Tous les articles par Cyril Ernst

L’ignoble foie gras à nouveau interdit en Californie

La cruauté bat de l’aile

Bonne nouvelle pour les canards et les oies : la Cour d’appel des États-Unis a confirmé la légalité de de l’interdiction de la vente de foie gras en Californie. Sur les tables de l’État doré, le plus peuplé des États-Unis, on ne trouvera plus les foies malades d’animaux gavés de force au moyen d’un tube enfoncés jusque dans leur gosier.  PETA milite depuis des années contre cette torture, par exemple en publiant une enquête montrant le  gavage des animaux. La France, premier producteur et donc premier tortionnaire mondial – où 80 millions d’animaux  souffrent et meurent chaque année pour qu’on leur prenne leur foie – ferait bien de s’inspirer de cet exemple, alors que de nombreuses alternatives végétales délicieuses existent pour remplacer ce mets atroce.

Engagez-vous vous aussi à renoncer au foie gras !

The post L’ignoble foie gras à nouveau interdit en Californie appeared first on PETA France.

Plus de 100 000 personnes appellent l’UE à ouvrir la voie à une science sans animaux

Alors que l’évaluation formelle de REACH par la Commission européenne est prévue en octobre 2017, des citoyens engagés demandent que l’UE devienne le chef de file d’une science progressiste et innovante en mettant fin aux cruels tests sur les animaux et d’adopter les méthodes de recherche de pointe, sans animaux.

La directive REACH (Enregistrement, évaluation, autorisation et restriction des produits chimiques) est le plus grand programme de tests sur les animaux au monde. À partir des rapports les plus récents, PETA estime que depuis son lancement jusqu’en 2016, plus d’un million d’animaux avaient été utilisés dans des tests pour répondre à ses critères.

Le programme est en cours d’évaluation en ce moment-même, et des sympathisants de PETA et de ses affiliées internationales réclament du changement. Une lettre ouverte adressée à la Commission européenne et à l’Agence européenne des produits chimiques signée par des milliers de personnes déclare :

Veuillez cesser d’exiger l’utilisation d’animaux pour les tests de produits chimiques. Car aussi longtemps que REACH reposera sur des tests sur les animaux, l’objectif d’assurer la sécurité dans l’usage des produits chimiques ne pourra être atteint.

REACH implique que l’UE – autrefois considérée comme le meneur mondial dans la protection des animaux – est désormais engagée dans des tests non pertinents et cruels qui provoquent la souffrance et la mort douloureuse d’innombrables animaux.

Nous vous exhortons à saisir l’opportunité de la révision de REACH pour faire de l’UE le chef de file mondial d’une science progressiste et innovante en mettant fin à ces tests cruels et en acceptant des techniques de recherche de pointe qui ne font pas de mal aux animaux.

Pour recevoir des nouvelles de notre travail pour convaincre la Commission européenne, inscrivez-vous pour recevoir des informations par e-mail. Envisagez également de faire un don nécessaire pour soutenir notre travail innovant qui sauve des vies animales.

 

The post Plus de 100 000 personnes appellent l’UE à ouvrir la voie à une science sans animaux appeared first on PETA France.

Plus que quelques jours pour demander à l’UE d’ouvrir la voie à une science sans animaux

Alors que l’évaluation formelle de REACH par la Commission européenne est prévue en octobre 2017, des citoyens engagés demandent que l’UE devienne le chef de file d’une science progressiste et innovante en mettant fin aux cruels tests sur les animaux et d’adopter les méthodes de recherche de pointe, sans animaux.

La directive REACH (Enregistrement, évaluation, autorisation et restriction des produits chimiques) est le plus grand programme de tests sur les animaux au monde. À partir des rapports les plus récents, PETA estime que depuis son lancement jusqu’en 2016, plus d’un million d’animaux avaient été utilisés dans des tests pour répondre à ses critères.

Le programme est en cours d’évaluation en ce moment-même, et des sympathisants de PETA réclament du changement. Une lettre ouverte adressée à la Commission européenne et à l’Agence européenne des produits chimiques signée par des milliers de personnes déclare :

Veuillez cesser d’exiger l’utilisation d’animaux pour les tests de produits chimiques. Car aussi longtemps que REACH reposera sur des tests sur les animaux, l’objectif d’assurer la sécurité dans l’usage des produits chimiques ne pourra être atteint.

REACH implique que l’UE – autrefois considérée comme le meneur mondial dans la protection des animaux – est désormais engagée dans des tests non pertinents et cruels qui provoquent la souffrance et la mort douloureuse d’innombrables animaux.

Nous vous exhortons à saisir l’opportunité de la révision de REACH pour faire de l’UE le chef de file mondial d’une science progressiste et innovante en mettant fin à ces tests cruels et en acceptant des techniques de recherche de pointe qui ne font pas de mal aux animaux.

Le temps presse, et il faut agir !

Il reste moins d’une semaine pour que notre pétition – ainsi que celles de nos affiliées internationales – recueille un maximum de signatures.

Nous en sommes actuellement à

signatures.

Signez vous aussi notre pétition :

et partagez-la sur Facebook et Twitter.

The post Plus que quelques jours pour demander à l’UE d’ouvrir la voie à une science sans animaux appeared first on PETA France.

Vidéo : ils ont sauté dans l’arène à Dax

Trois courageux militants ont bravé les interdictions de manifester prises sous prétexte de l’état d’urgence et ont sauté depuis les gradins dans l’arène, trois mètres plus bas.

Par leurs slogans, ils ont aussi voulu interpeller directement le président de la République pour qu’il abolisse la corrida.

Bien que la torture de plusieurs animaux à l’arme blanche constitue un délit presque partout en France et que l’un des militants ait, selon la presse, été victime de violences gratuites de la part d’un employé, ce sont les militants qui seront probablement poursuivis en justice, et non pas les tortionnaires armés.

Dans leur communiqué de presse, les militants de Vegan Strike Group déclarent :

N’y a t-il pas assez de souffrance sur terre, pour que certains individus puissent encore payer pour assister à l’humiliation et à la torture d’un être par ses bourreaux. C’est ce que Vegan Strike group tente de dénoncer.

Ne vous rendez jamais dans une arène

Prenez la décision de ne jamais financer de tels « spectacles » et informez-en votre entourage :

The post Vidéo : ils ont sauté dans l’arène à Dax appeared first on PETA France.

Le parc Astérix, prison et mouroir

En 2016, on comptait sept dauphins captifs dans les bassins prisons du parc Astérix, au nord de Paris. Privés de liberté et exploités pour des spectacles d’un autre temps, ces animaux sont aussi utilisés pour la reproduction afin qu’ils donnent naissance à d’autres victimes et que le cycle infernal se perpétue, sur place ou dans d’autres zoos ou delphinariums.

Âgé d’à peine 6 jours, un très jeune dauphin est mort le 17 juillet sans que la direction du parc Astérix puisse expliquer pourquoi. En 2015, un autre bébé dauphin était mort dans ces mêmes bassins. À Marineland, une autre prison marine implantée à Antibes, les animaux marins détenus – orques, dauphins, otaries – sont également nombreux à mourir du fait de leur environnement artificiel inadapté.

Les dauphins sont des animaux dont l’intelligence hors du commun et la sociabilité sont des objets d’étude pour les scientifiques. Dans les prisons aquatiques, ces animaux fascinants n’ont pourtant accès qu’à des activités rares, inadaptées voire pénibles. Et du fait de l’agressivité que provoque la captivité, ils connaissent une profonde détresse, encore accentuée par la séparation des mères de leurs enfants. Ils passent toute leur vie en captivité dans des piscines exiguës dont les parois réverbèrent leur sonar alors que dans la nature ils parcourraient de grandes étendues d’eau et pourraient laisser libre cours à leurs besoin sociaux et comportementaux.

Il y a peu, un arrêté ministériel – attaqué par les entreprises qui tirent leur profit de la souffrance de ces animaux – a interdit la captivité des cétacés détenus dans les établissements présents le sol français. Cette barbarie semble donc condamnée à disparaître.

Mais les animaux encore prisonniers de parcs comme le parc Astérix ou Marineland doivent pouvoir finir leurs jours dans des conditions de vie décentes. Venez-leur en aide en appelant Marineland à relâcher ses animaux dans des sanctuaires côtiers adaptés.

The post Le parc Astérix, prison et mouroir appeared first on PETA France.

Plein-air ? PETA révèle l’élevage des poules tel qu’il est.

Les révélations de PETA qui vont suivre montrent une enquête en caméra cachée dans un élevage de poules exploitées pour leurs œufs en « plein air ». Elle a été filmée au cours de plusieurs visites dans une exploitation en Angleterre, dans le comté du Cambridgeshire. Si vous pensiez que « plein-air » voulait dire « sans cruauté » vous pourriez avoir une grosse surprise. Ces images prouvent que la réalité est souvent très différente de ce que l’industrie de l’œuf, britannique comme française, essaie de vous faire croire.

Libre de gambader ?

Les poules « plein air » ont beau ne pas être enfermées en cage, elles sont malgré tout entassées par milliers dans des hangars, dans l’obscurité et la saleté. L’accès au monde extérieur peut être très restreint, et nombre de ces animaux intelligents et explorateurs peuvent ne jamais voir la lumière du jour.

De hautes normes de bien-être animal ?

La promiscuité dans ces hangars est souvent si intense que les poules n’ont presque jamais la possibilité de s’adonner à leurs activités naturelles, comme l’exploration à la recherche de nourriture, les bains de poussière et prendre part à des activités sociales. La plupart perdent leurs plumes à cause des fortes concentrations d’ammoniac et du stress dû aux bruits intenses, la puanteur et la promiscuité.

Une vie longue et heureuse ?

Les poussins mâles sont généralement tués quelques heures à peine après l’éclosion : ils ne sont pas utiles à l’industrie de l’œuf. Ils sont gazés à mort ou jetés dans un broyeur à grande vitesse alors qu’ils sont encore vivants. Les femelles sont autorisées à vivre tant que leur production d’œuf reste élevée, mais dès que leur corps commence à lâcher elles sont envoyées à l’abattoir. Là, elles sont accrochées à l’envers et égorgées pour devenir de la viande bas-de-gamme. Beaucoup d’entre elles n’arrivent même pas jusque-là. Elles s’écroulent raides mortes sur le sol du hangar, où leur cadavre finit par pourrir.

Logés et nourris ?

Alors que tant d’animaux sont entassés dans un petit espace, la compétition pour la nourriture peut-être sans merci. Cela combiné à d’autres sources de stress peut pousser les poules à en venir au cannibalisme et à picorer les cadavres de leurs congénères mortes.

Le seul choix sans cruauté

Les consommateurs pourraient se sentir mieux lorsqu’ils achètent des œufs portant les labels impliquant le « plein air ». Mais ces labels ne protègent pas les poules. Le seul label sans cruauté est celui qui indique « végan ».

Découvrez comment vous pouvez aider les poules et les autres animaux en commandant notre « Guide du végan en herbe » aujourd’hui.

The post Plein-air ? PETA révèle l’élevage des poules tel qu’il est. appeared first on PETA France.

Les souffrances des chèvres dans un élevage laitier bio

Une nouvelle enquête diffusée par PETA montre des images des employés assenant des coups de bâtons et des coups de poings à des chèvres sans défense dans un élevage laitier bio. La plupart des chèvres de l’élevage étaient sous-alimentées, blessées et boiteuses ou avaient des plaies béantes et non soignées.

Quand les chèvres mourraient – chose fréquente dans cet élevage – leurs cadavres étaient entassés derrière un hangar, couverts par des bâches comme s’il s’agissait là de vulgaires ordures plutôt que d’êtres sensibles. Les images montrent également le cadavre d’un jeune chevreau, laissé à même la paille auprès des chèvres encore vivantes.

Selon un témoin, les employés se débarrassaient ensuite progressivement de ces corps, apparemment afin de dissimuler le taux de mortalité extrêmement élevé de cette exploitation. Au moment où les images ont été tournées, l’élevage portait le label « Bioland », une certification allemande pour les produits alimentaires bio.

Il s’agit là d’une preuve supplémentaire que les labels « bio », « plein air » ou « bien-être » sont trompeurs et ne protègent pas les animaux de la souffrance.

Vous pouvez aider les chèvres et les autres animaux

Le seul moyen de s’assurer qu’on ne participe pas à la souffrance d’animaux est de choisir des produits végans. Il existe maintenant de nombreuses alternatives aux produits laitiers – comme le lait d’amande, de riz, de noisette ; les fromages et yaourts végétaux ; ou encore les crèmes d’avoine, de coco ou de soja – qui sont facilement disponibles dans le commerce.

The post Les souffrances des chèvres dans un élevage laitier bio appeared first on PETA France.

Vogue Paris célèbre la fausse fourrure avec Gisele Bündchen

Gisele Bündchen a de quoi charmer, mais la mannequin brésilienne a récemment prouvé que la vrai beauté est basée sur la compassion pour tous les êtres. S’associant à Vogue Paris, elle pose sur la couverture du numéro d’août du magazine parée d’une fausse fourrure magnifique et sans cruauté signée Nili Lotan. Elle n’a pas seulement figuré dans ses photos, elle a également partagé le cliché sur son compte Instagram accompagné d’un message soutenant l’effort de Vogue Paris pour promouvoir la fausse fourrure.

Une autre mannequin au grand cœur, Christy Turlington – l’une des premières personnalités à participer à la fameuse campagne « I’d Rather Go Naked than Wear Fur » (« Plutôt nue qu’en fourrure ») de PETA États-Unis – a été l’une des centaines de milliers de personnes qui ont « liké » le post Instagram de Gisele.

La fausse fourrure n’est pas cantonnée à la couverture du numéro d’août 2017 de Vogue Paris. Gisele figure dans une campagne célébrant la fourrure et les peaux sans cruauté, dans toute leur gloire.

Que la fourrure provienne de Chine (où aucune législation ne protège les animaux dans les élevages de fourrure et où même des chiens et des chats sont attrapés, enfermés puis matraqués à mort), de Suède (où des visons ont été vu avec des plaies béantes sur leurs têtes et des infections graves), des États-Unis (où les renards sont gazés à mort ou reçoivent des décharges électriques), ou de France (où des animaux vivent dans des cages minuscules empilées dans des hangars sombres et insalubres), la fourrure rime avec une cruauté inouïe envers des êtres sensibles.

La mondialisation du commerce de la fourrure a rendu l’identification et l’origine d’articles en fourrure impossible à prouver. Les peaux sont échangées, vendues aux enchères et distribuées à des producteurs, et les produits finis sont souvent exportés. Même si l’étiquette d’un vêtement en fourrure indique que celui-ci a été fabriqué dans un pays européen, les animaux dont la fourrure a été utilisée ont certainement été élevés et abattus autre part.

Gisele a également récemment fait mention publiquement de l’alimentation végétale de sa famille. Elle a déclaré que son mari – Tom Brady, célèbre joueur de football américain – se sent plus en forme et joue mieux sur le terrain de football américain depuis qu’il a pris la décision de se passer de produits animaux.

The post Vogue Paris célèbre la fausse fourrure avec Gisele Bündchen appeared first on PETA France.

Un maire s’engage railleusement à protéger les animaux – PETA le prend au mot

En se moquant d’une militante, cet élu ne croyait pas si bien dire. Lorsqu’une résidente de Nant, une petite commune de l’Aveyron, a écrit à son maire, Monsieur Richard Fiol, lui demandant d’interdire la présence des cirques avec animaux sur le territoire de sa commune, elle a reçu une réponse pour le moins surprenante de l’élu. Celui-ci a ignoré sa demande, banalisant la souffrance des animaux et l’informant de manière railleuse que la commune envisagerait également d’interdir également de tenir « les chiens en laisse », de « tuer les escargots, limaces et chenilles » et de « monter sur les chevaux » parmi d’autres suggestions.

Le prenant au pied de la lettre, PETA a décidé d’écrire à Monsieur Richard Fiol lui demandant de faire passer certaines des mesures énumérées dans son courrier, dont la fin de la chasse, des charrettes tirées par des chevaux et des boucheries.

« Alors que certains esprits chagrins voient dans votre réponse une moquerie indigne et empreinte d’ignorance, nous avons choisi de vous prendre au mot et d’apporter notre soutien à la plupart des mesures que vous comptez faire voter. » a écrit l’association.

« Dans votre réponse, vous indiquez vouloir interdire l’enfermement des « oiseaux en cage », les « tapettes à souris qui font mourir ses [sic] adorables animaux domestiques dans d’affreuses douleurs », mais aussi le fait « d’atteler des chevaux à des charrettes », la « chasse et la pêche » et même « les boucheries ». Ces mesures progressistes permettraient en effet de protéger les animaux de souffrances aussi immenses qu’inutiles et nous sommes ravis d’apprendre que vous comptez jouer pleinement votre rôle d’élu. »

De manière plus réaliste, PETA demande à Monsieur Fiol de « prendre la décision d’interdire la venue des cirques qui détiennent et exploitent des animaux. »

PETA rappelle que les cirques sont par essence incompatibles avec la satisfaction des besoins les plus élémentaires des animaux. Dans les cirques, les animaux sont enfermés 90 % du temps, souffrent d’une frustration et d’une détresse profondes et sont forcés de faire des tours contraires à leur nature et à leurs besoins. Comme un animal ne va pas naturellement sur un tabouret ou dans un cerceau en flammes, les dresseurs ont recours à des pratiques violentes.

Agissez pour les animaux dans les cirques 

Près de soixante communes françaises ont déjà pris un arrêté interdisant la venue de cirques avec animaux sauvages sur leur territoire et PETA invite toutes les personnes s’opposant à la souffrance de ces êtres sensibles à contacter leurs élus locaux à ce sujet.

The post Un maire s’engage railleusement à protéger les animaux – PETA le prend au mot appeared first on PETA France.

ACTION : des militants sautent dans l’arène pour protester contre les corridas et leur cruauté barbare

Voici comment les membres de Vegan Strike Group ont investi l’arène de Pampelune en Espagne, pour apporter un peu de réconfort au taureau qui gisait là, agonisant, avec ses blessures saignantes :

Aujourd’hui est le premier jour de l’ignoble festival de San Fermín qui a lieu dans cette ville, durant lequel 54 taureaux sont poursuivis tout le long des rues pavées glissantes avant d’être frappés, frappés de lances et poignardés à mort dans l’arène.

Avant d’être traînés de force hors de la piste sanglante par les organisateurs, les deux membres de Vegan Strike Group ont brandi des pancartes proclamant « La corrida est de la torture ».  L’un des manifestants explique ainsi son action :

« Le taureau était terrifié et souffrait le martyr. On ne pouvait pas le laisser mourir seul. Nous représentons la majorité des gens qui, partout dans le monde, demandent la fin de ces spectacles cruels. »

La corrida offre le spectacle archaïque de sévices infligés à des animaux. Elle n’a pas sa place dans une société civilisée. De nombreux touristes qui assistent aux lâchers de taureaux ne réalisent pas que les taureaux qui sont forcés à courir dans les rues de Pampelune sont les mêmes qui seront par la suite torturés et tués dans l’arène.

Là, jusqu’à huit hommes provoquent, frappent et blessent à l’arme blanche un seul taureau au moyen de dagues et de banderilles – des sortes de harpons – jusqu’à ce qu’il s’affaiblisse à cause de la perte de sang. Puis le matador poignarde l’animal épuisé avec une épée pour essayer de lui transpercer le cœur.

PETA félicite ces courageux manifestants d’avoir rappelé aux spectateurs que le fait de tourmenter et de tuer des animaux pour un soi-disant divertissement est méprisable.

Voici ce que vous pouvez faire

L’opposition à la tauromachie s’accentue à la fois en Espagne, en France et partout dans le monde. Un sondage récent a révélé qu’une proportion écrasante d’Espagnols ne soutiennent pas ces jeux sanglants, et cette majorité s’élève à 93 % parmi les 16-24 ans. Plus de 100 villes espagnoles ont interdit ces événements cruels. Participez à ce mouvement pour rejeter les sévices infligés aux taureaux en signant notre pétition adressée au Premier ministre pour l’appeler à interdire la corrida et les lâchers de taureau au niveau national.

The post ACTION : des militants sautent dans l’arène pour protester contre les corridas et leur cruauté barbare appeared first on PETA France.