Tous les articles par Cyril Ernst

Victoire ! La cour suprême espagnole met fin à la torture des taureaux au « Toro de la Vega »

La cour suprême espagnole a maintenu l’interdiction de la torture des taureaux durant le cruel festival du « Toro de la Vega », après des années de pression exercée par des associations espagnoles, dont PACMA, ainsi que de PETA. Aucun jeune taureau ne sera plus blessé mortellement avec des lances en Castille et León, une région d’Espagne.

En 2016, nous célébrions la décision du gouvernement régional de Castille et León de rendre illégal le massacre à l’arme blanche des taureaux durant ce festival, mais peu après, le conseil municipal de Tordesillas fit appel à la cour suprême en arguant qu’il n’y avait aucune raison d’interdire la tuerie.

La cour suprême espagnole a parlé

Désormais, la cour suprême a officiellement rejeté cet appel, mettant fin à une « tradition » barbare et inhumaine vieille de près de 500 ans, consistant à tourmenter et blesser à l’arme blanche un jeune taureau avec des points et des lances et à lui couper la queue alors qu’il est toujours en vie, après quoi le conseil municipal remettait une lance de cérémonie et une médaille à la personne qui avait fini par tuer l’animal en pleine souffrance.

Quelle est la suite ?

Cette victoire s’inscrit dans un mouvement plus large en Espagne, alors que de plus en plus de gens s’élèvent contre les festivals et autres évènements durant lesquels des taureaux sont torturés au nom du divertissement. À ce jour, plus de 100 villes ont interdit les corridas, et selon un sondage Ipsos MORI, plus de 80 % des espagnoles et espagnols sont opposés à ces évènements cruels. Le vent a tourné contre cette « tradition » barbare.

Voici ce que vous pouvez faire pour les taureaux

C’est une excellente nouvelle que certaines régions d’Espagne interdisent la cruauté envers les taureaux, mais des milliers d’entre eux continuent de souffrir et de mourir dans les arènes du pays. Merci de signer la pétition appelant le Premier ministre à introduire une interdiction nationale de la tauromachie.

L’article Victoire ! La cour suprême espagnole met fin à la torture des taureaux au « Toro de la Vega » est apparu en premier sur PETA France.

PETA États-Unis accueille Herbal Essences dans sa liste des marques qui s’engagent contre les tests sur les animaux

Après des mois de discussion avec PETA États-Unis, Herbal Essences rejoint sa liste d’entreprises et de marques qui ne testent pas sur les animaux.

PETA États-Unis est ravie d’accueillir la célèbre marque Herbal Essence de Procter & Gamble dans sa liste des entreprises qui ne testent jamais sur les animaux, nulle part dans le monde ! Son logo « cruelty free » et son lapin seront bientôt sur certains emballages d’Herbal Essences.

La certification « sans cruauté » de PETA [États-Unis] et son logo apportent aux consommateurs l’assurance qu’ils recherchent lorsqu’ils choisissent leur shampoing et après-shampoing. Nous sommes fiers d’avoir passé le processus de vérification rigoureux de PETA [États-Unis] et d’avoir rejoint sa liste de marques sans cruauté à laquelle les gens font confiance.

Lisa Jennings, Vice-Présidente de Global Herbal Essences

Au fil des ans, Procter & Gamble a fait preuve d’un solide engagement pour mettre fin à l’utilisation d’animaux dans des tests, dès que et partout où cela était possible, et a travaillé pendant des années pour développer et promouvoir des méthodes sans animaux.

Le travail de Procter & Gamble avec le PETA International Science Consortium comprend la co-rédaction d’une publication scientifique décrivant les approches sans animaux pour évaluer la toxicité respiratoire et la participation à un consortium qui œuvre auprès de l’Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux (US Food and Drug Administration) pour obtenir l’acceptation réglementaire des tests sans animaux.

Et bien que les produits Herbal Essences soient vendus en Chine, où les tests sur les animaux sont exigés pour de nombreux produits, la marque a œuvré dans le cadre des règlements chinois pour s’assurer que cela n’arrive jamais.

Les consommateurs veulent un changement vers plus de compassion

Nous espérons que d’autres entreprises suivront le choix guidé par la compassion de Procter & Gamble d’épargner d’horribles tests aux animaux et deviendront « sans cruauté ».

En n’achetant que des produits sans cruauté, vous pouvez éviter à des animaux sensibles comme les lapins, les cochons d’Inde, les souris, les rats et d’autres d’avoir à subir des tests atroces. Vous avez besoin d’aide pour trouver quels produits sont sans cruauté ? PETA États-Unis a pensé à vous :

L’article PETA États-Unis accueille Herbal Essences dans sa liste des marques qui s’engagent contre les tests sur les animaux est apparu en premier sur PETA France.

Les chiens souffrent en Roumanie– voici comment vous pouvez les aider

En Roumanie, plus de 600 000 chiens et des milliers de chats vivent dans les rues. C’est plus que dans n’importe quel autre pays européen.

La crise des animaux errants dans le pays engendre une vie de misère pour ces chiens et ces chats, qui n’ont pas de gardien pour s’occuper d’eux, et encore moins d’endroit chaud et confortable où dormir la nuit. De nombreux chiens souffrent et meurent dans les rues ou après avoir été capturés par des ramasseurs, une pratique autorisée par la loi en Roumanie.

Bien souvent, les chiens succombent dans les refuges, où il n’est pas rare qu’ils manquent de nourriture appropriée et d’espace suffisant ou ne bénéficient d’aucune protection contre le froid. La majorité d’entre eux ne sont pas stérilisés, ce qui implique qu’ils se reproduisent toute leur vie.

La manière la plus simple et la plus efficace d’épargner de telles souffrances aux chiens et aux chats de la rue consiste à mener des campagnes de stérilisation afin de les empêcher de se reproduire.

Stériliser un seul animal peut éviter que des centaines d’autres ne viennent au monde. En l’espace de six ans seulement, une chienne et ses petits peuvent créer une lignée de 67 000 chiots. Et en sept ans, une chatte et sa portée peuvent être à l’origine de 370 000 chatons !

Grâce à ses cliniques mobiles de stérilisation, PETA Allemagne, en collaboration avec Eduxanima, stérilise et identifie près de 4 000 animaux chaque année en Roumanie. L’association intervient principalement dans les zones rurales et pauvres, où elle stérilise, identifie et soigne gratuitement les chiens, qu’ils aient un maître ou qu’ils vivent dans la rue.

Pour offrir un peu de réconfort au quotidien aux chiens contraints par leur gardien de vivre à l’extérieur, PETA Allemagne remplace les chaînes lourdes et courtes auxquelles ils sont attachés par des longes légères, qui leur donnent davantage de liberté de mouvement, et leur installent des niches.

L’association organise également des ateliers consacrés aux soins des animaux dans les écoles du pays. Grâce à ces initiatives, les enfants comprennent qu’il est important de faire preuve de compassion et d’empathie envers tous les êtres vivants, et permettre à la nouvelle génération de s’informer à propos des droits des animaux peut créer un futur plus radieux pour les animaux, en Roumanie et partout ailleurs dans le monde.

Pour étendre ce projet à d’autres régions du pays, PETA Allemagne collabore étroitement avec des maires de communes locales et d’autres responsables politiques afin de sensibiliser la population à la législation encadrant la stérilisation et l’identification, et faire comprendre aux habitants que ces lois ont vocation à améliorer la vie des animaux.

Ce que vous pouvez faire

Signez notre pétition appelant les autorités roumaines à mettre immédiatement un terme à l’abattage des chiens errants.

Si vous le pouvez, vous avez également la possibilité de soutenir ce projet important en faisant un don indispensable en faveur du fonds Global Compassion de PETA. Votre contribution permettra à PETA Allemagne de développer encore davantage son projet de stérilisation en Roumanie et d’aider d’autres animaux partout dans le monde.

L’article Les chiens souffrent en Roumanie– voici comment vous pouvez les aider est apparu en premier sur PETA France.

En plein Londres, en costard cravate et en couche, un biberon de lait à la main…

Ce canular vidéo de PETA Royaume-Uni rappelle que le lait est destiné aux bébés, pas aux adultes :

Il est temps de grandir.

Un homme adulte circule en tricycle dans les rues de Londres. Il profère son pot pour bébé à un inconnu et lui demande de le nourrir à la cuillère et de lui faire faire son rot, il joue avec sa nourriture, porte une couche et boit du lait de vache.

Vous l’aurez compris, la dernière vidéo parodique de PETA Royaume-Uni souligne à quel point il est absurde de boire du lait après le sevrage. Ce canular vidéo incite les personnes qui trouvent les agissements de cet homme-bébé gênants à renoncer aux produits laitiers et à devenir végan car « Il est temps de grandir. »

Nous humains sommes la seule espèce sur la planète à boire le lait d’une autre espèce, et ce même à l’âge adulte ; une singularité plutôt gênante. PETA espère que cette vidéo fera rire tout en rappelant aux adultes que boire les sécrétions mammaires d’une vache est aussi inapproprié que de demander à être aidé pour faire son rot.

 

Le lait est loin d’être tout blanc, puisque pour le prendre aux vaches, celles-ci doivent être inséminées de force et régulièrement séparées de leurs bébés jusqu’à ce que leur corps épuisé ne tienne plus le coup et qu’elles soient abattues pour produire de la viande bon marché.

Pour en savoir plus :

Pour contribuer à épargner les vaches et leurs veaux, les laits végétaux, à base de soja, de noix de coco, d’amande, d’avoine et de chanvre, entre autres, constituent une option saine et délicieuse, et adaptée à tout âge.

Mieux, ils ne contiennent pas les graisses animales qui obstruent nos artères ni le cholestérol que l’on trouve dans le lait de vache. Celui-ci contient aussi souvent des traces de pus et des bactéries provenant des mamelles infectées des vaches.

Il s’agit de la deuxième vidéo de PETA Royaume-Uni levant le voile sur les produits laitiers en collaboration avec l’agence créative londonienne Don’t Panic. La première vidéo, « Des gens découvrent qu’ils viennent de boire du lait de chienne… », a été visionnée plus de 10 millions de fois.

Comment passer à une alimentation végane, bonne pour les animaux, vous, et la planète ?

L’article En plein Londres, en costard cravate et en couche, un biberon de lait à la main… est apparu en premier sur PETA France.

Victoire ! Boohoo devient la première grande marque à arrêter la laine

Après que PETA Royaume-Uni a informé boohoo group plc des pratiques cruelles et choquantes qui ont cours de façon systématique dans l’industrie lainière, le détaillant international de mode en ligne a annoncé s’engager à ne plus produire d’articles en laine. Le groupe a informé PETA Royaume-Uni qu’« à partir de notre collection automne-hiver 2019-2020, nous ferons en sorte de ne pas nous fournir délibérément en articles en laine ».

Le groupe britannique a pris cette décision après la publication d’une enquête de terrain de PETA Asie dans l’industrie écossaise de la laine, laquelle a montré que les éleveurs frappaient les moutons terrifiés au visage et que les tondeurs leur cognaient la tête sur le plancher, les maintenaient au sol sous le poids de leur jambe et leur marchait sur la nuque, puis les projetaient hors de l’aire de tonte.

Depuis 2014, PETA a diffusé 11 enquêtes tournées dans 99 exploitations lainières sur quatre continents, révélant toutes des maltraitances systématiques infligées aux animaux pour leur laine. Les deux enquêtes les plus récentes – tournées en Australie, le plus grand exportateur de laine au monde – révèlent le calvaire de moutons terrifiés, violemment frappés par les tondeurs, mutilés et égorgés en pleine conscience. Un mouton a continué de s’agiter pendant près d’une minute pendant qu’un responsable lui tranchait la gorge, et selon celui-ci certains se débattent encore pendant « deux put*n de minutes ».

L’industrie lainière est également dévastatrice pour l’environnement : les déjections que génèrent les animaux dans les élevages ont largement contribué à l’augmentation de gaz à effet de serre dans l’atmosphère, les pâturages modifient la végétation environnante à grande échelle et provoquent l’érosion des sols, et les excréments et substances chimiques utilisées pour débarrasser les moutons de parasites polluent les cours d’eaux. En 2017, le rapport « Pulse of the Fashion Industry » a classé la laine en quatrième place de sa liste de matières qui ont le plus grand impact de leur fabrication à leur vente brut par kilogramme sur l’environnement.

Que pouvez-vous faire ?

Lorsque vous faites vos emplettes en ligne ou dans les magasins, vérifiez toujours attentivement la composition du produit pour éviter d’ajouter un article qui contiendrait de la laine dans votre panier : il existe de nombreuses alternatives disponibles.

Aucun pull ou bonnet ne vaut le sang, la peur et les cris des moutons, et aucun animal n’existe pour être exploité et tué pour son pelage ou sa peau.

Il est crucial de faire pression sur les autres marques, aussi, appelez Forever 21 à se joindre au groupe boohoo en renonçant à la laine dès maintenant :

L’article Victoire ! Boohoo devient la première grande marque à arrêter la laine est apparu en premier sur PETA France.

L’industrie du foie gras s’en prend à la campagne #EndTheCageAge

Les lobbyistes du foie gras sont inquiets de voir que les citoyens européens s’unissent pour demander à la Commission européenne d’interdire l’utilisation des cages dans les élevages. Pour l’industrie du foie gras, ce serait une catastrophe.

Pour produire du foie gras, des employés saisissent des canards et des oies par le cou, leur enfoncent des pompes en métal au fond du gosier et pompent de grandes quantités de céréales et de gras dans leur estomac, plusieurs fois par jour, une manipulation barbare que l’on connaît sous le nom de « gavage ». Les oiseaux sont enfermés dans de minuscules cages ou des enclos surpeuplés. Ils sont privés de la possibilité de se baigner ou de se toiletter, et beaucoup d’entre eux ont du mal à se tenir debout parce que leur foie engraissé distend leur abdomen. Leur souffrance est si intense que la production de foie gras est illégale dans plus d’une dizaine de pays européens.

L’Initiative citoyenne européenne (ICE) #EndTheCageAge pour la fin de l’ère des cages est une menace pour l’industrie, qui est passé à l’offensive. Dans un article pour le site spécialisé en politique européenne EURACTIV, une représentante de l’ICE écrit que l’initiative subit les attaques des lobbyistes de l’industrie du foie gras. Elle explique qu’un avocat représentant l’industrie européenne du foie gras a envoyé une lettre officielle d’avertissement à Compassion in World Farming – l’une des organisations qui mènent cette campagne – s’attaquant à la description de la production de foie gras dans un rapport et demandant la suppression des photos montrant au public la réalité des pratiques de cette filière.

Le groupe de pression a également publié une déclaration sur son site proposant aux lecteurs de visiter les sites de production de foie gras et de voir ce qui s’y passait par eux-mêmes. Compassion in World Farming France et un autre partenaire de #EndTheCageAge, Animal Equality UK, ont dénoncé ce bluff et ont visité un élevage. Ils y ont vu les mêmes traitements ignobles qui sont décrits dans le rapport :

Ce que révèle cette vidéo est semblable à ce que PETA a dévoilé elle-même. En 2012, Sir Roger Moore a narré une vidéo choquante montrant la maltraitance dans les élevages de la coopérative Sarlat Périgord Foie Gras. Et en 2009, l’actrice oscarisée Kate Winslet a prêté sa voix pour une vidéo d’enquête de PETA Royaume-Uni sur la cruauté subie par les canards et les oies dans l’industrie du foie gras.

En Europe, des centaines de millions d’animaux passent leur vie entière emprisonnés dans des cages ou enclos minuscules et mornes qui les empêchent de donner libre cours à leurs comportements naturels. Ces conditions de vie cruelles sont actuellement la norme pour de nombreuses espèces : les mères cochons sont contraintes d’allaiter leurs cochonnets dans des cases, les lapins et les cailles sont encagés à vie, et les canards et les oies sont confinés pour le gavage, pour la production de foie gras.

Des citoyens européens s’unissent pour aider à débarrasser l’Europe de ces cages et porter un coup potentiellement dévastateur aux industries qui maltraitent les animaux. Agissez en signant l’ICE pour demander à la Commission européenne d’interdire l’utilisation de cages dans l’élevage. Si 1 million d’entre nous font entendre nos voix, nous auront l’opportunité de mettre fin à l’ère des cages (ce que signifie #EndTheCageAge).

Une ICE est un outil unique et puissant pour influencer les législateurs européens. Cela signifie qu’elle requiert davantage de données qu’une pétition classique. Chaque État membre de l’UE a mis en place ses propres règles pour la collecte des voix, et certains exigent des informations comme le numéro de passeport ou de carte d’identité. Le site est conforme aux règles de l’UE pour garantir que les données personnelles soient stockées de façon sécurisées, utilisées seulement pour la validation de votre signature de l’ICE et supprimées après que la signature a été prise en compte.

L’article L’industrie du foie gras s’en prend à la campagne #EndTheCageAge est apparu en premier sur PETA France.

Déjà sans fourrure, la marque de Victoria Beckham délaisse aussi les peaux exotiques grâce à PETA Royaume-Uni

Après de nombreuses années de pression par notre affiliée PETA Royaume-Uni, Victoria Beckham – icône et créatrice de mode – s’est engagée à ne plus faire usage de peaux exotiques dans ses créations. La marque a également affirmé sa politique anti-fourrure dans un communiqué, déclarant, « Victoria Beckham n’utilisera plus de peaux exotiques dans ses collections à partir de l’automne-hiver 2019. La marque Victoria Beckham n’a jamais utilisé de fourrure pour ses vêtements ni ses collections d’accessoires et a confirmé l’année dernière que ceci continuera d’être le cas. »

Derrière chaque sac ou paire de chaussures en peau de croco, de serpent ou de lézard se cache une mort violente et la décision de Victoria Beckham d’interdire les peaux exotiques permettra d’épargner une souffrance atroce à d’innombrables animaux intelligents et sensibles. PETA appelle les autres marques, de luxe ou non, à suivre cet exemple louable.

La souffrance derrière chaque peau exotique

PETA a diffusé de nombreuses enquêtes tournées dans l’industrie des peaux exotiques. Celles-ci montrent des crocodiles parqués dans des bassins d’eau fétide avant de se faire trancher la nuque et enfoncer des tiges en métal le long de la colonne vertébrale, souvent lorsqu’ils sont encore parfaitement conscients. Des autruches âgées de tout juste un an sont transportées dans des camions vers l’abattoir, où elles sont maintenues la tête en bas dans un mécanisme d’étourdissement, égorgées et déplumées. Et les serpents sont couramment cloués aux arbres avant d’être incisés d’un bout à l’autre et dépecés vivants.

En s’engageant à bannir les peaux exotiques de ses créations, Victoria Beckham se joint à Chanel, Diane von Furstenberg et Vivienne Westwood, qui ont tous pris cette décision progressiste. PETA appelle toute personne bienveillante à l’égard de ces animaux exploités pour des articles de luxe à contacter LVMH, la société mère de Louis Vuitton, pour leur demander de se défaire, eux aussi, des peaux exotiques :

Vous pourriez aimer ces informations

La fourrure, l’angora, le mohair et d’autres matières animales nécessairement cruelles perdent du terrain. Voyez par vous-même :

L’article Déjà sans fourrure, la marque de Victoria Beckham délaisse aussi les peaux exotiques grâce à PETA Royaume-Uni est apparu en premier sur PETA France.

Une vidéo d’enquête montre des homards démembrés vivants agonisant

Des travailleurs du Maine Fair Trade Lobster dans l’état du Maine aux États-Unis ont été filmés en train de démembrer des homards conscients en leur arrachant les pinces, en perçant leur carapace et en leur arrachant la tête dans une nouvelle vidéo d’enquête choquante transmise à PETA États-Unis.

Le Maine Fair Trade Lobster fait partie du East Coast Seafood Group, qui vend des homards vivants et morts, et des poissons morts à travers tous les États-Unis, l’Europe et l’Asie.

Bien qu’ils se fassent arracher membre après membre, il arrive souvent que les homards ne meurent pas immédiatement. Dans un rapport officiel présenter à la Commission européenne, un panel d’experts scientifiques ont convenu sans doute possible que les homards peuvent souffrir et ressentir la douleur, tout comme les chiens, les chats, les poissons et les humains. Mais ils ne rentrent pas dans un état second après avoir été blessés, ce qui fait qu’ils ressentent chaque instant de leur lente et douloureuse agonie. Démembrer des homards alors qu’ils sont pleinement conscients ne leur donne pas une mort instantanée et constitue une mutilation et une torture, infligeant à des animaux des douleurs et une souffrance non nécessaires, en violation manifeste de la loi de l’état fédéré.

Les affaires continuent comme d’habitude

Cette pratique ignoble est la façon standard de procéder du Maine Fair Trade Lobster, et, de toute évidence, elle est aussi courante dans l’industrie du homard du Maine. PETA États-Unis a montré en 2012 comment des animaux vivants étaient démembrés dans l’usine de transformation Sea Hag Seafood, désormais fermée, puis à nouveau dans l’usine de transformation Linda Bean’s Maine Lobster en 2013. Certains homards étaient mutilés et laissés à l’agonie dans des sacs poubelle.

PETA États-Unis a porté plainte auprès du bureau de police local, et une enquête est en cours. L’organisation exhorte également les acheteurs en gros de « produits » issus de homard de reconsidérer leur relation d’affaire avec le East Coast Seafood Group tant que cette pratique aura lieu.

La plupart des gens n’imagineraient jamais de mutiler ou de faire bouillir un chien ou un chat jusqu’à la mort, mais faire subir cela à un homard est tout aussi cruel.

En France, dans les rayons de certains supermarchés Monoprix, des animaux vivants agonisent ou attendent la mort. Certains sont entassés dans des caisses à l’air libre et sont lentement asphyxiés, d’autres survivent dans des viviers.

 

L’article Une vidéo d’enquête montre des homards démembrés vivants agonisant est apparu en premier sur PETA France.

Victoire : la Serbie interdit l’élevage d’animaux à fourrure

Après une attente d’une décennie, la Serbie a fini par adopter une interdiction totale de l’élevage d’animaux à fourrure. Cela signifie que chaque année, jusqu’à 12 000 chinchillas seront épargnées par les horreurs que sont le confinement dans des cages grillagées dégoûtantes et le fait d’être tués pour leur peau.

PETA Allemagne et PETA États-Unis

Cette excellente nouvelle intervient après des années de campagne déterminée de PETA Allemagne qui a rejoint plus de 40 autres organisations de protection des animaux du monde entier œuvrant pour s’assurer que le gouvernement serbe aille au bout de sa promesse de faire rentrer cette interdiction en application. Après que la loi sur le bien-être animal, qui rendait illégal l’élevage des animaux pour leur fourrure, fut adoptée en 2009, les lobbyistes de l’industrie de la fourrure ont essayé de la faire annuler. Mais grâce aux multiples manifestations des associations de défense des animaux, aux rencontres avec les députés et même une campagne avec une célébrité, le gouvernement a fini par agir, et l’interdiction est désormais officiellement rentrée en application.


En 2016, PETA États-Unis a mis au jour l’industrie cruelle de fourrure de chinchilla. L’enquête a révélé que dans les élevages d’animaux à fourrure, ces individus sensibles et intelligents sont confinés dans des cages dégoutantes et minuscules pendant leur vie entière, avant de se faire soit briser la nuque, soit électrocuter. Privés de l’opportunité de faire quoique ce soit qui leur soit naturel, tel que courir, tisser des liens sociaux et explorer leur environnement, ils atteignent souvent un état de détresse et la mortalité infantile est élevée.

La Serbie rejoint une liste grandissante de pays qui ont désormais interdit la production de fourrure, parmi laquelle on trouve l’Australie, la Belgique, la Croatie, la Bosnie Herzégovine, la Grande-Bretagne, le Japon, le Luxembourg, la Macédoine, la Norvège, la République tchèque et la Slovénie.

Voici ce que vous pouvez faire

L’élevage d’animaux pour leur fourrure est interdit dans de nombreux pays d’Europe mais reste – et c’est une honte – légal et pratique en France, où des dizaines de milliers de visons et des lapins Orylag sont gazés et dépecés chaque année. Demandez l’interdiction de la production de fourrure en France.

 

L’article Victoire : la Serbie interdit l’élevage d’animaux à fourrure est apparu en premier sur PETA France.

En 2018, le végan a poursuivi son ascension

Tous les individus d’autres espèces enfermés, maltraités ou massacrés pour nos expériences, notre alimentation, notre habillement, et nos divertissements n’attendent qu’une chose : que nous adoptions un mode de vie végan qui les épargne dans nos choix de tous les jours.

En 2018, le végan poursuit son ascension exceptionnelle. Tous les indicateurs sont au vert. Nous avons choisi cinq signes qui ne trompent pas :

  1. Les recherches Google

Le premier moteur de recherche a enregistré cette année encore une hausse des recherches du terme « vegan » en France. Regardez la courbe sur cinq ans :

  • Les alternatives véganes inondent les supermarchés

Glaces, desserts, crèmes, alternatives à la viande, difficile de passer à côté des produits végans qui ont envahi les supermarchés. Ce que confirme une étude qui vient de paraître : les ventes produits végétariens et végans ont grimpé de 24 % en 2018 !

  1. Du côté des restaurants

Les mets végans progressent dans les menus de nombreux restaurants, des burgers aux restaurants gastronomiques. Dix chefs étoilés ont signé une tribune enthousiaste dans Libération.

Quelles belles perspectives s’ouvrent à nous, qui savons qu’en cuisine, tout est affaire de plaisir et de découverte ! Satisfaire sa clientèle, lui proposer un voyage gustatif, partager ensemble de nouvelles saveurs et textures… La cuisine végétale nous engage à relever ces défis.

À Nice, le chef du Vegan Gorilla, déjà « maître restaurateur », est entré au Bib Gourmand du Guide Michelin après que Claire Vallée, chef du restaurant ONA du bassin d’Arcachon, est devenue la première chef végane à recevoir deux toques au Gault et Millau et une fourchette au Guide Michelin.

Dans les restaurants universitaires cette fois, à Amiens, Caen, Besançon, Lille et Strasbourg, des alternatives véganes voient le jour encouragés par la campagne Assiettes Végétales. Cette tendance n’est pas près de s’arrêter, puisque que 74 % de 18–24 ans sont favorables à des repas sans viande ni poisson dans les cantines scolaires selon un sondage BVA/Greenpeace mené du 4 au 5 avril 2018.

D’ailleurs, avez-vous pris quelques instants pour écrire au responsable de votre cantine ?

  1. La Coupe du Monde de la Pâtisserie met le végan à l’honneur

« Il existe aujourd’hui une vraie demande pour ce type de préparation recourant à des aliments d’origine exclusivement végétale », souligne Philippe Rigollot, pâtissier d’envergure internationale et fondateur de la compétition.

  1. Plus de 15 000 personnes ont commandé notre « Guide du végan en herbe »

Et vous ?

Demandez-le. C’est gratuit. Il vous mettra l’eau à la bouche et vous donnera des conseils pour commencer vous aussi à passer à une alimentation respectueuse des animaux.

L’article En 2018, le végan a poursuivi son ascension est apparu en premier sur PETA France.