Tous les articles par PETA France

Australie : comment aider les koalas et autres animaux touchés par les feux de brousse

L’Australie brûle. Depuis le mois de septembre plus de 8 millions d’hectares sont partis en fumé, et les feux de brousse continuent de ravager le pays à un rythme alarmant. Des photos et des vidéos d’animaux carbonisés – incapables d’échapper aux terribles flammes – sont partout en ligne où que vous regardiez. On estime maintenant que près d’un milliard d’animaux sont déjà morts. Les humains, eux aussi, meurent et sont déplacés. Tout ce qui concerne le destin actuel de l’Australie semble avoir une ampleur apocalyptique.

Les gens sont profondément bouleversés par ce qui se passe dans le pays : des kangourous piégés dans des clôtures de barbelés alors qu’ils tentent de fuir les incendies, des vaches et des moutons cuits vivants dans les flammes, et maintenant des tireurs qui ont reçu l’ordre d’abattre des milliers de chameaux qui cherchent désespérément de l’eau.

Dans la vidéo ci-dessous, un passant a filmé des dizaines et des dizaines d’animaux morts et brûlés, éparpillés le long des routes :

Durant cette crise, nous avons vu des actes de bravoure et de compassion incroyables, mais vous n’avez pas besoin de courir dans le bush en feu et de sauver des koalas pour aider. Chaque jour, nos actions individuelles ont un impact sur notre climat et les conditions qui ont causé la gravité de ces incendies.

Le changement climatique est à l’œuvre, et nous devons agir comme jamais auparavant

Les scientifiques ont déclaré avec insistance que le changement climatique a joué un rôle clé dans les feux de brousse de cette année, qui ont brûlé plus d’hectares que les récents feux dans la forêt amazonienne et en Californie réunis. Le Bureau australien de la météorologie a déclaré que « le changement climatique influence la fréquence et la gravité des dangereux feux de brousse en Australie et dans d’autres régions du monde ». Un rapport sur l’état du climat publié en 2019 (avant les incendies) par cet organisme relève « une hausse sur le long-terme de la météo favorable aux feux extrêmes et un allongement de la saison des feux. Le changement climatique, y compris les températures en hausse, contribue à ces tendances. »

Anomalie des températures moyennes annuelles en Australie• Crédits : BOM – Bureau of Meteorology

L’Australie a des émissions de gaz à effet de serre par habitant parmi les plus élevées au monde. Citant des recherches effectuées en partenariat avec Australian Wool Innovation, Dairy Australia et Meat & Livestock Australia, le site internet du gouvernement australien affirme que les émissions directes du bétail représentent environ 10 % des émissions de gaz à effet de serre du pays. Cependant, des scientifiques indépendants placent ce chiffre à un niveau beaucoup plus élevé. Par exemple, le Dr Barry Brook, professeur de durabilité environnementale à l’Université de Tasmanie, estime que l’élevage d’animaux pour l’alimentation est responsable de la moitié des émissions à court terme de l’Australie.

Mais l’histoire est la même dans le monde entier. Récemment, les Nations Unies ont déclaré que la consommation de viande doit diminuer de 90 % pour que nous puissions éviter les pires effets du changement climatique, et les chercheurs de l’Université d’Oxford ont conclu que la suppression des produits animaux de notre alimentation est « la meilleure façon » de réduire les émissions de gaz à effet de serre et de préserver l’eau et la terre.

Vous pouvez agir pour les koalas, les dromadaires et tous les autres animaux

Il y a quelque chose qui peut être fait, une solution à long terme pour cette horreur et les autres qui suivront inévitablement, car la chaleur et la sécheresse prolongées ont étendu les périodes de feux de forêt saisonniers dans le monde entier et nous sommes confrontés à des extinctions massives, à la montée du niveau des mers et à des changements de température record.

Il ne fait aucun doute que nous avons besoin que les secteurs de l’énergie et des transports s’éloignent des combustibles fossiles, mais nous ne pouvons pas simplement attendre une meilleure technologie ou que les politiciens fassent ce qui est bon pour l’environnement. Nous devons prendre nos responsabilités individuelles et faire ce que nous pouvons dans notre propre vie pour réduire les émissions, ce qui signifie supprimer la viande et les autres produits d’origine animale de notre alimentation. Peu d’entre nous peuvent acheter une voiture électrique ou vivre entièrement hors du réseau d’énergie, mais nous pouvons tous choisir un burger végétarien au lieu d’un burger au bœuf.

Nous pouvons (et devons) lutter contre le changement climatique. Le moyen le plus simple, et de loin, est de cesser de manger des animaux et devenir végan dès maintenant. Cela ne nécessite aucune initiative gouvernementale ou promesse de la part d’une multinationale. Il s’agit seulement de choisir de laisser les animaux hors de votre panier d’achat.

Devenir végan peut aider à éviter que les animaux soient brûlés vifs dans un feu de brousse ou qu’ils soient égorgés dans un abattoir.

On estime que plus d’un milliard d’animaux ont été tués dans les incendies en Australie. C’est à peu près le même nombre d’animaux terrestres qui sont horriblement abattus en quelques jours juste pour que les gens puissent manger leur chair. Qu’il s’agisse d’un kangourou piégé dans une clôture de barbelés en fuyant son habitat en feu ou de vaches qui crient et se débattent pour leur vie alors qu’elles sont hissées par des chaînes pour se vider de leur sang, chacun de ces animaux a craint pour sa vie et a fait tout ce qu’il pouvait pour la conserver.

Le meilleur moment pour devenir végan était hier – le second meilleur moment est maintenant

Beaucoup d’entre nous se sentent relativement impuissants face aux extinctions massives, à l’élévation du niveau de la mer et aux feux de saison records, mais nous avons en fait beaucoup de pouvoir pour changer les choses si nous l’exploitons. Il est impératif que nous prenions la responsabilité personnelle de la protection de notre planète, et de loin la façon la plus simple de le faire est de cesser de manger des animaux et de devenir végan dès maintenant. Nous pouvons aider les animaux sauvages qui sont partout dans le monde touchés par la destruction de leur habitat naturel en choisissant des aliments végans respectueux du climat et de l’environnement.

L’article Australie : comment aider les koalas et autres animaux touchés par les feux de brousse est apparu en premier sur PETA France.

Les humains sont-ils censés manger de la viande ?

Les personnes qui mangent de la viande affirment qu’il est « naturel » que les humains consomment des animaux. Mais est-ce vrai ou est-ce juste une excuse pour ignorer les façons atroces dont les animaux sont tués pour de la nourriture ? Est-on vraiment censé manger de la viande ?

Nous n’aimons pas le sang

La plupart des humains sont répugnés à la vue du sang, des intestins et de la chair crue et ne peuvent tolérer d’entendre les cris des animaux qui se font démembrer. La réalité sanglante du massacre et de la consommation d’animaux nous dégoûte intrinsèquement.

Nous n’avons pas des dents de carnivores

Les humains ont des ongles courts et délicats et de petites canines émoussées. Tous les vrais carnivores ont des griffes acérées et de grandes canines qui sont capables de déchirer la chair sans avoir besoin de couteaux ni de fourchettes.

Les mâchoires des vrais carnivores ne bougent que de haut en bas, ce qui leur permet d’arracher des morceaux de chair de leurs proies. Les humains peuvent faire bouger leurs mâchoires de haut en bas et de gauche à droite, et nous avons aussi des molaires plates (qui manquent aux carnivores), ce qui nous permet de broyer les fruits et légumes avec nos dents du fond comme les herbivores.

Le docteur Richard Leakey, anthropologue de renom, a déclaré : « Nous ne pouvons pas déchirer la chair à la main, nous ne pouvons pas déchirer la peau à la main. Nos dents antérieures ne sont pas adaptées pour déchirer la chair ou la peau. Nous n’avons… pas de grandes canines, et nous n’aurions pas été en mesure de nous débrouiller avec des sources de nourriture qui nécessitent de grandes canines. »

Notre système digestif n’aime pas la viande

Les carnivores ont des intestins courts qui permettent à la viande de passer rapidement à travers leur système digestif. Les intestins des humains sont beaucoup plus longs, comme ceux des mangeurs de plantes. Cela donne au corps plus de temps pour décomposer les fibres et absorber les nutriments des aliments d’origine végétale.

La viande peut entraîner des intoxications alimentaires chez les humains

Les vrais carnivores engloutissent des morceaux de chair crue en comptant sur leurs acides gastriques puissants pour les décomposer et tuer les bactéries dangereuses issues de la viande qui autrement les rendraient malades ou les tueraient. Les humains ont des acides gastriques beaucoup plus faibles qui sont semblables à ceux que l’on trouve chez les animaux qui digèrent des fruits et des légumes prémâchés. Sans acides gastriques de carnivores pour tuer les bactéries présentes dans la viande, manger de la chair animale peut nous provoquer des intoxications alimentaires. Selon le ministère de l’Agriculture, la viande est une cause importante de maladies d’origine alimentaire. En France, entre 10 000 et 13 000 personnes sont victimes d’intoxication alimentaire chaque année.

Pour cette raison, nous devons cuire la viande pour la rendre plus facile à digérer et afin de détruire les bactéries, mais il peut y avoir un lien entre la cuisson de la viande à haute température et le développement du cancer du côlon.

La viande peut entraîner des maladies cardiaques chez les humains

Les animaux carnivores à l’état sauvage ne développent pratiquement JAMAIS de maladies cardiaques ou d’accidents vasculaires cérébraux, des maladies dont le risque de développement est plus élevé chez les humains en raison de leur consommation de graisses saturées et du cholestérol présents dans la viande.

© iStock.com/Francois6

Selon le ministère des Solidarités et de la Santé, les maladies cardiovasculaires sont la première cause de mortalité au monde. Si les humains étaient censés manger de la viande, pourquoi les mangeurs de viande courent-ils un risque 32 % plus élevé de développer une maladie cardiaque que les végétariens ?

Il se peut que nous ingérions trop de protéines

Les occidentaux sont en général plus susceptibles de consommer trop de protéines, ce qui entraîne des carences nutritionnelles ou une insuffisance en fibres.

Manger trop de protéines peut également augmenter votre risque de développer une maladie cardiaque et peut aggraver les fonctions rénales chez les personnes atteintes d’une maladie rénale car l’organisme peut avoir plus de difficultés à éliminer les toxines provenant du métabolisme des protéines. T. Colin Campbell, directeur du Projet Cornell-Chine-Oxford sur la nutrition, la santé et l’environnement et auteur de L’enquête Campbell, a déclaré : « Au cours des dix prochaines années, l’une des choses que vous allez entendre, c’est que les protéines animales sont un des nutriments les plus toxiques qu’on puisse envisager. »

Nos ancêtres humains ne mangeaient-ils pas de la viande ?

©iStock.com/themacx

Pendant la plus grande partie de notre histoire évolutive, nous avons été largement végétariens : les aliments d’origine végétale, comme les patates douces, constituaient l’essentiel de l’alimentation de nos ancêtres. L’ajout de quantités modestes de viande à l’alimentation humaine précoce est venu avec la découverte du feu, qui nous a permis de réduire le risque d’être malade ou tué par des parasites et des bactéries présents dans la viande. Cela n’a pas transformé nos ancêtres en carnivores, mais a plutôt permis aux premiers humains de survivre dans des régions et pendant des périodes où les aliments de source végétale étaient rares ou indisponibles.

La consommation de viande moderne

Jusqu’à tout récemment, seules les personnes les plus riches pouvaient se permettre de nourrir, d’élever et d’abattre des animaux pour leur viande, mais avec l’essor de la classe moyenne moderne, la consommation de viande a augmenté en France de façon significative depuis les années 70.

Aujourd’hui, la chair des animaux est relativement peu coûteuse et facilement disponible en raison de l’élevage industriel et des subventions gouvernementales, et les maladies cardiaques, les accidents vasculaires cérébraux, le cancer et l’obésité sont en augmentation dans le monde.

Les humains sont-ils censés manger de la viande ?

De nombreuses études ont montré que la viande n’est pas idéale pour le corps humain et peut même nous rendre malades et nous tuer. Le corps humain est conçu pour se nourrir d’aliments d’origine végétale riches en fibres, en antioxydants, en gras insaturés, en acides gras essentiels, en composés phytochimiques et en protéines sans cholestérol.

Prenez une décision emplie de compassion pour les animaux et pour votre corps : devenez végan. Si vous avez besoin d’aide pour commencer, inscrivez-vous à notre programme d’e-mails d’un mois pour vous accompagner dans votre découverte de l’alimentation végétale :

L’article Les humains sont-ils censés manger de la viande ? est apparu en premier sur PETA France.