Tous les articles par astrid

D. Trump réautorise l’importation de trophées d’éléphants aux USA : scandaleux !

cet article a été publié à l'original en provenance de ce site

On le sait, le Président américain n’est ni un ami des animaux, ni de la nature. Après avoir autorisé la chasse aux ours, aux loups et à leurs petits jusque dans leurs tanières (avril 2017, NDLR), il vient encore de faire plaisir aux chasseurs… En abrogeant une interdiction entérinée par son prédécesseur Barack Obama, Donald Trump permet de nouveau l’importation sur le sol américain de trophées d’éléphants tués au Zimbabwe. Plusieurs médias locaux affirment même que le permis s’appliquera aussi à la Zambie.

Une faille dans la loi

Cette décision de l’administration américaine s’appuie sur un principe de la loi sur les espèces en danger (Endangered Species Act). Cette loi stipule en effet que l’importation de tels trophées peut être légale, si preuve est apportée que la chasse a bénéficié à la conservation plus large des espèces.
 
Une « astuce » qui ne date pas d’hier… En 1997 et 2000, 4 pays d’Afrique australe (Zimbabwe, le Botswana, la Namibie et l’Afrique du Sud) ont exploité le même argument pour obtenir le déclassement de leurs éléphants en Annexe II de la CITES. En effet, en 1989, à la suite d’une diminution alarmante de sa population, l’éléphant d’Afrique a bien été inscrit à l’Annexe I, ce qui en interdisait le commerce international. En prétextant devoir limiter les effectifs d’éléphants pour que les milieux naturels ne se dégradent pas et pour éviter les conflits avec les populations locales, ces 4 pays ont affirmé qu’il leur était « nécessaire » de constituer des stocks d’ivoire « légaux » qui permettraient de financer des programmes de conservation des éléphants.
>> Partagez cette actu sur Facebook, Twitter et Google +.

Une population en danger

Cette décision des pays d’Afrique et désormais des Etats-Unis est un échec cuisant : elle ouvre en effet la porte au braconnage et à terme, à la disparition des espèces.
Aujourd’hui, on estime qu’entre 25 000 et 30 000 éléphants d’Afrique sont abattus chaque année (Source IFAW). La population restante des éléphants d’Afrique est estimée à 500 000, selon l’association Save the Elephants. Autrement dit, si rien n’est fait, les éléphants d’Afrique pourraient disparaître d’ici une quinzaine d’années !
Une perspective funeste qui ne semble pas atteindre Donald Trump, dont les fils sont de fervents adeptes de la chasse aux trophées en Afrique et qui n’hésitent pas à exhiber des photos de leurs exploits sur les réseaux sociaux…

NIRKO

🍐Mon nom est NIRKO

🍐J’ai 7 semaines estimé

🍐 Je suis un rescapé de l’île de la réunion: j’ai été trouvé dans un garage avec ma maman Diana ,mes soeurs et de gentilles personnes m’a mise en sécurité 

🍐Je serai mise en conformité

🍐Frais d’adoptions :150€ avec obligation de castration

 

NIKI

🍐Mon nom est NIKI

🍐J’ai 7 semaines estimé

🍐 Je suis une rescapée de l’île de la réunion: j’ai été trouvée dans un garage avec ma maman Diana , mon frère et mes soeurs et de gentilles personnes m’a mise en sécurité  je suis en soin actuellement pour un fort coryza

🍐Je serai mise en conformité

🍐Frais d’adoptions :150€ avec obligation de stérilisation

NESSY

🍐Mon nom est NESSY

🍐J’ai 7 semaines estimé

🍐 Je suis une rescapée de l’île de la réunion: j’ai été trouvée dans un garages avec ma maman Diana , mon frère et mes soeurs et de gentilles personnes m’a mise en sécurité 

🍐Je serai mise en conformité

🍐Frais d’adoptions :150€ avec obligation de stérilisation

NOSTRA

🍐Mon nom est NOSTRA

🍐J’ai 7 semaines estimé

🍐 Je suis une rescapée de l’île de la réunion: j’ai été trouvée dans un garages avec ma maman Diana , mon frère et mes soeurs et de gentilles personnes m’a mise en sécurité 

🍐Je serai mise en conformité

🍐Frais d’adoptions :150€ avec obligation de stérilisation

DIANA

 🍐Mon nom  est DIANA
🍐J’ai 1 AN estimé 
🍐 Je suis une rescapée de l’île d eta réunion: j’ai été trouvé dans un garages avec mes bébés et de gentilles personnes m’a  mise en sécurité  avec ma portée

🍐Je serai mise en conformité 

🍐Frais d’adoptions :150€ avec obligation de stérilisation


Une chienne de sécurité enfermée en permanence dans une cage

cet article a été publié à l'original en provenance de ce site

Bella était constamment enfermée dans cette cage, dissimulée sous une palette. © Fondation 30 Millions d’Amis

Elle s’appelle Bella. Mais ses conditions de vie étaient loin d’être à l’image de son nom… Ce pauvre berger allemand de 11 ans était enfermé dans une cage de transport située dans la cour extérieure d’un immeuble à Pantin (93). La cage était dissimulée sous un toit en tôle.

Selon les premiers éléments de l’enquête, l’animal était toujours utilisé comme chienne de sécurité en dépit de son âge et de son mauvais état de santé.

Sauvée grâce à un signalement

« La chienne n’avait pas d’eau et il lui restait à peine quelques croquettes dans une gamelle, décrit Arnauld Lhomme, enquêteur à la Fondation 30 Millions d’Amis. Ses griffes sont longues, ce qui montre qu’elle sortait rarement de cette petite cage. »

L’exiguïté y était telle, que la pauvre chienne ne pouvait pas se lever et était contrainte de rester allongée.

Immédiatement après son sauvetage – rendu possible grâce à un signalement – Bella a été examinée par un vétérinaire. « Bella se déplace vraiment très difficilement en raison d’une forte dysplasie des hanches », précise Arnauld Lhomme.

La Fondation 30 Millions d’Amis a déposé une plainte pour « abandon ».

Merci à tous les donateurs de la Fondation sans qui tous ces sauvetages seraient impossibles ! Ne l’oubliez pas, c’est grâce à votre générosité que nous pouvons également venir en aide aux animaux détenus dans des conditions déplorables. Pour continuer nos actions, nous comptons sur vous : faites un don.

  • Témoin d’un acte de maltraitance ? Devenez lanceur d’alerte en téléchargeant l’application 30 Millions d’Amis – Alerter, Adopter, S’engager, disponible sur l’App Store et Google Play.

Grâce à vos dons et l’aide de bénévoles, 39 niches fabriquées pour le refuge du Ramier

cet article a été publié à l'original en provenance de ce site

Les nouvelles niches, en photos ! © Refuge du Ramier

Cet hiver, les pensionnaires du refuge du Ramier, à Montauban, pourront dormir au chaud ! Avec l’aide de la Fondation 30 Millions d’Amis, 4 bénévoles ont construit de leurs propres mains ces superbes niches ! En 3 semaines, ils ont réussi l’exploit de fabriquer 21 grandes niches, 8 niches pour moyens et petits chiens et 10 « boîtes à chats ».

Elles sont toutes fabriquées avec du métal épais et présentent des toits terrasses pour les toutous qui aiment grimper dessus ! « Ces niches sont très bien isolées, imputrescibles et faciles à nettoyer. En plus, les chiens ne pourront pas les mordre ! », se réjouit Catherine Le Boulanger, bénévole au refuge.

Des niches uniques

Ces niches ont été installées fin octobre 2017 et ont déjà conquis leurs habitants ! Chaque niche est d’ailleurs personnalisée en fonction des goûts de ces toutous : « Au sol, on pose de la paille ou des couvertures selon les préférences de chacun », ajoute-t-elle.

Grâce à ces magnifiques abris, les nombreux animaux du refuge pourront passer l’hiver au sec, en attendant de trouver une famille pour la vie !

La Fondation 30 Millions d’Amis soutient les refuges toute l’année afin de répondre à leurs besoins pour qu’ils puissent accueillir tous les laissés-pour-compte ! Soutenez notre combat.

>> Partagez cette actu sur Facebook, Twitter et Google +.

Un veau découvert dans la cour d’un immeuble en banlieue parisienne

cet article a été publié à l'original en provenance de ce site

C’est dans la cour d’un immeuble à Epinay-sur-Seine, en Seine-Saint-Denis, qu’un veau a été découvert enfermé dans un cabanon de jardin (10/11/2017). Le pauvre animal, âgé d’à peine un mois, complètement apeuré, ne pouvait pas sortir de sa « prison ». Il n’avait pour seule source de chaleur qu’un sol en paille souillé…

Un veau pas sevré

« Ce veau présentait une maigreur importante », décrit Arnauld Lhomme, enquêteur à la Fondation 30 Millions d’Amis, ajoutant que l’animal n’était pas sevré correctement et qu’il lui fallait donc une assistance humaine pour se nourrir. « Il y avait un bidon de lait mais sans tétine et fermé : il n’avait donc ni à boire ni à manger. En plus, il y avait des sacs de plâtre à côté de lui, fatal s’il en avait ingéré », poursuit-il.
>> Partagez cette actu sur Facebook, Twitter et Google +.

Enquête sur son propriétaire

Ce petit mâle, de race Salers, a été surnommé « Bravo » par le commissariat d’Epinay.
Sa boucle d’identification a permis d’en savoir plus sur sa provenance. Il avait été vendu à un particulier par un éleveur quelques jours plus tôt. La Fondation 30 Millions d’Amis a porté plainte pour « sévices graves » à l’encontre du particulier.
Bravo a été placé dans un refuge spécialisé de la Fondation Assistance aux Animaux où il sera entouré de congénères.