La Fondation 30 Millions d’Amis récompense une étudiante en droit animalier pour ses travaux

Cet article a été publié à l'original sur ce site

cet article a été publié à l'original en provenance de ce site

Lors de la remise des diplômes de la 2eme session du DU en droit animalier de l’Université de Limoges, Reha Hutin, présidente de la Fondation 30 Millions d’Amis, s’est adressée aux participants dans une vidéo.

La 2e promotion du Diplôme Universitaire en droit animalier de l’Université de Limoges – mis en place en partenariat avec la Fondation 30 Millions d’Amis – a été un véritable succès en nombre de participants. A l’occasion de la clôture de cette deuxième session, 32 participants (étudiants et professionnels) ont été diplômés (8/09/17).
 
Lors de la remise des diplômes, Reha Hutin, présidente de la Fondation 30 Millions d’Amis s’est exprimée devant l’ensemble des lauréats, des professeurs et des professionnels présents, dans une vidéo. Interrogée par Flore Le Maoût, étudiante et diplômée de la 2ème promotion, Reha Hutin s’est exprimée sur l’origine de son engagement pour la cause, les progrès du droit animalier ou encore sur les nombreux combats de la Fondation en faveur de tous les animaux.

Remise du prix Jules Michelet

Le Prix de droit animalier Jules Michelet a été décerné à l’un des participants au DU, à l’issue de la cérémonie de clôture. En effet, pour valider leur cursus, ils devaient élaborer une proposition de réforme du droit animalier. Leurs propositions ont été ensuite soumises à un jury, composé de deux universitaires, deux personnalités reconnues dans le droit animalier, un magistrat, un avocat et le Délégué général de la Fondation 30 Millions d’Amis qui a décerné ce Prix. Ce sont les travaux de Célia Fontaine qui ont été récompensés par la Fondation 30 Millions d’Amis, par la remise d’un chèque de 1000 euros.
 
Sa « Proposition de réforme instaurant la Liste positive des mammifères non domestiques pouvant être détenus comme animaux de compagnie » a suscité l’adhésion de la majorité des membres du jury. En effet, il existe aujourd’hui en France un arsenal juridique complexe et éparpillé composé de plusieurs réglementations qui interdisent certains animaux, dites listes « négatives ». A contrario, une liste « positive » permettrait de lister précisément les espèces qui ont été étudiées scientifiquement au cas par cas et qui ont été estimées aptes à être détenues comme animaux de compagnie sans danger pour ces espèces, mais aussi pour leur propriétaire, le public et notre environnement.
 
« J’ai voulu traiter de cette question car il m’a semblé que la France avait du retard à ce sujet comparé à d’autres pays européens comme la Belgique, les Pays Bas ou le Luxembourg, qui ont déjà adopté ou sont sur le point de le faire. Cela m’exaspère de constater qu’encore de nombreuses personnes pensent pouvoir détenir chez eux des animaux fragiles qui ne sont pas fait pour la captivité » explique Célia Fontaine à 30millionsdamis.fr.

La 2e promotion du DU en droit animalier à l’Université de Limoges. © Fondation 30 Millions d’Amis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *