Tous les articles par Cyril Ernst

Cette nouvelle enquête de PETA Asie prouve que le cachemire n’a rien de luxueux

Une nouvelle enquête de PETA Asie dans l’industrie du cachemire en Chine et en Mongolie – les plus grands exportateurs mondiaux – révèle l’extrême cruauté et l’abattage violent dont sont victimes les chèvres de Cachemire.

La vidéo montre les chèvres hurler de douleur et de peur lorsque les ouvriers leur arrachent le pelage. Par la suite, elles sont égorgées dans des abattoirs et laissées là pendant qu’elles agonisent. Les chèvres souffraient dans chacun des élevages de Chine ou de Mongolie que les observateurs ont visités.

À elles deux, la Chine et la Mongolie produisent 90 % du cachemire mondial.

Les ouvriers écrasaient au sol sous leur pied des chèvres terrifiées et leur tordaient les membres

Les enquêteurs ont vu des ouvriers maintenir au sol et se tenir debout sur des chèvres effrayées, tordant leurs pattes dans des positions anormales pendant qu’ils leur arrachaient les poils au moyen de peignes métalliques aiguisés.

Les chèvres sont normalement « peignées » ou tondues pour le cachemire une fois par an, lors de la mue printanière en avril et en mai. Selon l’un des éleveurs, la tonte est « très stressante » pour elles et les prive de leur isolant naturel, ce qui les laisse vulnérables aux températures froides et aux maladies.

Aucun soin vétérinaire

Les chèvres laissées avec des blessures sanglantes après qu’on leur a enlevé le pelage ne reçoivent ni traitement antidouleur ni soin vétérinaire. L’un des travailleurs a simplement versé du saké dans la plaie d’un animal.

Des chèvres frappées au marteau et tuées lorsqu’elles ne sont plus rentables

Les chèvres de Cachemire qui ne sont plus jugées rentables connaissent des morts lentes et atroces. Dans un abattoir en Chine, les enquêteurs ont vu des travailleurs frapper les animaux à la tête avec un marteau pour tenter de les assommer. En Mongolie, des ouvriers ont été vus en train de traîner des chèvres par une patte jusqu’au lieu de la tuerie dans l’abattoir, avant de leur trancher la gorge sous les yeux des autres chèvres. Elles étaient laissées là, sur le sol dégoûtant, pour qu’elles se vident de leur sang, et il a été constaté que certaines bougeaient encore après deux longues minutes.

Puis leur chair est vendue comme viande à bas prix.

90 % de tout le cachemire vient de Chine et de Mongolie

Presque tout le cachemire est produit en Chine et en Mongolie, alors si vous achetez un article en cachemire, il vient probablement de chèvres qui ont été maltraitées dans l’un de ces pays.

En moyenne, une chèvre produit seulement 150 grammes de pelage pouvant être utilisé pour le cachemire chaque année. C’est tellement peu qu’afin de produire une seule veste, le pelage de six chèvres est nécessaire.

Désastre environnemental

Les conséquences environnementales négatives de l’industrie s’aggravent au fur et à mesure que le nombre de chèvres utilisées pour le cachemire augmente. En Mongolie, elles représentent désormais jusqu’à 60 % de tous les animaux d’élevage, et des pâturages autrefois verdoyants ont été avalées par le sable à cause du surpâturage. La Chine a élevé un si grand nombre de chèvres que leur pâture a libéré des tempêtes de poussière dont les panaches de pollution sont parvenus jusqu’en Amérique du Nord.

Il n’y a pas que les chèvres qui souffrent dans cette industrie. Une étude a mis en lumière les conséquences nocives de la croissance des troupeaux de chèvres sur les populations de grands mammifères en Asie centrale, dont les espèces en danger que sont les léopards de neiges et les gazelles.

Cachemire végan

Heureusement, un nombre croissant de créateurs et d’enseignes – comme Marks & Spencer, fabriquant de sa populaire gamme en cashmilon™ – proposent des vêtements super doux et chauds qui sont respectueux des animaux et de l’environnement.

Voici ce que vous pouvez faire

La Chine ne prévoit pas de sanctions pour lutter contre la maltraitance des animaux dans les exploitations productrices de cachemire, et la situation en Mongolie semble être sensiblement la même. Le meilleur moyen d’aider ces chèvres est de refuser de soutenir l’industrie cruelle du cachemire en n’achetant jamais rien qui soit fait dans cette matière.

Des matières non animales élégantes et qui tiennent chaud sont couramment disponibles, et vous pouvez donc laisser le pelage des chèvres et d’autres matières prises à des animaux comme la laine et la fourrure à leur place : sur les animaux.

D’où qu’il vienne et quelles que soient les garanties qu’avancent les entreprises, le cachemire est le résultat d’une cruauté infligée aux chèvres qui est généralisée dans cette industrie. Et lorsque leur profitabilité décline pour l’éleveur, les chèvres sont abattues.

Des marques comme ASOS ont déjà pris la décision bienveillante d’en finir avec le cachemire. Acceptez-vous de nous aider en demandant à Madewell d’y renoncer également ?

L’article Cette nouvelle enquête de PETA Asie prouve que le cachemire n’a rien de luxueux est apparu en premier sur PETA France.

Victoire ! Adieu l’angora chez Naf Naf et Damart

Damart et Naf Naf sont deux des dernières marques à venir compléter la liste déjà très longue d’enseignes où l’angora et sa cruauté n’ont plus leur place. Elles l’ont confirmé à PETA après avoir été informées de nos révélations sur la production d’angora, appelées à prendre cette décision en faveur des animaux et avisées sur le plan commercial – les consommateurs étant de plus en plus au courant de ce qu’inflige aux animaux les industries qui leur prennent leur poil, leur fourrure ou leur peau.

angora france lapin arrachage poils One Voice

Lorsque l’angora entre dans la composition d’un pull ou une écharpe, des lapins subissent l’enfermement à vie, isolés dans une cage minuscule et dégoûtante, exposée aux intempéries. Ce sont aussi les tontes répétées, effrayantes et violentes, ou la torture de l’arrachage des poils à vif. Si les lapins survivent à ce calvaire, l’industrie de l’angora finit par les envoyer à l’abattoir, lorsqu’elle estime qu’ils ne sont plus rentables.

Agissez

Si Damart et Naf Naf ont fait preuve de compassion, ce n’est pas – encore – le cas d’American Vintage où l’angora figure encore sur les étiquettes. Faites pression sur la marque française :

L’article Victoire ! Adieu l’angora chez Naf Naf et Damart est apparu en premier sur PETA France.

Malgré l’interdiction, des produits cosmétiques sont TOUJOURS testés sur les animaux au sein de l’Union européenne

Les tests de produits cosmétiques sur les animaux sont interdits dans toute l’Europe. Pourtant, encore aujourd’hui, des animaux sont empoisonnés et tués pour tester des ingrédients cosmétiques.

lapin test

En 2013, nous nous réjouissions de l’entrée en vigueur de l’interdiction des tests d’ingrédients cosmétiques sur les animaux et de la vente de produits cosmétiques testés sur les animaux. Nous pensions que des milliers d’animaux ne souffriraient plus pour que soient fabriqués de nouveaux mascaras, rouges à lèvres ou fards à paupières. Mais à peine un an plus tard, nous dévoilions que des ingrédients cosmétiques étaient toujours testés sur les animaux en Europe à cause d’une mauvaise interprétation des dispositions légales encadrant les produits cosmétiques et les substances chimiques.

Depuis lors, nous n’avons eu de cesse d’œuvrer pour mettre un terme à ces atroces expériences. Découvrez ci-dessous les avancées que nous avons obtenues jusqu’à présent et ce que vous pouvez faire pour nous aider.

2013 : l’interdiction des essais sur les animaux et de la vente de produits cosmétiques testés sur les animaux entre en vigueur

L’interdiction européenne des tests de produits et ingrédients cosmétiques sur les animaux (Règlement européen sur les produits cosmétiques) est entrée en vigueur, de même que l’interdiction de la vente de produits testés sur les animaux sur tout le territoire européen. Cela aurait dû permettre aux consommateurs d’avoir la certitude que tout nouveau produit ou ingrédient cosmétique fabriqué après le 11 mars 2013 n’avait pas été testé sur les animaux.

2014 : les tests de produits cosmétiques sur les animaux refont leur apparition

Sous le prétexte de l’application de la réglementation REACH (acronyme de « Registration, Evaluation, Authorisation and Restriction of Chemicals », soit enregistrement, évaluation, autorisation et restriction des substances chimiques), la Commission européenne et l’Agence européenne des produits chimiques (ECHA) ont publié un communiqué commun indiquant qu’elles continuent d’exiger que les substances chimiques utilisés exclusivement dans les produits cosmétiques et auxquelles les employés des chaînes de fabrication pourraient être exposés soient testés sur les animaux.

Pour les ingrédients utilisés dans les produits cosmétiques et d’autres types de produits, les tests sur les animaux sont autorisés quel que soit le risque d’exposition de la main-d’œuvre, ce qui tendrait à suggérer que la réglementation REACH supplanterait le Règlement européen sur les produits cosmétiques.

Selon nous, cela constitue une violation manifeste à la fois de la réglementation REACH et du Règlement européen sur les produits cosmétiques.

2015 : PETA débute la nouvelle année en lançant une campagne autour des produits cosmétiques

Nous avons sollicité votre aide, et des milliers d’entre vous ont écrit à l’ECHA et à la Commission européenne pour les inciter à n’autoriser les tests d’ingrédients cosmétiques sur les animaux sous aucun prétexte. La Commission nous a répondu en publiant un communiqué confirmant que sa position n’avait pas évolué. Cela n’est pas suffisant !

2016 : PETA Royaume-Uni dépose une plainte auprès du Médiateur européen

Suite à divers échanges entre PETA Royaume-Uni, la Commission et l’ECHA, PETA Royaume-Uni a décidé de se tourner vers le Médiateur européen.

Malheureusement, cette dernière a éludé la question et n’a pas voulu contraindre l’ECHA et la Commission à revoir leur position. Toutefois, réservant son jugement concernant l’exactitude de leur communiqué commun, elle a noté que bien que l’ECHA et la Commission eussent publié un document de cadrage, cela ne signifiait pas forcément que ces indications soient correctes.

2017 : les scientifiques de PETA contribuent à mettre fin à un test particulièrement sordide

Sous l’égide du Consortium international scientifique de PETA, les scientifiques de PETA ont soutenu une entreprise dans sa procédure d’appel à l’encontre d’une exigence de l’ECHA imposant de tester un ingrédient cosmétique sur les animaux. Ce test consistait à faire ingérer de force des concentrations élevées d’un ingrédient cosmétique à des rates ou des lapines en gestation avant de les disséquer, elles et leur fœtus. Cette victoire a permis d’épargner des centaines d’animaux.

souris blanche test laboratoire

2018 : la Commission du Parlement européen entend les inquiétudes de PETA concernant le programme REACH

Plus de 100 000 personnes ont signé une lettre ouverte coordonnée par PETA et nos affiliées européennes demandant à l’UE d’utiliser l’évaluation formelle de REACH pour mettre un terme aux cruelles expériences sur les animaux et ouvrir la porte à des méthodes de recherche non animales innovantes.

Après que PETA a transmis cette lettre au Parlement européen, notre conseillère en politique scientifique, le Dr Julia Baines, a été invitée à s’adresser à la commission des pétitions du Parlement européen. Elle a expliqué à ses membres que les ingrédients cosmétiques continuaient d’être testés sur les animaux et les a enjoints à mettre un terme à cette pratique honteuse. La commission a accepté d’agir.

2019 : des tests sont toujours imposés, et nous nous tournons à nouveau vers le Parlement européen

Tout au long de ces années, les autorités réglementaires ont continué d’imposer que des tests soient menée sur les animaux. Heureusement, des entreprises s’élèvent contre ces exigences, et le Consortium international scientifique de PETA a été nommé intervenant officiel dans chacun de ces dossiers.

Le Dr Baines s’adressera bientôt à l’Intergroupe « Bien-être et protection des animaux » du Parlement européen afin d’appeler ses membres à tenir la Commission européenne et l’ECHA responsables d’avoir réduit à néant l’interdiction des tests de produits cosmétiques sur les animaux.

Ce que vous pouvez faire pour aider les animaux exploités pour les tests de produits cosmétiques

Aidez-nous à montrer la puissance de l’opposition publique aux tests de produits cosmétiques sur les animaux : demandez à la Commission européenne et à l’ECHA de respecter la loi en n’autorisant sous aucun prétexte les tests d’ingrédients cosmétiques sur les animaux.

L’article Malgré l’interdiction, des produits cosmétiques sont TOUJOURS testés sur les animaux au sein de l’Union européenne est apparu en premier sur PETA France.

Voici pourquoi American Vintage devrait renoncer à l’angora

American Vintage revendique dans sa « philosophie » la valeur de « bienveillance » mais vend toujours des articles en angora, une matière qui inflige d’immenses souffrances aux lapins angoras, exploités pour leurs poils et tués. Cliquez ici pour appeler la marque à renoncer à l’angora.

Une production toujours cruelle et voici la preuve

En Chine, premier producteur d’angora, nos images d’enquête ont montré dans plusieurs exploitations des lapins terrifiés, que l’on attache pour leur arracher les poils à pleine poignée. Certains hurlent de douleur et de terreur :

Dans les élevages chinois prétendument « éthiques » visités par PETA Asie – et censés apporter des garanties en matière de bien-être animal à des entreprises comme American Vintage – les lapins passent leur vie tout seuls dans des cages dégoûtantes, livrés à leur sort. Ils n’en sortent que pour des tontes violentes et, finalement, l’abattage :

L’association One Voice a montré que la cruauté de cette industrie n’avait pas de frontière. En 2016 et 2018, deux enquêtes réalisées dans des élevages français révèlent l’insoutenable arrachage des poils et les misérables cages dans lesquelles croupissent les lapins, exposés aux intempéries.

Faisons-nous entendre d’American Vintage

PETA France a contacté et informé l’entreprise American Vintage au sujet de la cruauté inhérente à la production d’angora. Mais la marque française n’a encore pris aucun engagement à y renoncer. Pourtant, dans le monde entier, des centaines de marques, dont des géants de la mode Calvin Klein, H&M, ASOS et Lacoste se sont engagées auprès de PETA ou ses affiliées.

L’article Voici pourquoi American Vintage devrait renoncer à l’angora est apparu en premier sur PETA France.

Six conseils pour sauver les animaux prisonniers de pièges à colle

Les pièges à colle figurent parmi les dispositifs de « dératisation » les plus cruels qui soient. Mortels, ils sont à l’origine d’interminables souffrances pour les animaux, qui s’arrachent bien souvent la peau en tentant désespérément de s’en détacher. Les rongeurs qui se retrouvent coincés sur les pièges à colle sont souvent jetés à la poubelle en même temps que le dispositif. Nombre d’entre eux étouffent lorsque leur museau et leur bouche se retrouvent collés contre le piège, tandis que d’autres se rongent les pattes pour tenter de se libérer, avant de succomber à l’hémorragie qui en découle. Il n’est pas rare que la mort ne survienne qu’après plusieurs jours d’agonie.

Ces pièges sont généralement conçus pour attraper les souris ou les rats, mais n’importe quel petit animal (oiseau, écureuil, hamster ou même chaton) marchant ou se posant dessus peut se retrouver collé, et mourir. Regardez cette vidéo pour en savoir plus :

Heureusement, en suivant ces quelques conseils, vous pourrez soulager les souffrances des animaux prisonniers, et empêcher que d’autres ne se retrouvent victimes des pièges à colle.

Que faire si vous trouvez un animal vivant prisonnier d’un piège à colle ?

  1. Munissez-vous du matériel nécessaire.

Vous aurez besoin d’une paire de gants, d’un torchon, d’huile pour bébé ou d’huile alimentaire, de mouchoirs, d’un tissu humide, et d’un contenant fermable ou d’une boîte à chaussures percé(e) de quelques trous d’aération.

  1. Détachez l’animal du piège.

Couvrez la tête de l’animal avec le torchon pour le calmer. Enfilez les gants, versez quelques gouttes d’huile sur la zone sur laquelle est collé l’animal, puis massez délicatement. Continuez de masser jusqu’à ce que l’animal puisse se détacher.

  1. Relâchez l’animal.

Utilisez un tissu humide pour retirer l’excédent d’huile du pelage de l’animal, puis déposez ce dernier dans un contenant refermable ou une boîte à chaussure percé(e) de quelques trous d’aération. Recouvrez le contenant d’un torchon afin que l’animal soit dans l’obscurité avant de le déposer dans un lieu calme et chaud pour qu’il puisse se reposer une heure ou deux. Si les températures sont douces, vous pouvez relâcher à l’extérieur un animal actif et alerte dans un rayon d’un pâté de maisons environ autour de l’endroit où vous l’avez découvert. En revanche, si vous avez trouvé l’animal alors que les conditions météorologiques étaient extrêmes, il convient de l’emmener dans un dispensaire pour animaux sauvages.

Autres mesures importantes

  1. Communiquez.

Si vous découvrez que votre supermarché ou magasin de bricolage local vend des pièges à colle, ou qu’une entreprise ou un gestionnaire immobilier en utilise, n’hésitez pas à expliquer les souffrances que causent de tels dispositifs. Proposez des solutions alternatives plus humaines, et demandez à vos amis et aux membres de votre famille de dénoncer eux aussi les pièges à colle.

  1. Passez le message.

Partagez notre vidéo avec toutes vos connaissances et demandez-leur de s’engager à ne jamais utiliser de pièges à colle. Expliquez-leur que les souris et les rats peuvent ressentir de nombreuses émotions différentes et que, comme les humains, ils entretiennent des liens étroits avec leurs congénères et prennent soin de leur famille. Ces animaux intelligents et sensibles aiment jouer, se battre pour s’amuser et dormir blottis les uns contre les autres.

  1. Chassez les rongeurs de façon humaine.

Si vous devez chasser des rongeurs de votre maison, voici quelques méthodes humaines de dératisation (anglais).

Demandez aux entreprises de ne plus commercialiser de pièges à colle

L’article Six conseils pour sauver les animaux prisonniers de pièges à colle est apparu en premier sur PETA France.

Victoire ! La cour suprême espagnole met fin à la torture des taureaux au « Toro de la Vega »

La cour suprême espagnole a maintenu l’interdiction de la torture des taureaux durant le cruel festival du « Toro de la Vega », après des années de pression exercée par des associations espagnoles, dont PACMA, ainsi que de PETA. Aucun jeune taureau ne sera plus blessé mortellement avec des lances en Castille et León, une région d’Espagne.

En 2016, nous célébrions la décision du gouvernement régional de Castille et León de rendre illégal le massacre à l’arme blanche des taureaux durant ce festival, mais peu après, le conseil municipal de Tordesillas fit appel à la cour suprême en arguant qu’il n’y avait aucune raison d’interdire la tuerie.

La cour suprême espagnole a parlé

Désormais, la cour suprême a officiellement rejeté cet appel, mettant fin à une « tradition » barbare et inhumaine vieille de près de 500 ans, consistant à tourmenter et blesser à l’arme blanche un jeune taureau avec des points et des lances et à lui couper la queue alors qu’il est toujours en vie, après quoi le conseil municipal remettait une lance de cérémonie et une médaille à la personne qui avait fini par tuer l’animal en pleine souffrance.

Quelle est la suite ?

Cette victoire s’inscrit dans un mouvement plus large en Espagne, alors que de plus en plus de gens s’élèvent contre les festivals et autres évènements durant lesquels des taureaux sont torturés au nom du divertissement. À ce jour, plus de 100 villes ont interdit les corridas, et selon un sondage Ipsos MORI, plus de 80 % des espagnoles et espagnols sont opposés à ces évènements cruels. Le vent a tourné contre cette « tradition » barbare.

Voici ce que vous pouvez faire pour les taureaux

C’est une excellente nouvelle que certaines régions d’Espagne interdisent la cruauté envers les taureaux, mais des milliers d’entre eux continuent de souffrir et de mourir dans les arènes du pays. Merci de signer la pétition appelant le Premier ministre à introduire une interdiction nationale de la tauromachie.

L’article Victoire ! La cour suprême espagnole met fin à la torture des taureaux au « Toro de la Vega » est apparu en premier sur PETA France.

PETA États-Unis accueille Herbal Essences dans sa liste des marques qui s’engagent contre les tests sur les animaux

Après des mois de discussion avec PETA États-Unis, Herbal Essences rejoint sa liste d’entreprises et de marques qui ne testent pas sur les animaux.

PETA États-Unis est ravie d’accueillir la célèbre marque Herbal Essence de Procter & Gamble dans sa liste des entreprises qui ne testent jamais sur les animaux, nulle part dans le monde ! Son logo « cruelty free » et son lapin seront bientôt sur certains emballages d’Herbal Essences.

La certification « sans cruauté » de PETA [États-Unis] et son logo apportent aux consommateurs l’assurance qu’ils recherchent lorsqu’ils choisissent leur shampoing et après-shampoing. Nous sommes fiers d’avoir passé le processus de vérification rigoureux de PETA [États-Unis] et d’avoir rejoint sa liste de marques sans cruauté à laquelle les gens font confiance.

Lisa Jennings, Vice-Présidente de Global Herbal Essences

Au fil des ans, Procter & Gamble a fait preuve d’un solide engagement pour mettre fin à l’utilisation d’animaux dans des tests, dès que et partout où cela était possible, et a travaillé pendant des années pour développer et promouvoir des méthodes sans animaux.

Le travail de Procter & Gamble avec le PETA International Science Consortium comprend la co-rédaction d’une publication scientifique décrivant les approches sans animaux pour évaluer la toxicité respiratoire et la participation à un consortium qui œuvre auprès de l’Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux (US Food and Drug Administration) pour obtenir l’acceptation réglementaire des tests sans animaux.

Et bien que les produits Herbal Essences soient vendus en Chine, où les tests sur les animaux sont exigés pour de nombreux produits, la marque a œuvré dans le cadre des règlements chinois pour s’assurer que cela n’arrive jamais.

Les consommateurs veulent un changement vers plus de compassion

Nous espérons que d’autres entreprises suivront le choix guidé par la compassion de Procter & Gamble d’épargner d’horribles tests aux animaux et deviendront « sans cruauté ».

En n’achetant que des produits sans cruauté, vous pouvez éviter à des animaux sensibles comme les lapins, les cochons d’Inde, les souris, les rats et d’autres d’avoir à subir des tests atroces. Vous avez besoin d’aide pour trouver quels produits sont sans cruauté ? PETA États-Unis a pensé à vous :

L’article PETA États-Unis accueille Herbal Essences dans sa liste des marques qui s’engagent contre les tests sur les animaux est apparu en premier sur PETA France.

Les chiens souffrent en Roumanie– voici comment vous pouvez les aider

En Roumanie, plus de 600 000 chiens et des milliers de chats vivent dans les rues. C’est plus que dans n’importe quel autre pays européen.

La crise des animaux errants dans le pays engendre une vie de misère pour ces chiens et ces chats, qui n’ont pas de gardien pour s’occuper d’eux, et encore moins d’endroit chaud et confortable où dormir la nuit. De nombreux chiens souffrent et meurent dans les rues ou après avoir été capturés par des ramasseurs, une pratique autorisée par la loi en Roumanie.

Bien souvent, les chiens succombent dans les refuges, où il n’est pas rare qu’ils manquent de nourriture appropriée et d’espace suffisant ou ne bénéficient d’aucune protection contre le froid. La majorité d’entre eux ne sont pas stérilisés, ce qui implique qu’ils se reproduisent toute leur vie.

La manière la plus simple et la plus efficace d’épargner de telles souffrances aux chiens et aux chats de la rue consiste à mener des campagnes de stérilisation afin de les empêcher de se reproduire.

Stériliser un seul animal peut éviter que des centaines d’autres ne viennent au monde. En l’espace de six ans seulement, une chienne et ses petits peuvent créer une lignée de 67 000 chiots. Et en sept ans, une chatte et sa portée peuvent être à l’origine de 370 000 chatons !

Grâce à ses cliniques mobiles de stérilisation, PETA Allemagne, en collaboration avec Eduxanima, stérilise et identifie près de 4 000 animaux chaque année en Roumanie. L’association intervient principalement dans les zones rurales et pauvres, où elle stérilise, identifie et soigne gratuitement les chiens, qu’ils aient un maître ou qu’ils vivent dans la rue.

Pour offrir un peu de réconfort au quotidien aux chiens contraints par leur gardien de vivre à l’extérieur, PETA Allemagne remplace les chaînes lourdes et courtes auxquelles ils sont attachés par des longes légères, qui leur donnent davantage de liberté de mouvement, et leur installent des niches.

L’association organise également des ateliers consacrés aux soins des animaux dans les écoles du pays. Grâce à ces initiatives, les enfants comprennent qu’il est important de faire preuve de compassion et d’empathie envers tous les êtres vivants, et permettre à la nouvelle génération de s’informer à propos des droits des animaux peut créer un futur plus radieux pour les animaux, en Roumanie et partout ailleurs dans le monde.

Pour étendre ce projet à d’autres régions du pays, PETA Allemagne collabore étroitement avec des maires de communes locales et d’autres responsables politiques afin de sensibiliser la population à la législation encadrant la stérilisation et l’identification, et faire comprendre aux habitants que ces lois ont vocation à améliorer la vie des animaux.

Ce que vous pouvez faire

Signez notre pétition appelant les autorités roumaines à mettre immédiatement un terme à l’abattage des chiens errants.

Si vous le pouvez, vous avez également la possibilité de soutenir ce projet important en faisant un don indispensable en faveur du fonds Global Compassion de PETA. Votre contribution permettra à PETA Allemagne de développer encore davantage son projet de stérilisation en Roumanie et d’aider d’autres animaux partout dans le monde.

L’article Les chiens souffrent en Roumanie– voici comment vous pouvez les aider est apparu en premier sur PETA France.

En plein Londres, en costard cravate et en couche, un biberon de lait à la main…

Ce canular vidéo de PETA Royaume-Uni rappelle que le lait est destiné aux bébés, pas aux adultes :

Il est temps de grandir.

Un homme adulte circule en tricycle dans les rues de Londres. Il profère son pot pour bébé à un inconnu et lui demande de le nourrir à la cuillère et de lui faire faire son rot, il joue avec sa nourriture, porte une couche et boit du lait de vache.

Vous l’aurez compris, la dernière vidéo parodique de PETA Royaume-Uni souligne à quel point il est absurde de boire du lait après le sevrage. Ce canular vidéo incite les personnes qui trouvent les agissements de cet homme-bébé gênants à renoncer aux produits laitiers et à devenir végan car « Il est temps de grandir. »

Nous humains sommes la seule espèce sur la planète à boire le lait d’une autre espèce, et ce même à l’âge adulte ; une singularité plutôt gênante. PETA espère que cette vidéo fera rire tout en rappelant aux adultes que boire les sécrétions mammaires d’une vache est aussi inapproprié que de demander à être aidé pour faire son rot.

 

Le lait est loin d’être tout blanc, puisque pour le prendre aux vaches, celles-ci doivent être inséminées de force et régulièrement séparées de leurs bébés jusqu’à ce que leur corps épuisé ne tienne plus le coup et qu’elles soient abattues pour produire de la viande bon marché.

Pour en savoir plus :

Pour contribuer à épargner les vaches et leurs veaux, les laits végétaux, à base de soja, de noix de coco, d’amande, d’avoine et de chanvre, entre autres, constituent une option saine et délicieuse, et adaptée à tout âge.

Mieux, ils ne contiennent pas les graisses animales qui obstruent nos artères ni le cholestérol que l’on trouve dans le lait de vache. Celui-ci contient aussi souvent des traces de pus et des bactéries provenant des mamelles infectées des vaches.

Il s’agit de la deuxième vidéo de PETA Royaume-Uni levant le voile sur les produits laitiers en collaboration avec l’agence créative londonienne Don’t Panic. La première vidéo, « Des gens découvrent qu’ils viennent de boire du lait de chienne… », a été visionnée plus de 10 millions de fois.

Comment passer à une alimentation végane, bonne pour les animaux, vous, et la planète ?

L’article En plein Londres, en costard cravate et en couche, un biberon de lait à la main… est apparu en premier sur PETA France.

Victoire ! Boohoo devient la première grande marque à arrêter la laine

Après que PETA Royaume-Uni a informé boohoo group plc des pratiques cruelles et choquantes qui ont cours de façon systématique dans l’industrie lainière, le détaillant international de mode en ligne a annoncé s’engager à ne plus produire d’articles en laine. Le groupe a informé PETA Royaume-Uni qu’« à partir de notre collection automne-hiver 2019-2020, nous ferons en sorte de ne pas nous fournir délibérément en articles en laine ».

Le groupe britannique a pris cette décision après la publication d’une enquête de terrain de PETA Asie dans l’industrie écossaise de la laine, laquelle a montré que les éleveurs frappaient les moutons terrifiés au visage et que les tondeurs leur cognaient la tête sur le plancher, les maintenaient au sol sous le poids de leur jambe et leur marchait sur la nuque, puis les projetaient hors de l’aire de tonte.

Depuis 2014, PETA a diffusé 11 enquêtes tournées dans 99 exploitations lainières sur quatre continents, révélant toutes des maltraitances systématiques infligées aux animaux pour leur laine. Les deux enquêtes les plus récentes – tournées en Australie, le plus grand exportateur de laine au monde – révèlent le calvaire de moutons terrifiés, violemment frappés par les tondeurs, mutilés et égorgés en pleine conscience. Un mouton a continué de s’agiter pendant près d’une minute pendant qu’un responsable lui tranchait la gorge, et selon celui-ci certains se débattent encore pendant « deux put*n de minutes ».

L’industrie lainière est également dévastatrice pour l’environnement : les déjections que génèrent les animaux dans les élevages ont largement contribué à l’augmentation de gaz à effet de serre dans l’atmosphère, les pâturages modifient la végétation environnante à grande échelle et provoquent l’érosion des sols, et les excréments et substances chimiques utilisées pour débarrasser les moutons de parasites polluent les cours d’eaux. En 2017, le rapport « Pulse of the Fashion Industry » a classé la laine en quatrième place de sa liste de matières qui ont le plus grand impact de leur fabrication à leur vente brut par kilogramme sur l’environnement.

Que pouvez-vous faire ?

Lorsque vous faites vos emplettes en ligne ou dans les magasins, vérifiez toujours attentivement la composition du produit pour éviter d’ajouter un article qui contiendrait de la laine dans votre panier : il existe de nombreuses alternatives disponibles.

Aucun pull ou bonnet ne vaut le sang, la peur et les cris des moutons, et aucun animal n’existe pour être exploité et tué pour son pelage ou sa peau.

Il est crucial de faire pression sur les autres marques, aussi, appelez Forever 21 à se joindre au groupe boohoo en renonçant à la laine dès maintenant :

L’article Victoire ! Boohoo devient la première grande marque à arrêter la laine est apparu en premier sur PETA France.