Quels sont les pays qui ont banni la fourrure ? Bilan du mouvement anti-fourrure

Cet article a été publié à l'original sur ce site

Les consommateurs, et avec eux de plus en plus de grandes marques, s’opposent à la fourrure. La dernière nouvelle en date a fait grand bruit puisqu’il s’agissait de la reine Elisabeth II elle-même qui a tourné le dos à cette matière cruelle ! La fourrure n’est plus dans l’air du temps, et les villes et les pays du monde entier rattrapent leur retard. Ce ne sont pas seulement les grandes villes américaines qui ont commencé à interdire la vente de fourrures : des pays du monde entier ferment aussi leurs élevages. Ce mouvement généralisé prend son envol alors que les consommateurs, les entreprises et les gouvernements reconnaissent que les tissus innovateurs en fausse fourrure sont meilleurs pour l’environnement et épargnent aux animaux une vie misérable et une mort sanglante et douloureuse.

Voici une liste de pays et de municipalités influents qui ouvrent la voie !

INTERDICTIONS DES ÉLEVAGES

Serbie

Les animaux ne peuvent plus être tués pour leur fourrure en Serbie ! Le pays a décidé d’interdire l’élevage des animaux producteurs de fourrure en 2009, donnant aux agriculteurs une période d’élimination progressive de 10 ans se terminant en janvier 2019. Tout au long de cette période, l’industrie de la fourrure a exercé de fortes pressions sur le gouvernement serbe pour qu’il retarde la mise en œuvre de l’interdiction ou l’annule complètement. Mais les groupes de défense des animaux ont riposté. PETA Allemagne a travaillé avec des organisations locales de défense des droits des animaux pour s’assurer que l’interdiction aille de l’avant et s’est associée à la chanteuse serbe Jelena Karleuša, qui a pris fermement position avec une campagne « Plutôt à poil qu’en fourrure ».

Slovaquie

En 2019, le Conseil national de la République slovaque a adopté une interdiction de la fourrure, faisant de la Slovaquie le 15e pays européen à le faire. À l’heure actuelle, un élevage de visons – avec la capacité de tourmenter environ 5 000 visons – et huit élevages de lapins à fourrure sont en activité dans le pays. La nouvelle interdiction entrera en vigueur en 2021, avec une période d’élimination complète progressive (s’appliquant aux élevages pour la fourrure existants) qui devrait durer jusqu’en 2025.

Luxembourg

Une loi progressiste luxembourgeoise sur le bien-être des animaux a été adoptée en juin 2018 et interdit totalement l’élevage à fourrure à partir d’octobre 2018. Bien que le Luxembourg n’ait actuellement pas de fermes d’élevage d’animaux à fourrure en activité, la législation empêchera leur ouverture.

Norvège

La Norvège a introduit une interdiction totale de l’élevage d’animaux pour la fourrure en 2018 et éliminera complètement les élevages producteurs de fourrure d’ici 2025. L’interdiction faisait suite à la publication d’un article de PETA montrant les conditions horribles dans les fermes d’élevage d’animaux à fourrure du pays. À l’heure actuelle, on y trouve environ 300 élevages de ce genre, qui élèvent et tuent 700 000 visons et 110 000 renards chaque année, ce qui représente donc une victoire massive pour les animaux.

Croatie

Le ministère croate de l’Agriculture a écouté le public et les groupes de défense des droits des animaux concernés, dont PETA, et a décidé en 2006 d’interdire l’élevage des animaux à fourrure. Après une période de retrait progressif de 10 ans, l’interdiction est entrée en vigueur en janvier 2017.

République tchèque

En 2017, la République tchèque a adopté une loi sur la protection des animaux qui mettrait fin à l’élevage des animaux pour leur fourrure en janvier 2019. PETA Allemagne a soutenu OBRAZ – le groupe local qui travaille à l’interdiction – avec une aide financière, des informations et des témoignages d’experts.

République de Macédoine

La Macédoine a introduit une période d’élimination progressive de trois ans des élevages pour la fourrure en 2014, les rendant illégaux à partir de 2017.

Slovénie

En 2013, la Slovénie a adopté une loi progressiste sur la protection des animaux qui interdit l’élevage et la chasse des animaux pour leur fourrure et leur peau. Les élevages existants ont bénéficié d’une période d’élimination progressive de trois ans.

Bosnie-Herzégovine

En 2009, la Bosnie-Herzégovine a adopté une loi contre l’élevage d’animaux à fourrure qui interdirait d’élever des animaux pour leur fourrure d’ici la fin de 2018. En 2017, le délai était menacé d’être prolongé de 10 ans, mais grâce à un activisme soutenu – y compris une lettre de Pamela Anderson – les membres de la Chambre des peuples du pays ont rejeté la décision de reporter l’interdiction et celle-ci est entrée en vigueur en janvier 2018. Toutefois, une autre réunion a eu lieu et la période d’élimination progressive a été prolongée de 10 ans. En octobre 2019, l’autorité vétérinaire de l’État a annoncé que 60 élevages de chinchillas avaient déjà cessé leurs activités et que les autres élevages de fourrures seraient fermés d’ici 2028.

Japon

En 2006, le Japon a adopté la Loi sur les espèces exotiques envahissantes, qui restreint la reproduction des espèces non indigènes que sont le vison d’Amérique, le raton laveur et le ragondin. La loi interdisait essentiellement l’élevage des animaux à fourrure, et 10 ans plus tard, la dernière ferme d’élevage d’animaux à fourrure du pays a fermé ses portes !

Autriche

En 2004, six des neuf États fédéraux autrichiens ont interdit l’élevage des animaux à fourrure. Les trois autres ont commencé à appliquer des règlementations si strictes en matière de bien-être animal que l’élevage des animaux à fourrure n’est plus économiquement viable.

Royaume-Uni

Le Royaume-Uni a été le premier pays à interdire l’élevage des animaux à fourrure, ce qu’il a fait en 2000 en réponse à l’appui massif du public pour mettre fin à la pratique cruelle de l’élevage et de l’abattage des animaux pour leur fourrure. L’interdiction ne s’étendait initialement qu’à l’Angleterre et au Pays de Galles, mais l’Écosse et l’Irlande du Nord y ont adhéré en 2002.

Belgique

En 2018, le gouvernement des Flandres en Belgique a adopté un décret pour mettre fin à l’élevage des animaux pour leur fourrure suite aux interdictions en Wallonie en 2015 et à Bruxelles en 2017. Cette décision historique marque la fin de l’élevage pour la fourrure, et les 17 autres élevages de visons belges fermeront leurs portes d’ici 2023.

INTERDICTIONS D’IMPORTATION ET DE VENTE

West Hollywood, Californie

En 2011, le conseil municipal de West Hollywood a approuvé l’interdiction de la vente de nouvelles vestes, gilets, étoles et bottes en fourrure dans les magasins de la ville. Avant la décision, le conseil a été bombardé d’appels, de lettres et de courriels provenant de partisans de PETA États-Unis, tant locaux qu’extérieurs à la ville, l’exhortant à adopter cette mesure. Après l’interdiction, PETA États-Unis a nommé West Hollywood la ville américaine la plus compatissante de 2011.

San Francisco

En mars 2018, le Conseil de surveillance de San Francisco a voté à l’unanimité l’interdiction de la fourrure après des semaines de débats tumultueux entre militants des droits des animaux et distributeurs. Cette victoire historique pour les animaux a été remportée à la suite d’appels lancés par PETA États-Unis et des militants locaux, qui ont assisté à de nombreuses réunions du comité sur la question et tenu un rassemblement à l’hôtel de ville quelques semaines seulement avant l’interdiction.

Berkeley, Californie

La ville de Berkeley, en Californie, a adopté une ordonnance en 2017 interdisant la vente de

fourrure de toutes les espèces d’animaux à fourrure. Le conseil municipal a reçu un Compassionate City Award de PETA États-Unis en l’honneur de son initiative.

Los Angeles

En septembre 2018, Los Angeles est devenue la ville la plus grande et la plus remarquable au monde à interdire la vente et la fabrication de fourrure d’ici 2020. Les membres du conseil municipal ont voté à l’unanimité en faveur de l’interdiction à la suite des efforts sans relâche de PETA États-Unis, qui comprenaient des pétitions, des protestations, plusieurs enquêtes et des campagnes anti-fourrure avec des célébrités.

Californie

La Californie a des exigences en matière de logement pour les visons et les renards qui rendent le coût de l’élevage des animaux pour leur fourrure prohibitif. En septembre 2019, elle est devenu le premier état à interdire le piégeage d’animaux pour leur fourrure. Un mois plus tard, elle a également adopté une loi qui interdira la vente et la fabrication de nouveaux vêtements et accessoires en fourrure à compter du 1er janvier 2023. Ces victoires monumentales ont été remportées à la suite d’appels lancés par une coalition d’organisations, dont PETA États-Unis, et de militants locaux – dont quelque 8 000 partisans de PETA – qui ont écrit à leurs représentants pour appuyer le projet de loi visant à débarrasser le « Golden State » de l’odieux commerce de la fourrure.

São Paulo, Brésil

São Paulo, la plus grande ville du Brésil, a adopté en 2015 une loi historique qui interdit l’importation et la vente de tous les articles en fourrure. L’année précédente, les dirigeants municipaux avaient signé une loi interdisant l’élevage des animaux à fourrure.

Inde

En 2018, l’Inde est devenue la 36e nation dans le monde à interdire la fourrure de phoque, rejoignant ainsi les États-Unis, le Belarus, le Kazakhstan, le Mexique, la Russie, la Suisse, Taiwan et les 28 pays de l’Union européenne. Cette victoire pour les phoques est le fruit de plus d’une décennie de travail de PETA Inde.

INTERDICTIONS PARTIELLES

Pays-Bas

Les Pays-Bas ont interdit l’élevage de visons pour leur fourrure en 2015, ce qui éliminera complètement la production de fourrure de vison d’ici 2024. Cette décision a été prise après que des milliers de partisans de PETA Pays-Bas se soient exprimés sur la cruauté inhérente à l’élevage des animaux à fourrure. En 1995, le pays est devenu le premier au monde à interdire l’élevage de renards pour leur fourrure, après quoi il a interdit l’élevage de chinchillas pour leur fourrure en 1997.

Nouvelle-Zélande

En 2013, la Nouvelle-Zélande a interdit l’importation de visons, ce qui a pour effet d’interdire l’élevage de visons dans le pays. Cependant, le pays autorise toujours l’élevage de furets.

Danemark

Le Danemark a adopté en 2007 une législation visant à améliorer le bien-être des animaux élevés pour la fourrure, qui comprenait un certain nombre d’améliorations du bien-être des renards dans les élevages de fourrure. En 2009, le pays a adopté une interdiction de l’élevage du renard, avec une période d’élimination progressive qui a duré jusqu’en 2017 pour la majorité des fermes et une période plus longue jusqu’en 2023 pour les fermes dont le revenu principal provient de l’élevage du renard.

Hongrie

En 1998, la Hongrie a adopté la Loi sur la protection des animaux et la tolérance, qui stipule que « les animaux ne peuvent être abattus pour des raisons et dans des circonstances inacceptables ou intolérables ». Toutefois, la loi ne s’appliquait pas à l’élevage d’animaux pour la fourrure jusqu’à ce que des modifications ultérieures soient apportées. En 2011, le pays a déclaré que seuls les chinchillas et les lapins angora peuvent être élevés pour leur fourrure.

RÉGLEMENTATIONS PLUS STRICTES

Allemagne

En 2017, les dirigeants allemands ont voté en faveur d’une réglementation plus stricte qui rend l’élevage des visons économiquement non viable pour les éleveurs. À la suite de ces règlements et des pressions exercées par le public, le dernier producteur de fourrure du pays a cessé son activité en avril 2019, et l’élevage des animaux à fourrure dans le pays a pris fin. Après la fondation de PETA Allemagne en 1994, l’association a fait pression avec détermination pour une interdiction nationale de l’élevage des animaux à fourrure, a créé des pétitions contre la fourrure et a mené plusieurs enquêtes, protestations et campagnes, qui ont toutes abouti à l’adoption de cette loi.

Italie

L’Italie a adopté en 2008 des lois plus strictes en matière de bien-être des animaux en ce qui concerne l’élevage des animaux pour leur fourrure. Les renards et les chinchillas dans les élevages d’animaux à fourrure doivent avoir des enclos situés au sol – et non des cages – ainsi que des nids, des objets avec lesquels jouer et de l’eau pour nager. En raison de ces restrictions, la dernière ferme de chinchillas en Italie a fermé ses portes en 2012.

Suède

L’ordonnance suédoise sur la protection des animaux, adoptée en 1995, interdit les renards en cage et exige que ces animaux aient la possibilité d’être actifs, de creuser et d’exprimer des comportements sociaux avec les autres renards. Suite à l’ordonnance, l’élevage du renard n’était plus économiquement viable en Suède, et les autres fermes d’élevage de fourrure ont fermé leurs portes.

Suisse

La Suisse a adopté en 1981 une législation concernant les animaux en captivité qui impose des conditions équivalentes aux normes en vigueur dans les zoos modernes, et cela s’applique aux élevages pour la fourrure. Par conséquent, l’élevage des animaux à fourrure est devenu non rentable et n’existe plus dans le pays.

*****

Avec toutes ces avancées, il est clair que l’utilisation des animaux pour la fourrure appartient au passé. Et ces régions du monde ne sont pas les seules à déclarer que la fourrure est morte : depuis mai 2017, Jean Paul Gaultier, Chanel, Balmain, Prada, Gucci, Michael Kors, Versace, Furla, BCBG, Coach, Burberry et Diane von Furstenberg l’ont tous interdit après des années de pression de PETA et de ses affiliées internationales. Des douzaines d’autres, dont INTERMIX et Gap Inc., H&M, Inditex (propriétaire de Zara), Banana Republic, Ralph Lauren, Calvin Klein, Tommy Hilfiger, Giorgio Armani et Vivienne Westwood, avaient déjà reconnu que la fourrure appartient à l’animal dont elle provient.

Agissez maintenant, dites au ministre de l’Agriculture qu’il est temps que la France se modernise en interdisant la production de fourrure en France :

Pour la fin de la production de fourrure en France

Et aidez-nous à persuader Canada Goose de cesser d’utiliser de la fourrure de coyote obtenue cruellement :

Dites à Canada Goose de se joindre à la révolution sans fourrure

L’article Quels sont les pays qui ont banni la fourrure ? Bilan du mouvement anti-fourrure est apparu en premier sur PETA France.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.