Hermès et Louis Vuitton sont-ils derrière ce projet d’élevage intensif de crocodiles ?

Cet article a été publié à l'original sur ce site

Un horrible projet est en train d’éclore dans le nord de l’Australie pour construire le plus grand élevage de crocodiles du pays, qui emprisonnerait jusqu’à 50 000 crocodiles marins à la fois.

mitula.com.au

L’exploitation proposée serait située sur une ancienne ferme de melons et de bananes et, selon l’Australian Broadcasting Corporation (ABC), elle comprendrait un laboratoire d’incubation des œufs, une écloserie, des enclos de croissance, des enclos de finition, une zone d’exploitation ouverte, des zones réfrigérées de préparation et de stockage des aliments.

Tous les reportages de PETA sur l’industrie des peaux exotiques ont montré que quelle que soit leur source – ou les « normes » vantées par les marques – les produits fabriqués à partir de peaux impliquent de faire endurer à des animaux très intelligents et sensibles un emprisonnement sordide et une mort violente.

Dès leur éclosion, les crocodiles confinés dans les élevages sont privés de tout ce qui est naturel et important pour eux, confinés dans de petits enclos de béton et incapables de nager librement. Lorsqu’ils sont tués, leur museau est ligoté et ils sont électrocutés ou fusillés, puis poignardés dans le cou pour sectionner leur moelle épinière.

Les experts en matière de faune et de flore sauvages avertissent que le commerce international des peaux d’animaux exotiques pour la mode de luxe favorise la propagation des maladies zoonotiques, alimentant le risque de nouvelles pandémies comme celle que nous connaissons actuellement. Étant donné l’impact de la pandémie de COVID-19 sur la précieuse industrie touristique de l’état australien du Territoire du Nord, il est inconcevable que le gouvernement du territoire approuve les plans de cette ferme-usine de crocodiles, risquant ainsi de devenir le foyer d’une éventuelle prochaine épidémie.

PETA appelle le gouvernement de l’état australien du Territoire du Nord à rejeter ce projet. Il est temps d’investir dans la mode végane, et non de créer des élevages industriels pour enfermer et tuer des animaux sensibles et créer des zones de prolifération pour de nouveaux agents pathogènes.

Qu’est-ce qu’Hermès et Louis Vuitton souhaitent vous cacher ?

Les marques de mode françaises Hermès et Louis Vuitton détiendraient ou contrôleraient la grande majorité des élevages de crocodiles dans le Territoire du Nord de l’Australie. Cependant, ni Hermès ni Louis Vuitton ne font la promotion de leur possession d’élevages de crocodiles. Il n’y a aucune mention de l’implication des marques dans les élevages sur leurs sites web, et selon les médias australiens, les éleveurs rachetés par les sociétés signent des accords de non-divulgation qui leur interdisent de discuter de la question.

Des enseignes de luxe avant-gardistes comme Chanel, Tommy Hilfiger, Calvin Klein, Mulberry et Victoria Beckham ont déjà interdit le crocodile et d’autres peaux exotiques dans leurs collections. Ne contribuez pas à cette cruauté en achetant des produits fabriqués à partir de la peau de quelqu’un d’autre. Demandez à Hermès et Louis Vuitton de se débarrasser des peaux exotiques dès maintenant :

L’article Hermès et Louis Vuitton sont-ils derrière ce projet d’élevage intensif de crocodiles ? est apparu en premier sur PETA France.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.