Journée mondiale pour la fin du spécisme : des animaux envahissent Paris et implorent « vivez végan »

Cet article a été publié à l'original sur ce site

À l’occasion de la Journée mondiale pour la fin du spécisme, plus d’une centaine de panneaux d’affichage s’ont déployés cette semaine dans Paris pour donner matière à réfléchir aux passants. Les trois affiches différentes font figurer un chat, un chien, un poisson, une vache, un cochon, une poule et un mouton, ainsi que le slogan « #NonAuSpécisme : Nous aussi ressentons la douleur, l’amour, la joie et la peur. Vivez végan ».

Elles mettent au défi les distinctions arbitraires et spécistes qui font que les humains chérissent certaines espèces et en exploitent d’autres, et rappellent que tous les animaux – qu’il s’agisse d’un chien ou d’un cochon – ressentent des émotions et tiennent à leur vie.

Le spécisme crée des distinctions arbitraires

Le spécisme est l’idéologie qui postule une fausse supériorité de l’être humain sur les autres animaux, et crée une échelle de valeur entre ceux-ci. Cette campagne vise à souligner l’hypocrisie qui existe dans notre traitement des animaux : il ne nous viendrait jamais à l’esprit de manger un chaton mais nous consommons des agneaux et des veaux, alors même que ces individus sont tout aussi joueurs, affectueux et dignes de notre protection et de notre respect.

Le spécisme est utilisé pour justifier d’isoler des primates dans des cages de laboratoire et de leur faire subir des tests terrifiants et douloureux ; de tuer des milliards de vaches, poulets, cochons et autres êtres sensibles pour qu’ils finissent dans nos assiettes ; de mutiler des moutons pour leur laine ; d’enfermer des orques dans des bassins minuscules pour notre divertissement et de fouetter des tigres pour qu’ils exécutent des numéros inconfortables et dangereux.

Il est spéciste – et inhumain – d’exploiter les autres parce que nous ne les comprenons pas pleinement ou pas du tout, de supposer qu’ils ne sont pas aussi intelligents que nous lorsque nous mesurons leur intelligence en termes humains, et de rejeter leur souffrance parce que cela nous profite.

Pour ne plus entretenir ce système oppressif, la solution est claire et simple : n’acheter que des produits de soins personnels qui n’ont pas été testés sur les animaux ; choisir des repas et des vêtements végans ; éviter les cirques animaliers, parcs marins et autres formes de divertissement reposant sur la captivité d’individus ; et rejeter l’exploitation de tous les animaux de manière générale.

Ce que vous pouvez faire

PETA appelle à dire « non au spécisme » et à faire preuve de compassion envers toutes les espèces en adoptant un mode de vie végan.

Les personnes qui sont désireuses de se libérer de l’idéologie spéciste qui régit notre société peuvent commencer par commander le « Guide du végan en herbe » gratuit de PETA pour y trouver des astuces et renseignements sur une alimentation sans produits animaux, ainsi que consulter la rubrique « Vivre végan » du site de l’association pour en savoir plus sur un mode de vie sans cruauté.

L’article Journée mondiale pour la fin du spécisme : des animaux envahissent Paris et implorent « vivez végan » est apparu en premier sur PETA France.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.