

L’article Jésus appelle à la miséricorde pour les taureaux dans une nouvelle campagne de PETA est apparu en premier sur PETA France.

Elise Goldfarb invite un matador ayant récemment fait son coming out à se détourner de la tauromachie

Elise Goldfarb invite un matador ayant récemment fait son coming out à se détourner de la tauromachie

 

À la suite du récent coming out de Mario Alcalde, le premier matador ouvertement LGBTQ+ d’Espagne, Elise Goldfarb, militante féministe, queer et pour la cause animale, a aujourd’hui envoyé une lettre au torero. Elle y souligne que « torturer des animaux à mort est non seulement injustifiable moralement, cela va également à l’encontre des valeurs altruistes défendues par notre communauté » et lui demande de prendre position contre la cruauté inhérente à l’industrie taurine.

« La corrida n’est autre que la mise à mort rituelle d’animaux innocents, qui n’ont d’autre choix que d’entrer dans l’arène et n’ont aucune chance d’en sortir vivants. Il s’agit du meurtre d’êtres vivants et sensibles pour le divertissement et le plaisir. » – Elise Goldfarb.

« La corrida n’est autre que la mise à mort rituelle d’animaux innocents, qui n’ont d’autre choix que d’entrer dans l’arène et n’ont aucune chance d’en sortir vivants. Il s’agit du meurtre d’êtres vivants et sensibles pour le divertissement et le plaisir. » – Elise Goldfarb.

Chaque année, des milliers de taureaux sont torturés et abattus dans les arènes du monde entier. Ils sont transpercés et poignardés à plusieurs reprises jusqu’à ce que, souffrant de blessures douloureuses et épuisés par la perte de sang, ils soient tués par une épée dans le cœur ou un couteau dans la colonne vertébrale.

Il arrive même que les matadors coupent les oreilles ou la queue des taureaux pour les garder comme trophées, parfois alors que l’animal est encore conscient.

Ce que vous pouvez faire

Refusez d’assister à des corridas ou de participer à des événements qui encouragent la cruauté envers les animaux.

Faites pression pour un changement législatif en signant des pétitions et en soutenant des initiatives qui remettent en cause la légalité de la tauromachie. En Espagne, les défenseurs des animaux recueillent des signatures pour l’initiative populaire #NoEsMiCultura. Si elle aboutit, cette initiative annulera la loi 18/2013, qui réglemente et protège la tauromachie en Espagne en tant que patrimoine culturel. En France, PETA demande au gouvernement d’interdire la présence d’enfants aux corridas.

Veuillez également envoyer un message aux maires des quelques dizaines de communes du sud de la France où les taureaux sont toujours torturés dans des arènes pour exiger l’arrêt de ces bains de sang :

L’article Elise Goldfarb invite un matador ayant récemment fait son coming out à se détourner de la tauromachie est apparu en premier sur PETA France.

Des militants attaquent en justice la Commission européenne pour son incapacité à agir en faveur des animaux

La Commission européenne poursuivie en justice

Des documents ont été déposés auprès de la Cour de justice de l’Union européenne au Luxembourg pour démontrer que la Commission européenne n’a pas tenu sa promesse d’introduire une législation pour aider les animaux qui souffrent en cage.

La campagne End the Cage Age

Celle-ci marqué l’histoire en étant la première initiative citoyenne européenne (ICE) à réussir à obtenir un engagement réel de la part de la Commission. PETA a travaillé avec Compassion in World Farming et avec une coalition de 170 organisations de défense des droits des animaux, du bien-être animal et de l’environnement en Europe pour recueillir près de 1,4 million de signatures en faveur de l’interdiction de l’utilisation des cages dans l’agriculture animale. La Commission s’était clairement engagée à présenter des propositions législatives visant à interdire l’élevage en cage dans l’UE avant la fin de l’année 2023, mais elle n’a pas tenu sa promesse.

Le comité des citoyens de l’ICE End the Cage Age, financé par Compassion in World Farming, est malheureusement contraint d’essayer d’entrer une nouvelle fois dans l’histoire en étant le premier à demander à la Commission de rendre des comptes sur son inaction dans le cadre d’une ICE. Si l’action en justice est couronnée de succès, le tribunal contraindra la Commission à publier ses propositions dans un délai clair et raisonnable et à autoriser l’accès à son dossier sur l’initiative.

Compassion in World Farming

Plus de 300 millions de cochons, de poules, de lapins, de canards, de cailles et d’oies

C’est nombre d’animaux souffrant dans des cages à travers l’Union européenne, tous en proie à la cruauté et à la misère. Les truies sont forcées d’allaiter leurs porcelets dans une cage si petite qu’elles ne peuvent même pas se retourner. Les lapins et les cailles sont enfermés à vie dans des cages vides. Les canards et les oies sont confinés et gavés pour produire du foie gras.

La meilleure façon d’empêcher que les animaux ne souffrent dans des cages est de devenir végan. Rejeter la cruauté quotidienne qui sévit dans les élevages et les abattoirs de France et d’Europe. C’est aussi simple qu’opérer quelques changements simples et délicieux lorsque vous vous mettez à table. Commandez le « Guide du végan en herbe » gratuit de PETA pour obtenir des astuces, des recettes et des conseils.

Les personnes en faveur de la campagne #EndTheCageAge peuvent également manifester leur soutien en partageant la nouvelle de l’action en justice sur les réseaux sociaux et en mentionnant la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen (@vonderleyen).

L’article Des militants attaquent en justice la Commission européenne pour son incapacité à agir en faveur des animaux est apparu en premier sur PETA France.

Nouvelle vidéo : les civettes sont toujours exploitées pour le « café de crotte » à Bali

Les civettes à Bali sont encore maltraitées pour du « café de crotte », aussi connu sous le nom de kopi luwak, qui provient des excréments des animaux. Regardez ces nouvelles images de PETA Asie pour savoir d’où il provient vraiment :

Les civettes dépérissent dans des cages

Les enquêteurs ont découvert que les touristes à Bali visitent souvent des plantations de café où les guides leur mentent, prétendant que les excréments utilisés pour le café proviennent d’animaux sauvages alors qu’ils proviennent en réalité de civettes en cages.

La dernière enquête de PETA Asie sur le café de civette en 2022 a montré qu’il est fabriqué en capturant des civettes dans leur habitat naturel, en les confinant dans des cages minuscules et en les nourrissant d’un régime malsain et artificiel de cerises de café. Ce café est fait de grains partiellement digérés extraits des excréments des animaux.

Les mensonges derrières le « café de crottes de civette »

Les enquêteurs ont documenté la maltraitance des civettes dans un élevage à Bali et suivi le café produit jusqu’à un café fréquenté par les touristes comme il y en a des dizaines sur l’île. Dans l’élevage, les civettes étaient enfermées dans des cages vides au sol recouvert d’excrément, de saleté et de cerises en décomposition. Elles tournaient en rond et avaient des plaies ouvertes douloureuses.

Un représentant a affirmé à un enquêteur que les touristes seraient furieux s’ils connaissaient la vérité sur l’origine du kopi luwak. Lorsque les enquêteurs ont visité la plantation, un guide a menti, niant l’utilisation de civettes en captivité, même une fois confronté à la vérité.

Ce que vous pouvez faire

Ne vous laissez pas duper. Ne soutenez jamais le confinement, la souffrance et la tristesse endurée par les civettes pour le kopi luwak. N’achetez pas de café de civette, que ce soit chez vous ou en vacances, et faites circuler ces images.

L’article Nouvelle vidéo : les civettes sont toujours exploitées pour le « café de crotte » à Bali est apparu en premier sur PETA France.

Recrutement : chargé(e) de communication numérique

Votre style est engageant et inspiré ? Vous avez un esprit créatif et innovant, une bonne connaissance des technologies numériques et une forte capacité à convaincre ?  Vous avez une expérience solide lorsqu’il s’agit de gérer un compte sur les réseaux sociaux et de développer une communauté ? Vous êtes passionné par les droits des animaux ? PETA n’attend que vous !

Objectif :

Inspirer des millions de personnes à passer à l’action pour aider les animaux grâce à des articles de blog et des posts sur les réseaux sociaux motivants.

Type de contrat :

Auto-entrepreneur

Lieu de travail :

En télétravail, basé de préférence à Paris

Principales responsabilités et missions :

  • Coordonner les réseaux sociaux de PETA France et développer notre communauté francophone
  • Concevoir du contenu, proposer des manières créatives d’impliquer la communauté de PETA sur les réseaux sociaux et modérer les conversations en ligne sur les droits des animaux
  • Organiser, écrire et mettre en page les nouveaux articles de blog sur le site de PETA, avec un accent particulier sur l’alimentation végétale, la mode végane et l’actualité en matière de droits des animaux
  • Aider à organiser et assister à des événements à Paris tels que des manifestations et des séances photos avec des célébrités
  • Suivre et analyser le trafic sur le site web ainsi que le succès des campagnes publicitaires et sur les réseaux sociaux et adapter les stratégies en conséquence
  • Faire des recherches sur les sujets relatifs aux campagnes de PETA pour des articles et des publications sur les réseaux sociaux
  • S’acquitter de toute autre mission confiée par votre responsable

Qualifications et compétences :

  • Français de langue maternelle ou niveau presque équivalent et anglais courant
  • Excellentes qualités rédactionnelles en français et compréhension de ce qui touche les internautes
  • Au moins deux ans d’expérience professionnelle en gestion de réseaux sociaux sur des plateformes telles qu’Instagram, X (anciennement Twitter), Facebook et TikTok, ainsi qu’une compréhension des avantages uniques et des défis présentés par chaque plateforme
  • Capacité démontrée à produire du contenu créatif, intéressant et convaincant
  • Connaissances des problématiques liées aux droits des animaux et enthousiasme et engagement envers les objectifs de PETA
  • Très bonne connaissance des réseaux sociaux, des tendances créatives et des références culturelles importantes
  • Sens aigu du design et maîtrise des logiciels d’édition de photo et de vidéo
  • Forte conscience professionnelle accompagnée d’une grande efficacité et d’un souci du détail exceptionnel
  • Attitude proactive et capacité à penser de manière créative et à trouver de nouvelles idées pour promouvoir les valeurs fondamentales de PETA

Déposez votre candidature ici.

L’article Recrutement : chargé(e) de communication numérique est apparu en premier sur PETA France.

ASSOCIATION DE PROTECTION ANIMALE BASEE EN ALSACE