Tous les articles par Isabelle Goetz

D’où viennent les plumes exhibées sur les tapis rouges ?

Les plumes n’ont rien de glamour. Avec la parade des plus belles tenues défilant à Cannes sur la Croisette et sur le tapis rouge, les plumes apparaissent sous les projecteurs. Mais si vous y regardez de plus près, vous apprendrez que derrière les plumes utilisées dans la mode, se trouve une réalité est abjecte.

Avant d’orner les robes et les accessoires, les plumes appartiennent à des animaux vivants et sensibles. Ces plumes, les arrache de leurs corps, qu’on laisse ensanglantés, abîmés et détruits.

Plumes

Puisque les plumes provenant des poules, des dindes et d’autres animaux tués pour l’industrie de la viande sont abondantes et bon marché, elles sont souvent teintes ou transformées pour être vendues dans le commerce.

Duvet

Le duvet est une couche douce de plumes plus proches de la peau des oiseaux, situées principalement sur leur poitrine. Ces plumes sont très convoitées par les fabricants de vêtements et de couette en duvet parce que ces plumes-là n’ont pas de bout piquant.
Arracher aux oies et aux canards leurs plumes leur cause stress et douleur. Les oiseaux qui se débattent sont cloués pour rester en place et se font plumer avec tant de force que leur peau se déchire souvent, laissant des blessures ouvertes et ensanglantées. Les travailleurs pressés, qu’on appelle aussi les « déchireurs », recousent les entailles avec du fil et une aiguille sans aucun anesthésiant. Certains animaux terrorisés meurent de ce supplice.

Autruches

Une enquête tournée dans l’un des plus grands abattoirs d’autruches au monde a révélé des travailleurs tenant de force et étourdissant de jeunes autruches avant de les égorger. Quelques instants plus tard, les plumes sont arrachées aux corps encore chauds des oiseaux avant qu’ils ne soient dépecés et démembrés. Parfois, les plumes sont arrachées aux autruches alors qu’elles sont encore pleinement conscientes.

Faites le choix de vous passer de plumes

Avec toutes les matières high-tech et véganes disponibles aujourd’hui, il n’y a aucune raison de maltraiter et de tuer des animaux pour la mode. La seule manière de s’assurer qu’aucun oiseau n’a souffert pour vos vêtements ou accessoires est de ne choisir que des matières sans cruauté – il suffit de regarder l’étiquette quand vous faites du shopping. Besoin d’aide pour trouver des habits sans animaux ? Venez voir par ici.

L’article D’où viennent les plumes exhibées sur les tapis rouges ? est apparu en premier sur PETA France.

12 idées de cadeaux végans pour la fête des Mères

La fête des Mères est l’occasion idéale d’exprimer tout l’amour et la reconnaissance que nous avons pour notre maman ou pour une personne qui occupe ce rôle dans notre vie. Malheureusement, dans les industries qui exploitent les animaux, les mères sont enfermées dans des cages, mutilées et maltraitées. Elles se font enlever leurs petits et sont tuées de manière terrifiante. Ainsi en cette fête spéciale, pensons à toutes les mères et choisissons des cadeaux respectueux des animaux pour faire plaisir à notre maman sans faire de mal à celle de quelqu’un d’autre. Voici quelques idées de cadeaux végans pour combler votre maman :

1. Un beau sac en cuir végan made in France

Au pays de la mode, une panoplie de marques lance des collections de magnifique maroquinerie végane créée à partir de matières éthiques et écologiques. On peut citer Jean Louis Mahé, Magnethik et Camille, parmi bien d’autres. Ashoka Paris a notamment conçu un joli sac en cuir de pomme, gagnant de notre Prix de la mode végane 2018.

2. Un livre sur la cause animale

Pour une maman bibliophile et qui souhaite en apprendre plus sur la cause animale, choisissez parmi notre sélection des meilleurs livres sur les droits des animaux, l’antispécisme, le militantisme, le mode de vie végan, etc. Si c’est surtout le dernier thème qui l’intéresse, il existe quantités de livres de cuisine végane pour des recettes délicieuses et sans cruauté.

3. Un repas gourmet fait maison

Encore mieux qu’un livre de cuisine : une démonstration de votre talent culinaire. Inspirez-vous de nos conseils et astuces pour cuisiner un beau repas sans cruauté ou choisissez parmi ces recettes simples et goûteuses. Si vous êtes plutôt du genre catastrophique en cuisine (pas de honte à avoir, vous n’êtes pas seul/e), emmenez votre maman au restaurant. Aujourd’hui, il est de plus en plus facile de manger végan à l’extérieur.

4. Une boîte de chocolats sans lait de vache

Pour obtenir le lait d’une vache (ou de tout autre animal), des femelles sont inséminées de force et à répétition puis se font enlever chacun de leurs bébés juste après la naissance, pour que le lait leur étant destiné soit vendu aux humains qui en consomment. Optez pour des chocolats ou autres friandises au lait végétal pour ne pas soutenir la souffrance de ces mères-là, qui tissent des liens affectifs aussi forts que nos mamans le font avec nous. Nous avons un gros crush pour le chocolatier Vegan ARA Chocolats et les truffes végétales de Dardenne 🙂

5. Des cosmétiques cruelty-free

Cette année, remplacez le traditionnel bouquet de fleur par un bouquet de produits de bain, non testés sur les animaux et sans composants issus de leur exploitation. La marque Lush propose un coffret spécial fête des Mères, entièrement végan et rempli de crèmes, gels douche, exfoliants parfumés et bombes de bains. Vous pourriez également lui offrir un délicieux parfum cruelty-free, comme cette eau de toilette à l’arôme floral et sucré, signé The Body Shop.

6. Une jolie paire de chaussures

Pour les mamans actives, optez pour une paire de baskets chics, durables et fabriquées de manière éthique et sans cuir animal. Entre Veja (qui chausse les stars), Studio Céleste (collection de chaussures éthiques des Galleries Lafayette) ou encore la jeune marque bordelaise Minuit sur Terre, vous avez l’embarras du choix pour gâter votre génitrice tout en sauvant la peau des animaux.

7. Un t-shirt prônant un message de compassion

Pour bien afficher sa compassion, quoi de mieux qu’un joli t-shirt, un sweat ou un tote-bag affichant un joli message. Tournez-vous vers le catalogue en ligne de PETA États-Unis ; vous y trouverez toute une panoplie d’articles engagés. Plus près de chez nous, une autre option est la marque bretonne BYNATH, qui propose même un t-shirt parfait pour l’occasion, le t-shirt « Kind Mama », dont une partie des bénéfices est reversée à un refuge pour des animaux rescapés de l’élevage.

8. Un manteau en laine végane

Dans l’industrie de la laine, des brebis assistent parfois à la mutilation terrifiante et pleine d’agonie de leurs jeunes agneaux, sans pouvoir les protéger. Elles sont à leur tour souvent violemment manipulées et blessées durant la tonte. Evitez de soutenir cette maltraitance (et celle dont proviennent également le cachemire, le mohair et l’angora) en n’achetant que des vêtements en fibres qui ne proviennent pas de l’exploitation animale.
La marque parisienne Magnethik propose par exemple de magnifiques manteaux aussi doux au toucher qu’ils le sont envers les animaux.

9. Visite gastronomique de Paris, Lyon ou Bordeaux

Pour une maman qui a le goût de l’aventure, Vegan Food Tours propose divers tours culinaires de Paris, de Lyon et de Bordeaux. Enfilez vos baskets véganes et préparez votre estomac ! Au programme : balade à pied avec guide, anecdotes historiques et dégustations végétales. Vous pouvez même organiser votre propre vagabondage végan à Paris, Lille, Strasbourg ou Bordeaux.

10. Un abonnement à une box végane

Les plus gourmandes apprécieront aussi de recevoir (une fois ou mensuellement) une box végane remplie de délices en tout genre. The Green Family propose une sélection de boissons et d’aliments sucrés et salés, et 100 % végane, ainsi qu’une box beauté cruelty-free pour celles qui préfèrent se bichonner.

11. Bougie parfumée sans cire d’abeille

Pour rester simple, ou pour compléter un plus gros cadeau, une belle bougie est toujours un bon choix, mais attention à choisir des produits respectueux de la nature et sans dérivés issus d’animaux. De nombreuses bougies véganes et écologiques sont disponibles : jetez un coup d’œil aux bougies fleuries et coffrets cadeau d’Organic Cocoon, aux bougies personnalisées « spéciales fête des Mères de l’aRt Osé, aux double-mèches à deux parfums de La Bougie Herbivore ou pour les plus créatifs : emmenez votre maman à un atelier de création de bougie végane pour un produit fini décorée de sa main et aux huiles essentielles de son choix.

12. Parrainez un animal dans un refuge

Votre maman aime les animaux ? Vous pourriez choisir de parrainer une maman animale dans un refuge en son nom. Vous feriez ainsi le bonheur de deux mères en un cadeau. Votre soutien permettrait d’assurer les soins d’une mère vache rescapée de l’industrie laitière, d’une douce brebis, d’une poule, d’une truie ou de tout autre animal sauvé de la vie de torture et de la fin sordide que les industries. Certains refuges font parvenir un certificat de parrainage ou « d’adoption », ainsi que des informations de suivi sur l’animal parrainé.

N’hésitez pas à aller faire un tour sur Vegan Place, le tout premier market place 100% végan et approuvé par PETA : vous y trouverez forcément votre bonheur !

Pour que cette fête des Mères soit vraiment digne d’être fêtée pour toutes les mères, pourquoi ne pas encourager votre mère à adopter un mode de vie respectueux des animaux si ce n’est pas déjà le cas ? Commandez-lui un exemplaire gratuit de notre « Guide du végan en herbe » pour l’aider à entreprendre son voyage végétalien et lui montrer à quel point il est facile d’adopter un mode de vie plein de compassion :

L’article 12 idées de cadeaux végans pour la fête des Mères est apparu en premier sur PETA France.

Les meilleurs livres pour en apprendre plus sur la cause animale

Le mouvement végan, qui vise à mettre fin aux souffrances des animaux exploités pour nos intérêts, a le vent en poupe. À mesure que nous en apprenons plus sur ces êtres – qui ne sont en réalité pas si différent de nous en ce qui concerne leurs capacités à ressentir la joie, l’amour, la douleur et la peur, à tisser des liens affectifs et le fait qu’ils veulent vivre – ainsi que les atrocités qu’ils subissent dans les élevages, abattoirs, laboratoires, zoos, cirques, zoos et parc marins, nous pouvons agir pour les protéger. « Knowledge is power », informons-nous donc afin de mieux défendre les êtres vulnérables qui ont besoin de nous.

Voici quelques-uns des principaux titres sur la cause animale (il en existe bien d’autres) à lire pour toute personne souhaitant s’informer, agir en connaissance de cause, ou simplement comprendre les concepts fondamentaux qui sous-tendent le mouvement animaliste et antispéciste :

La libération animale, de Peter Singer

Ce livre est un incontournable de la philosophie et de l’éthique, écrit par Peter Singer, philosophe australien et professeur de bioéthique à l’université de Princeton. Paru en 1975, il est souvent considéré comme l’œuvre pionnière de la cause animale.
Son argumentation s’appuie sur des exemples concrets et des positions morales sur lesquelles nous sommes en général tous d’accord.

Plaidoyer pour les animaux, de Matthieu Ricard

Un magnifique essai qui mêle anecdotes personnelles, histoire, théologie et exemples contemporains, ce traité du moine bouddhiste, biologiste et penseur Matthieu Ricard est une des œuvres les plus complètes, réfléchies et saisissante écrite sur la cause animale. À lire absolument !

Introduction au carnisme, de Melanie Joy

Utile pour comprendre les mécanismes psychologiques sous-tendant le carnisme (terme mis en avant par l’auteur pour décrire l’idéologie justifiant la consommation de viande et d’autres produits d’origine animale), ce livre simple et court contient également des témoignages poignants d’employés d’élevages et d’abattoirs.

No Steak et Antispéciste, d’Aymeric Caron

La plupart des livres sur la cause animale ayant pour référence les États-Unis et d’autre pays, les livres d’Aymeric Caron permettent de donner une vision plus locale de la problématique et de comprendre où en sont les droits des animaux en France et savoir comment agir.

Faut-il manger les animaux ? de Jonathan Safran Foer

Ce livre repose sur une question simple, celle que se pose de plus en plus de personnes aujourd’hui. Poussé par une réflexion engagée par la naissance de son fils, le récit suit le parcours éducatif, intellectuel et émotionnel de l’auteur tout en s’appuyant sur des statistiques et faits indéniables sur la réalité de l’exploitation animale. En retraçant des passages clés de son enfance, et en détaillant ses visites d’abattoirs et ses rencontres avec des acteurs de la filière, l’auteur peint un portrait des plus francs de l’élevage d’animaux pour la consommation, le tout associé d’illustrations et graphiques pour représenter les chiffres avancés.

Zoopolis de Sue Donaldson et Will Kymlicka

Examinant notre rapport aux animaux, cet ouvrage théorique se focalise principalement sur les devoirs de notre société envers ces êtres intelligents et sensibles, et les moyens de leur apporter une reconnaissance morale et politique.

Désobéir pour les animaux, par Les Désobéissants

Pour devenir actif et militer pour les droits des animaux, ce livre de poche donne de nombreux conseils et actions à entreprendre, surtout dans notre vie de tous les jours, pour faire changer les choses à notre niveau.

Un éternel Treblinka de Charles Patterson

L’historien Charles Patterson s’intéresse au douloureux rapport entre l’exploitation et le meurtre de masse d’animaux et de certains humains par d’autres, et soutient la thèse selon laquelle l’oppression des animaux sert de modèle à toute forme d’oppression, en s’appuyant sur des exemples et analyses historiques. S’inspirant du prix Nobel de littérature Isaac Bashevis Singer (dont une des citations célèbres sert de titre à l’œuvre), il fait le parallèle entre la Shoah et ce que subissent aujourd’hui encore les animaux élevés pour finir dans nos assiettes.

Voir son steak comme un animal mort, de Martin Gibert

Cet ouvrage se base, à l’instar de celui de Melanie Joy, sur une approche relative à la psychologie sociale pour tenter de comprendre pourquoi nous mangeons des animaux et de déchiffrer les normes sociétales qui sont attachées à cette pratique.

L’éthique animale, de Jean-Baptiste Jeangène Vilmer

Cette étude du statut moral des animaux questionne notre responsabilité vis-à-vis des autres espèces, notamment nos droits et devoirs envers eux.

Vache à lait : Dix mythes de l’industrie laitière, d’Elise Desaulniers

Se penchant sur le lobby des produits laitiers, cette œuvre québécoise dévoile et dénonce les dessous d’une industrie peu reluisante, et les méthodes par lesquelles celle-ci cherche à se donner bonne image, notamment par le biais de campagnes médiatiques et publicitaires induisant les consommateurs en erreur.

Introduction aux droits des animaux / Petit traité du véganisme, de Gary Francione

Connu en tant que pionnier en matière d’abolitionnisme, l’auteur décrit dans ces deux courts ouvrages cette perspective (qui vise à mettre fin à toute exploitation animale).

Profession : Animal de laboratoire, d’Audrey Jougla

Cette enquête dévoile l’envers du décor des laboratoires français qui procèdent à des tests sur les animaux cruels et souvent gardés sous silence.

We Animals de Jo-Anne McArthur

Une image vaut mille mots. Cet adage est tout particulièrement vrai concernant ce livre bouleversant, rempli d’images d’animaux subissant des maltraitances dans diverses industries, de la production de fourrure à la consommation.

 

L’enquête Campbell du Dr T. Colin Campbell

Dans cette enquête au retentissement mondial, le Dr Campbell démontre le lien qui existe entre ce que nous mangeons et notre santé. Il s’appuie sur l’ensemble de sa recherche scientifique, ainsi que sur la China Study, une étude comparative des taux de mortalité de douze types de cancer en Chine et aux États-Unis sur une période de vingt ans. Ses révélations sur les conséquences de l’assimilation des protéines animales par l’organisme sont stupéfiantes.

Comment ne pas mourir, du Dr Michael Greger

Encore un pour celles et ceux qui s’intéressent à une alimentation végane du point de vue de la santé. Dr Michael Greger est un médecin internationalement reconnu pour ses travaux dans le domaine de l’alimentation. Il gère le très populaire site internet NutritionFacts.org, qui fournit gratuitement vidéos et articles sur les dernières avancées dans le domaine de la nutrition.

Free the animals / The PETA practical guide to animal rights d’Ingrid Newkirk (disponibles en anglais uniquement)

Super engagé, de Dan Mathews

Dan Mathews, vice-président de PETA États-Unis, décrit les tactiques utilisées par PETA et ses affiliées pour faire avancer la cause animale partout dans le monde tout en retraçant son propre parcours militant : de ses débuts avec l’association, aux campagnes avec des célébrités hollywoodiennes en passant par des manifestations contre la chaîne de fast-food KFC à Paris, en compagnie de Chrissie Hynde.

Commandez gratuitement notre Guide du végan en herbe :

Nous avons oublié l’un de vos ouvrages favoris ? Dites-le nous.

L’article Les meilleurs livres pour en apprendre plus sur la cause animale est apparu en premier sur PETA France.

Au lieu d’exploiter des animaux, ce cirque utilise… des hologrammes

En Allemagne, le cirque Roncalli a remplacé les animaux dans ses spectacles par des hologrammes. À la pointe de l’originalité et de la compassion, le cirque fait depuis peu évoluer de magnifiques figures d’éléphants, de chevaux, ou encore de poissons, pour le plus grand bonheur de son public, puisqu’aucun animal n’a eu à souffrir.
Aujourd’hui, la plupart des gens s’opposent à l’exploitation des animaux dans les cirques. Près de 30 pays en Europe ont d’ailleurs interdit l’installation de cirques utilisant des animaux sauvages et en France 67 % des Françaises et des Français sont pour l’interdiction des cirques avec animaux sauvages et selon 20 Minutes, les lecteurs du quotidien se sont prononcés à 91 % en faveur d’une réglementation en ce sens.

Une activité cruelle

Il est indéniable que les animaux sauvages souffrent en captivité. La Fédération des vétérinaires d’Europe estime d’ailleurs que : « Les besoins des mammifères sauvages ne peuvent être satisfaits dans un cirque itinérant, en particulier quant aux conditions de vie et à la possibilité d’exprimer des comportements normaux »

Ces « artistes » qui ne sont pas volontaires subissent des méthodes de dressage violentes : certains sont battus, fouettés, électrocutés ou privés de nourriture pour les forcer à apprendre des tours. La frustration et le stress liés à ces conditions de vie insupportables font qu’ils développent souvent des comportements névrotiques anormaux et répétitifs.

Sam Haddock

Les cirques s’adaptent aux mœurs actuelles

En 2018, le cirque Roncalli a décidé de ne plus mettre en scène de chevaux ; il n’utilisait déjà plus d’animaux sauvages depuis les années 90. Markus Strobl, le responsable de la communication du cirque a déclaré : « Nous avons décidé de ne plus avoir d’animaux pour leur propre bien-être […] De toutes façons, la plupart des numéros du show sont déjà faits aujourd’hui par des artistes et des clowns. Le cirque Roncalli se concentre sur des numéros poétiques et acrobatiques »

Le directeur de cirque Bernhard Paul a déclaré dans le journal BILD : « Les temps et les goûts du public ont complètement changé ces dernières années. » Le Cirque Roncalli propose même des plats végans avant et pendant le spectacle, montrant non seulement que l’avenir des spectacles à succès repose sur l’absence d’exploitation animale, dans l’arène mais aussi au niveau alimentaire.

En France, André-Joseph Bouglione s’est lui aussi détourné de l’exploitation d’animaux captifs, pour créer à la place son éco-cirque. Il évoque sa prise de conscience de la situation de souffrance des animaux captifs dans les cirques et les nouvelles attentes du public dans une vidéo pour PETA :

André-Joseph Bouglione a choisi de ne pas suivre les cirques animaliers dans leur déclin et a eu le courage de remettre en cause la pratique cruelle de l’exploitation des animaux. Dans son nouveau cirque, tous les artistes sont volontaires. Chaque innovation de ce genre permet d’adapter la tradition circassienne à l’air du temps et de faire cesser les souffrances des animaux forcés de se montrer en spectacle.

Il est grand temps d’agir

Demandez une interdiction nationale des cirques exploitant des animaux sauvages pour aider à mettre fin à leurs souffrances :

 

 

L’article Au lieu d’exploiter des animaux, ce cirque utilise… des hologrammes est apparu en premier sur PETA France.

Une nouvelle vidéo lève le voile sur la cruauté infligée aux lapins en Italie

Emprisonnés dans des cages grillagées surpeuplées dans un hangar sale et morne, les lapins que l’on voit dans la vidéo ci-dessous subissent les mêmes conditions de vie misérables que des millions d’autres à travers l’UE. Ils n’ont pas d’autre choix que de se tenir debout ou s’étendre sur le sol nu et grillagé – ce qui peut leur infliger des douleurs et un inconfort aigus – et les cages sont si petites qu’ils peuvent à peine faire quelques bonds dans n’importe quelle direction ou même se tenir droit debout. C’est ainsi qu’’ils vont passer leur vie entière.

Cette vidéo montre ce qu’a permis de découvrir une nouvelle enquête en caméra cachée menée par Compassion in World Farming dans des élevages de lapins en Italie. Les conditions de détention qui y sont montrées sont celles des pratiques standards des élevages de lapins dans toute l’UE, où presque tous les lapins des élevages commerciaux sont confinés dans des cages si surpeuplées que l’’espace disponible pour chaque animal est plus réduite que celui d’’une feuille A4.

Une vie derrière des barreaux, sans accès à la lumière du jour ni à l’air frais et sans aucune chance de se déplacer librement n’est pas une vie. Cette souffrance révoltante doit prendre fin.

© Compassion in World Farming

#EndTheCageAge

L’enfermement dans des cages inflige de la souffrance à un nombre immense d’animaux, comme les cailles, les cochons, les poulets et les lapins. Mais une imposante coalition d’associations s’est formée pour pousser le gouvernement de l’UE à mettre fin à l’’ère des cages.

L’initiative citoyenne européenne #EndTheCageAge (ICE) permet aux citoyens de l’UE de se rassembler pour débarrasser l’Europe de ces cages et porter un coup dévastateur aux industries exploitant les animaux. PETA et plus de 140 autres organisations ont déjà mobilisé plus de 650 000 personnes dans toute l’Europe. Mais pour atteindre son objectif, l’ICE doit recueillir au minimum 1 million de signatures de citoyens européens en âge de voter et vivant dans au moins sept États membres différents. Cela nous permettra de nous adresser publiquement au Parlement européen et d’’obliger la Commission européenne à présenter les mesures qu’’elle compte adopter en réponse à notre mobilisation.

Une ICE est un outil puissant pour influencer les législateurs européens. Cela signifie qu’elle requiert davantage de données qu’une pétition classique. Chaque État membre de l’UE a mis en place ses propres règles pour la collecte des voix, et certains exigent des informations comme le numéro de passeport ou de carte d’identité. Le site est conforme aux règles de l’UE pour garantir que les données personnelles soient stockées de façon sécurisées, utilisées seulement pour la validation de votre signature de l’ICE et supprimées après que la signature a été prise en compte.
Si nous nous mobilisons ensemble et faisons entendre notre voix, nous avons la possibilité de mettre fin à l’ère des cages, #EndTheCageAge. Ajoutez votre nom à celui de centaines de milliers de citoyennes et de citoyens de toute l’Europe :

L’article Une nouvelle vidéo lève le voile sur la cruauté infligée aux lapins en Italie est apparu en premier sur PETA France.