Historique : Israël devient le tout premier pays à interdire la vente de fourrure

Cet article a été publié à l'original sur ce site

Une preuve supplémentaire que des personnes compatissantes peuvent entraîner la fin de l’industrie de la fourrure : après des années de campagne obstinée, Israël a interdit la vente de fourrure, devenant ainsi le premier pays au monde à le faire. La ministre israélienne de la Protection de l’environnement, Gila Gamliel, a promulgué un projet de loi après qu’une majorité écrasante de 86 % des Israéliens ait manifesté son soutien à la proposition.

Cette interdiction historique fait suite à des années d’efforts de la part de militants du pays, des affiliées de PETA et de la directrice honoraire de PETA États-Unis, Pamela Anderson, qui a fait pression sur les politiques à Tel Aviv et a fait des demandes à ce sujet auprès du Premier ministre Benjamin Netanyahu. Plus important encore, cette victoire appartient aux animaux – lapins, visons, renards et autres espèces vulnérables qui souffrent et sont tués pour la vanité humaine.

Fourrure : cruauté assurée

Depuis des décennies, PETA et ses affiliées internationales ont dénoncé l’horrible cruauté des élevages pour la fourrure, montrant que les animaux passent leur vie entière confinés dans des cages grillagées exiguës et sales. Les éleveurs d’animaux à fourrure utilisent les méthodes de mise à mort les moins coûteuses qui soient, telles que le bris de cou, la suffocation, l’empoisonnement et l’électrocution génitale. De nombreuses vidéos ont révélé des visons gazés en masse, des renards électrocutés, des lapins hurlant de douleur lorsqu’on leur envoie des décharges électriques et de nombreux animaux écorchés vifs.

Il y a une autre raison pour laquelle chaque pays devrait suivre les traces d’Israël : le fait d’entasser des animaux malades et stressés dans des conditions insalubres dans les élevages d’animaux à fourrure crée un terrain propice aux maladies mortelles. Le nouveau coronavirus a été découvert dans des élevages de visons dans une douzaine de pays – le Canada, le Danemark, la France, la Grèce, l’Italie, la Lettonie, la Lituanie, les Pays-Bas, la Pologne, l’Espagne, la Suède et les États-Unis – ce qui a entraîné l’abattage massif de dizaines de millions d’animaux.

L’élan contre la fourrure continue de croître dans le monde entier

Israël est en bonne compagnie : la Californie a interdit la vente de fourrure neuve à l’échelle de l’État en 2019, et de nombreux créateurs et enseignes de premier plan, dont Chanel, Burberry, Gucci, Versace, Jimmy Choo et Giorgio Armani, ont interdit la fourrure. Les options sans cruauté, telles que la fausse fourrure fabriquée à partir de chanvre, de denim et même de bouteilles en plastique recyclées, continuent de progresser et sont plus demandées que jamais.

Rejoignez PETA et appelez les autres pays à bannir la fourrure eux aussi

Israël – un pays entier – a interdit la fourrure. Pendant ce temps, la France n’a toujours pas voté la loi pour faire fermer les derniers élevages de visons du pays, et ne fait rien pour les lapins élevés eux-aussi pour leur toison. Prenez un instant pour demander l’interdiction de toute la production de fourrure et d’angora en France :

Saint Laurent et Brioni continuent de vendre de la fourrure provenant d’animaux innocents qui sont confinés et sont tués de manière violente. Cliquez ci-dessous pour pressez ces marques à abandonner la fourrure dès maintenant :

L’article Historique : Israël devient le tout premier pays à interdire la vente de fourrure est apparu en premier sur PETA France.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.