Un chasseur jugé pour avoir traîné un chien avec son 4×4 sur des kilomètres

Cet article a été publié à l'original sur ce site

cet article a été publié à l'original en provenance de ce site

Un acte d’une cruauté inouïe. Un chasseur de Saint-Etienne-des-Sorts, dans le Gard, sera jugé (14/02/18) par le tribunal correctionnel de Nîmes pour avoir traîné le chien d’un voisin derrière son pick-up. Si le jeune Rocky se remet doucement de ses blessures, il reste traumatisé par cette épreuve. 
Partagez cette actu sur Facebook, Twitter et Google +
Rappel des faits : le 29 décembre 2017, Éric de Sousa ne retrouve plus dans son jardin son chien âgé de 15 mois. Dans la soirée, un chasseur de 59 ans se présente et prétend l’avoir retrouvé, en état d’agonie. Ensemble, ils vont à la rencontre de l’animal et Éric l’emmène dans une clinique vétérinaire. Le lendemain, une femme confiera que son mari a vu toute la scène et reconnu le véhicule… du chasseur. 

Traîné sur plus de 2 km !

Et la scène en question a de quoi faire frémir. Le chasseur aurait attaché le chien au cou, puis traîné sur plus de 2 kilomètres à l’aide de son 4×4 ! « Le chien présentait des blessures au poitrail, aux coussinets ainsi qu’une plaie ouverte à une cuisse, détaille Maître Isabelle Terrin, l’avocate d’Éric De Sousa. Nous ignorons à ce stade s’il en gardera des séquelles. » Éric ne décolère pas après cet acte odieux : « Je suis furieux après cette histoire insensée, rage-t-il. Le geste est déjà assez horrible comme ça. Mais, en plus, il se fout de vous : rendez-vous compte qu’il est même venu prendre des nouvelles le lendemain. C’est incompréhensible. » Quel cynisme !

Un être « vivant et sensible »

L’auteur présumé des faits a été mis en garde-à-vue après la plainte, déféré devant le parquet et placé sous contrôle judiciaire. Il sera jugé mercredi 14 février 2018 par le tribunal correctionnel de Nîmes. Son expertise psychiatrique n’a pas donné d’éclairage supplémentaire sur cette affaire et son casier judiciaire est vierge. « Le mobile reste un mystère, poursuit l’avocate. J’espère que l’audience va nous permettre de comprendre cet acte de cruauté. » La Fondation 30 Millions d’Amis s’est constituée partie civile et sera présente à l’audience.

 

Les sanctions prévues par la loi doivent être appliquées avec sévérité. Reha HUTIN

« En 2015 nous avons obtenu que l’animal soit enfin reconnu dans le Code civil comme un être vivant et sensible. Il est grand temps que certains en prennent la mesure ! On ne peut impunément faire souffrir un animal de la sorte, réagit Reha Hutin, présidente de la Fondation 30 Millions d’Amis. Les sanctions prévues par la loi doivent être appliquées avec sévérité. »

Rocky, toujours en soins

S’il va mieux aujourd’hui, Rocky doit toujours se faire soigner. « Il a encore une boule à la patte, raconte Éric. Le pauvre adorait sortir et courir. Il ne pense qu’à s’amuser. C’est très dur pour lui de ne pas pouvoir courir. Vous savez, c’est un chien très gentil. Tout le monde l’adore. » Mélanie, la jeune fille d’Éric est encore sous le coup de l’émotion : « De savoir que cette personne nous est venue en aide tout en lui ayant infligé cela, je suis terriblement en colère, lance-t-elle. Nous recevons des messages de soutien tous les jours. Et je tiens à donner des nouvelles de Rocky régulièrement via les réseaux sociaux. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *