Les 12 meilleurs films à regarder pendant le confinement

Vous disposez en ce moment de beaucoup de temps passé chez vous et souhaitez profiter au mieux de ce confinement ? Heureusement, il existe une abondance de contenus passibles de changer des vies sur des services de streaming comme Netflix et YouTube qui vous aideront à traverser les prochaines semaines de confinement. Ces documentaires informatifs en inspirent beaucoup à agir avec compassion envers les êtres sensibles qui partagent notre planète. En voici quelques-uns de nos préférés :

1. The Game Changers

Qu’ont les gorilles, les éléphants et les meilleurs athlètes du monde en commun ? Une alimentation végétale.

Ce film de James Cameron et de Louie Psihoyos détruit tous les mythes qui subsistent sur la consommation de viande. Il explore pourquoi certains des meilleurs athlètes du monde entier, du champion de tennis Novak Djokovic au pilote de Formule 1 Lewis Hamilton, sont végans, et pourquoi nous devrions toutes et tous l’être aussi.

The Game Changers est disponible sur Netflix.

2. Maximum Tolerated Dose

Dans Maximum Tolerated Dose, des techniciens de laboratoires et des scientifiques révèlent les atrocités qui ont cours lors d’expériences menées sur les animaux et expliquent pourquoi ils refusent de torturer, de démembrer et d’injecter des substances toxiques à des animaux pour l’expérimentation.

On y voit également le quotidien des animaux confinés dans des cages de laboratoire sinistres et leur joie lorsqu’ils peuvent en être sauvés. Impossible, après avoir visionné ce film, de ne pas s’engager à n’acheter que des produits non testés sur les animaux.

Achetez le documentaire (en anglais) ici.

3. Long Gone Wild

Long Gone Wild retrace toute l’histoire de la capture et du confinement des orques, de la toute première orque capturée dans la nature pour être exhibée à l’histoire tragique de l’orque Shamu. Le film montre comment SeaWorld a été établi et rappelle pourquoi aucun animal ne mérite d’être emprisonné dans un parc marin.

Long Gone Wild est disponible sur Amazon Prime et sur iTunes.

4. Terriens (Earthlings)

Terriens (ou Earthlings en anglais) est le film à visionner pour toute personne qui continue de manger de la viande ou qui pense qu’on peut obtenir des produits animaux de manière ‘éthique’. Ce documentaire fort illustre sans demi-mesure la façon dont nous traitons les autres animaux, et nous montre pourquoi il est essentiel de changer ses habitudes pour s’assurer de ne pas provoquer des souffrances atroces aux individus exploités pour finir dans nos assiettes.

La version française est narrée par Maxime Ginolin, et est disponible sur Youtube.

5. Cowspiracy

De nos jours, il est extrêmement rare de rencontrer quelqu’un qui ne se soucie pas de l’avenir de notre planète. Malheureusement, malgré une prise de conscience accrue, les discussions en profondeur sur l’écologie ont tendance à s’arrêter brusquement lorsque les gens se mettent à table.

Cowspiracy est disponible sur Netflix.

6. Forks Over Knives

Ce documentaire compare le régime alimentaire occidental à celui des pays qui ont des taux de cancer et de maladies cardiaques bien plus faibles.

Il défie les autorités qui semblent ignorer le lien entre la consommation de viande, d’œufs et de produits laitiers et les maladies afin de continuer à permettre aux industries malsaines de poursuivre leurs activités, et il vante les nombreux avantages pour la santé d’une l’alimentation végane.

Forks Over Knives est disponible sur Netflix.

7. Blackfish

Blackfish pénètre dans les coulisses de SeaWorld aux États-Unis pour illustrer les conséquences de la captivité sur les mammifères marins.

Ce documentaire offre un aperçu de la cruauté des parcs marins grâce à des images tournées en caméra cachée et des témoignages d’anciens employés qui ont choisi de dénoncer la maltraitance des animaux. Une maltraitance que l’on retrouve dans tous les parcs marins du monde, dont en France au Marineland d’Antibes où sont confinées des orques malheureuses et au Parc Astérix, où languissent des dauphins.

Blackfish est disponible sur Netflix ou sur Youtube.

8. What the Health

Promu comme « le film sur la santé que les organismes de santé ne veulent pas que vous voyiez », What the Health explore le lien qu’il y a entre l’élevage, l’industrie pharmaceutique et les agences gouvernementales (aux États-Unis). Il met au jour les conséquences de la consommation de viande, d’œufs et de « produits » laitiers et pose l’ultime question : pourquoi ces informations ne sont-elles pas davantage mises en avant ?

Découvrez-le sur Netflix.

9. Pandemic

La nouvelle série de Netflix sur le passé et l’avenir des maladies qui ont touché l’humanité est d’actualité. Bien qu’il ne s’agisse probablement pas d’un film se voulant pro-végan, Pandemic documente les conséquences de l’élevage industriel des 50 milliards d’animaux qui finissent chaque année à l’abattoir, et donne franchement à réfléchir.

10. Dominion

Ce documentaire australien, narré par Sia, Joaquin Phoenix, Rooney Mara, Kat Von D et Sadie Sink, nous plonge profondément dans toutes les facettes de l’exploitation animale.

Ce film est un incontournable que vous viviez en Australie ou non. Il peut être visionné gratuitement en ligne (en anglais) sur WatchDominion.com.

11. Tyke Elephant Outlaw

Il y a 20 ans, un éléphant du nom de Tyke, qui ne pouvait plus supporter les maltraitances qu’elle subissait dans le cirque qui l’exploitait – a piétiné son dresseur et s’est échappée d’une arène à Honolulu, à Hawaï. Ce documentaire captivant raconte sa triste histoire.

Le film est disponible sur Netflix et Google Play.

12. Okja

Ce magnifique film de science-fiction est vu par certains comme étant le premier « film d’action végétarien » au monde. Il raconte l’histoire d’une petite fille prête à tout pour empêcher une immense multinationale de kidnapper et d’exploiter son meilleur ami, un doux animal nommé Okja, ressemblant à un immense cochon.

Okja peut être visionné sur Netflix.

*****

Partagez cette liste de films à voir avec vos amis :

Les industries de la viande, des œufs et des produits laitiers sont un véritable cauchemar pour les animaux, qui sont traités comme des marchandises plutôt que comme les individus sensibles qu’ils sont. Leur misère continuera – à moins que nous n’agissions.

Si vous voulez vivre de manière plus compatissante, arrêtez de manger des animaux. Inscrivez-vous dès maintenant à notre défi végan de 30 jours, nous vous accompagnerons par mail tout du long !

L’article Les 12 meilleurs films à regarder pendant le confinement est apparu en premier sur PETA France.

Coronavirus : la crainte des associations de protection animale

Dans le contexte actuel de confinement imposé par la crise sanitaire liée au Covid-19, que deviennent les animaux des refuges animaliers ? Que les amoureux des animaux se rassurent ! L’activité de soin aux animaux pouvant difficilement s’effectuer en télétravail, ils ne vont pas mourir de faim. Les salariés et quelques bénévoles seront là pour s’occuper d’eux, avec toutes les conditions requises pour assurer leur sécurité.

« On s’est réparti en deux équipes qui ne se croisent pas. Les balades sont supprimées mais on a aménagé un petit parc pour sortir les chiens », explique Fabrice Roussel, le responsable du refuge de Menois.

Le refuge est fermé au public et tout est suspendu : enquêtes, visites post-adoptions, etc. « Pour les maltraitances, nous ne pourrons intervenir que pour les cas très graves et c’est très pénible à vivre. Pour les adoptions, nous allons finaliser celles qui étaient en cours mais pour toutes les autres, malheureusement, on devra attendre. »

Mais le plus difficile pour toutes ces associations de protection, ce sont les réactions irrationnelles de certains qui vont abandonner leurs animaux par crainte d’une hypothétique contamination, alors qu’il est prouvé qu’ils ne transmettent pas le virus. « On a déjà eu quelques appels. Évidemment, les gens ne disent pas clairement que c’est à cause de cela, ils prétextent autre chose. Alors on temporise, on explique que le refuge est saturé et on rappelle que le Covid-19 n’est pas transmis par les animaux. On fait passer le message, même si on nous dit que ce n’est pas la raison », poursuit Fabrice Roussel. « Pour l’instant, pas d’abandon en vue, mais je m’y attends un peu, tous les prétextes étant bons lorsque les gens veulent se débarrasser de leur chat », renchérit Dany Jacquot.

(…) l’est-eclair.fr

SAMA P-A est Financé par Vous !

Si tous ceux qui lisent ce message donnaient 2 €, SAMA – Protection Animale pourrait continuer à prospérer encore de nombreuses années.

Le prix d’un café est tout ce dont nous avons besoin.

Par ici s’il vous plaît 👇

FAITES UN DON

L’article Coronavirus : la crainte des associations de protection animale est apparu en premier sur Sama Protection Animale.

Qu’est-ce que sont les « marchés humides », d’où les experts pensent que le COVID-19 est originaire ?

(AVERTISSEMENT : IMAGES CHOQUANTES)

Alors que l’épidémie de COVID-19 s’aggrave rapidement en France et ailleurs, les gens s’arment de moyens, notamment de connaissances. L’épidémie nous a permis de nous familiariser avec des termes tels que « coronavirus » ou « confinement », et en voici un nouveau : « marché humide. »

Qu’est-ce qu’un marché humide ?

Les experts pensent que le nouveau coronavirus est originaire du marché aux fruits de mer de Huanan, un « marché humide » de Wuhan, en Chine. Ce type de marchés (parfois appelé « marché d’animaux sauvages ») vend des animaux vivants et morts tels que des poissons, des oiseaux, des blaireaux, des chauves-souris, des pangolins (fourmiliers écailleux) et des tortues, pour la consommation humaine.

Jo-Anne McArthur / We Animals

Les animaux grillés destinés à la vente sont suspendus en plein air au marché de Hanoi, au Vietnam.

Le terme est plutôt parlant : ces marchés sont humides. L’eau éclabousse les parois des bacs ouverts remplis d’animaux marins vivants qui seront inévitablement tués, les comptoirs et les sols sont souillés des entrailles des poissons éviscérés et du sang des animaux abattus, et les tortues rampent les unes sur les autres avant que leur carapace ne soit coupée alors qu’elles sont encore vivantes :

Jo-Anne McArthur / We Animals

Sur un marché de Taïwan, un ouvrier découpe la carapace d’une tortue encore vivante.

Il n’est pas étonnant qu’un virus mortel ait prospéré dans un tel environnement. Ces marchés – où vivent des animaux stressés et probablement terrifiés – sont un terreau fertile pour des maladies comme le COVID-19. Mais qu’en est-il des marchés d’animaux vivants (aussi appelés marchés aux bestiaux) qui existent ici en France, ou de toute autre exploitation d’élevage ? Quelle est la différence entre ces poulets sur un marché humide à Taiwan …

© Jo-Anne McArthur / We Animals

Un poulet abattu est suspendu au bord de la table d’un étal dans un marché de Taipei.

… et ceux de la cinquantaine de marchés d’animaux vivants de France ? Les virus zoonotiques ne proviennent pas exclusivement des marchés d’animaux vivants. Les types d’animaux les plus couramment liés aux épidémies virales chez l’homme sont les poulets et les cochons. Et la France abrite d’innombrables élevages où les poulets sont entassés dans de petites cages et les cochons dans des hangars pleins d’excréments, ainsi que des abattoirs où les animaux sont mis à mort sur des sols trempés de sang, d’urine et d’autres fluides corporels. Ainsi, si les événements actuels en poussent beaucoup à plaider pour la fin des marchés humides et du commerce d’animaux sauvages en Asie, cela ne suffit tout simplement pas.

Pour prévenir des pandémies comme celle du coronavirus, nous devons mettre un terme à la demande de chair animale.

On a beaucoup spéculé sur le fait que les chauves-souris (dont certaines nouent des amitiés de manière similaire aux humains) vendues pour de la soupe pourraient être le point d’origine du COVID-19. Mais comme les précédents virus de la grippe ont pris naissance chez les poulets et les cochons, nous ne pouvons pas blâmer les chauves-souris ou d’autres animaux sauvages pour ces épidémies.

Les virus zoonotiques ne sont pas un problème de marché humide ou de commerce d’animaux sauvages, mais un problème humain. Les actions des humains envers d’autres animaux ont créé cette pandémie de COVID-19, et c’est à nous de changer nos comportements.

Des maladies mortelles comme le COVID-19 continueront à se déclarer jusqu’à ce que le monde cesse de manger des animaux. Si nous étions tous végans, le COVID-19 (tout comme le SRAS et le MERS) n’existerait probablement pas chez l’humain. En outre, les animaux méritent mieux que cela :

© Jo-Anne McArthur / We Animals

Une cliente s’arrête et regarde un animal rôti et suspendu sur le marché de Hanoi, au Vietnam.

Tout comme nous ne voulons pas être infectés par le COVID-19 ou en mourir, les animaux ne veulent pas souffrir ou être tués pour notre nourriture. Les cochons, par exemple, désirent simplement être laissés en paix pour allaiter leurs petits, protéger leurs amis et se détendre au soleil (tout comme les humains).

Grippe aviaire, coronavirus, maladies cardiaques, salmonelles … quand les gens réaliseront-ils que manger des animaux tue de tant de façons ?

Oui, les marchés humides devraient être interdits. Mais il nous faut également bannir la viande, les œufs et les produits laitiers de nos assiettes – avant que la prochaine zoonose mortelle ne frappe.

En France aussi, des animaux vivants sont vendus directement aux consommateurs. Contactez Monoprix maintenant pour que l’enseigne mette fin au commerce ignoble de vente de homards vivants :

L’article Qu’est-ce que sont les « marchés humides », d’où les experts pensent que le COVID-19 est originaire ? est apparu en premier sur PETA France.

Coronavirus : 135 € parce qu’elle allait nourrir ses chevaux au pré

Sur la commune du Pouliguen, une jeune fille a été verbalisée de 135 € car elle allait abreuver ses deux chevaux qui se trouvent dans un pré à 500 mètres de chez elle.

Munie de son attestation correctement remplie, elle avait deux bidons de 20 litres d’eau chacun sur son scooter.

Une voiture de police l’a arrêtée et la fonctionnaire lui a donné une amende 135 € estimant que la priorité allait aux humains, pas aux animaux.

(…) ouest-france.fr

SAMA P-A est Financé par Vous !

Si tous ceux qui lisent ce message donnaient 2 €, SAMA – Protection Animale pourrait continuer à prospérer encore de nombreuses années.

Le prix d’un café est tout ce dont nous avons besoin.

Par ici s’il vous plaît 👇

FAITES UN DON

L’article Coronavirus : 135 € parce qu’elle allait nourrir ses chevaux au pré est apparu en premier sur Sama Protection Animale.

Haute-Corse : un chien retrouvé pendu

C’est une triste découverte qui a été faite sur la commune de Luri ce mardi 10 mars en début d’après-midi. Un chien y a été découvert sans vie, pendu à un arbre. L’animal, manifestement perdu, avait été retrouvé et accueilli par une habitante du village plus tôt dans la journée.

Le chien présentait des plaies à l’oreille ainsi qu’au cou, sans doute liées à une bagarre avec d’autres animaux” explique Florence Turi, présidente de l’association de protection animale Per Elli. “L’habitante de Luri qui l’a retrouvé l’a ensuite attaché sans serrer en raison de ses blessures. Elle m’a envoyé un message plus tard dans la journée pour me dire que le chien avait disparu

L’animal a été retrouvé pendu plus tard dans la journée par des jeunes qui ont prévenu dans la foulée Didier Ciolini, président de la société de chasse de Luri :

J’ai contacté les gendarmes qui m’ont conseillé de me rapprocher d’une association de défense des animaux, qui savent comment agir et mobiliser les gens dans ces situations“.

(…) corsematin.com

SAMA P-A est Financé par Vous !

Si tous ceux qui lisent ce message donnaient 2 €, SAMA – Protection Animale pourrait continuer à prospérer encore de nombreuses années.

Le prix d’un café est tout ce dont nous avons besoin.

Par ici s’il vous plaît 👇

FAITES UN DON

L’article Haute-Corse : un chien retrouvé pendu est apparu en premier sur Sama Protection Animale.

Poissy : condamné à un an de prison pour maltraitance animale

Il lui est désormais interdit de posséder un animal domestique. Jeudi 12 mars, un habitant de Poissy était jugé pour avoir frappé et projeté violemment un chien, dont il avait la garde, sur le sol de la place Racine. Il a été condamné à une peine de douze mois de prison, dont six avec sursis.

« Je ne pensais pas lui avoir fait mal. Ce n’est que lorsque j’ai vu la vidéo, que j’ai compris. » Dans le box du tribunal correctionnel de Versailles, cet homme âgé de 48 ans peine encore à expliquer son geste. Le 10 février dernier, il a été filmé par un passant en train de s’en prendre à Kara, une jeune chienne qui lui avait été confiée par sa nièce, partie au Sénégal. Diffusée sur les réseaux sociaux, la vidéo est rapidement devenue virale, accélérant notamment le processus d’identification et d’interpellation du Pisciacais qui a reconnu les faits.

« J’ai toujours aimé les animaux », assure-t-il devant les regards circonspects des avocats de la partie civile.

« Je la sortais trois fois par jour, mais ce jour-là, elle n’arrêtait pas de tirer sur la laisse et de s’arrêter brutalement, ça m’a énervé », relate le prévenu.

(…) lagazette-yvelines.fr

SAMA P-A est Financé par Vous !

Si tous ceux qui lisent ce message donnaient 2 €, SAMA – Protection Animale pourrait continuer à prospérer encore de nombreuses années.

Le prix d’un café est tout ce dont nous avons besoin.

Par ici s’il vous plaît 👇

FAITES UN DON

L’article Poissy : condamné à un an de prison pour maltraitance animale est apparu en premier sur Sama Protection Animale.

EXTINCTION IMMINENTE : Il ne reste que 6 à 22 vaquitas

Il ne reste que 6 à 22 vaquitas. Ces petits cétacés sont au bord de la disparition, massacrés par les cartels mexicains qui quadrillent la mer de filets pour pêcher illégalement un poisson qui vaut de l’or, le totoaba.

Sea Shepherd mène une bataille navale pour sauver les vaquitas.

Retrouvez ce reportage en intégralité dans “Sur le front des océans”, disponible en replay et partout dans le monde ici : https://www.france.tv/france-2/sur-le-front/

Sur le front des océans : sur un bateau de Sea Sheperd pour la sauvegarde des Vaquitas

EXTINCTION IMMINENTE ! Il ne reste que 6 à 22 vaquitas. Ces petits cétacés sont au bord de la disparition, massacrés par les cartels mexicains qui quadrillent la mer de filets pour pêcher illégalement un poisson qui vaut de l’or, le totoaba. Sea Shepherd mène une bataille navale pour sauver les vaquitas.Retrouvez ce reportage en intégralité dans “Sur le front des océans”, disponible en replay et partout dans le monde ici : https://www.france.tv/france-2/sur-le-front/

Publiée par Hugo Clément sur Lundi 23 mars 2020

Crédits: France.tv, Hugo Clément

SAMA P-A est Financé par Vous !

Si tous ceux qui lisent ce message donnaient 2 €, SAMA – Protection Animale pourrait continuer à prospérer encore de nombreuses années.

Le prix d’un café est tout ce dont nous avons besoin.

Par ici s’il vous plaît 👇

FAITES UN DON

L’article EXTINCTION IMMINENTE : Il ne reste que 6 à 22 vaquitas est apparu en premier sur Sama Protection Animale.

Non, les animaux de compagnie ne transmettent pas le coronavirus

Nos chiens et chats peuvent-ils nous transmettre le (Coronavirus) Covid-19 ? Avant même que les particuliers ne se posent la question, la Direction générale de l’alimentation (DGA) avait interrogé l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses). Publié le 11 mars, l’avis de l’Agence rejoint les déclarations de l’Organisation mondiale de la santé animale : à ce jour, aucun élément ne peut laisser penser que les animaux de compagnie jouent un rôle dans la propagation du SARS-CoV-2.

(…) ouest-france.fr

Pour autant, nos compagnons poilus “sont une surface comme une autre, sur laquelle le virus peut s’installer”, explique Reha Hutin. Alors que faire ? Respecter les règles élémentaires pour le maître, c’est-à-dire se laver les mains après la promenade, et les appliquer à son animal en lui lavant les pattes dès le retour au foyer.

(…) europe1.fr

SAMA P-A est Financé par Vous !

Si tous ceux qui lisent ce message donnaient 2 €, SAMA – Protection Animale pourrait continuer à prospérer encore de nombreuses années.

Le prix d’un café est tout ce dont nous avons besoin.

Par ici s’il vous plaît 👇

FAITES UN DON

L’article Non, les animaux de compagnie ne transmettent pas le coronavirus est apparu en premier sur Sama Protection Animale.

Toulouse : un homme tue ses chiens qui se battaient sur le balcon

Un Toulousain de 22 ans a été interpellé et placé en garde à vue ce dimanche en fin de matinée, à Toulouse. La police a été alertée vers 11h30 par des coups de feu entendus par le voisinage avenue Jean-Rieux, dans un immeuble proche de la voie ferrée.

Un chien a été tué sur le coup. Le deuxième a été grièvement blessé et est mort malgré les soins du vétérinaire. Deux autres chiens ont pris la fuite mais ils ont été récupérés par les policiers et confiés à un refuge.

(…) Ladepeche.fr

SAMA P-A est Financé par Vous !

Si tous ceux qui lisent ce message donnaient 2 €, SAMA – Protection Animale pourrait continuer à prospérer encore de nombreuses années.

Le prix d’un café est tout ce dont nous avons besoin.

Par ici s’il vous plaît 👇

FAITES UN DON

L’article Toulouse : un homme tue ses chiens qui se battaient sur le balcon est apparu en premier sur Sama Protection Animale.

PETA ne ralentit pas ses missions car les animaux ont encore besoin de notre aide

Malgré les nombreuses perturbations et les précautions sanitaires auxquelles nous sommes tous confrontés aujourd’hui, le travail révolutionnaire de PETA pour aider les animaux (y compris le militantisme, la recherche, les révélations inédites et les nouvelles stratégies de sensibilisation en ligne à la place d’être dans la rue) ne ralentit pas ! Nous sommes toujours là, pour aider activement les animaux.

Comme nous l’avons vu lors d’autres crises (qu’elles soient naturelles ou causées par l’humain) les animaux et leurs intérêts font partie des victimes de la pandémie.

Malgré cette période d’incertitude, PETA ne manquera pas une occasion d’aider. Nous continuerons à faire pression sur les entreprises, les industries et les personnes qui maltraitent les animaux.

Que nous nous efforcions de mettre fin à la souffrance des singes dans le cadre d’expériences, des visons dans le commerce de la fourrure ou des poules dans les élevages, PETA ne peut contribuer à réaliser des progrès décisifs pour les animaux que grâce à la détermination de nos sympathisants. Si vous en avez les moyens, aidez-nous à fournir les ressources nécessaires pour que notre travail en faveur des animaux se poursuive pendant les semaines incertaines à venir en faisant un don spécial dès maintenant.

Quel que soit le temps qu’il nous faudra pour sortir de cette crise due au coronavirus, les animaux auront toujours besoin de notre aide. Votre soutien et votre compassion sont très importants pour tous les animaux, et pour nous à PETA.

L’article PETA ne ralentit pas ses missions car les animaux ont encore besoin de notre aide est apparu en premier sur PETA France.

ASSOCIATION DE PROTECTION ANIMALE BASEE EN ALSACE