Tous les articles par Cyril Ernst

Voici comment PETA aide les entreprises à trouver des solutions sans animaux dans le cadre des règlements de l’UE sur les produits chimiques

L’une des nombreuses voies par lesquelles le Consortium (dont PETA France est membre) œuvre pour promouvoir des méthodes de tests sans animaux est le soutien apporté aux entreprises lorsqu’elles font appel contre des demandes de l’Agence européenne des produits chimiques (ECHA) de réaliser des tests sur les animaux.

Lorsque des entreprises veulent fabriquer ou importer des produits chimiques dans l’UE, l’ECHA exige souvent qu’elles testent ces substances sur les animaux dans le cadre de la règlementation REACH. Les expériences sur les animaux sont cruelles et coûteuses et peuvent produire des résultats dangereusement trompeurs qui ne s’appliquent pas aux humains. Heureusement, les entreprises ont le choix de faire appel de ces directives, et le Consortium peut leur fournir son assistance dans ces cas-là.

Le Consortium envoie des arguments écrits qui contestent le bien-fondé des tests sur les animaux et, lorsque cela est nécessaire, participent aux auditions au siège de l’ECHA à Helsinki pour défendre cette position. Ces appels sont d’une grande diversité et portent sur des substances variées, comme les produits chimiques traditionnels, les nanomatériaux et même des ingrédients de cosmétiques.

Le Consortium travaille aussi avec une équipe juridique pour s’assurer que tous les aspects légaux, techniques et éthiques entourant les tests demandés sur les animaux sont abordés de façon adéquate.

Remporter une procédure d’appel peut sauver des animaux d’horribles souffrances. Par exemple, en 2015, le Consortium a soutenu CINIC Chemicals Europe dans son appel contre une injonction de réaliser des expériences qui auraient impliqué de gaver de produits chimiques environ 1 300 animaux pendant la grossesse ou peu après leur naissance puis de les tuer et de les disséquer.

Même lorsqu’une procédure d’appel est rejetée, le travail du Consortium a malgré tout des conséquences positives. Il met en lumière les problèmes éthiques qui entourent les tests sur les animaux, à la fois auprès des entreprises concernées et de l’ECHA, tout en sensibilisant les acteurs au sujet des méthodes sans animaux, et il encourage l’ECHA à ne pas exiger ou proposer davantage de tests sur les animaux à la légère dans le futur.

Ce que vous pouvez faire

De nombreux produits chimiques qui sont utilisés dans les cosmétiques, les produits d’entretien et autres produits ménagers sont testés sur les animaux. Assurez-vous que les produits que vous achetez sont sans cruauté en consultant la liste de PETA États-Unis :

Consulter la liste

The post Voici comment PETA aide les entreprises à trouver des solutions sans animaux dans le cadre des règlements de l’UE sur les produits chimiques appeared first on PETA France.

Animaux prisonniers des cirques : faisons tous pression sur Tours Métropole

Qu’est-il passé par la tête des responsables de Tours Métropole ? Organiser un festival international du cirque où des animaux captifs sont contraints de réaliser des tours absurdes alors que de plus en plus de communes bannissent ces spectacles archaïques et cruels est une décision désastreuse.

Soyons nombreux à faire pression sur Tours Métropole pour exiger un festival du cirque où tous les artistes seraient volontaires, donc sans animaux.

Écrivez à Tours Métropole en passant par leur formulaire de contact. Vous pouvez par exemple reprendre le message ci-dessous ou l’adapter et l’écrire avec vos propres mots.

Votre participation est essentielle. N’hésitez pas non plus à partager cette action avec votre entourage.

 

Messieurs Briand et de Oliveira,

Il est scandaleux que Tours Métropole soutienne le Festival international du cirque qui exploite des animaux captifs à l’heure où de nombreuses communes français interdisent l’installation de cirques animaliers ! La Fédération européenne des vétérinaires ainsi que de nombreux vétérinaires tourangeaux ont publiquement expliqué que la place des animaux n’était pas dans des cirques et la famille de dresseurs Folco qui est à l’affiche du festival a été filmée en train de battre ses éléphantes. Vous ne pouvez pas fermer les yeux.

Habitant dans une commune de Tours Métropole, je vous demande de faire en sorte que le Festival international du cirque n’accepte plus les animaux captifs.

Cordialement

The post Animaux prisonniers des cirques : faisons tous pression sur Tours Métropole appeared first on PETA France.

Celebrez Yom Kippour avec compassion

Yom Kippour, également appelé le Jour du Grand Pardon, est une fête juive durant laquelle on reflète sur ses péchés pour tente de les expier. C’est l’occasion de faire l’inventaire de sa vie et de reconnaître le potentiel qu’il y a pour un renouveau. Comment le fait d’être végan s’inscrit-il dans cette sainte fête ? Bien que cela soit bénéfique également, cela va plus loin que le simple fait d’ajouter un plat végan au dîner festif. Le véganisme, c’est également une question de responsabilité individuelle. En se penchant sur les implications qu’ont nos actes, nous pouvons réaliser à quel point nos choix de consommation ont un effet sur l’environnement, notre santé, la faim dans le monde, et des milliards d’animaux

 Se défaire du cuir pour Yom Kippour – et le restant de l’année

Un des rituels les plus poignants lors de Yom Kippour est l’interdiction de porter du cuir. Plusieurs facteurs l’expliquent. Certains la prêtent à une démonstration d’humilité s’opposant à l’indulgence associée au cuir. Cette interdiction sur le port du cuir ne se limite pas à Yom Kippour cependant. La prière de Shehecheyanu récitée pour marquer un évènement spécial, et la salutation « Tit’hadesh » (un mot hébreu qui invite les gens à « bien profiter des objets qu’ils viennent d’acheter ») ne sont pas utilisées lorsqu’une personne portent des chaussures en cuir ou un vêtement de fourrure, car la production de ces articles a eu pour résultat de prendre une vie animale (Orah Hayim, 223 :6 code du droit juif, vol. 2).

L’on ne devrait pas porter des chaussures en cuir lors de Yom Kippour car on ne peut pas demander la bienveillance sans la mettre en pratique soi-même. Comme le déclare le rabbin Moïse Isserlès, appelé le « Rem »a » : « Comment peut-on porter des chaussures en cuir, un article vestimentaire pour lequel un être vivant est tué, le jour de Yom Kippour, qui est une occasion de rendre grâce et d’étendre notre compassion ? ». Pourquoi fêter une nouvelle année en tuant un animal qui ne la vivra jamais ? Tout comme la loi du Cacherout interdit de boire du lait (qui nourrit le jeune veau) et de manger de la viande (sa mère abattue) ensemble lors du même repas, il est contradictoire de célébrer la vie au détriment de celle d’un autre.

Demander pardon pour ses pêchés passés, sans les répéter

Lorsque le célèbre écrivain Isaac Bashevis Singer s’est vu demandé pourquoi il était végétarien, il a répondu : « Je suis végétarien pour des raisons de santé : la santé des poules ». Cela nous amère à un des principes les plus puissants de Yom Kippour : l’acte de se repentir – Techouva – et de demander pardon. Nous devrions demander pardon non seulement pour pacifier notre propre conscience, mais également pour nous aider à évoluer et à agir de manière plus bienveillante envers les autres. Nous devrions examiner notre comportement à l’égard des autres et changer nos habitudes néfastes. Après que l’écrivain juif Franz Kafka soit devenu végétarien, il s’est exprimé, tout en observant un poisson dans un aquarium, « maintenant je peux vous regarder en paix. Je ne vous mange plus ». L’acte de Techouva ne consiste pas seulement à apaiser notre conscience ou à expier nos pêchés, mais bien à transformer notre comportement pour aider à propager la paix dans le monde. Selon le Talmud, sauver une vie équivaut à sauver le monde entier. Être végan est une manière formidable de ce faire. Shana Tova !

The post Celebrez Yom Kippour avec compassion appeared first on PETA France.

Des circassiens agressent violemment des militants pour les animaux en Avignon

Lorsqu’un cirque agresse des humains au grand jour, on ose à peine imaginer ce que doivent subir en coulisses leurs victimes animales qui ne peuvent pas témoigner.

Alors que le collectif Libère Ton Cirque organisait avec des sympathisants de PETA et de One Voice un rassemblement devant le Cirque franco-belge ce samedi en Avignon, pour protester contre la détention des animaux, quelques militants arrivés en avance sur les lieux se sont fait accueillir par un groupe de circassiens furieux. L’un d’entre eux était armé d’une grande cravache de dressage.

Cette fois-ci il s’en est servi pour frapper non pas un animal prisonnier mais une militante, puis le militant qui s’était interposé, avant de s’en prendre à un troisième militant alors qu’il sortait son téléphone pour filmer la scène. On peut voir sur les images les séquelles physiques de cette violente agression, que le directeur Serge Muller a postérieurement justifiée par le fait que cette manifestation nuisait à son activité. Un autre militant ayant également reçu des coups de cravache doit passer une radio de la main.

Violents envers les humains, mais surtout envers les animaux qu’ils enferment, privent de vie sociale et d’activités adaptées et qu’ils forcent à faire des tours sous la contrainte, les cirques animaliers représentent un archaïsme cruel qu’il est urgent d’interdire, à l’instar d’une soixantaine de villes françaises qui refusent de les accueillir, ainsi que de plus en plus de pays comme la Belgique, l’Autriche, le Pérou et la Suède.

Agissez pour les animaux prisonniers des cirques

Prenez un instant pour contacter votre commune afin qu’elle empêche l’installation des cirques qui détiennent et exploitent des animaux. Votre voix peut tout faire changer :

Je contacte ma commune

The post Des circassiens agressent violemment des militants pour les animaux en Avignon appeared first on PETA France.

L’ignoble foie gras à nouveau interdit en Californie

La cruauté bat de l’aile

Bonne nouvelle pour les canards et les oies : la Cour d’appel des États-Unis a confirmé la légalité de de l’interdiction de la vente de foie gras en Californie. Sur les tables de l’État doré, le plus peuplé des États-Unis, on ne trouvera plus les foies malades d’animaux gavés de force au moyen d’un tube enfoncés jusque dans leur gosier.  PETA milite depuis des années contre cette torture, par exemple en publiant une enquête montrant le  gavage des animaux. La France, premier producteur et donc premier tortionnaire mondial – où 80 millions d’animaux  souffrent et meurent chaque année pour qu’on leur prenne leur foie – ferait bien de s’inspirer de cet exemple, alors que de nombreuses alternatives végétales délicieuses existent pour remplacer ce mets atroce.

Engagez-vous vous aussi à renoncer au foie gras !

The post L’ignoble foie gras à nouveau interdit en Californie appeared first on PETA France.

Plus que quelques jours pour demander à l’UE d’ouvrir la voie à une science sans animaux

Alors que l’évaluation formelle de REACH par la Commission européenne est prévue en octobre 2017, des citoyens engagés demandent que l’UE devienne le chef de file d’une science progressiste et innovante en mettant fin aux cruels tests sur les animaux et d’adopter les méthodes de recherche de pointe, sans animaux.

La directive REACH (Enregistrement, évaluation, autorisation et restriction des produits chimiques) est le plus grand programme de tests sur les animaux au monde. À partir des rapports les plus récents, PETA estime que depuis son lancement jusqu’en 2016, plus d’un million d’animaux avaient été utilisés dans des tests pour répondre à ses critères.

Le programme est en cours d’évaluation en ce moment-même, et des sympathisants de PETA réclament du changement. Une lettre ouverte adressée à la Commission européenne et à l’Agence européenne des produits chimiques signée par des milliers de personnes déclare :

Veuillez cesser d’exiger l’utilisation d’animaux pour les tests de produits chimiques. Car aussi longtemps que REACH reposera sur des tests sur les animaux, l’objectif d’assurer la sécurité dans l’usage des produits chimiques ne pourra être atteint.

REACH implique que l’UE – autrefois considérée comme le meneur mondial dans la protection des animaux – est désormais engagée dans des tests non pertinents et cruels qui provoquent la souffrance et la mort douloureuse d’innombrables animaux.

Nous vous exhortons à saisir l’opportunité de la révision de REACH pour faire de l’UE le chef de file mondial d’une science progressiste et innovante en mettant fin à ces tests cruels et en acceptant des techniques de recherche de pointe qui ne font pas de mal aux animaux.

Le temps presse, et il faut agir !

Il reste moins d’une semaine pour que notre pétition – ainsi que celles de nos affiliées internationales – recueille un maximum de signatures.

Nous en sommes actuellement à

signatures.

Signez vous aussi notre pétition :

et partagez-la sur Facebook et Twitter.

The post Plus que quelques jours pour demander à l’UE d’ouvrir la voie à une science sans animaux appeared first on PETA France.

Plus de 100 000 personnes appellent l’UE à ouvrir la voie à une science sans animaux

Alors que l’évaluation formelle de REACH par la Commission européenne est prévue en octobre 2017, des citoyens engagés demandent que l’UE devienne le chef de file d’une science progressiste et innovante en mettant fin aux cruels tests sur les animaux et d’adopter les méthodes de recherche de pointe, sans animaux.

La directive REACH (Enregistrement, évaluation, autorisation et restriction des produits chimiques) est le plus grand programme de tests sur les animaux au monde. À partir des rapports les plus récents, PETA estime que depuis son lancement jusqu’en 2016, plus d’un million d’animaux avaient été utilisés dans des tests pour répondre à ses critères.

Le programme est en cours d’évaluation en ce moment-même, et des sympathisants de PETA et de ses affiliées internationales réclament du changement. Une lettre ouverte adressée à la Commission européenne et à l’Agence européenne des produits chimiques signée par des milliers de personnes déclare :

Veuillez cesser d’exiger l’utilisation d’animaux pour les tests de produits chimiques. Car aussi longtemps que REACH reposera sur des tests sur les animaux, l’objectif d’assurer la sécurité dans l’usage des produits chimiques ne pourra être atteint.

REACH implique que l’UE – autrefois considérée comme le meneur mondial dans la protection des animaux – est désormais engagée dans des tests non pertinents et cruels qui provoquent la souffrance et la mort douloureuse d’innombrables animaux.

Nous vous exhortons à saisir l’opportunité de la révision de REACH pour faire de l’UE le chef de file mondial d’une science progressiste et innovante en mettant fin à ces tests cruels et en acceptant des techniques de recherche de pointe qui ne font pas de mal aux animaux.

Pour recevoir des nouvelles de notre travail pour convaincre la Commission européenne, inscrivez-vous pour recevoir des informations par e-mail. Envisagez également de faire un don nécessaire pour soutenir notre travail innovant qui sauve des vies animales.

 

The post Plus de 100 000 personnes appellent l’UE à ouvrir la voie à une science sans animaux appeared first on PETA France.

Vidéo : ils ont sauté dans l’arène à Dax

Trois courageux militants ont bravé les interdictions de manifester prises sous prétexte de l’état d’urgence et ont sauté depuis les gradins dans l’arène, trois mètres plus bas.

Par leurs slogans, ils ont aussi voulu interpeller directement le président de la République pour qu’il abolisse la corrida.

Bien que la torture de plusieurs animaux à l’arme blanche constitue un délit presque partout en France et que l’un des militants ait, selon la presse, été victime de violences gratuites de la part d’un employé, ce sont les militants qui seront probablement poursuivis en justice, et non pas les tortionnaires armés.

Dans leur communiqué de presse, les militants de Vegan Strike Group déclarent :

N’y a t-il pas assez de souffrance sur terre, pour que certains individus puissent encore payer pour assister à l’humiliation et à la torture d’un être par ses bourreaux. C’est ce que Vegan Strike group tente de dénoncer.

Ne vous rendez jamais dans une arène

Prenez la décision de ne jamais financer de tels « spectacles » et informez-en votre entourage :

The post Vidéo : ils ont sauté dans l’arène à Dax appeared first on PETA France.

Le parc Astérix, prison et mouroir

En 2016, on comptait sept dauphins captifs dans les bassins prisons du parc Astérix, au nord de Paris. Privés de liberté et exploités pour des spectacles d’un autre temps, ces animaux sont aussi utilisés pour la reproduction afin qu’ils donnent naissance à d’autres victimes et que le cycle infernal se perpétue, sur place ou dans d’autres zoos ou delphinariums.

Âgé d’à peine 6 jours, un très jeune dauphin est mort le 17 juillet sans que la direction du parc Astérix puisse expliquer pourquoi. En 2015, un autre bébé dauphin était mort dans ces mêmes bassins. À Marineland, une autre prison marine implantée à Antibes, les animaux marins détenus – orques, dauphins, otaries – sont également nombreux à mourir du fait de leur environnement artificiel inadapté.

Les dauphins sont des animaux dont l’intelligence hors du commun et la sociabilité sont des objets d’étude pour les scientifiques. Dans les prisons aquatiques, ces animaux fascinants n’ont pourtant accès qu’à des activités rares, inadaptées voire pénibles. Et du fait de l’agressivité que provoque la captivité, ils connaissent une profonde détresse, encore accentuée par la séparation des mères de leurs enfants. Ils passent toute leur vie en captivité dans des piscines exiguës dont les parois réverbèrent leur sonar alors que dans la nature ils parcourraient de grandes étendues d’eau et pourraient laisser libre cours à leurs besoin sociaux et comportementaux.

Il y a peu, un arrêté ministériel – attaqué par les entreprises qui tirent leur profit de la souffrance de ces animaux – a interdit la captivité des cétacés détenus dans les établissements présents le sol français. Cette barbarie semble donc condamnée à disparaître.

Mais les animaux encore prisonniers de parcs comme le parc Astérix ou Marineland doivent pouvoir finir leurs jours dans des conditions de vie décentes. Venez-leur en aide en appelant Marineland à relâcher ses animaux dans des sanctuaires côtiers adaptés.

The post Le parc Astérix, prison et mouroir appeared first on PETA France.

Plein-air ? PETA révèle l’élevage des poules tel qu’il est.

Les révélations de PETA qui vont suivre montrent une enquête en caméra cachée dans un élevage de poules exploitées pour leurs œufs en « plein air ». Elle a été filmée au cours de plusieurs visites dans une exploitation en Angleterre, dans le comté du Cambridgeshire. Si vous pensiez que « plein-air » voulait dire « sans cruauté » vous pourriez avoir une grosse surprise. Ces images prouvent que la réalité est souvent très différente de ce que l’industrie de l’œuf, britannique comme française, essaie de vous faire croire.

Libre de gambader ?

Les poules « plein air » ont beau ne pas être enfermées en cage, elles sont malgré tout entassées par milliers dans des hangars, dans l’obscurité et la saleté. L’accès au monde extérieur peut être très restreint, et nombre de ces animaux intelligents et explorateurs peuvent ne jamais voir la lumière du jour.

De hautes normes de bien-être animal ?

La promiscuité dans ces hangars est souvent si intense que les poules n’ont presque jamais la possibilité de s’adonner à leurs activités naturelles, comme l’exploration à la recherche de nourriture, les bains de poussière et prendre part à des activités sociales. La plupart perdent leurs plumes à cause des fortes concentrations d’ammoniac et du stress dû aux bruits intenses, la puanteur et la promiscuité.

Une vie longue et heureuse ?

Les poussins mâles sont généralement tués quelques heures à peine après l’éclosion : ils ne sont pas utiles à l’industrie de l’œuf. Ils sont gazés à mort ou jetés dans un broyeur à grande vitesse alors qu’ils sont encore vivants. Les femelles sont autorisées à vivre tant que leur production d’œuf reste élevée, mais dès que leur corps commence à lâcher elles sont envoyées à l’abattoir. Là, elles sont accrochées à l’envers et égorgées pour devenir de la viande bas-de-gamme. Beaucoup d’entre elles n’arrivent même pas jusque-là. Elles s’écroulent raides mortes sur le sol du hangar, où leur cadavre finit par pourrir.

Logés et nourris ?

Alors que tant d’animaux sont entassés dans un petit espace, la compétition pour la nourriture peut-être sans merci. Cela combiné à d’autres sources de stress peut pousser les poules à en venir au cannibalisme et à picorer les cadavres de leurs congénères mortes.

Le seul choix sans cruauté

Les consommateurs pourraient se sentir mieux lorsqu’ils achètent des œufs portant les labels impliquant le « plein air ». Mais ces labels ne protègent pas les poules. Le seul label sans cruauté est celui qui indique « végan ».

Découvrez comment vous pouvez aider les poules et les autres animaux en commandant notre « Guide du végan en herbe » aujourd’hui.

The post Plein-air ? PETA révèle l’élevage des poules tel qu’il est. appeared first on PETA France.