L’itinéraire inversé d’une dinde de l’assiette au couvoir, en vidéo

Cet article a été publié à l'original sur ce site

Alors que l’horloge tourne à rebrousse-temps à partir d’un dîner où l’on sert une dinde, les images refluent et montrent que cette chair rôtie provient d’un oiseau vivant doué de sensibilité qui s’est fait couper le bec, a grandi parqué dans un hangar insalubre et, dans ses derniers instants de terreur, a finalement été électrocuté, gazé voire directement égorgé puis ébouillanté sur une chaîne d’abattage.

Pourtant, les dindes sont des oiseaux intelligents et sensibles qui peuvent aimer les caresses.

En milieu naturel, les dindes peuvent vivre jusqu’à 10 ans, mais celles qui sont élevées pour l’alimentation sont habituellement abattues alors qu’elles n’ont que 12 semaines pour les femelles et 15 semaines pour les mâles.

Si on leur en laisse la chance, les bébés restent avec leur mère jusqu’à l’âge de 5 mois, et ils aiment prendre leur repas en commun avec leur famille. Un peu comme les humains lors des fêtes de fin d’année.

Dans les abattoirs français, en 2015, 48 892 000 dindes ont été élevées puis tuées, ainsi que 28 288 000 pintades. 97 % des dindes vivaient dans des élevages dont la densité était de 8 oiseau par mètre carré. Elles n’ont pas pu exprimer leurs comportements naturels : explorer leur environnement, courir, prendre des bains de poussière, tisser des liens sociaux et se reproduire.

La sélection génétique amplifie leur croissance et leur prise de poids, provoquant des problèmes de santé telles que des boiteries ou des fractures.

Vous ne mangeriez pas votre chien

Alors pourquoi manger une dinde ?

Découvrez nos recettes véganes pour des fêtes sans cruauté.

The post L’itinéraire inversé d’une dinde de l’assiette au couvoir, en vidéo appeared first on PETA France.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *