Tous les articles par Marie-Morgane Jeanneau

Un fabricant français de textiles végans pourrait remplacer la fourrure des manteaux de cérémonie de la reine d’Angleterre

Suivant l’annonce selon laquelle la reine d’Angleterre ne se procurerait pas de nouveaux articles en fourrure, la fondatrice et directrice générale de PETA, Ingrid Newkirk, a écrit une lettre à Sa Majesté. Dans celle-ci, elle lui demande d’accorder à ECOPEL – le plus grand fabricant de fausse fourrure de luxe au monde – la possibilité d’aider Ede & Ravenscroft à remplacer la garniture en fourrure de ses manteaux de cérémonie.

Les experts de renommée mondiale d’ECOPEL sont à l’avant-garde de la fabrication de textiles durables, du développement de fibres synthétiques recyclées et à base de végétaux pour des créateurs partout dans le monde, notamment Stella McCartney et Burberry – et les créations du fabricant sont quasiment indissociables de véritables fourrures animales.

ECOPEL et Stella McCartney ont récemment été récompensés d’un Prix de la mode végane par PETA Royaume-Uni pour leur collaboration sur KOBA, une fausse fourrure fabriquée à partir de matières d’origine biologique.

Ingrid Newkirk souligne dans la lettre : « Nous ne pouvons pas rendre leur vie aux animaux qui ont péri pour la fourrure qui garni ces manteaux, mais ce geste merveilleux montrerait que la Grande-Bretagne est aujourd’hui à la pointe de l’innovation tout en continuant de respecter la tradition. Cela signifierait également que ces manteaux emblématiques perdurent d’une manière qui reflète les valeurs de la vaste majorité des Britanniques, qui sont opposés à la vraie fourrure. »

« Notre fausse fourrure est déjà célébrée par les reines de la mode, mais nous voulons prouver qu’elle est également digne d’une monarque », déclare le directeur Europe d’ECOPEL, Christopher Sarfati. « Ce serait un grand honneur de fournir des remplacements sur mesure des manteaux de cérémonie de Sa Majesté – et de tout autre article en fourrure – pour montrer que la tradition et la compassion peuvent aller de pair. »

Dans la peau de qui êtes-vous ?

De nombreuses enquêtes ont révélé les horreurs subies par les animaux exploités pour leur fourrure. Des lapins, visons, chiens viverrins et autres animaux vivent confinés à l’étroit dans des cages grillagées insalubres et sont violemment manipulés et abattus de manière terrifiante, souvent par électrocution, par gazage ou en étant tabassés à mort. Plus de 100 millions d’animaux sont tués chaque année pour leurs peaux.

Des animaux sont également capturés à l’état sauvage dans des pièges à mâchoires d’acier et laissés à languir – parfois pendant plusieurs jours – avant de succomber à la déshydratation, à la famine, à une maladie, aux attaques de prédateurs ou d’être mis à mort de manière terrifiante au retour des trappeurs.

Signer la pétition pour l’interdiction de la production de fourrure en France

La décision de la reine de tourner le dos à la fourrure reflète l’évolution des temps et des valeurs en Europe. Avec la quantité de textiles innovants disponibles aujourd’hui et qui n’impliquent pas la torture d’animaux, il est simple de passer à des matières sans cruauté.

Néanmoins, des élevages producteurs de fourrure subsistent en France, alors même que 84 % de la population française souhaite qu’ils soient interdits. Rejoignez notre appel au gouvernement pour une interdiction de la production de fourrure animale afin de mettre fin à cette exploitation cruelle et archaïque en France :

L’article Un fabricant français de textiles végans pourrait remplacer la fourrure des manteaux de cérémonie de la reine d’Angleterre est apparu en premier sur PETA France.

7 avantages fantastiques d’un régime végan pour la santé

Manger de la chair ou d’autres produits d’origine animale ne nuit pas seulement aux animaux et à l’environnement : cela peut aussi avoir un impact négatif sur la santé. La consommation de viande transformée augmente nos risques de développer un cancer, et la recherche suggère que la consommation de chair, de lait et d’œufs d’animaux pourrait être aussi néfaste pour notre santé que le tabagisme.

De nombreux aliments végans sont riches en protéines végétales, qui n’ont pas les effets nocifs sur la santé des protéines d’origine animale.

Compte tenu des bienfaits pour notre corps d’une alimentation végétale, il n’est pas étonnant que de plus en plus d’athlètes de renommée internationale et d’autres noms célèbres choisissent de manger végan. Jetez un coup d’œil à certains de ces avantages pour la santé :

  1. Les aliments végans sont riches en nutriments dont votre corps a besoin

Grâce à un régime végan sain et équilibré, riche en aliments complets, y compris des fruits, légumes, légumes secs, céréales, noix et graines, et supplémenté en vitamine B12, vous pouvez obtenir tous les nutriments dont vous avez besoin. Plusieurs études ont rapporté que les personnes qui mangent végan ont tendance à consommer plus de fibres, d’antioxydants, de potassium, de magnésium, de folate et de vitamines A, C et E.

  1. Manger végan aide à réduire notre risque de souffrir du cancer et d’autres maladies

Une étude récente suggère que manger végan peut contribuer à réduire notre risque de maladie, car les aliments à base de plantes sont riches en composés phytochimiques – y compris les puissants antioxydants présents dans les fruits et légumes. Les chercheurs ont découvert que les végans avaient des concentrations plus élevées de caroténoïdes antioxydants, une proportion plus élevée d’acides gras oméga-3 totaux et des niveaux plus faibles d’acides gras saturés que les non végans, tous ces éléments étant liés à des bienfaits pour la santé.

  1. La nourriture végane peut améliorer votre humeur

Il est évident qu’un mode de vie compatissant qui évite de faire du mal aux animaux vous donnera une conscience plus claire, et les études montrent que les végans sont peut-être plus heureux que les consommateurs de viande. En fait, les végans et les végétariens ont obtenu de meilleurs résultats aux tests de dépression et aux profils d’humeur que ceux qui mangeaient du poisson et de la viande.

  1. Manger végan peut vous aider à atteindre un poids santé

Les aliments végans ont tendance à être plus faibles en calories que les aliments d’origine animale, ce qui facilite l’atteinte d’un poids sain sans se concentrer activement sur la réduction des calories. La plupart des aliments végans contiennent beaucoup moins de graisses saturées que les produits d’origine animale, et de nombreuses études ont montré que les végans ont tendance à avoir un indice de masse corporelle inférieur à celui des non végans.

  1. Ce régime peut aider à prévenir le diabète de type 2

La recherche a montré que les personnes qui mangent végan ont tendance à avoir un taux de glycémie plus bas que les personnes non véganes et peuvent réduire leur risque de développer le diabète de type 2 de jusqu’à 78 %. La consommation d’une grande quantité d’aliments sains à base de plantes peut également contribuer à atténuer les facteurs de risque associés au développement du diabète, comme l’obésité.

  1. Votre peau en bénéficiera peut-être aussi

Qui ne veut pas d’un teint éclatant ? Quand il s’agit de problèmes de peau, l’un des pires coupables est le lait – de nombreuses études ont montré que la consommation de produits laitiers exacerbe l’acné chez les hommes et les femmes. En plus de se débarrasser des produits laitiers, les végans mangent généralement plus de fruits et de légumes, ce qui signifie qu’ils obtiennent plus des bonnes choses nécessaires à une peau saine, comme des antioxydants et des vitamines.

  1. Manger végan peut réduire la douleur de l’arthrite

Des études ont démontré qu’une alimentation riche en aliments végans sains peut contribuer à réduire les symptômes de l’arthrite, car la consommation d’aliments d’origine animale est liée à une inflammation douloureuse des articulations. La consommation d’aliments probiotiques à base de plantes comme les légumes fermentés et les yaourts non laitiers avec des cultures vivantes peut stimuler les bonnes bactéries dans le gros intestin, ce qui aide également à stimuler l’absorption des nutriments et à réduire l’inflammation.

Devenez végan aussi pour les animaux et la planète

Les industries de la viande, de la pêche, des œufs et des produits laitiers sont un cauchemar pour les animaux, qui sont traités comme des amas de chair plutôt que comme des individus sensibles. Et ces industries sont aussi catastrophiques pour l’environnement.

Avec tant d’options délicieuses et saines à base de plantes disponibles, devenir végan est maintenant plus facile que jamais. Inscrivez-vous à notre programme végan de 30 jours pour obtenir plus de conseils de PETA sur la façon de manger végan. Parlez-en aussi à vos amis et persuadez-les de suivre votre exemple !

Vous pouvez également commander gratuitement notre « Guide du végan en herbe » rempli de conseils et d’astuces pour chaque étape de votre voyage :

L’article 7 avantages fantastiques d’un régime végan pour la santé est apparu en premier sur PETA France.

Grande nouvelle : la reine Elisabeth II tourne le dos à la fourrure !

PETA a été ravie d’apprendre que la reine d’Angleterre a pris la décision compatissante de tourner le dos à la fourrure.

La nouvelle a été annoncée par Angela Kelly, conseillère personnelle et habilleuse principale de Sa Majesté, dans une entrevue accordée au magazine Vogue :

« Si Sa Majesté doit assister à un engagement par temps particulièrement froid, à partir de 2019, une fausse fourrure sera utilisée pour s’assurer qu’elle reste au chaud. »

La décision de la reine s’inscrit dans la lignée des nombreux consommateurs, entreprises et gouvernements avant-gardistes qui reconnaissent que les tissus innovants en fausse fourrure sont meilleurs pour l’environnement et épargnent aux animaux une vie misérable et une mort sanglante et douloureuse.

Maintenant, la prochaine étape évidente est pour la Garde de la Reine d’arrêter de parader dans des casquettes faites de fourrure d’ours abattus au Canada, et de porter plutôt la luxueuse et éthique fausse peau d’ours que PETA Royaume-Uni a aidé à développer aux côtés du faux fourreur Ecopel et de la designer Stella McCartney.

Qu’est-ce qui ne va pas avec la fourrure ?

Chaque année, plus de 100 millions d’animaux sont tués pour leur fourrure. Dans les élevages producteurs de fourrure, les animaux sont confinés dans des cages métalliques exiguës, privés de la possibilité de faire tout ce qui est naturel et important pour eux, et sont tués de façon violente : ils sont électrocutés, gazés ou se font briser la nuque.

Jo-Anne McArthur

En plus d’être une torture pour les animaux, l’élevage d’animaux pour leur fourrure fait des ravages sur la planète en contribuant au changement climatique, à la dégradation des terres, à la pollution et à la contamination des eaux.

Les animaux sont également pris dans des pièges à mâchoires d’acier dans la nature et laissés à agoniser – parfois pendant des jours – avant de succomber à la déshydratation, à la famine, à la maladie ou aux attaques de prédateurs, ou d’être matraqués à mort par des trappeurs lorsqu’ils reviennent.

Signer la pétition pour l’interdiction de la production de fourrure en France

La décision de la reine reflète l’évolution des temps et des valeurs en Europe. Avec la quantité de textiles innovants disponibles aujourd’hui et qui n’impliquent pas la torture d’animaux, il est simple de passer à des matières sans cruauté.

Néanmoins, des élevages producteurs de fourrure subsistent en France, alors même que 84 % de la population française souhaite qu’ils soient interdits. Rejoignez notre appel au gouvernement pour une interdiction de la production de fourrure animale pour mettre fin à cette exploitation cruelle et archaïque en France :

L’article Grande nouvelle : la reine Elisabeth II tourne le dos à la fourrure ! est apparu en premier sur PETA France.

11 célébrités qui vous inspireront à devenir végan !

De vos acteurs et chanteurs préférés aux athlètes inspirants, ces vedettes compatissantes se sont jointes à des millions de personnes à travers le monde pour vivre végan. En bannissant la viande, les œufs et les produits laitiers de leur alimentation, ces célébrités sauvent les animaux, améliorent leur santé et protègent également l’environnement. Alors que 2019 a été annoncée comme étant « l’année du véganisme » selon The Economist, pourquoi ne pas les rejoindre ?

Joaquin Phoenix

Joaquin Phoenix, acteur primé et héros des animaux, est végan depuis l’âge de 3 ans et a récemment participé à une campagne de PETA pour souligner que tous les animaux méritent le respect, et encourager tout le monde à vivre végan et à aider à mettre fin au spécisme.

Lewis Hamilton

View this post on Instagram

Coconut❤

A post shared by Lewis Hamilton (@lewishamilton) on Oct 5, 2019 at 8:30am PDT

Athlète de l’année 2018 de PETA et cinq fois champion du monde de Formule 1, Lewis Hamilton est un gagnant sur piste et hors-piste. Il partage régulièrement des messages sur les droits des animaux et des photos de repas végans riches en protéines avec ses 12,8 millions de fans sur Instagram, où sa biographie officielle dit « Régime à base de 🌱. J’adore les animaux. »

Jessica Chastain

© Star Max

Jessica Chastain – la vedette de It Chapter Two, Molly’s Game, Interstellar et nombreux autres films à succès – est végane depuis plus de dix ans. C’est une mère végane connue pour préconiser l’adoption d’animaux dans les refuges et pour promouvoir des produits sans cruauté. Elle parle ouvertement de son mode de vie végan en interviews et avec d’autres célébrités.

Miley Cyrus

Miley Cyrus n’hésite pas à défendre les animaux. Elle a collaboré avec Converse pour lancer une ligne végane comprenant 25 pièces de baskets et vêtements, n’oubliant pas non plus les paillettes ! « Pas besoin de torture pour une mode fabuleuse », a déclaré la chanteuse et actrice.

Stomy Bugsy

Le rappeur et acteur français co-fondateur du groupe Ministère A.M.E.R. et membre du collectif Secteur A, affirme être végan depuis trois ans, un choix qui selon lui « est une bénédiction ». Dans une campagne pour PETA il invite tout le monde à « s’approprier le « Guide du végan en herbe » gratuit de PETA et de rester connecté à l’essentiel, à la vie, et d’arrêter de mettre la mort dans votre corps – c’est un temple, pas une tombe ».

Venus Williams

©starmaxinc.com

Si on vous a déjà demandé « Pouvez-vous obtenir assez de protéines en tant que végan ? », jetez un coup d’œil à cette championne de tennis en pleine forme. Après avoir reçu un diagnostic de maladie auto-immune, Venus Williams est passée à un régime végan, choisissant de se procurer ses protéines à partir de sources végétales et crues. Elle a déclaré que la force et l’endurance qu’elle a acquises en mangeant végan ont changé sa vie.

Benedict Cumberbatch

Photo by: XPX/STAR MAX/IPx 2016 4/2/16

Pendant sa tournée médiatique pour Avengers : Infinity War, l’acteur Benedict Cumberbatch, lauréat d’un Emmy Award, a fait l’éloge de son mode de vie végan à chaque fois qu’il en avait l’occasion. Quand Time Out London lui a demandé comment il s’était mis en forme pour ce rôle, il a simplement répondu : « Je me nourris d’un régime à base de plantes. » PETA États-Unis l’a également élu comme étant l’une des « plus belles célébrités véganes de 2018 » !

Nathalie Emmanuel

Nathalie Emmanuel, la star de Game of Thrones, est végane depuis plus de six ans et mène une vie très active, nourrie par une alimentation à base de plantes riche en nutriments. Elle s’est prononcée contre les tests sur les animaux, et elle partage de délicieuses idées de repas végans et des photos d’entraînement avec ses 5,6 millions de fans sur Instagram.

RZA

Le rappeur RZA du Wu-Tang Clan encourage ses fans à suivre ses traces et à devenir végans, car cela n’a pas de sens de mettre de la « chair morte » dans un « corps vivant ». Le musicien comprend que les choix qu’il fait dans sa propre vie peuvent contribuer ou aider à soulager la douleur et la souffrance des animaux. Dans une campagne pour PETA, il a rappelé que dans chaque corps, il y a une personne.

Ariana Grande

Profondément passionnée par les droits des animaux, la superstar de la pop Ariana Grande a déclaré : « J’aime les animaux plus que je n’aime la plupart des gens – je ne plaisante pas. Je crois fermement en un régime alimentaire complet à base de plantes et d’aliments entiers qui peut allonger la durée de votre vie et faire de vous une personne plus heureuse dans tous les domaines. »

Sia

© Star Max

Brillante comme un diamant, Sia est végane depuis 2014. Elle s’est associée à PETA États-Unis pour une campagne visant à mettre fin à l’abandon d’animaux et a même narré le documentaire végan Dominion, avec les acteurs Joaquin Phoenix et Rooney Mara.

Ce que vous pouvez faire

Il y a des tas de bonnes raisons de devenir végan – c’est pourquoi un nombre croissant de célébrités font la transition.

Les industries de la viande, de la pêche, des œufs et des produits laitiers sont un cauchemar pour les animaux, qui sont traités comme des amas de chair plutôt que comme des individus sensibles. Leur misère se poursuivra année après année – à moins que nous ne passions à l’action.

Si vous voulez vivre selon un mode de vie plus compatissant, pourquoi ne pas faire du Mois mondial végan le moment où vous cessez de manger des animaux ?

Engagez-vous à manger végan maintenant grâce à notre programme d’e-mails !

L’article 11 célébrités qui vous inspireront à devenir végan ! est apparu en premier sur PETA France.

Pour Halloween, des militants de PETA rappellent toute l’horreur de l’angora

A l’occasion d’Halloween des militants de PETA se sont rassemblés devant une boutique parisienne de la marque française American Vintage pour l’appeler une énième fois à cesser de vendre de l’angora, matière tâchée du sang de doux lapins.

L’on pouvait lire sur les pancartes les mots « American Vintage Horror » et « L’angora c’est l’angoisse », accompagnés d’images illustrant le traitement cruel des lapins.

L’angora est monstrueux

Halloween est l’occasion de rappeler que l’angora est monstrueux pour les lapins torturés pour leur pelage. L’angora est le pelage duveteux de lapins angoras, qui leur est le plus souvent arraché à pleine poignées. Comme les lapins produisent peu de pelage et que les poils longs rapportent plus, l’arrachage à vif est répandu dans cette industrie et constitue la méthode la plus courante pour obtenir de l’angora.

Même dans les élevages chinois prétendument « éthiques » visités par PETA Asie – et censés apporter des garanties en matière de bien-être animal à des entreprises comme American Vintage – les lapins passent leur vie dans des cages dégoûtantes, sans aménagement ni soins. Ils n’en sortent que pour des tontes violentes, durant lesquelles ils hurlent de terreur et de douleur, et finalement, l’abattage. Ces élevages représentent 90% de la production mondiale.

En France ce sont les mêmes pratiques : deux enquêtes de One Voice de 2016 et 2018 tournées dans des élevages producteurs d’angora en France ont révélé cette vérité dérangeante.

Mettons fin au cauchemar

Malgré avoir été contacté à plusieurs reprises par PETA et bombardé de messages de la part de plus de 250 000 sympathisants de PETA à travers le monde, l’entreprise française se borne à continuer de soutenir la torture qu’implique l’angora.

Ce cauchemar digne d’Halloween n’a pas lieu d’être dans le monde de la mode, quand tant de consommateurs cherchent à se vêtir de manière éthique. Dans le monde entier, des centaines de marques, dont des géants de la mode Calvin Klein, H&M, ASOS et Lacoste se sont engagées auprès de PETA ou ses affiliées. Il est plus que temps qu’American Vintage mette un terme à son sinistre soutien à cette industrie sanglante.

Agissez en appelant la marque à se défaire de cette matière cruelle :

L’article Pour Halloween, des militants de PETA rappellent toute l’horreur de l’angora est apparu en premier sur PETA France.

Paul McCartney s’attaque à l’expérimentation animale dans un nouveau vidéoclip

La légende des Beatles, Paul McCartney, vient de rendre publique une nouvelle vidéo animée pour PETA, sur sa chanson antivivisection de 1993 « Looking for Changes » (« En quête de changements »). Cette chanson a été offerte à la campagne de PETA demandant la fin des expériences cruelles sur les animaux.

« Je suis en quête de changements qui permettront d’alimenter les efforts visant à libérer les animaux des laboratoires », dit M. McCartney. « Les expériences sur les animaux sont contraires à l’éthique – ce sont des échecs colossaux et une perte de temps et d’argent. Nous pouvons et nous devons faire mieux. »

Les tests sur les animaux ne sont pas fiables – et sont cruels

Des études montrent que 90 % de la recherche fondamentale – dont la majeure partie inclue des expériences sur les animaux – n’aboutissent pas à des traitements pour les humains. Aux États-Unis, les représentants du gouvernement admettent également que 95 % de tous les nouveaux médicaments qui font l’objet d’essais sûrs et efficaces sur les animaux échouent dans les essais sur les humains, soit parce qu’ils ne fonctionnent tout simplement pas, soit parce qu’ils causent des effets indésirables.

Malgré cela, des millions d’animaux sont encore utilisés dans des expériences à travers le monde, dont environ 11,5 millions en Europe chaque année. Ils peuvent être empoisonnés ; privés de nourriture, d’eau ou de sommeil ; soumis à des attaques psychologiques ; rendus délibérément malades, paralysés ou mutilés par des opérations chirurgicales ; brûlés ; gazés ; gavés ; électrocutés ou tués.

Ce que vous pouvez faire

90 % des Français sont favorables à l’interdiction de l’expérimentation animale si des méthodes substitutives existent. Les animaux ont la même capacité que nous à ressentir la douleur et la peur – nous devons reconsidérer notre habitude de recourir à ces procédés archaïques et investir au maximum dans le financement et le développement des technologies éthiques et adaptées à l’étude des humains.

Les scientifiques de PETA travaillent dur pour mettre fin aux expériences cruelles au sein de l’Union européenne, et vous pouvez nous aider en signant notre lettre pour appeler la Commission européenne et le Parlement européen à observer un moratoire sur toutes les expériences menées sur les animaux et à les réévaluer systématiquement pour déterminer à nouveau leur pertinence.

Vous pouvez également faire un don aujourd’hui pour aider à mettre fin à l’expérimentation animale :

L’article Paul McCartney s’attaque à l’expérimentation animale dans un nouveau vidéoclip est apparu en premier sur PETA France.

Cinq recettes véganes et horriblement savoureuses pour Halloween

Ce moment de l’année tant attendu est arrivé : Halloween, ses déguisements, ses farces et… ses sucreries ! Pour réussir votre fête le 31 octobre proposez à vos amis un menu effrayant, mais sans participer à l’horreur de l’exploitation animale.

Les recettes de plats et desserts végans sont aujourd’hui très nombreux et facilement disponibles. Il est plus simple que jamais de se régaler sans participer à la cruelle exploitation des vaches

Le lait est le produit d’une souffrance épouvantable pour les vaches et les veaux qui ont le malheur de naître dans l’industrie laitière. Ils sont soumis à des mutilations – tel que lécornage – des insémination forcées et des séparations déchirantes, et ils finissent violemment égorgés à labattoir.

Dairy

Les poules exploitées pour leurs œufs connaissent une existence tout aussi sinistre. Souvent confinées dans de petites cages insalubres ou de grands hangars sombres et surpeuplés, elles sont ébecquées et manipulées pour pondre un très grand nombre d’œufs, ce qui engendre de graves problèmes de santé. Certaines meurent de blessures ou de maladies et les survivantes connaissent une mise à mort non moins atroce à l’abattoir. Dans cette industrie, tous les poussins mâles, inutiles à la production dœufs, sont gazés, étouffés à mort ou broyés vivants.

Célébrez la fête des morts sans souffrance

Après avoir creusé une citrouille pour en faire une lanterne au visage effrayant, pas de gaspillage : voici quelques recettes véganes sucrées mettant à l’honneur cette courge et autres cucurbitacées, reines de l’automne :

Gâteau cru d’Halloween

FullyRaw Kristina

Sablés citrouille

Marie Laforêt

Pumpkin Spice Latte

Laura Veganpower

Tarte à la citrouille, aux noisettes et à l’érable

Rachel Carr

Friands à la citrouille

Marie Laforêt

L’article Cinq recettes véganes et horriblement savoureuses pour Halloween est apparu en premier sur PETA France.

Victoire ! NARS arrête le poil de blaireau après une enquête choquante diffusée par PETA

L’entreprise de cosmétiques haute-gamme NARS Cosmetics ne vendra plus de pinceaux de maquillage fabriqués à partir de poils de blaireau, après avoir pris connaissance de l’enquête bouleversante tournée par PETA Asie dans l’industrie chinoise du poil de blaireau.

Procter & Gamble a été la première entreprise à s’engager à cesser de produire les articles en poils de blaireau après la diffusion de la vidéo de PETA Asie. Depuis, près de 90 autres marques lui ont emboîté le pas, notamment Morphe, The New York Shaving Company et la marque française Bleu Libellule.

Des animaux tués pour rien

L’enquête de PETA Asie a révélé que, pour fabriquer des pinceaux de maquillage, de peinture et de rasage, des blaireaux sont capturés à l’aide de pièges et d’autres méthodes cruelles, tandis que d’autres sont élevés et confinés dans de petites cages en treillis dans des élevages avant d’être violemment tués. Dans les exploitations chinoises productrices de poils de blaireau, de nombreux animaux présentent des comportements révélateurs d’un trouble psychologique grave, et dans un des élevages, il manquait une patte à l’un des blaireaux. Les employés frappaient les animaux à la tête pendant que ceux-ci pleuraient de terreur, avec tout ce qui leur tombait sous la main, y compris un pied de chaise, avant de leur trancher la gorge. L’un d’eux bougeait encore durant une minute entière après avoir été égorgé.

Les blaireaux sont des animaux extrêmement sociables qui, dans la nature, construisent des systèmes complexes de terriers souterrains, dont certains datent de plusieurs siècles et qui ont été habités par plusieurs générations du même clan. Ils sont fastidieux et disposent de chambres séparées pour dormir et accoucher, ainsi que de zones extérieures désignées pour s’y soulager.

De telles méthodes d’abattage sont inhumaines et indéfendables, car des pinceaux dotés de poils synthétiques de grande qualité sont commercialisés un peu partout, et de plus en plus de grandes entreprises répondent à la demande des consommateurs en faveur de produits éthiques et sans cruauté.

Ce que vous pouvez faire

Aucun pinceau à maquillage ne vaut la tourmente et la mise à mort violente d’un animal sauvage sensible. En interdisant la vente de pinceaux en poils de blaireau, NARS contribue à faire avancer l’industrie des cosmétiques dans une direction plus éthique et respectueuse des animaux.

Aidez à mettre fin aux souffrances inutiles des blaireaux en n’achetant que des pinceaux faits de poils synthétiques de haute qualité, qui sont sans cruauté et à bien des égards supérieurs à leurs homologues en poils d’animaux. Jetez un coup d’œil à EcoTools, The Body Shop et Kat Von D, qui offrent tous de telles alternatives :

Eco Tools

Ces pinceaux de maquillage tendance sont fabriqués à l’aide de matériaux durables et non-animaux tels que le bambou, qui est renouvelable, et sont commercialisés en ligne ainsi que dans les grandes enseignes.

The Body Shop

Les pinceaux de maquillage et pour le rasage de The Body Shop durent longtemps et sont faciles à nettoyer, et la marque propose également d’excellents kits de voyage.

Kat Von D

Ces pinceaux cosmétiques multi-usages sont particulièrement résistants et sont fabriqués à partir de fibres synthétiques de haute qualité.

Vous pouvez également aider les blaireaux en informant vos amis et votre famille :

L’article Victoire ! NARS arrête le poil de blaireau après une enquête choquante diffusée par PETA est apparu en premier sur PETA France.

Comment savoir si un refuge pour animaux est authentique ?

Quand vous entendez le mot « sanctuaire », qu’est-ce qui vous vient à l’esprit ? Un havre sûr, sécuritaire et confortable ? Pour les animaux, un sanctuaire est tout cela – ou du moins, il devrait l’être.

Il existe de véritables sanctuaires d’animaux réputés pour aider les animaux. Cependant, de nombreuses installations qui prétendent être des sanctuaires – comme les zoos délabrés, certains parcs fauniques, les centres de reproduction et d’autres « attractions » avec animaux – sont en fait des prisons qui exploitent dans le but de faire de l’argent. Leur but est de tirer profit des visiteurs (dont la plupart sont des gens bien intentionnés qui veulent aider les animaux), et ils soumettent les animaux à des conditions épouvantables.

© Jo-Anne McArthur / We Animals

Nous avons rassemblé quelques conseils pour déterminer si un établissement qui prétend être un sanctuaire est authentique ou non :

  1. Renseignez-vous pour savoir si l’établissement est accrédité

Les entreprises qui exploitent des animaux décrivent généralement leurs installations comme étant « éthiques » dans leur matériel publicitaire et promotionnel. Une façon d’éviter de tomber dans le piège de telles allégations trompeuses est de vérifier si l’établissement est accrédité par la Fédération mondiale des refuges pour animaux (GFAS). Cette organisation exige des sanctuaires membres qu’ils observent un code d’éthique strict et respectent les normes de bien-être animal. Ils n’élèvent ni ne vendent jamais d’animaux, et ils permettent aux animaux exotiques sauvés de vivre le reste de leur vie dans des habitats paisibles, spacieux et naturels avec des membres de leur propre espèce.

  1. Vérifiez les heures de visite

Les véritables sanctuaires sont susceptibles d’avoir des heures de visites publiques limitées afin d’éviter tout impact négatif sur les animaux. Généralement, ils ne sont ouverts que certains jours et à certaines heures, et vous devrez peut-être réserver votre visite à l’avance. Vérifiez les heures de visite sur le site Web de l’établissement ou téléphonez pour savoir ce qu’il en est, et si les visites ne sont pas strictement limitées, évitez-les.

  1. Examinez les réseaux sociaux de l’organisation

La vérification des comptes sur les réseaux sociaux est un excellent moyen de se renseigner sur les pratiques des organismes avant de planifier une visite. Regardez les images qu’ils affichent pour vous assurer qu’ils ne forcent pas les animaux à exécuter certaines choses, qu’ils ne les enchaînent pas ou qu’ils ne promeuvent pas d’autres formes de cruauté, comme permettre aux visiteurs de toucher les animaux, de prendre des selfies avec eux ou de les monter. Si un établissement n’a pas de présence dans les réseaux sociaux, recherchez simplement son nom et son emplacement pour voir si les visiteurs y ont affiché des photos qu’ils auraient prises là-bas.

  1. Vérifiez comment les animaux sont hébergés

Les sanctuaires dignes de confiance s’efforcent de reproduire l’habitat naturel d’un animal. Les enclos exigus aux sols de béton et des clôtures grillagées sont des drapeaux rouges. Les animaux devraient partager leur espace avec des partenaires appropriés qui peuvent leur fournir de la compagnie et une stimulation émotionnelle. Évaluez s’ils ont suffisamment d’espace pour adopter des comportements naturels pour leur espèce, comme la course, la natation ou l’escalade. Les enclos devraient également être propres et tous les animaux devraient pouvoir avoir accès à de l’eau potable propre et fraîche tout au long de la journée.

  1. Évitez les installations qui permettent aux visiteurs de toucher les animaux

Un sanctuaire devrait être un lieu sûr où les animaux peuvent jouir d’une vie aussi proche que possible de la nature, et non un endroit où les humains peuvent les toucher, les câliner ou avoir un contact extrêmement étroit avec eux. Aucun sanctuaire animalier digne de confiance ne permet une interaction directe entre les visiteurs et les animaux, et cela inclut la pose pour les photos. De telles interactions sont perturbatrices et effrayantes pour les animaux – et mettent en danger à la fois les animaux et les visiteurs.

Par exemple, dans certains simulacres de sanctuaires, on réveille à maintes reprises ou on maintient éveillés des jeunes fauves pour qu’ils puissent servir d’accessoires dans les photos des touristes, même si, dans leur environnement naturel, ils dorment environ 20 heures par jour. De nombreux faux sanctuaires d’éléphants permettent aux visiteurs de monter à dos d’éléphant et de les baigner, en plus de les forcer à « peindre » ou à se produire en spectacle.

View this post on Instagram

📣 Public Service Announcement 🐯 Change in height requirement with immediate effect! Please be advised that due to our cubs growing bigger a stronger, a height requirement of 120cm is now effective for our “Smallest” Animal Encounters. Please note that there is no minimum age requirement as long as the participant is over 120cm tall, children under 16 must be accompanied by an adult. 🙏 Connect with us! 💻Website: www.tigerkingdom.com 👍Facebook: TigerKingdomPhuket 📷 Instagram: TigerKingdom_Phuket 🐦Twitter: @TigerKingdom_TH 🎥YouTube: Tiger Kingdom Thailand 📸 Credit: Gym #TigerKingdom #Caturday #TigerTuesday #CatLovers #Tiger #ThingsToDoInPhuket #Phuket #Thailand #Holiday #Cats #ThingsToDoInThailand #BigCats #CuteCats #AnimalPictures #CuteAnimals #BabyAnimals #TigerCubs #Tigers #Cute #OnceInALifeTime #BucketList #Thrill #Adrenaline #AnimalEncounter ​

A post shared by TigerkingdomPhuket (@tigerkingdom_phuket) on Jul 9, 2019 at 4:21am PDT

  1. Renseignez-vous sur le type de stimulation fournie

Les animaux devraient se voir offrir de multiples possibilités de stimulation physique, comme de larges structures où les chimpanzés peuvent grimper, des étangs ou des bassins où les ours peuvent se baigner et s’éclabousser, et de grands champs pour le pâturage. L’objectif de la stimulation est d’assurer le confort des animaux et non de créer une scène attrayante pour les visiteurs, comme c’est le cas pour la plupart des installations à but lucratif.

En plus de la stimulation physique, les besoins émotionnels des animaux devraient être une priorité absolue. Les animaux devraient être placés avec des compagnons compatibles de la même espèce, car cela leur permet d’utiliser leurs capacités sociales naturelles pour former des relations, des troupeaux et des meutes. Dans beaucoup de véritables sanctuaires, les résidents animaliers agissent comme des compagnons « réhabilitateurs » qui enseignent aux nouveaux arrivants qui ont été maltraités comment reprendre contact avec leur instinct et s’adapter à leur nouvel environnement.

  1. Ne tombez pas dans le piège des revendications de conservation

De nombreuses compagnies prétendent soutenir la conservation des espèces afin d’attirer les clients. La meilleure façon d’éviter de tomber dans ce piège est de faire confiance à votre intuition et de penser logiquement : un véritable sanctuaire qui a l’intention de relâcher des animaux dans la nature leur permettrait-il d’entrer en contact étroit avec les humains ?

Tout établissement qui élève des animaux ou les achète à des éleveurs n’est pas un sanctuaire. Sous le couvert de la « conservation », certains établissements font des croisements consanguins entre tigres du Bengale afin de faire naître des tigres blancs – qui souffrent de multiples problèmes de santé graves – alors qu’en réalité, ils font cela parce que les tigres blancs rapportent le plus d’argent aux pseudo-sanctuaires et autres exposants d’animaux. Mais les véritables sanctuaires savent que la reproduction ou l’achat d’animaux pourrait épuiser leurs ressources déjà limitées, qui devraient être consacrées au sauvetage et à la protection des animaux dans le besoin.

  1. Méfiez-vous des projets de bénévolat

C’est une chose formidable que beaucoup de gens veulent aider les animaux directement en faisant du bénévolat à l’étranger ou dans un sanctuaire local, et de nombreux sanctuaires offrent des programmes de bénévolat qui profitent grandement aux animaux concernés. Mais participer à des projets de bénévolat menés par de faux sanctuaires ne fait que mettre plus d’argent dans les poches des exploiteurs d’animaux.

Manipuler des animaux malades, blessés ou psychologiquement perturbés par leur situation antérieure et/ou leur déménagement au sanctuaire nécessite une expérience professionnelle approfondie et des compétences très spécifiques que la plupart des bénévoles ne possèdent pas. Les chefs de programme responsables recrutent des bénévoles ayant des compétences moins spécifiques pour des projets tels que l’amélioration de l’habitat ou la collecte de données, qui profitent aux animaux sans nécessiter de contacts humains inutiles.

  1. Examinez comment les animaux sont acquis

D’innombrables animaux sont abandonnés par des individus qui ne peuvent pas leur fournir les soins adéquats – ainsi que par les cirques, les zoos délabrés, les laboratoires et d’autres industries d’exploitation. Les sanctuaires fournissent aux animaux un foyer permanent jusqu’au jour de leur mort. Ils n’échangent, n’empruntent ni ne prêtent pas d’animaux. Parce qu’ils ont des fonds limités, la plupart essaient de ne jamais récompenser une personne maltraitant les animaux en achetant un animal et ne le feront que dans les circonstances les plus désespérées, à condition que le propriétaire garantisse qu’il n’achètera plus jamais un animal de cette espèce. Les animaux qui habitent dans un sanctuaire ont probablement connu des débuts difficiles, et le personnel sera désireux de vous raconter leurs histoires afin que vous puissiez en apprendre davantage sur les diverses industries qui sont nuisibles pour les animaux.

Les autres choses que vous pouvez faire

  • Si vous voulez en savoir plus sur les animaux sauvages, regardez un documentaire sur la nature qui montre comment ils se comportent dans leur habitat naturel. Ou regardez autour de vous ! Devenez un expert de la faune de votre région, qu’il s’agisse de hérissons dans votre jardin ou d’oiseaux volant au-dessus de votre tête.
  • Partagez ces conseils sur les réseaux sociaux pour faire savoir à vos amis et à votre famille comment distinguer un véritable sanctuaire animal d’un faux :

L’article Comment savoir si un refuge pour animaux est authentique ? est apparu en premier sur PETA France.

Des lapins découpés vivants pour des pattes « porte-bonheur »

Vous êtes-vous déjà demandé d’où viennent ces porte-clés en forme de patte de lapin « porte-bonheur » ? Des images de PETA Asie révèlent que dans des élevages de fourrures en Chine, des travailleurs coupent les pattes de lapins alors que les animaux sont encore vivants et les frappent à la tête avant de leur trancher la gorge et de leur arracher la fourrure.

La Chine est actuellement le plus grand producteur et consommateur d’articles en fourrure, et elle n’a pas de lois sur la protection des animaux. Les enquêtes menées par des témoins oculaires pour les affiliées de PETA ont montré à maintes reprises que les éleveurs d’animaux à fourrure confinent leurs animaux dans des cages grillagées sales – souvent sans avoir accès à une nourriture adéquate et à de l’eau propre – et qu’ils utilisent les méthodes de mise à mort les moins coûteuses disponibles, notamment la suffocation, les électrocutions anales et vaginales, le gazage, les empoisonnements et même le dépècement des animaux vivants. Si des animaux meurent dans les cages, leurs compagnons affamés peuvent manger leurs corps pour rester en vie.

Les animaux dans les élevages à fourrure sont privés de tout ce qui est naturel et important pour eux – comme la possibilité de creuser, de nager ou d’escalader – parce qu’ils sont obligés de passer toute leur vie dans des cages étroites et vides. Certains se mutilent, se mordillant les membres ou la queue à cause du tourment psychologique et physique constant qu’ils endurent dans un confinement si intensif.

Que la fourrure vienne de Chine ou d’ailleurs dans le monde, elle implique une cruauté extrême envers les animaux. Il n’y a tout simplement aucune excuse pour soutenir cette industrie vicieuse.

L’article Des lapins découpés vivants pour des pattes « porte-bonheur » est apparu en premier sur PETA France.