Archives de catégorie : BLOG

L’ignoble foie gras à nouveau interdit en Californie

La cruauté bat de l’aile

Bonne nouvelle pour les canards et les oies : la Cour d’appel des États-Unis a confirmé la légalité de de l’interdiction de la vente de foie gras en Californie. Sur les tables de l’État doré, le plus peuplé des États-Unis, on ne trouvera plus les foies malades d’animaux gavés de force au moyen d’un tube enfoncés jusque dans leur gosier.  PETA milite depuis des années contre cette torture, par exemple en publiant une enquête montrant le  gavage des animaux. La France, premier producteur et donc premier tortionnaire mondial – où 80 millions d’animaux  souffrent et meurent chaque année pour qu’on leur prenne leur foie – ferait bien de s’inspirer de cet exemple, alors que de nombreuses alternatives végétales délicieuses existent pour remplacer ce mets atroce.

Engagez-vous vous aussi à renoncer au foie gras !

The post L’ignoble foie gras à nouveau interdit en Californie appeared first on PETA France.

Recherchons toujours des familles d’accueil pour les 130 chats secourus à Paris

cet article a été publié à l'original en provenance de ce site

Placés au refuge 30 Millions d’Amis de La Tuilerie, les chats attendent des familles d’accueil !

130 chats dans 25 m2 à Paris : vous avez été très nombreux à découvrir les terribles conditions de vie de ces animaux dans notre vidéo.
Ces chats ont été placés au refuge 30 Millions d’Amis de La Tuilerie, à Saint-Hilliers (77). Après avoir été lavés, déparasités, vaccinés, ils se remettent de leurs terribles conditions de vie. Ils sont soignés et chouchoutés par nos équipes.

Objectif : les socialiser

Mais devant l’afflux de pensionnaires, la Fondation 30 Millions d’Amis recherche toujours activement des familles d’accueil pour ces chats. Ils ont en effet besoin de foyers où ils seront socialisés et choyés.
« Ils ne sont pas agressifs mais ils n’ont pas l’habitude d’être manipulés » explique Anne Puggioni, responsable du refuge 30 Millions d’Amis de La Tuilerie. Craintifs, ils restent blottis ensemble comme ils avaient l’habitude de le faire… dans le studio parisien.

Ce sont de vraies boules d’amour qui ne demandent qu’à retrouver confiance et s’épanouir !

Appel à la générosité

Depuis la publication de la vidéo de leur sauvetage, nous avons reçu de nombreux appels. Grâce à vous, plusieurs matous ont d’ores et déjà été placés dans des familles. Mais plus d’une centaine attendent encore leur tour : n’hésitez pas à appeler le refuge 30 Millions d’Amis de La Tuilerie au 01 64 00 15 45.

Les chats seront adoptables définitivement lorsque la procédure judiciaire sera complètement terminée.

Comment fêter un Roch Hachana végan ?

La fête de Roch Hachana est le nouvel an juif, qui est célébré sur deux jours, souvent en famille et autour de repas festifs. Roch Hachana signifie « la tête de l’année » et c’est pourquoi une tête de poisson est traditionnellement mangée. Fort heureusement, pour celles et ceux ne souhaitant pas consommer une partie d’un individu sensible, intelligent et sociable – qui a atrocement souffert et été violemment étouffé avant de finir sur la table – il y a de nombreux plats végans qui peuvent être dégustés durant cette fête, et d’autres peuvent être facilement « véganisés ».

Durant cette fête solennelle, le miel est utilisé pour signifier le début d’un nouvel an « doux ». Celui-ci n’étant pas végan, il existe cependant de nombreuses alternatives : du sirop d’agave au sirop d’érable ou, pour une option saine et faite maison, pourquoi ne pas confectionner ce sirop de datte, facile, doux, sucré et délicieux ? Il peut être utilisé pour y tremper des quartiers de pomme, ou dans la fabrication du gâteau au « miel » traditionnel.

Les grenades ont également place d’honneur sur la table lors de Roch Hachana, ainsi que tout autre fruit de saison.

Les chouchoukas (fritures de poivrons, tomates, oignons et aubergines) sont servies en entrée dans certaines familles, et sont déjà habituellement végans. Il en existe autant de variantes que de familles, mais en voici quelques recettes à titre d’exemple.

Pour le plat principal, des couscous végétariens sont faciles à cuisiner, éventuellement agrémentés de falafels ou de boulettes végétales.

Roch Hachana marque l’anniversaire de la création du monde, et est l’occasion de réfléchir à ses actions et à leur impact sur les autres êtres, et fournit le moment idéal pour débuter un nouveau mode de vie en adoptant des habitudes respectueuses et éthiques. Quel meilleur moment pour s’en remettre au Guide du végan en herbe, pour une alimentation bienveillante envers les animaux. L’Shana Tova !

The post Comment fêter un Roch Hachana végan ? appeared first on PETA France.

Pour survivre, une douzaine de chiens contraints de manger leurs excréments

cet article a été publié à l'original en provenance de ce site

Ces pauvres animaux n’ont connu qu’une vie misérable. © ARPA

C’est dans une belle maison avec un grand jardin, en plein centre-ville de Montagnac-sur-Auvignon, dans le Lot-et-Garonne. Mais dans la cave, à l’abri des regards, se cachait le pire. 12 chiens vivaient enfermés dans cette petite pièce plongée dans l’obscurité, au milieu de leurs déjections et de débris.

Certains portaient des colliers anti-aboiement, un autre était maintenu attaché dans une cage et une petite chienne était en train de mourir dans une bassine. Grâce au signalement d’un voisin qui a entendu des gémissements, l’association ARPA et la Fondation 30 Millions d’Amis ont pu intervenir pour les délivrer (08/09/2017).

 

Leurs conditions de vie étaient terribles ! Marie, du refuge ARPA.

Un sort misérable

Ni identifiés, ni stérilisés, ces pauvres chiens étaient infestés de parasites : « Ils étaient envahis de puces et de vers. Ils ont certainement dû manger leurs excréments pour survivre… », précise Marie, du refuge ARPA. Plusieurs d’entre eux étaient blessés, en raison de bagarres dans le groupe.

« J’ai rarement vu ça. Même les gendarmes étaient choqués. Les conditions de vie de ces chiens étaient terribles ! », déplore-t-elle.

Les animaux ont été emmenés chez le vétérinaire, in-extremis : « 2 chiens qui étaient blessés par des morsures, dont la petite chienne qui était en train de mourir dans une bassine, ont heureusement pu être sauvés », précise Marie. Malheureusement, sur les 13 chiens pris en charge, l’un d’eux a succombé à ses blessures.

La Fondation 30 Millions d’Amis a déposé plainte à l’encontre du maître.

Appel à l’adoption

Les animaux ont été cédés à l’amiable à la Fondation 30 Millions d’Amis qui les a transférés dans son refuge de La Tuilerie, à Saint-Hilliers (77). « Ils sont peureux mais très gentils. Il y aura beaucoup d’éducation à faire car ils n’ont rien connu de la vie…», indique Marie.

Ces chiens, qui ont manqué de tout, recherchent désormais une famille pour la vie ! Appelez le refuge 30 Millions d’Amis de La Tuilerie au 01 64 00 15 45.

L’un des chiens sauvés par la Fondation 30 Millions d’Amis. © ARPA

Draguignan : prison ferme pour avoir torturé le chat Chevelu

cet article a été publié à l'original en provenance de ce site

6 mois de prison ferme à exécution immédiate et une interdiction à vie de détenir des animaux. C’est le jugement prononcé par le Tribunal correctionnel de Draguignan (15/09/2017) à l’encontre d’un homme de 28 ans qui avait tué à coup de pied un chat prénommé « Chevelu » à Draguignan. L’homme a été conduit immédiatement en prison à l’issue de l’audience.
Ayant avoué avoir frappé le chat à coup de pied avec ses chaussures de sécurité, l’homme a vainement tenté de justifier son acte : « Le chat venait pisser sur mon scooter, j’ai vu rouge et je l’ai frappé. On m’a retiré ma petite fille, j’étais aussi en colère », peut-on lire dans la presse.
La Fondation 30 Millions d’Amis – qui était partie civile au procès – est soulagée qu’une peine de prison ferme ait été prononcée pour punir cet acte de cruauté gratuite ayant entrainé la mort de l’animal.

Rappel des faits

En mai 2017, l’association des amis des chats de Draguignan retrouvait le cadavre d’un chat victime de violences. Comme l’a rappelé la présidente du tribunal correctionnel lors de l’audience : « L’autopsie pratiquée sur la dépouille du chat a révélé des lésions graves à la boîte crânienne, des ecchymoses sur tout le corps, des vertèbres retournées et même les yeux sortis des globes oculaires. Un vrai massacre. ». Le pauvre animal avait enduré un long calvaire avant de succomber.
L’affaire avait aussitôt été condamnée par la Fondation 30 Millions d’Amis qui s’était immédiatement constituée partie civile pour appuyer la plainte déposée par l’association.

La Fondation 30 Millions d’Amis récompense une étudiante en droit animalier pour ses travaux

cet article a été publié à l'original en provenance de ce site

Lors de la remise des diplômes de la 2eme session du DU en droit animalier de l’Université de Limoges, Reha Hutin, présidente de la Fondation 30 Millions d’Amis, s’est adressée aux participants dans une vidéo.

La 2e promotion du Diplôme Universitaire en droit animalier de l’Université de Limoges – mis en place en partenariat avec la Fondation 30 Millions d’Amis – a été un véritable succès en nombre de participants. A l’occasion de la clôture de cette deuxième session, 32 participants (étudiants et professionnels) ont été diplômés (8/09/17).
 
Lors de la remise des diplômes, Reha Hutin, présidente de la Fondation 30 Millions d’Amis s’est exprimée devant l’ensemble des lauréats, des professeurs et des professionnels présents, dans une vidéo. Interrogée par Flore Le Maoût, étudiante et diplômée de la 2ème promotion, Reha Hutin s’est exprimée sur l’origine de son engagement pour la cause, les progrès du droit animalier ou encore sur les nombreux combats de la Fondation en faveur de tous les animaux.

Remise du prix Jules Michelet

Le Prix de droit animalier Jules Michelet a été décerné à l’un des participants au DU, à l’issue de la cérémonie de clôture. En effet, pour valider leur cursus, ils devaient élaborer une proposition de réforme du droit animalier. Leurs propositions ont été ensuite soumises à un jury, composé de deux universitaires, deux personnalités reconnues dans le droit animalier, un magistrat, un avocat et le Délégué général de la Fondation 30 Millions d’Amis qui a décerné ce Prix. Ce sont les travaux de Célia Fontaine qui ont été récompensés par la Fondation 30 Millions d’Amis, par la remise d’un chèque de 1000 euros.
 
Sa « Proposition de réforme instaurant la Liste positive des mammifères non domestiques pouvant être détenus comme animaux de compagnie » a suscité l’adhésion de la majorité des membres du jury. En effet, il existe aujourd’hui en France un arsenal juridique complexe et éparpillé composé de plusieurs réglementations qui interdisent certains animaux, dites listes « négatives ». A contrario, une liste « positive » permettrait de lister précisément les espèces qui ont été étudiées scientifiquement au cas par cas et qui ont été estimées aptes à être détenues comme animaux de compagnie sans danger pour ces espèces, mais aussi pour leur propriétaire, le public et notre environnement.
 
« J’ai voulu traiter de cette question car il m’a semblé que la France avait du retard à ce sujet comparé à d’autres pays européens comme la Belgique, les Pays Bas ou le Luxembourg, qui ont déjà adopté ou sont sur le point de le faire. Cela m’exaspère de constater qu’encore de nombreuses personnes pensent pouvoir détenir chez eux des animaux fragiles qui ne sont pas fait pour la captivité » explique Célia Fontaine à 30millionsdamis.fr.

La 2e promotion du DU en droit animalier à l’Université de Limoges. © Fondation 30 Millions d’Amis

15 photos d’animaux et leurs maîtres qui ont grandi ensemble

cet article a été publié à l'original en provenance de ce site

C’était une petite boule de poils à son arrivée à la maison… et nous étions, pour la plupart, en culotte courte ! Puis le temps a passé et nous avons grandi ensemble : l’apanage du bonheur ! Voici 15 photos envoyées par certains membres de la communauté 30 Millions d’Amis, rassemblés pour une même cause : #vieillirensemble et dire #nonalabandon.

Ophélie et Caramel

© Ophélie F.

Ophélie, 8 ans à l’époque avec son chat Caramel, adopté à 2 mois et demi. Ils ont aujourd’hui respectivement 18 et 10 ans.

Tom et Ever

© Valérie B.

Tom, 9 ans, et Ever, 2 mois, se sont mutuellement choisis car leur caractère est semblable. « 30kg plus tard, leur complicité n’a pas pris une ride et quelle joie le matin pour Ever d’aller réveiller Tom en sautant sur son lit ! »raconte sa maman, Valérie.

Justin et Mitsuki

© Justin M.

Entre Justin et Mitsuki, ça roule ! Quelques années seulement séparent ces deux photos et la complicité est intacte ! 

Océane et Taïga

© Océane V.

Taïga aura connu la vie dans un refuge… mais surtout la vie auprès d’Océane ! Cela fait désormais 3 ans qu’elles sont inséparables.

Mariam et Brutus

© Mariam S.

Mariam, 22 ans, a comme plus « ancien et fidèle ami » Brutus, 12 ans. Depuis 10 ans, ils ont bien grandi et leur relation aussi !

Dylan et Hercule

© Dylan Q.

Dylan 15 ans, tient le petit Hercule de 6 jours dans ses bras. 5 ans plus tard, le petit a dépassé le grand… « Malgré ses soucis de santé et ses opérations, je n’ai jamais pensé à l’abandonner. Il adore les câlins, les balades et dormir étalé sur le lit » raconte Dylan.

Céline et Titi

© Céline J.

Céline, 18 ans, pose avec Titi, 3 mois ! A 30 ans, Céline vit toujours le bonheur : Titi est toujours là, avec 12 printemps au compteur !

Morgan et Olympe

© Morgane M.

Morgan et Olympe, un duo toujours aussi complice et câlin après 8 ans d’amour !

Yannick et Maitouck

© Yannick M.

Cet été 2017, Maitouck, 14 ans, est parti en laissant Yannick, 30 ans, seul avec ses souvenirs… Mais quels souvenirs ! « La centaine de vols en avion, les multiples kilomètres, les nuits à l’arrache dehors dans la voiture ou le camion ! »… Un bel hommage à retrouver sur son compte Facebook.

Lisa et Drago

© Lise T.

Lisa, 10 ans pose avec Drago, 2 mois. 8 ans plus tard, la photo est presque semblable ! « Il est devenu mon meilleur allié. C’est un chien d’une extrême gentillesse, très câlin qui sait parfaitement remonter le moral. J’ai appris beaucoup de lui, et j’espère qu’il restera encore longtemps à mes côtés. Il est sans aucun doute la meilleure chose qui me soit arrivée » explique-t-elle.

Claire et Grisous

© Claire W.

Grisous, c’était le cadeau d’anniversaire de Claire, 9 ans. 15 ans plus tard, c’est toujours un cadeau !

Lucile et Tina

© Lucile B.

Tina est entrée dans la ville de Lucile quand elle avait 7 ans. Et maintenant ? « 15 ans qu’elle partage ma vie, 15 ans qu’elle fait mon bonheur, 15 ans de vacances (aussi bien à la plage qu’à la montagne) à ses côtés. Elle nous a suivi partout, ma famille et moi n’avons pas imaginé une seule seconde partir sans elle, encore moins l’abandonner. Quand on décide d’avoir un animal de compagnie on l’assume jusqu’au bout. Un animal est un membre de la famille, et on n’abandonne pas sa famille », indique-t-elle.

Louise et son chien

© Louise BC.

Louise posait ici avec son toutou en mai 2003. Aujourd’hui disparu, son souvenir ne s’efface pas !

Magali et Hobbes

© Magali NT.

17 ans d’amour entre Magali et son chien Hobbes. Et 17 ans d’aventure ! « Nous avons traversé le monde tous les deux. Nous avons pris l’avion, le bateau, la voiture, le train. Nous avons fait du ski, de la moto… », se souvient Magali.

Céline et Pongo

© Céline D.

Pongo, un Lhassa Apso s’est retrouvé aux côtés de Céline alors qu’elle était âgée de 5 ans. 5 ans plus tard, ils sont toujours aussi complices !

Vous aussi, vous pouvez diffuser vos photos sur les réseaux sociaux avec le hashtag de ralliement : #vieillirensemble !

Le parcours inverse d’un steak, de l’élevage à l’assiette

La plupart des gens ne pensent pas à l’individu dont provient la viande dans leur assiette, mais chaque hamburger est fabriqué avec la chair d’un animal qui a vécu une vie de misère et a subi une mise à mort violente. Retraçant l’itinéraire inverse du steak, la vidéo ci-dessous révèle les souffrances de la vache élevée et tuée pour le fabriquer : celle-ci a été séparée de sa mère, a vécu confinée dans un hangar et a été écornée sans traitement antidouleur avant d’être transportée vers l’abattoir pour se faire égorger de manière violente et terrifiante.

Les vaches sont sociables, joueuses et très intelligentes. Elles ressentent les émotions au même titre que nous, et exhibent même des signes physiques de « l’effet Euréka » – la joie et l’excitation éprouvée lorsque l’on résout un problème – sautillement, tressaillement, coup de pied au sol. Pour communiquer entre elles, les vaches disposent d’une gamme de vocalisations, ainsi que des signaux visuels (posture, position des oreilles…) et même des glandes odoriférantes afin de transmettre des émotions de manière olfactive.

Mais la plupart des vaches exploitées par l’industrie de la viande sont entassées dans des hangars sombres et insalubres, et n’ont jamais l’occasion de voir la lumière du jour ni de respirer l’air frais. Les mères sont inséminées de force et à répétition, et chaque veau leur est enlevé pour être envoyé dans des hangars d’engraissement avant de partir pour l’abattoir. Là, ces animaux terrorisés sont hissés à l’envers par leurs pattes arrière et sont égorgés, parfois sans étourdissement efficace.

Chaque morceau de viande provient d’un être vivant doué de sensibilité qui a souffert atrocement pour finir, contre son grès, dans une assiette. Les consommateurs soucieux du bien-être animal peuvent faire preuve de compassion envers ces individus en choisissant des repas végans, qui permettent de protéger les animaux et la planète, et ont également l’avantage d’être plus sains!

 

The post Le parcours inverse d’un steak, de l’élevage à l’assiette appeared first on PETA France.