Tous les articles par PETA France

La cruauté de la pêche avec remise à l’eau

Imaginez que vous êtes un poisson, que vous vous baladez dans votre foyer aquatique et que vous trouvez de délicieux en-cas à déguster. Imaginez maintenant que vous mordez dans un de ces amuse-bouches et que vous ressentez soudain une douleur fulgurante lorsqu’un crochet pointu vous transperce la bouche. Vous vous débattez, mais l’hameçon douloureux vous tire vers la surface de l’eau. Vous luttez jusqu’à ce que vous n’ayez plus aucune force. Vous êtes alors hissé dans les airs, loin de la sécurité de l’eau profonde, et c’est là que vous commencez à suffoquer.

Voilà pourquoi la pêche n’est pas un plaisir familial inoffensif. Les poissons ont des nerfs, tout comme les chats, les chiens et les humains, qui leur permettent de ressentir la douleur. Les poissons accrochés aux hameçons endurent non seulement la douleur physique, mais aussi la terreur. Lorsqu’ils sont retirés de leur environnement naturel, ils commencent à suffoquer. Imaginez l’horrible sensation que vous ressentiriez si vous étiez piégé sous l’eau. C’est la même chose pour eux sur terre ! Une fois hors de l’eau, les branchies des poissons s’effondrent souvent à cause de la gravité, et leur vessie natatoire peut même se rompre en raison du changement soudain de pression.

Le Pacific Northwest National Laboratory, dans l’état de Washington, étudie les maladies de décompression chez les poissons. Les chercheurs ont découvert que les poissons souffrent beaucoup plus de ce mal que les humains. « C’est comme les courbes des stéroïdes », a déclaré le Dr Brett Pflugrath. « On a tendance à y voir des blessures plus extrêmes. » En plus des ruptures de vessies natatoires, les poissons peuvent subir d’autres blessures internes, notamment des ruptures des vaisseaux sanguins ou des renflements de l’estomac qui dépassent de leur bouche. Les poissons qui sont capturés et relâchés meurent souvent de ces blessures.

Lorsque les poissons sont saisis et manipulés par des humains, la couche protectrice de leur corps est perturbée. Cela rend les poissons plus vulnérables aux prédateurs lorsqu’ils sont rejetés à l’eau.

Les poissons finissent parfois par avaler les hameçons, que les pêcheurs essaient souvent de récupérer en enfonçant leurs doigts (ou même une paire de pinces !) dans leur gorge. Cette manœuvre arrache non seulement l’hameçon, mais aussi une partie de la gorge et des viscères du poisson. Et des études montrent que de nombreux poissons qui sont capturés et remis à l’eau souffrent d’une détresse psychologique si grave qu’ils meurent de l’état de choc !

La pêche ne nuit pas seulement aux poissons. Des millions d’oiseaux, de tortues et d’autres animaux subissent des blessures invalidantes après avoir avalé des hameçons ou s’être emmêlés dans des lignes de pêche. Les spécialistes de la réhabilitation de la faune sauvage affirment que le matériel de pêche abandonné est l’une des plus grandes menaces qui pèsent sur les animaux aquatiques.

Pourquoi torturer des animaux pour « s’amuser » alors qu’il existe tant d’autres activités de plein air merveilleuses ? Encouragez tous les pêcheurs que vous connaissez à essayer la randonnée, le canoë, la photographie ou le camping à la place !

Et pour vous aider à adopter une alimentation sans animaux marins, demandez un « Guide du végan en herbe » gratuit :

L’article La cruauté de la pêche avec remise à l’eau est apparu en premier sur PETA France.

Enquête de PETA sur les intérieurs végans de voiture en Europe

De plus en plus de personnes font désormais le choix de manger et de s’habiller végan. Mais qu’en est-il des intérieurs de voiture ? Peuvent-ils être exempts de matières d’origine animale ? Nous recevons de plus en plus de questions quant aux habitacles de voiture répondant à ce critère. Pour vous faciliter la tâche dans votre recherche d’une voiture adaptée à votre mode de vie végan, nous avons donc interrogé les principales marques automobiles à propos des modèles végans aujourd’hui disponibles.

Tesla

Que signifie « intérieur végan » ?

Dans les voitures avec un intérieur végan, aucune matière d’origine animale (comme le cuir ou la laine) n’est utilisée pour les surfaces internes de l’habitacle. Cela comprend les sièges, le revêtement, le volant et le levier de vitesse.

Veuillez noter que les options concernant l’intérieur des voitures peuvent varier d’un pays à l’autre vis-à-vis des recommandations initiales de l’entreprise : la disponibilité des intérieurs végans n’est donc pas toujours garantie. Seules les dernières versions des modèles de voiture sont répertoriées. Veuillez contacter votre concessionnaire le plus proche pour toute autre information.

Voici les résultats de la toute première enquête sur les intérieurs végans de voiture menée par PETA :

Intérieur végan disponible

  • CITROËN

    Habitacle végan en version standard

    • Citroën C1, en versions Live et Feel
    • Citroën C3, en versions Live, Feel et Feel Business
    • SUV Citroën C3 Aircross, en version Live
    • Citroën C-Elysée, en version Live
    • Citroën E-Berlingo Multispace, en version Feel Nav
    • Citroën Berlingo, en version Live
    • Citroën SpaceTourer, en versions Feel et Business
    • Citroën Jumpy Combi, sur toutes les versions
    • Citroën Jumper Combi, sur toutes les versions
  • DACIA

    Habitacle végan en version standard

    • Dacia Logan
    • Dacia Sandero
    • Dacia Sandero Stepway
    • Dacia Duster
    • Dacia Lodgy
    • Dacia Logan MCV
    • Dacia Dokker
  • Ford

    FORD

    Habitacle végan en version standard

    • Tous les modèles
  • HONDA

    Habitacle végan en version standard

    • CR-V
    • HR-V

    Habitacle végan en option

    • Civic, SE
    • Jazz, SE et SR
  • Land Rover

    JAGUAR LAND ROVER

    Habitacle végan en version standard

    • Land Rover Discovery

    Habitacle végan en option

    • Jaguar I-PACE (Luxtec S)
    • Land Rover Discovery Sport (Miko microfibre suede et Luxtec)
  • KIA

    Habitacle végan en version standard

    • Picanto (Grade 1)
    • Rio (Grade 1)
  • MERCEDES-BENZ

    Habitacle végan en version standard

    • Mercedes-Benz A-Class
    • Mercedes-Benz A-Class Limousine
    • Mercedes-Benz B-Class
    • Mercedes-Benz CLA Coupé
    • Mercedes-Benz CLA Shooting Brake
    • Mercedes-Benz V-Class

    Habitacle végan en option

    • Mercedes-Benz C-Class*
    • Mercedes-Benz E-Class*
    • Mercedes-Benz EQC*
    • Mercedes-Benz S-Class**
    • Mercedes-Maybach S-Class**

    *Volant à commander spécialement

    **Siège et revêtement à commander spécialement

  • PEUGEOT

    Habitacle végan en version standard

    • Peugeot 108, en versions Like et Active
    • Nouvelle Peugeot 208, en version Like
    • Peugeot Rifter, en version Active
    • Peugeot Expert Combi, sur toutes les versions
    • Peugeot Traveller, en versions Active et Business
    • Peugeot Boxer Combi, sur toutes les versions
  • POLESTAR

    Habitacle végan en version standard

    • Polestar 2
  • RENAULT

    Habitacle végan en version standard

    • Renault Twingo
    • Renault Clio
    • Renault Captur
    • Renault Megane
    • Renault Megane Estate
    • Renault Kangoo
    • Renault Trafic
  • Smart

    SMART

    Habitacle végan en version standard

    • Tous les modèles
  • Tesla

    TESLA

    Habitacle végan en version standard

    • Tesla Model 3

    Habitacle végan en option

    • Tesla Model S
    • Tesla Model X
  • Toyota

    TOYOTA

    Habitacle végan en version standard

    • Toyota Aygo
    • Toyota Corolla Hatchback
    • Toyota Corolla Sedan
    • Toyota Corolla Touring Sports
    • Toyota Fortuner
    • Toyota Hilux
    • Toyota Prius and Prius+
    • Toyota Yaris
  • VAUXHALL

    Habitacle végan en option

    • Combo Cargo
    • Movano
    • Vivaro
    • Vivaro-e
    • Zafira-e
    • Zafira-e Life

Intérieur végan indisponible

AUDI

BENTLEY

BMW

BUGATTI

FERRARI

LAMBORGHINI

LEXUS

MAZDA

MINI

PORSCHE

ROLLS-ROYCE

SEAT

ŠKODA

VOLKSWAGEN

VOLVO (NB : Des habitacles végans seront disponibles en option à partir de 2021)

Aucune information fournie

ABARTH

ALFA ROMEO

ASTON MARTIN

FIAT

HYUNDAI

ISUZU

JEEP

LOTUS

MITSUBISHI

NISSAN

SUBARU

SUZUKI

****

Pourquoi le cuir et la laine posent-ils problème ?

L’industrie du cuir génère à l’échelle mondiale 400 milliards de dollars par an et est à l’origine de l’abattage de plus d’un milliard d’animaux. Les veaux sont marqués au visage. Les vaches et les taureaux sont électrocutés et frappés avant d’être finalement abattus afin de transformer leurs peaux en intérieurs en cuir utilisés par les plus grands constructeurs automobiles du monde.

Il faut en moyenne trois peaux de vache pour couvrir l’intérieur d’une voiture standard. Le chiffre peut s’élever à 15 pour certains véhicules.

Les moutons sont désormais élevés pour produire beaucoup plus de laine que ce qui est naturel. Dans le monde entier, des reportages ont montré la manière dont ces doux animaux sont violemment frappés, mutilés et même tués au cours d’une tonte brutale. Leur toison sera par la suite transformée en tissus utilisés pour les sièges et le revêtement. Une fois qu’ils ne sont plus utiles à l’industrie, ils sont envoyés à l’abattoir.

La production de matière d’origine animale est aussi nocive pour la Terre qu’elle est cruelle pour les animaux. Les tissus végans (même synthétiques) ont une empreinte écologique beaucoup plus faible et sont pour la plupart durables, innovants et résistants.

Ce que vous pouvez faire

Contacter les entreprises ! C’est une bonne chose de voir tant de grands noms de l’industrie automobile passer à la seconde vitesse dans l’utilisation de tissus végans écologiques pour lesquels aucun animal n’a été tué (comme le cuir de pomme et de raisin) dans leurs véhicules. Certains constructeurs restent toutefois à l’arrêt.

N’oubliez pas : votre avis compte. Si un constructeur automobile ne propose actuellement pas d’intérieurs végans, contactez-le et incitez-le à en introduire.

Signez notre appel à l’action afin d’envoyer un message dès maintenant :

L’article Enquête de PETA sur les intérieurs végans de voiture en Europe est apparu en premier sur PETA France.

Hunting Simulator 2 dans la ligne de mire de PETA

Aujourd’hui, PETA a envoyé une lettre aux créateurs du jeu vidéo Hunting Simulator 2 pour demander à ce que le jeu devienne une chasse à l’image, où le but serait de réaliser la meilleure photo animalière qui soit.

En transformant les joueurs de Hunting Simulator 2 en chasseurs d’image, troquant leurs fusils pour des Canons, Nacon cesserait ainsi de promouvoir l’activité sadique qu’est la chasse. Spoiler alert : les animaux victimes de la chasse souffrent assez dans la vraie vie – nul besoin que ce passe-temps sanguinaire soit reproduit et promu à l’écran.

Tuer le game avec un appareil photo, pas un fusil

Lors de chasses, des animaux doux, sensibles et intelligents tels que des cerfs, renards, blaireaux, faisans et sangliers sont traqués, persécutés, blessés par balle, déterrés, acculés et violemment tirés hors de leurs terriers, poursuivis jusqu’à épuisement puis déchiquetés avant d’être abattus à l’arme blanche ou au fusil. D’innombrables victimes sont également élevés en captivité spécifiquement pour être relâchés et servir de cible facile à des gens dénués d’empathie. Cela alors que chaque animal est un individu sensible capable de ressentir l’amour, la joie mais aussi la douleur et la terreur, au même titre que nous humains.

La chasse fait aussi des victimes humaines : au cours des 20 dernières années, ce sont plus de 410 personnes qui ont été tuées par des chasseurs, selon les chiffres de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage.

Alors comme les animaux victimes de cette activité archaïque souffrent assez aux mains des auto-proclamés « premiers écologistes de France », qui tourmentent et massacrent la faune pour soi-disant la protéger, on s’est dit qu’un safari photo serait plus sympa plus tout le monde, plutôt que ce passe-temps sanguinaire soit reproduit et encouragé sur nos écrans.

Agissez pour les animaux tués pour la chasse en France

Les animaux sont des individus, qui ressentent la joie, la peur ou la douleur tout comme nous. Les traquer pendant des heures avant de les torturer et de les tuer à l’arme blanche est inacceptable dans un pays qui se veut évolué. La chasse à courre est une tradition aristocratique cruelle qui n’a plus sa place dans notre civilisation, et elle est d’ailleurs déjà interdite en Allemagne depuis presque un siècle, en Belgique et au Royaume-Uni. En France, 84% de la population est contre cette pratique d’un autre âge (sondage Ifop 2017).

Un projet de référendum pour les animaux est actuellement en cours, qui propose entre autres mesures l’interdiction de la chasse à courre en France – rejoignez-nous pour faire aboutir ce référendum historique :

L’article Hunting Simulator 2 dans la ligne de mire de PETA est apparu en premier sur PETA France.

PETA demande une affiche en bord de rivière après la mort de milliers de poissons

Après la découverte de milliers de poissons morts à la surface de l’Aisne à la suite d’un débordement d’une station d’épuration d’usine, une plainte pour pollution a été déposée par la Fédération de pêche des Ardennes. Son président a déclaré à l’Agence France-Presse que le préjudice est estimé à « plusieurs milliers d’euros ». Une perte pour la Fédération… dont les membres auraient préféré pouvoir tuer ces poissons eux-mêmes.

PETA a contacté la mairie afin de demander la permission d’ériger au bord de la rivière une affiche choc, montrant un chaton la babine trouée par un hameçon, demandant aux pêcheurs : « Vous ne feriez pas ça à un chat. Pourquoi le faire à un poisson ? ».

En effet, au-delà de la catastrophe écologique récriée par la Fédération de pêche des Ardennes, cet événement est l’histoire tragique d’individus – chacun doté d’une personnalité distincte et tous capables de souffrir – qui ont perdu la vie de manière terrifiante et douloureuse. La fédération a ainsi bien raison de porter plainte contre le présumé coupable, une usine dont les eaux usagées se déversent dans les environs, mais il serait temps pour elle et ses membres de se rendre compte que la vie de ces poissons a une valeur intrinsèque.

Les poissons, grands oubliés de la considération humaine

Les poissons sont des êtres sociaux qui peuvent se montrer joueur et affectueux, sont astucieux et savent se servir d’outils et sont dotés d’une excellente mémoire et d’une grande capacité d’apprentissage. Leurs bouches sensibles sont pleines de terminaisons nerveuses, et ceux qui sont libérés après avoir été transpercés par un hameçon meurent souvent de leurs blessures ou du fait que leur revêtement extérieur protecteur a été endommagé pendant la manipulation par le pêcheur.

Transpercer un poisson pour le pêcher est tout aussi inhumain que d’hameçonner un chaton, et devrait susciter autant de révolte. Tous les animaux méritent la même considération, quelle que soit l’opinion que les humains ont d’eux. Bien que la plupart d’entre nous avons été imprégnés de spécisme tout au long de notre vie, nous pouvons – et nous devons – surmonter cette façon de penser destructive.

Des poissons vivants, et en dehors de notre assiette

Choisissez une alimentation végane, respectueuse de la nature et surtout des poissons. Téléchargez gratuitement notre « Guide du végan en herbe » pour apprendre à faire la transition.

L’article PETA demande une affiche en bord de rivière après la mort de milliers de poissons est apparu en premier sur PETA France.

Chiens matraqués à mort et viande de singe – dans les marchés indiens d’animaux vivants propices aux maladies

Alors que le nombre de cas de COVID-19 dans le monde dépasse les 10 millions, PETA Inde a diffusé des vidéos provenant de marchés d’animaux vivants (également appelés « marchés humides ») de tout le pays, révélant une immense cruauté et des conditions insalubres – similaires au marché humide de Wuhan, en Chine, d’où le nouveau coronavirus serait issu.

Les images, prises sur les marchés et les étalages de bord de route à Delhi, au Manipur, au Nagaland et au Bengale occidental, montrent que la prochaine pandémie pourrait venir de n’importe quel coin du monde où les marchés d’animaux vivants sont autorisés à fonctionner.

La chair d’animaux sauvages – telle que celle de porcs-épics, de cochons et de cerfs ainsi que des mains de singes coupées et brûlées – était exposée pour que les acheteurs puissent la toucher. Des poissons vivants ont été découverts suffocant dans des seaux en plastique bondés, des crabes étaient enfermés dans des sacs avec des anguilles vivantes, et des poulets entassés dans des cages, pour être ensuite abattus au moment de l’achat.

Près du marché de Mao à Kohima, dans le Nagaland, des chiens ont été capturés, projetés, attachés dans des sacs, puis matraqués à mort. Le gouvernement du Nagaland a récemment interdit la vente de viande de chien, mais le commerce se poursuit dans plusieurs autres états indiens, dont l’Arunachal Pradesh, le Mizoram et le Tripura.

Apprenez-en plus sur la campagne de PETA Inde et sur les façons dont les résidents indiens peuvent aider, en anglais ou en hindi.

Les « marchés humides » sont un problème mondial

Bien qu’horribles, la saleté, la misère et la mort que l’on voit sur ces marchés n’est pas sans précédent. Les enquêteurs de PETA Asie ont récemment enregistré des scènes similaires au Cambodge, en Chine, en Indonésie, aux Philippines, en Thaïlande et au Vietnam, montrant que des animaux vivants terrifiés, des carcasses ensanglantées et de la chair en décomposition étaient tous vendus pour la consommation humaine pendant la pandémie.

Sur tous ces marchés, les excréments, le sang et les autres fluides corporels peuvent facilement se déposer sur les chaussures des commerçants et des clients et se retrouver ensuite dans les restaurants et les maisons. Personne ne porte de gants pour abattre les animaux ou manipuler la chair, et les mouches pullulent autour des tas de cadavres et des comptoirs recouverts de sang.

Ces conditions insalubres sont idéales pour la propagation et l’apparition de nouvelles maladies, comme le COVID-19.

Fermons tous les marchés d’animaux vivants maintenant

Selon PETA Inde, ces marchés sont actifs, même s’ils violent les lois locales, notamment la loi sur la protection de la vie sauvage de 1972, la loi sur la prévention de la cruauté envers les animaux de 1960, les règles de prévention de la cruauté envers les animaux (dans les abattoirs) de 2001 et la loi sur la sécurité et les normes alimentaires de 2006.

Nous avons besoin d’une décision mondiale décisive de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) de faire fermer tous les marchés d’animaux vivants.

Tuer des animaux nous tue

Les virus zoonotiques ne proviennent pas exclusivement des marchés humides. La France compte d’innombrables élevages dans lesquelles les poulets sont entassés dans des cages minuscules et les cochons dans des hangars remplis d’excréments, ainsi que des abattoirs où ils sont tués sur des sols souillés de sang, d’urine et d’autres liquides corporels.

Ainsi, si les événements récents ont amené de nombreuses personnes à réclamer la fin des marchés humides et du commerce des animaux sauvages en Asie, cela ne suffit tout simplement pas. Il y a une action décisive que nous pouvons tous prendre dès maintenant pour aider à prévenir la prochaine pandémie mondiale : abandonner la viande, les œufs et les produits laitiers.

L’article Chiens matraqués à mort et viande de singe – dans les marchés indiens d’animaux vivants propices aux maladies est apparu en premier sur PETA France.

LVMH va-t-il cesser les peaux exotiques et la fourrure pour prévenir la prochaine pandémie ?

LVMH continuera-t-il à mettre en danger la santé publique et à soutenir l’extrême cruauté envers les animaux, ou agira-t-il comme une entreprise éthique et durable en bannissant aujourd’hui les peaux exotiques et la fourrure ?

C’est la question de PETA États-Unis – qui a acheté des actions du groupe LVMH en 2017 – à laquelle l’entreprise n’a pas répondu lors de son assemblée générale annuelle.

L’industrie de la fourrure et des peaux exotiques crée un terrain propice à la prolifération d’agents pathogènes comme le COVID-19.

Les experts en conservation des espèces avertissent que les pratiques de l’industrie des peaux exotiques augmentent le risque d’épidémies futures. Les animaux utilisés par cette industrie sont généralement confinés et abattus dans des conditions insalubres, tout comme les animaux des « marchés humides ».

Le Dr Clifford Warwick, biologiste et médecin, a souligné que les risques zoonotiques associés aux alligators et aux crocodiles comprennent les infections bactériennes dues à la salmonelle et à l’E. coli ainsi que la trichinellose, une infestation parasitaire. En outre, les crocodiles peuvent héberger le virus du Nil occidental, une maladie grave qui a causé 15 000 décès aux États-Unis.

« Un nombre inconnu mais potentiellement important de cas de maladies humaines sont probablement liés aux élevages car les visiteurs contractent des infections sur place, », selon le Dr Warwick. « En outre, les ouvriers des exploitations peuvent souffrir de maladies liées à la manipulation des animaux ».

Le COVID-19 a déjà fait son chemin dans les élevages d’animaux pour la fourrure, rendant des visons et des travailleurs malades aux Pays-Bas, ce qui a poussé le pays à voter la fermeture de tous les élevages de visons pour la fourrure d’ici la fin de l’année.

Tant que les animaux seront entassés dans des fosses sales et sordides, la prochaine pandémie est imminente.

Depuis des décennies, PETA et ses affiliées ont dénoncé les pratiques ignobles courantes dans les industries des peaux exotiques et de la fourrure. Les travailleurs découpent des crocodiles alors qu’ils sont encore en vie et se débattent, agonisant. Les serpents sont remplis d’eau pour détacher leur peau, qui est alors arrachée, souvent alors qu’ils sont encore conscients.

Les enquêteurs de PETA ont révélé que dans un abattoir d’Afrique du Sud, des ouvriers arrachaient les plumes à des autruches vivantes. De récentes révélations sur les élevages d’animaux à fourrure ont révélé que des visons présentant des blessures béantes étaient forcés de vivre à côté de compagnons de cage blessés, ou morts et en décomposition.

Nous avons montré que des éleveurs d’animaux à fourrure matraquent des lapins avec des tuyaux métalliques et électrocutent des chinchillas, qui hurlent et convulsent.

Chacune de ces opérations est totalement injustifiable. L’humanité peut mieux faire.

Imaginez la terreur que doivent ressentir les animaux exploités et tués pour leur peau et leur fourrure lorsqu’ils sont retenus, découpés et abattus.

Certes, les alligators, serpents, visons et autres animaux tués pour leur peau ou leur fourrure peuvent apparaître différents des humains, mais lorsqu’il s’agit de ressentir la peur et la douleur et d’avoir la volonté de vivre, nous sommes tous pareils.

Les crocodiles aiment s’amuser en soufflant dans l’eau pour créer des bulles. Les serpents sont intelligents et apprennent rapidement, et certains cobras font même le mort jusqu’à ce qu’une potentielle menace soit passée. Les visons sont si intelligents et furtifs qu’ils sont rarement pris pour proies. Ils ronronnent même quand ils sont heureux ! Et les lapins sautillent quand la vie va bien.

Tout comme nous, les animaux ont des émotions et des sentiments. Ils veulent jouir de la vie, et ils ressentent de la peur lorsqu’ils sont menacés.

La bonne nouvelle, c’est que même avant la crise actuelle de COVID-19, les peaux exotiques et les fourrures n’étaient plus à la mode. De nombreux grands créateurs et marques, dont Chanel, SMCP, Victoria Beckham et Nike, ont banni les peaux exotiques de leurs créations, et la Californie a totalement interdit la vente de fourrure et de certaines peaux exotiques.

Un peu de votre temps fera une énorme différence pour les animaux utilisés pour leur peau.

Lorsque vous achetez un produit dérivé d’un animal – quelle que soit la marque – vous soutenez une industrie qui soumet des êtres vivants et sensibles à une vie misérable et à une mort violente. Joignez-vous aux personnes compatissantes du monde entier pour dénoncer cette cruauté.

L’article LVMH va-t-il cesser les peaux exotiques et la fourrure pour prévenir la prochaine pandémie ? est apparu en premier sur PETA France.

Le festival de la viande de chien de Yulin s’est ouvert cette semaine – pour la dernière fois, espérons-le

Le festival de la viande de chien de Yulin s’est ouvert cette semaine, pour la dernière fois, espérons-le. La pandémie de COVID-19, causée par un coronavirus qui serait apparu chez des chauves-souris dans un marché humide à Wuhan, en Chine, force le pays à questionner ses relations avec les animaux. Nous devons en faire de même en Occident.

Les marchés de viande de chien sont légitimement condamnés partout à travers le monde, y compris en Chine : c’est que, pour la majorité d’entre nous, l’idée d’abattre, de cuisiner et de consommer des chiens, que nous sommes nombreux à côtoyer et chérir, suffit à nous retourner l’estomac. Comment se fait-il alors que la plupart d’entre nous puisse passer devant un restaurant de poulet frit sans même sourciller ? En l’espace de dix jours, le temps de ce festival, jusqu’à 15 000 chiens seront abattus et étripés. Pendant ce temps en France, ce sont 30 millions d’animaux d’autres espèces, tenant tout autant à leurs vies, qui seront tués pour satisfaire notre appétit.

Rationnellement, rien ne justifie que nous ayons ainsi deux poids deux mesures, surtout lorsque l’on sait que les animaux servis sur les tables françaises subissent des horreurs très similaires à ce qu’endurent les chiens tués et mangés à Yulin, souvent transportés depuis d’autres villes. Ils sont entassés dans des cages exiguës et chargés dans des camions qui peuvent alors parcourir des centaines de kilomètres. Il en va de même pour les centaines de milliers d’animaux transportés vivants entre la France et d’autres pays, parfois même extérieurs à l’Union Européenne, pour être finalement abattus.

À Yulin, certains chiens sont roués de coups à la tête. Si cette pratique paraît grotesque, elle n’en est pas moins parfaitement banale pour les employés de la pêche commerciales, qui assènent des coups répétés sur la tête des poissons, et attendrissent la chair des poulpes, animaux sensibles et intelligents, en les cognant encore vivants contre des pierres.

À Yulin, la plupart des restaurateurs sont convaincus que l’adrénaline donne meilleur goût à la chair animale, et abattent donc le plus souvent les chiens devant leurs congénères. C’est abject ; mais en France, chaque année, plusieurs millions de cochons reprennent conscience avant de mourir. Gabriele Meurer, vétérinaire en abattoir, dresse un constat alarmant : « les cadences de travail sont si effrénées que les employés d’abattoirs ne parviennent pas toujours à placer convenablement les pinces électriques sur les têtes des cochons. Ils sont alors insuffisamment étourdis, ils reprennent conscience alors qu’ils se vident de leur sang, et ils sont encore parfaitement alertes quand on les plonge dans de l’eau bouillante. Les moutons ne sont pas mieux étourdis. »

En France, selon L214, 4 millions de cochons – près de 15 à 18 % des cochons abattus chaque année – seraient gazés au dioxyde de carbone. Avant de perdre conscience, ces cochons peuvent suffoquer pendant près de trente à quarante-cinq secondes. Comme le montrent des images d’enquête de L214, on peut entendre leurs cris paniqués, alors qu’ils suffoquent et tentent de s’échapper de la chambre à gaz. Si l’industrie française de la viande traitait les chiens et les chats comme elle traite les cochons, les poulets, les vaches et les moutons, elle croulerait sous les plaintes pour cruauté envers les animaux.

Au fond, nous savons bien qu’aucun animal ne veut souffrir et finir dans nos assiettes. Mais depuis notre plus jeune âge, nous sommes pour la plupart conditionnés à voir certaines espèces comme dignes de notre considération et de notre compassion et pas d’autres, selon des préférences humaines tout à fait arbitraires. Qu’ils le veuillent ou non, les parents, les enseignants, les médias et d’autres influences apprennent aux enfants à voir les chiens et chats comme des « amis », les vaches et les poulets comme de la « nourriture », et les rats et souris comme de la « vermine ». Souvent, on leur dit également que les intérêts des humains surpassent toujours ceux des autres animaux. La conséquence de tout cela, c’est que nous ignorons nos propres consciences, qui nous rappellent qu’il est mal de faire souffrir les autres. Nous nous persuadons que nous avons le droit d’emprisonner les animaux dans les laboratoires pour leur faire subir des expériences et les tuer, dans l’éventualité que cela puisse aider des humains. Nous nous disons qu’il est normal de manger de la glace au lait de vache, que notre goût pour ce dessert a plus de valeur que le besoin instinctif qu’a une mère vache d’allaiter son petit. Il nous paraît légitime de voler la laine d’un mouton pour nos écharpes, et les plumes des canards pour nos oreillers. Notre soif de divertissements et de profit justifierait d’enfermer une orque dans un bassin de béton. L’amusement procuré par la pêche aurait plus d’importance que la douleur ressentie par les poissons lorsqu’un hameçon transperce leurs joues et qu’ils s’asphyxient hors de l’eau.

Je pense souvent aux mots d’Isaac Bashevis Singer, qui écrivit que, dans leurs relations avec les animaux, « tous les humains sont des nazis. » C’est une idée gênante, mais il est difficile de la nier.

Nous pouvons – et nous devons – repenser cette vision du monde toxique et spéciste. Si cette pandémie nous aura appris quelque chose, c’est bien que tous les êtres vivants sensibles sont interconnectés. Il est temps que nous réévaluions nos préjugés, qu’ils soient xénophobes, sexistes, racistes ou spécistes, et que nous nous dressions contre la violence, quelles qu’en soient les victimes. Est-ce rêver que de vouloir que 2020 soit l’année durant laquelle nous commencerons enfin à traiter tous les êtres sensibles avec le respect et la considération qu’ils méritent ?

*****

 

L’article Le festival de la viande de chien de Yulin s’est ouvert cette semaine – pour la dernière fois, espérons-le est apparu en premier sur PETA France.

Pourquoi les défenseurs des droits des animaux doivent se mobiliser pour les personnes Noires

Le texte qui suit est de Zachary Toliver, publié pour PETA États-Unis et traduit pour PETA France.

_____

Chers amis défenseurs des animaux, je viens à vous en ce moment même – en tant qu’homme Noir épuisé – pour demander de l’aide afin de lutter contre le racisme systémique qui menace la vie des Noirs. Je sais personnellement à quel point vous êtes tous motivés, comme moi, à faire pression pour un réel changement. Nous devons montrer cette énergie dès maintenant.

Ceux d’entre nous qui sont actifs dans le mouvement des droits des animaux ont une raison d’être de puissants alliés. Si nous croyons vraiment à l’empathie et à la compassion pour tous les êtres vivants, nous pouvons le montrer aujourd’hui.

Les personnes impliquées dans le mouvement des droits des animaux savent trop bien à quel point il est frustrant de voir les gens se moquer de notre message, même lorsque nous sommes armés des preuves d’une injustice flagrante.

Pensez à quel point cela est exaspérant lorsque les vidéos de mères vaches pleurant leurs veaux volés tombent dans l’oreille d’un sourd. Pensez à la frustration que nous ressentons lorsque des individus tentent de justifier les maltraitances commises par des travailleurs qui frappent et mutilent des moutons pour obtenir de la laine. Ou lorsque des personnes sans cœur rient lorsque des éleveurs égorgent des animaux conscients dans les élevages. Je ressens tout cela moi aussi.

Reconnaissez notre colère en tant que Noirs lorsque les autorités tentent d’éviter ou de déformer le récit du meurtre de Noirs par des racistes. Tout comme nous savons qu’il est indéfendable d’utiliser et de maltraiter des animaux, les meurtres de George Floyd, Breonna Taylor et Ahmaud Arbery et les presque innombrables autres vies Noires prises à cause d’une violente intolérance sont totalement injustifiables.

C’est particulièrement vrai lorsque ces atrocités sont filmées pour que le monde entier puisse les voir. Le mouvement des droits des animaux et le mouvement Black Lives Matter comptent tous deux des militants qui savent que des violences horribles ont lieu quotidiennement hors champ. Mais lorsque les gens regardent les images par eux-mêmes, ils ne peuvent plus se déclarer ignorants, mais seulement apathiques. C’est pourquoi nous devons nous tenir debout – et marcher – ensemble.

Nous connaissons bien le système de justice partial. Les dés sont pipés contre quiconque s’efforce de mettre fin à l’oppression.

Delsol Productions

Les deux mouvements se rendent également compte que même les preuves enregistrées ne suffisent souvent pas pour obtenir une condamnation aux États-Unis. Les manifestations qui ont lieu en ce moment sont plus importantes que les quatre officiers qui ont assassiné George Floyd devant les caméras. Les racistes, qu’ils portent ou non un badge, restent souvent impunis pour avoir tué des Noirs américains.

Combien de fois avons-nous vu des actes de cruauté évidents rester impunis dans le mouvement des droits des animaux ? Souvenons-nous de cette blessure – ce chagrin causé par l’échec du système judiciaire – et utilisons-la pour faire le lien avec les événements du mouvement Black Lives Matter.

Il y a des policiers Noirs, et il y a de bons policiers de toutes les couleurs. Mais les gens marchent maintenant dans le monde entier contre des actes de barbarie qui sont systémiques dans de nombreux services de police.

Les manifestants d’aujourd’hui exigent la même chose que les défenseurs des droits des animaux : que des comptes soient rendus.

Le mouvement Black Lives Matter appelle à « mettre fin au racisme systémique qui permet à cette culture de la corruption de se développer sans contrôle et de nous enlever la vie. »

Cet appel à la fin de l’oppression injuste est un message qui devrait trouver un écho auprès de chaque personne qui milite pour les droits des animaux. De nombreux membres de PETA et d’autres militants des droits des animaux savent ce que c’est que d’être arrêté et détenu simplement pour avoir manifesté contre l’injustice. Pendant ce temps, les auteurs d’actes ignobles s’en tirent à bon compte.

Nos deux mouvements veulent une législation réformatrice radicale qui contribuerait à déboucher sur des condamnations. Nous voulons tous plus de transparence dans les enquêtes. Nous voulons des procureurs et des procureurs généraux qui se battront pour nous lorsque nous dénoncerons la cruauté.

Les défenseurs des droits des animaux veulent que justice soit toujours rendue, et donc ils peuvent comprendre l’importance de neutraliser les forces de police militarisées qui tuent les Noirs. PETA est en première ligne pour réclamer la fin du financement des institutions fédérales et étatiques qui injectent de l’argent dans des expériences cruelles sur les animaux et qui utilisent et souvent tuent des animaux pour se divertir. Nous savons que ces institutions parlent couramment une seule langue, celle de l’argent.

Au bout du compte, nous voulons tous que davantage de fonds soient consacrés à des projets positifs : hôpitaux, écoles et programmes sociaux qui contribuent à la construction de nos communautés.

S’il vous plaît, résistez à la tentation de vous écarter de l’objectif de ces manifestations en adoptant une perspective « toutes les vies comptent ».

L’idée vient d’un cœur compatissant – et l’idée est vraie – mais cette phrase a été utilisée pour délégitimer le mouvement Black Lives Matter.

En tant que défenseur des droits des animaux, vous savez à quel point il est frustrant que quelqu’un dise : « Comment pouvez-vous vous soucier des animaux alors que des enfants ont faim ? » Ce n’est pas l’un ou l’autre. Mais lorsque vous manifestez contre des actes tels que la mort de cochons par ébouillantage à l’intérieur des abattoirs ou les courses de chiens à mort dans l’Iditarod, vous parlez de vies très spécifiques. Il faut maintenir cette focalisation.

En ce moment, les militants Noirs comme moi demandent aux gens de toutes les couleurs d’écouter nos revendications et nos besoins.

S’il vous plait, écoutez-nous. Tout comme PETA souhaite que le monde se préoccupe du sort des animaux qui souffrent dans les laboratoires, les élevages et les zoos délabrés et qu’il s’informe sur le sort des animaux soumis à la suprématie de l’humain, le mouvement Black Lives Matter souhaite que les gens en apprennent le plus possible sur le racisme systémique.

Ce n’est pas le moment de faire du « qu’en est-il de… ». C’est le moment de se tenir aux côtés de nos frères et sœurs contre le même système cruel qui ne réfléchirait pas à deux fois avant de vous projeter et de vous plaquer, face contre terre, lors de votre propre manifestation.

Chers amis défenseurs des animaux, nous connaissons le pouvoir de la protestation et de la manifestation. Utilisez-le maintenant.

En tant que végan Noir, je ne marche pas sur la pointe des pieds entre deux identités – j’embrasse la solidarité de ces deux mondes. Beaucoup d’autres le font aussi, car les Afro-Américains sont la population de végans qui connaît la plus forte croissance aux Etats-Unis. Vivre végan c’est autant un acte qui sauve les animaux qu’une déclaration politique contre un statu quo injuste.

Je demande seulement à mes collègues défenseurs des droits des animaux de faire entendre leur voix et de faire preuve de solidarité avec les personnes Noires maintenant, car c’est le moment de le faire. Chacun a la responsabilité morale de s’opposer à la haine et à la violence, quelles que soient les victimes. Votre voix pourrait très bien me sauver la vie.

________

Texte de Zachary Toliver, publié pour PETA États-Unis

L’article Pourquoi les défenseurs des droits des animaux doivent se mobiliser pour les personnes Noires est apparu en premier sur PETA France.

Guide végan de PETA pour « Animal Crossing: New Horizons »

Alors que tout le monde se confine chez soi et se tourne plus que jamais vers les réseaux sociaux, vous avez probablement entendu parler du nouveau jeu de Nintendo, Animal Crossing: New Horizons. Ce guide végan vous aidera à répondre à certaines des questions éthiques qu’il pose et vous donnera l’occasion d’aider de vrais animaux tout en vivant votre vie sur l’île.

Est-ce végan de pêcher dans Animal Crossing ?

C’est un vrai problème. La pêche n’est pas végane ! Vous ne devriez pas pêcher dans la vie réelle, donc vous ne devriez pas non plus le faire dans le jeu.

Bien sûr, contrairement à la vie réelle, les poissons dans le jeu ne ressentent pas la douleur, mais la pêche est nuisible aux animaux et à la planète. C’est votre île, et c’est à vous de la protéger. Arracher les animaux sauvages à leur habitat dans l’océan pour les « donner » à Blathers afin de les exposer dans un musée est non seulement cruel mais aussi mauvais pour l’environnement.

Dans le monde réel, chaque année, les pêcheurs laissent derrière eux une traînée de victimes des engins de pêche qui comprend des millions d’oiseaux, de tortues, de dauphins et d’autres animaux qui subissent de graves blessures après avoir avalé des hameçons ou s’être empêtrés dans des lignes de pêche. Selon les spécialistes de la réhabilitation de la faune, le matériel de pêche abandonné est l’une des plus grandes menaces pour les animaux aquatiques. Ne laissez pas cela se produire sur votre île !

Il est décevant qu’un jeu dans lequel des villageois de toutes les espèces (allant des éléphants et des canards aux cerfs et aux cochons) coexistent harmonieusement avec les humains encourage la maltraitance envers les poissons et les insectes. Au lieu d’être reconnus comme les individus vivants et sentients qu’ils sont, ils sont présentés comme des formes de divertissement pour les autres villageois. Votre île devrait être un espace sûr pour tous les animaux, petits et grands.

Est-il acceptable d’attraper des insectes dans Animal Crossing ?

Des papillons aux cafards, votre île est un foyer grouillant d’insectes et autres petits animaux. Préservez cette population !

Blathers aimerait construire un musée de poissons et d’insectes sur votre île. Ne le laissez pas faire !

Tout comme les poissons n’ont pas leur place dans les aquariums, les insectes n’ont pas leur place dans les caisses exiguës d’un musée pour que les autres villageois puissent les admirer. Votre île doit être un lieu où les animaux sauvages sont libres de vivre sans être capturés et exploités. Dans le monde réel, les animaux souffrent en captivité dans des endroits comme les parcs marins ou les zoos. Ils sont privés de tout ce qui est naturel et important pour eux. Dans Animal Crossing, vous avez le choix de laisser les animaux de votre île vivre à l’abri de la maltraitance, alors s’il vous plaît, laissez-les tranquilles !

Les palourdes ressentent-elles la douleur ?

Sur votre île, vous pouvez creuser pour trouver des palourdes. Voici pourquoi vous ne devriez pas le faire.

Les palourdes sont des bivalves qui nous paraissent certainement moins familières que les mammifères, mais elles méritent quand même considération et respect. Elles sont capables d’une gamme surprenante de comportements. Saviez-vous par exemple qu’elles peuvent échapper au danger en creusant dans le sable ? Bien qu’il ne soit pas clair si elles ressentent la douleur ou pas, dans le monde réel, elles jouent un rôle important dans l’écosystème. Et si elles ressentent de la douleur, elles constituent un énorme groupe d’animaux qui souffrent pour la nourriture chaque année. Dans le doute, il vaut mieux ne pas creuser pour trouver des palourdes sur son île.

Dois-je laisser les bernard-l’ermite du jeu tranquilles ?

Les bernard-l’ermite adorent traîner sur le rivage de votre île. Laissez-les y. Lorsque vous capturez un bernard-l’ermite dans le jeu, l’écran affiche : « J’ai attrapé un bernard-l’ermite ! Je crois qu’il voulait qu’on le laisse tranquille ! » Dans cette situation, le jeu démontre une étonnante prise de conscience sur le fait que nous ne devrions pas déranger ces animaux et les enlever de leurs lieux de vie.

Dans la vie réelle, les bernard-l’ermite peuvent vivre plus de 30 ans dans leur habitat naturel sur les côtes des mers tropicales, mais après avoir été vendus dans le cadre du commerce des animaux de compagnie, la plupart ne vivent pas plus de quelques mois à un an. Ne prenez pas les bernard-l’ermite sur les plages de votre île pour les vendre à Blathers ou Timmy Nook. Ce ne sont pas des objets, ce sont des individus !

Que mangerait un végan sur une île déserte ?

Maintenant, le monde entier connaît la réponse à l’éternelle question de savoir ce qu’un végan mangerait sur une île déserte : des fruits ! Dans le jeu, cela vous rend fort.

Lorsque vous mangez suffisamment de fruits, vous devenez assez fort pour briser des rochers et en tirer des clochettes et des ressources supplémentaires.

Quels autres aliments végans pouvez-vous manger dans le jeu ?

Les îles ont différents fruits de départ, dont les suivants : pommes, cerises, noix de coco, oranges, pêches, poires.

Rendez-vous chez des amis ou sur des îles mystérieuses pour récolter toutes sortes de fruits pour un menu végan coloré.

Dois-je construire une niche pour mon chien ?

Si vous recevez des instructions pour construire une niche, ne le faites pas ! La vie au bout d’une chaîne est un problème bien réel pour de nombreux chiens à travers le monde.

En ce moment, d’innombrables chiens sont retenus à l’extérieur, par tous les temps, avec des chaînes comme celle que l’on voit ici. Ils languissent seuls et luttent pour survivre aux longues journées et aux longues nuits sans véritable abri contre les éléments. Souvent, ces chiens isolés sont même privés de l’essentiel, comme la nourriture, l’eau et les soins vétérinaires. Ils sont forcés de passer leur vie seuls, relégués dans la cour sans aucune compagnie, ni jeu, ni exercice. Les chiens sont des individus qui ont leur place dans les maisons, et non pas au bout d’une chaîne. S’il vous plaît, ne les maltraitez pas sur votre île.

Tom Nook vous exploite-t-il ?

Tom Nook est un Tanuki, ou chien viverrin, qui est souvent tué pour sa fourrure dans la vraie vie. Dans le monde réel, d’autres comme lui sont battus, électrocutés par voie anale, gazés ou écorchés vifs. Laissez-le tranquille.

Qui est Harvey ?

Un des nombreux villageois uniques que vous rencontrerez à Animal Crossing: New Horizons est Harvey le chien. C’est un vrai hippie, il aime la nature et il est végan ! Dans les jeux précédents, il a exprimé son penchant pour les burritos végans et son amour pour les oiseaux.

Alerte spoiler : dans Animal Crossing, ce généreux chien végan vous invitera sur son île et vous permettra d’utiliser gratuitement son studio photo, Photopia. Vous pourrez y réaliser des décors originaux, essayer différents costumes et même utiliser les modèles dans l’une des cinq pièces de Harvey pour des séances de photos.

Comment faire connaître les droits des animaux par le biais d’Animal Crossing ?

Donnez à votre île un nom respectueux des animaux comme Veganville.

Personnalisez votre passeport avec une phrase comme #NonAuSpécisme ou « Adoptez, n’achetez pas » ou encore « Vivez végan » !

Faites des motifs personnalisés.

Affichez un bulletin pour demander à vos visiteurs de ne pas déranger les animaux sauvages.

« S Junipero a une politique de tolérance zéro en matière de spécisme. Pas de pêche. Pas de capture d’insectes. Respectez tous les animaux lors de votre visite. Merci ! »

Comment pouvez-vous profiter de votre île en respectant les animaux ?

Au lieu de pêcher ou d’attraper des insectes, pratiquez des activités respectueuses des animaux lorsque vos amis viennent visiter votre île.

Comme faire un feu de camp…

… jouer de la musique ensemble sous les étoiles…

… ou découvrir ensemble une plage secrète !

Asseyez-vous et profitez de la vie sur l’île tout en sachant que vous ne causez aucun dommage réel ou virtuel aux animaux.

PETA est-elle contre Animal Crossing: New Horizons ?

PETA espère que le jeu encouragera les gens à se sentir plus proches des animaux avec lesquels nous partageons notre planète et les incitera à agir pour dire #NonAuSpécisme – le spécisme étant la croyance erronée selon laquelle les humains sont supérieurs à toutes les autres espèces animales et qu’il est normal que nous exploitions certaines espèces de manière horrible pour nos propres besoins.

Animal Crossing: New Horizons est fantastique à bien des égards, mais quand on y regarde de plus près, on se rend compte qu’il est surtout très réaliste. Bien que les autres animaux ne parlent pas la même langue que nous, ils ont vraiment leurs propres moyens de communication et leur propre personnalité. En peuplant votre île d’animaux tels que des moutons, des cerfs et des lapins qui ont une forte personnalité, Nintendo rappelle une vérité importante : les animaux sont des individus.

Agnès, l’une des villageoises de départ, est une gentille truie et une charmante voisine. Dans la vie réelle, les cochons sont tout aussi doux, gentils et aimables. Les mères cochons chantent même pour leurs petits ! Mais à cause du spécisme, les humains abattent les cochons et mangent leur chair, au lieu de les reconnaître comme des êtres sensibles qui méritent le respect.

Un autre villageois de départ, Axel, est un éléphant qui aime bouger et faire de l’exercice. Dans la vie réelle, les éléphants aiment parcourir de grands espaces avec leur famille. Mais à cause du spécisme, les humains les capturent, les enferment et les maltraitent pour se divertir. Ces magnifiques animaux sont contraints à une vie de misère pour des balades et des numéros de cirque cruels.

Animal Crossing: News Horizons devrait faire passer le message important que les autres animaux sont des individus avec lesquels nous partageons le monde, et non des objets que nous pouvons exploiter. Nous sommes tous des animaux et nous méritons tous le respect.

Faites une pause dans votre vie sur l’île et aidez les animaux du monde réel dès aujourd’hui !

L’article Guide végan de PETA pour « Animal Crossing: New Horizons » est apparu en premier sur PETA France.

PETA ne ralentit pas ses missions car les animaux ont encore besoin de notre aide

Malgré les nombreuses perturbations et les précautions sanitaires auxquelles nous sommes tous confrontés aujourd’hui, le travail révolutionnaire de PETA pour aider les animaux (y compris le militantisme, la recherche, les révélations inédites et les nouvelles stratégies de sensibilisation en ligne à la place d’être dans la rue) ne ralentit pas ! Nous sommes toujours là, pour aider activement les animaux.

Comme nous l’avons vu lors d’autres crises (qu’elles soient naturelles ou causées par l’humain) les animaux et leurs intérêts font partie des victimes de la pandémie.

Malgré cette période d’incertitude, PETA ne manquera pas une occasion d’aider. Nous continuerons à faire pression sur les entreprises, les industries et les personnes qui maltraitent les animaux.

Que nous nous efforcions de mettre fin à la souffrance des singes dans le cadre d’expériences, des visons dans le commerce de la fourrure ou des poules dans les élevages, PETA ne peut contribuer à réaliser des progrès décisifs pour les animaux que grâce à la détermination de nos sympathisants. Si vous en avez les moyens, aidez-nous à fournir les ressources nécessaires pour que notre travail en faveur des animaux se poursuive pendant les semaines incertaines à venir en faisant un don spécial dès maintenant.

Quel que soit le temps qu’il nous faudra pour sortir de cette crise due au coronavirus, les animaux auront toujours besoin de notre aide. Votre soutien et votre compassion sont très importants pour tous les animaux, et pour nous à PETA.

L’article PETA ne ralentit pas ses missions car les animaux ont encore besoin de notre aide est apparu en premier sur PETA France.