L’épidémie de coronavirus est liée à la consommation de chair animale

Cet article a été publié à l'original sur ce site

Trois Français ont contracté le nouveau coronavirus alors que le nombre de décès dans le monde a dépassé la centaine.

Les experts en santé publique pensent que le virus, étiqueté 2019-nCoV (connu sous le nom de coronavirus), est originaire d’un marché aux poissons chinois, où le contact étroit entre les humains et les animaux vivants dans un espace restreint a facilité le passage du virus d’une espèce à l’autre.

Un vaccin est prévu dans au moins un an, et la transmission interhumaine a été confirmée. Mais la réalité est que nous ne serions probablement pas dans cette situation si les humains n’élevaient pas des animaux à grande échelle et ne les mangeaient pas.

Selon les Centres américains pour le contrôle et la prévention des maladies, plus de 75 % des maladies émergentes ont pour origine les animaux. Ainsi, le 2019-nCoV est similaire à d’autres « coronavirus » tristement célèbres, tels que le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) et le syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS). Tous trois se sont propagés des animaux aux humains.

« Lorsque vous rassemblez des animaux dans ces conditions non naturelles, vous risquez de voir apparaître des maladies humaines », a déclaré Kevin Olival, écologiste et biologiste évolutionniste spécialiste des maladies à l’EcoHealth Alliance.

Manger des animaux a d’énormes conséquences sur la santé humaine

En plus de comporter un risque élevé de contamination par des agents pathogènes – y compris l’E. coli, le Campylobacter et la salmonelle – la viande ne contient pas de fibres et est pleine de graisses saturées et de cholestérol qui obstruent les artères. Selon l’Académie américaine de nutrition et de diététique, les végans sont moins enclins à souffrir de maladies cardiaques, de diabète, d’obésité et de cancer que les mangeurs de viande. Mais il existe d’autres problèmes de santé possibles liés à l’obsession de notre société pour la viande.

Depuis des années, les scientifiques mettent en garde contre le fait que les élevages immondes, remplis d’animaux malades, sont des lieux de reproduction de nouvelles « superbactéries » résistantes aux antibiotiques.

En France, les animaux ont consommé en 2017 près de 500 tonnes d’antibiotiques afin d’empêcher la mort des animaux élevés dans des conditions insalubres et dans la promiscuité. Ces antibiotiques sont généralement identiques ou similaires à ceux qui sont actuellement prescrits pour combattre les maladies chez l’humain. Cette pratique est aujourd’hui l’une des principales causes de l’antibiorésistance, qui touche également les humains.

La consommation d’animaux va de pair avec la consommation d’antibiotiques et, in fine, avec la résistance des bactéries aux antibiotiques.

Il est effrayant de constater que les agents pathogènes résistants aux antibiotiques se propagent rapidement dans les hôpitaux européens, et certaines études affirment que d’ici 2050 plus de personnes mourront de maladies résistantes aux antibiotiques que du cancer si nous ne limitons pas notre recours aux antibiotiques.

Les scientifiques ont longtemps averti que l’utilisation d’antibiotiques devrait être interdite dans l’agriculture animale, mais tant que les consommateurs demanderont de la viande, l’industrie la produira par les moyens les moins chers possibles, sans se soucier des conséquences à long terme.

Des masques encourageant à devenir végan

Aux États-Unis, où des patients viennent également tout juste d’être testés positif pour la maladie, PETA États-Unis a conçu des masques faciaux (disponibles en précommande ici) qui protègent contre les agents pathogènes tout en diffusant un message salvateur : « devenez végan ».

Les masques incitent chacun à se protéger et à protéger les autres en évitant la viande comme la peste.

Depuis les virus mortels jusqu’aux feux de brousse dévastateurs aggravés par le changement climatique, manger des animaux a des conséquences apocalyptiques.

Les humains n’auront pas d’avenir durable s’ils continuent à manger d’autres animaux. La chose la plus simple que vous puissiez faire pour aider les animaux, l’environnement et votre propre santé est de devenir végan dès maintenant.

L’article L’épidémie de coronavirus est liée à la consommation de chair animale est apparu en premier sur PETA France.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.