Le lionceau était détenu chez un particulier dans une cité

Cet article a été publié à l'original sur ce site

cet article a été publié à l'original en provenance de ce site

Pito a été mis en sécurité par la Fondation 30 Millions d’Amis dans un centre partenaire. © Fondation 30 Millions d’Amis

C’est une publication sur les réseaux sociaux qui a tout déclenché. Un homme a publié une vidéo de lui sur Snapchat, exhibant et secouant un lionceau. Alertée, la police de Montreuil en Seine-Saint-Denis découvre, après enquête, que le jeune fauve est retenu dans un appartement d’une cité de Noisy-le-Sec (93). C’est avec l’aide de la Brigade cynotechnique des sapeurs-pompiers de Paris et du Colonel Grandjean, vétérinaire en chef, que l’animal a été saisi. 

Des conditions de détention inadaptées

Lors de l’intervention, les forces de l’ordre constatent que le félin se trouve seul dans l’appartement, enfermé dans une cage qui ne répond pas aux besoins physiologiques de son espèce. Pour le manipuler, le « propriétaire » avait attaché une chaine en étrangleur autour de son cou sous forme de laisse. A proximité de l’animal, des gants de boxe déchiquetés ont été retrouvés. 

L’individu interpellé n’avait ni certificat, ni autorisation pour posséder ce type d’espèce sauvage protégée. Malnutri, le lionceau était visiblement déshydraté.

Partagez sur FacebookTwitter et Google +.

Enquête en cours

L’animal, confié à la Fondation 30 Millions d’Amis, a été transporté vers un lieu d’accueil adapté. 

La Fondation 30 Millions d’Amis a déposé plainte pour mauvais traitements, détention et origine illégales. Une enquête est en cours – menée par la police de Montreuil, qui a permis de retrouver la trace de Pito – pour déterminer comment et où l’homme, placé en garde à vue, a pu se procurer l’animal. 

Ne l’oubliez pas, c’est grâce à votre générosité que nous pouvons également venir en aide aux animaux comme Pito, détenus dans des conditions déplorables. Pour continuer nos actions, nous comptons sur vous : faites un don.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *