Le Parlement néerlandais adopte 8 motions pour mettre fin à l’expérimentation animale

Cet article a été publié à l'original sur ce site

Le Parlement néerlandais a déclaré son soutien à la fin de l’expérimentation animale aux Pays-Bas ! Il a fallu des réunions, une enquête auprès du public, des pétitions signées par des sympathisants des entités PETA, une lettre ouverte signée par 25 scientifiques néerlandais et des propositions de motions, mais PETA Pays-Bas et le conseiller scientifique de PETA Royaume-Uni pour les Pays-Bas ont réussi à persuader le Parlement néerlandais d’accepter une série de motions visant à réduire les tests sur les animaux en laboratoire.

Les animaux utilisés dans les expériences peuvent être isolés dans des cages, traumatisés et soumis à d’horribles douleurs. Au lieu de les traiter comme des êtres intelligents et sensibles, dotés d’émotions et d’une volonté de vivre, les expérimentateurs empoisonnent, mutilent, aveuglent, droguent, brûlent et tuent les animaux pour des tests dont les résultats sont souvent inutiles lorsqu’ils sont appliqués aux humains.

Le Parlement néerlandais a accepté huit motions qui pousseront le pays à prendre des mesures pour réduire le nombre de tests sur les animaux. Les motions pressent le gouvernement de faire ce qui suit :

  1. Créer un plan d’action pour accélérer la transition vers l’innovation sans animaux afin de contribuer à une meilleure recherche, de meilleurs médicaments et une réduction significative du nombre d’animaux utilisés dans les expériences.
  2. Stimuler la poursuite du développement de l’intelligence artificielle pour aider à découvrir rapidement et efficacement des méthodes ne faisant pas appel aux animaux et ainsi garantir le respect de la loi et réduire le nombre d’expériences sur les animaux.
  3. Fixer un calendrier pour mettre fin à l’utilisation d’animaux pour les tests de sécurité et en informer la Chambre des représentants dès que possible.
  4. Élaborer un plan d’action visant à réduire rapidement le nombre d’animaux tués sans avoir été utilisés pour la reproduction ou les tests.
  5. Donner la priorité aux initiatives de financement néerlandaises en faveur de l’innovation sans animaux qui contribuent à une diminution immédiate de l’expérimentation animale.
  6. Déterminer quels domaines de l’expérimentation animale ont une valeur prédictive faible ou nulle et étudier comment éliminer progressivement ces tests.
  7. Intégrer le modèle dit OMA (Onderzoeksvraag, Methode, Analyse) – dans lequel la question de recherche et la méthode la plus efficace, et non l’expérimentation animale, sont centrales – dans le programme de transition pour l’innovation sans utilisation d’animaux.
  8. Résoudre, dans la mesure du possible, les engorgements sur le chemin qui mène du laboratoire à la pratique et faire un rapport annuel à ce sujet à l’Assemblée.

Mais ce n’est pas encore une victoire totale : le gouvernement néerlandais n’a pas honoré son précédent engagement à éliminer progressivement l’expérimentation animale.

Promesses non tenues

En 2016, le gouvernement néerlandais s’était engagé à montrer l’exemple en élaborant un plan visant à éliminer progressivement les tests sur les animaux – mais il n’a pas atteint cet objectif. Depuis 2016, le nombre de procédures sur les animaux a stagné.

Des méthodes innovantes – comme la modélisation informatique, les simulateurs de patients humains de haute technologie, la recherche sur des volontaires humains et les tests in vitro – génèrent des résultats fiables qui peuvent réellement bénéficier aux humains, sans causer de souffrance animale incommensurable.

Prenez la recherche sur les accidents vasculaires cérébraux, par exemple. En 2020, environ 8 800 personnes sont mortes d’un accident vasculaire cérébral aux Pays-Bas. Pourtant, les expériences sur les animaux visant à aider les victimes d’AVC ont un taux d’échec de 100 %. Des traitements plus efficaces sont désespérément nécessaires, mais un temps et des ressources précieux sont gaspillés dans des tests cruels et peu fiables sur des animaux, tandis que les patients restent dans l’attente.

Utilisez votre voix pour aider les animaux

La décision du Parlement néerlandais de passer à une science sans animaux reflète l’évolution de nos sociétés. L’Europe toute entière a elle aussi urgemment besoin d’un plan pour mettre fin à l’expérimentation animale.

Plus de 600 000 citoyens européens ont déjà rejoint l’initiative citoyenne européenne pour mettre fin aux tests sur les animaux en Europe. Nous devons atteindre d’urgence un million de signatures. Si vous êtes un citoyen de l’UE, quel que soit votre lieu de résidence, veuillez signer l’ICE dès maintenant :

Si vous n’êtes pas un citoyen européen ou si vous avez déjà signé, vous pouvez toujours faire entendre votre voix pour les animaux en partageant le lien autant que possible. Chaque signature compte pour les animaux qui souffrent dans des laboratoires.

L’article Le Parlement néerlandais adopte 8 motions pour mettre fin à l’expérimentation animale est apparu en premier sur PETA France.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.