Que faire pour la Journée pour les animaux dans les laboratoires ?

Cet article a été publié à l'original sur ce site

Dans toute l’Europe, des millions d’animaux sont utilisés chaque année dans des tests qui infligent fréquemment la souffrance et la mort, mais qui tiennent rarement leur promesse principale, à savoir une meilleure santé pour les humains. Il s’agit notamment de souris, de poissons, de rats, de cobayes, de lapins, de chats, de chiens et de singes. Rejoignez-nous à l’occasion de la Journée mondiale pour les animaux de laboratoire, ce 24 avril, et participez à une action en ligne pour montrer à l’UE que le temps est venu de créer une Europe sans cruauté.

L’expérimentation sur les animaux est non seulement contraire à l’éthique mais aussi injustifiable d’un point de vue scientifique

Tout comme nous, les animaux ressentent la douleur et la peur et ils aspirent à être libres et en sécurité, et non à être enfermés et à souffrir dans un laboratoire. Pourtant, environ 10 millions d’animaux sont traités comme des équipements de laboratoire jetables et utilisés dans des expériences en Europe chaque année, où ils sont fréquemment soumis à des tests pénibles et douloureux avant d’être tués. En France, ce sont 1,64 millions de procédures qui ont été menées sur des animaux en souffrance en 2020.

Parmi ces procédures, 14 % ont été classifié comme étant sévères, ce qui signifie que les animaux qui subissent ces expériences éprouvent de graves souffrances et que la procédure peut aboutir à l’épuisement de l’animal, voire à sa mort. Par exemple, une expérience dans laquelle des chiens seraient forcés de courir sur un tapis roulant jusqu’à ce qu’ils s’effondrent, pourrait être classée comme sévère. D’autres expériences sévères pourraient consister à pomper des substances toxiques directement dans l’estomac de rats, jusqu’à ce que le rat meure, empoisonné par la substance. En d’autres termes, des souffrances inimaginables sont infligées à des animaux innocents.

Cependant, des études montrent que plus de 90 % des découvertes scientifiques fondamentales très prometteuses – dont la majeure partie implique des expériences sur les animaux – n’aboutissent pas à des traitements pour les humains. Pour certaines maladies telles que le VIH/SIDA ou les accidents vasculaires cérébraux, le taux d’échec des nouveaux médicaments prometteurs développés sur des animaux est de 100 %. Nous avons désespérément besoin d’une nouvelle façon de développer et d’évaluer les traitements susceptibles de sauver des vies.

Il est de plus en plus reconnu que les animaux constituent rarement des modèles pertinents pour le corps humain. Des méthodes modernes, dont des tests sophistiqués utilisant des cellules et tissus humains (les méthodes in vitro), des modèles informatiques (parfois appelés modèles in silico) et des essais cliniques avec des volontaires humains, sont bien plus précises et fiables.

VOUS pouvez nous aider à montrer aux décideurs européens que les gens veulent la fin de l’expérimentation animale

Nous voulons mettre fin aux expérimentations animales en Europe afin qu’aucun animal ne souffre et ne meure dans un laboratoire. Et nous ne sommes pas les seuls : 72 % des adultes de l’UE souhaitent un plan de suppression progressive de l’expérimentation animale en Europe.

Mais nous ne pouvons pas mettre fin à l’expérimentation animale sans votre soutien. C’est pourquoi nous vous invitons à participer à une action en ligne pour montrer aux décideurs européens qu’il est temps de mettre fin aux expérimentations animales. Ajoutez votre nom à l’initiative citoyenne « Save Cruelty Free Cosmetics » dès maintenant :

Pour obliger la Commission européenne à considérer cette initiative citoyenne européenne et aider les millions d’animaux qui souffrent et meurent chaque année, nous avons besoin d’1 million de signatures. Partagez également cette pétition avec vos proches :

Enfin, agissez dans votre vie quotidienne en n’achetant que des produits non testés sur les animaux.

L’article Que faire pour la Journée pour les animaux dans les laboratoires ? est apparu en premier sur PETA France.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.