Déjà sans fourrure, la marque de Victoria Beckham délaisse aussi les peaux exotiques grâce à PETA Royaume-Uni

Cet article a été publié à l'original sur ce site

Après de nombreuses années de pression par notre affiliée PETA Royaume-Uni, Victoria Beckham – icône et créatrice de mode – s’est engagée à ne plus faire usage de peaux exotiques dans ses créations. La marque a également affirmé sa politique anti-fourrure dans un communiqué, déclarant, « Victoria Beckham n’utilisera plus de peaux exotiques dans ses collections à partir de l’automne-hiver 2019. La marque Victoria Beckham n’a jamais utilisé de fourrure pour ses vêtements ni ses collections d’accessoires et a confirmé l’année dernière que ceci continuera d’être le cas. »

Derrière chaque sac ou paire de chaussures en peau de croco, de serpent ou de lézard se cache une mort violente et la décision de Victoria Beckham d’interdire les peaux exotiques permettra d’épargner une souffrance atroce à d’innombrables animaux intelligents et sensibles. PETA appelle les autres marques, de luxe ou non, à suivre cet exemple louable.

La souffrance derrière chaque peau exotique

PETA a diffusé de nombreuses enquêtes tournées dans l’industrie des peaux exotiques. Celles-ci montrent des crocodiles parqués dans des bassins d’eau fétide avant de se faire trancher la nuque et enfoncer des tiges en métal le long de la colonne vertébrale, souvent lorsqu’ils sont encore parfaitement conscients. Des autruches âgées de tout juste un an sont transportées dans des camions vers l’abattoir, où elles sont maintenues la tête en bas dans un mécanisme d’étourdissement, égorgées et déplumées. Et les serpents sont couramment cloués aux arbres avant d’être incisés d’un bout à l’autre et dépecés vivants.

En s’engageant à bannir les peaux exotiques de ses créations, Victoria Beckham se joint à Chanel, Diane von Furstenberg et Vivienne Westwood, qui ont tous pris cette décision progressiste. PETA appelle toute personne bienveillante à l’égard de ces animaux exploités pour des articles de luxe à contacter LVMH, la société mère de Louis Vuitton, pour leur demander de se défaire, eux aussi, des peaux exotiques :

Vous pourriez aimer ces informations

La fourrure, l’angora, le mohair et d’autres matières animales nécessairement cruelles perdent du terrain. Voyez par vous-même :

L’article Déjà sans fourrure, la marque de Victoria Beckham délaisse aussi les peaux exotiques grâce à PETA Royaume-Uni est apparu en premier sur PETA France.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.